Contractuel.le.s français.e.s et britanniques: même combat?

Deux articles du Guardian évoquent une situation à l’Université de Cambridge qui s’apparente fort à celles dénoncée par les “précaires” français.

Le premier, paru le 4 juillet 2019, informe de la grève des enseignants à propos de la précarité du travail. Les syndicats dénoncent le fait que les contrats temporaires sont à l’origine des niveaux extrêmes de difficultés personnelles et financières. Deux-tiers des enseignant.e.s deCambridge sont payés à l’heure de travail effectuées et les deux-tiers n’ont pas de contrat, selon University and College Union (UCU). Les grévistes assurent que la nature incertaine de leur emploi a un impact sur leur santé mentale et d’autres ont des problèmes à régler leurs factures. L’article ajoute que l’écart de salaire lié au genre est de 19% 7 à Cambridge à comparer au 15,1% du secteur.

Peu de temps auparavant, The Guardian posait assez crûment la question: les doctorant.e.s représentent-il/elles du travail bon marché pour les Universités?

L’Université de Cambridge vient de descendre dans les classements internationaux, à l’instar de la recherche française. À quand une réflexion européenne sur l’emploi et ses abus dans l’enseignement supérieur et ses conséquences pour la recherche ?

Liens:

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.