Financement, divergences, méthodes : comment l’Observatoire du décolonialisme s’est enfoncé dans la crise, par Alix L’Hospital, L’Express, 28 avril 2024. Extraits.

“À l’initiative de professeurs d’université, tels les linguistes Yana Grinshpun, maître de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle, Jean Szlamowicz, professeur à l’université de Bourgogne ou encore Xavier-Laurent Salvador, maître de conférences à l’université Sorbonne-Paris-Nord, le groupe, rejoint par une soixantaine d’universitaires lors d’un “appel” publié dans Le Point, s’était fixé comme projet d’analyser, et si besoin dénoncer, les travaux de recherche en sciences sociales flirtant avec le militantisme woke. Près de trois ans et demi plus tard, le bilan de l’organisation pose question, sans doute parce que sa mission elle-même est devenue ambiguë. Dernière manifestation en date, l’émergence d’une rumeur : le fond du Bien Commun, organisation philanthropique fondée par le milliardaire conservateur Pierre-Edouard Stérin, serait l’un des soutiens financiers de l’Observatoire. Si l’hypothèse se confirmait, tous les ingrédients d’un mauvais procès seraient réunis : l’un est un
entrepreneur catholique au profil libéral et conservateur, dont les rencontres avec le polémiste Éric Zemmour, avant qu’il ne s’en éloigne une fois la campagne présidentielle de 2022 lancée, avaient été relatées
dans les colonnes de L’Express. […]

Deux ans [après sa fondation], la majorité des membres fondateurs s’est retirée du projet. “J’ai préféré prendre mes distances, surtout pour des questions de fonctionnement interne et parce que les objectifs de travail me semblaient assez mal définis – étions-nous un blog, un think tank, une revue?” fait ainsi valoir le linguiste Jean Szlamowicz, l’un des cocréateurs du collectif, qu’il a quitté il y a plusieurs mois.

“Le site publie de nombreux articles de qualité qui sont validés par le comité de rédaction”, défend la sociologue Nathalie Heinich, vice-présidente du conseil scientifique du Laic1, recevant des  reconnaissant dans le même temps l’existence de quelques “billets d’humour”. Cependant, pour beaucoup de membres ou ex-membres, l’enjeu ne se situe pas tant dans les contenus hébergés par le site en tant que tel  la plupart des interlocuteurs de L’Express insistent sur le sérieux avec lequel la sociologue, ainsi que l’historien Pierre Vermeren, président du conseil scientifique, mènent le projet.

Bien que certains membres de l’Observatoire fassent valoir que le collectif est aujourd’hui en “phase d’expansion”, plusieurs observateurs extérieurs semblent moins positifs. Ainsi du sociologue Olivier Galland,
directeur de recherche émérite au CNRS, dont un article vient pourtant d’être publié sur le site de l’Observatoire. “Ce qui me gêne un peu, dans leur démarche, c’est qu’ils mènent exclusivement une lutte contre-idéologique, fait-il valoir. Au fond, leur priorité n’est pas la défense des sciences, mais celle de valeurs opposées à celles du wokisme. C’est respectable, mais la surenchère idéologique n’est, selon moi, pas la
meilleure réponse.”



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2024, 4 mai). . Academia. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10sxc

  1. NDLR. Le Laboratoire d’analyse des idéologies contemporaines, président par Xavier-Laurent Salvator, est une association ” association à but non lucratif de personnes fédérées pour la défense des Institutions de la République mises à mal par les idéologies de la déconstruction”. Elle reçoit des dons et assure des formations. Outre Nathalie Hienich et Pierre Vermeren, en sont également membres François Rastier, et Samuel Mayol. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.