Occupation de l’ENS Lyon. “Commettre un génocide est un crime, résister est un droit!”

Commettre un génocide est un crime, résister est un droit !

Dans la continuité de la mobilisation de jeudi dernier à Sciences po Lyon, le mouvement étudiant lyonnais engagé pour une paix durable a décidé, en ce lundi 6 mai 2024, d’occuper en partie l’ENS de Lyon. Nos revendications sont les mêmes :

  • Nous exigeons des administrations de nos lieux d’études un boycott universitaire total de l’Etat israélien, incluant leurs universités, car elles participent au processus de colonisation, comme Maya Wind l’étudie dans Towers of Ivory and Steel. Nous appelons donc au boycott universitaire total et strict, notamment des échanges académiques qui existent au niveau national.
  • Nous demandons la fin des partenariats avec les entreprises israéliennes, notamment dans l’achat de matériaux scientifiques israéliens. On ne subventionne pas un état génocidaire, on le condamne.
  • Nous demandons la fin des partenariats avec les entreprises israéliennes, notamment dans l’achat de matériaux scientifiques israéliens. On ne subventionne pas un état génocidaire, on le condamne.
  • Nous exigeons une condamnation claire du génocide en cours, où près de 40 000 civils ont été tués, dont 70% de femmes et d’enfants.
  • Nous devons accueillir des réfugié-es palestinien-nes étudiant-es comme professeur-es dans nos universités. Nos revendications sont légitimes. Il n’y a pas à avoir deux poids deux mesures face à des politiques impérialistes: étendons le programme d’accueil de réfugiés qui fonctionne bien avec l’Ukraine. Nous défendons le droit universel d’étudier. Rappelons sur ce point que toutes les universités gazaouies (12) ont été annihilées. Il est inenvisageable que l’école « de la recherche, pour la recherche, par la recherche » ne cherche pas à protéger et soutenir le partage académique; nous soutenons la pétition envoyée au CNRS allant dans ce
    sens.
  • En plus de cela, il nous apparait être la moindre des choses qu’au nom du « droit impréscripitible à la vie du peuple palestinien » l’ENS de Lyon et l’ensemble de la communauté éducative lyonnaise mettent en place une minute de silence institutionnelle.
  • Nous attendons d’Emmanuel Trizac qu’il nous laisse effectivement organiser des séminaires et communications scientifiques sur la Palestine. Nous regrettons encore amèrement l’interdiction précédente d’accueillir un public extérieur à la conférence qui était prévue de la militante palestinienne féministe Soheir Assad, et ce au prétexte du plan vigipirate instrumentalisé à Lyon pour réprimer notre solidarité envers la Palestine, quand bien même d’autres communications scientifiques ouvertes avaient bien pu avoir lieu les jours précédents.
  • Nous nous adressons aussi directement à l’État français complice du génocide. Nous exigeons a minima une condamnation de l’État colonial israélien ainsi qu’un embargo total de la vente d’armes.
  • Nous demandons la justice et il n’est pas normal que cette demande justifiée soit réprimée comme c’est le cas dans les universités états-uniennes voire à Lyon vendredi matin où les CRS nous ont humilié face au mur alors que nous avions évacué les lieux dans le calme.
  • Nous, occupant-es de Lyon, sommes réuni-es pour la libération du peuple palestinien que nous soutenons dans sa quête d’auto-détermination et d’émancipation. Nous appelons done tout le monde, notamment les travailleureuses à nous rejoindre !

Lyon, 6 mai 2024. Source: Twitter

#ResistESR


Sur Academia



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2024, 7 mai). Occupation de l’ENS Lyon. “Commettre un génocide est un crime, résister est un droit!” Academia. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ncp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.