Soutien à la liberté d’expression et de mobilisation des étudiant·es. Motions et communiqués

Plusieurs collectifs se sont exprimés en faveur de la mobilisation et de la liberté d’expression des étudiant·es. Nous les recensons ci-dessous.

Communiqué du medialab, 25 avril 2024

Dans la nuit du mercredi 24 avril, la direction de Sciences Po a fait intervenir les forces de police pour déloger les étudiant·es rassemblé·es en solidarité avec la Palestine. L’intrusion de la police, ainsi que le recours croissant aux convocations d’étudiant·es dans le cadre de commissions disciplinaires, marquent de dangereux précédents dans la vie de notre institution. Répondre par la force à une mobilisation pacifique de nos étudiant·es est en dissonance avec les valeurs universitaires, et fait courir des risques disproportionnés à l’intégrité de nos étudiant·es.

Nous, membres du médialab, exprimons notre vive inquiétude devant la criminalisation de certains mouvements sociaux, en particulier ceux liés aux souffrances du peuple palestinien. Nous nous inquiétons aussi des diverses formes d’ingérence gouvernementale au sein de notre institution, à l’image de l’irruption brutale du Premier Ministre au conseil d’administration de la FNSP le mois dernier, dénoncée par l’ensemble des responsables de la communauté académique de Sciences Po.

Nous exprimons notre profond attachement à la liberté d’expression et de mobilisation des étudiant·es sur le campus. Nous alertons des dangers que les mesures répressives font peser sur les étudiant·es, et appelons l’administration à tout faire pour mettre en oeuvre un dialogue impliquant l’ensemble des communautés de Sciences Po.

Les membres du médialab


Motion du CERI en réponse aux manifestations étudiantes et à la présence policière dans les locaux de Sciences Po le 24 avril, en faveur du dialogue avec nos étudiant·es, de la liberté d’expression et d’une diplomatie scientifique engagée.

En tant qu’organisme dédié à la recherche fondamentale en politique comparée et en relations internationales, essentiellement sur des pays extra-européens, disposant notamment d’une expertise reconnue sur le Moyen-Orient, le CERI, représenté par son conseil de laboratoire élu, s’est réuni en session extraordinaire ce vendredi 26 avril.

Notre conseil tient à rappeler que la liberté d’expression, de manifestation ainsi que la liberté académique sont des droits fondamentaux protégés par les lois de la République. Par ailleurs, les universités doivent être des espaces où ces libertés s’exercent pleinement. Il est ainsi impératif que chaque étudiant(e) puisse disposer d’un environnement propice à l’expression de ses idées, en créant, lorsque nécessaire, des espaces dédiés à cet effet.

Le mouvement étudiant actuel est d’envergure internationale, et il convient de l’appréhender à cette échelle. Dans un établissement d’enseignement supérieur très ouvert sur le monde, les prises de position des étudiant(e)s sur l’actualité internationale sont légitimes, et la réponse de l’institution ne saurait être l’intervention des forces de l’ordre.

Aussi, demandons-nous une réévaluation des procédures et une levée des sanctions prises à l’encontre des étudiants, notamment celles liées à des accusations aussi graves que “l’apologie du terrorisme”.

Le dialogue, la pédagogie et l’écoute sont au cœur même de nos fonctions d’enseignant-chercheur, surtout face à des étudiants qui s’engagent politiquement sur des sujets très sensibles et expriment leurs opinions pour la première fois. La quête du savoir doit demeurer notre objectif. Nous encourageons ainsi vivement la tenue de conférences et d’échanges, sans autocensure et dans le respect, y compris dans le domaine des arts et des humanités, afin de permettre également l’expression sensible des approches et de vécus divers.

Lors de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui a conduit à des sanctions scientifiques, et constatant qu’elles nuisent aujourd’hui au dialogue de long terme avec les universitaires et étudiant(e)s russes, nous appelons à une mobilisation collective en faveur de l’écosystème scientifique palestinien ainsi qu’à un soutien au monde universitaire moyen-oriental dans son ensemble. Nous souhaitons œuvrer à une stratégie de coopération scientifique ciblée en faveur de la paix notamment à travers le programme PAUSE, et en engageant la faculté permanente dans des initiatives concrètes sous la forme de cours, d’échanges et de programmes d’invitations.

Le Conseil d’Unité du CERI adopte la présente motion dans le but de restaurer le dialogue avec nos étudiant(e)s et de préserver l’université en tant que bastion d’un savoir pluriel, incarnant les valeurs d’une démocratie éclairée.


Communiqué intersyndical du 29 avril 2024 suite à la mobilisation étudiante à la Sorbonne et à la répression du soutien au peuple palestinien

Les organisations syndicales signataires de ce communiqué apportent leur soutien plein et entier aux personnes actuellement mobilisées sur le site de La Sorbonne dans le cadre des actions en solidarité avec le peuple palestinien. Les organisations sont et seront extrêmement vigilantes quant à la gestion de la situation par le rectorat. A ce titre, nous dénonçons la fermeture administrative immédiate1 et l’impossibilité qui est faite notamment aux personnels d’accéder à leur lieu de travail.

L’intervention des forces de l’ordre et les violences associées pour déloger des étudiant·es simplement installé·es dans la cour pour rendre visible leur défense du cessez-le-feu et le respect des lois internationales sont tout simplement inadmissibles. Cette logique répressive est en totale contradiction avec la protection des universités, nécessaire afin d’y favoriser les échanges et discussions, y compris politiques. Elle est dans la continuité de la répression systématique face à toute forme de soutien à la Palestine qui s’est déployée ces dernières semaines et qui met aujourd’hui en péril le fonctionnement démocratique de nos sociétés.

Dans l’ESR comme ailleurs, il est urgent de réagir ! Nous exigeons que la présidence prenne position contre le choix du rectorat de faire entrer la police dans un lieu d’étude, entraînant par là une
répression inévitable.

La CGT Paris 1, Le Poing Levé Paris 1, SAP1, SNESUP Paris 1,
Sud Éducation Paris 1, UNEF Paris 1


Soutien de l’ENS aux étudiant·es qui s’opposent au génocide en Palestine

Non à la répression policière – communiqué des enseignant⸱es et enseignant⸱es chercheur⸱es de Sciences Po Lyon du 7 mai 2024

Nous, universitaires de Sciences Po Lyon, tenons à exprimer notre profonde indignation face à l’évacuation de l’amphithéâtre Pacaut par la police ce vendredi 3 mai. Les images de nos étudiant·es aligné·es contre un mur et contrôlé·es par les forces de l’ordre sont choquantes. Elles nous rappellent s’il était besoin le sens des franchises universitaires. Cette évacuation a eu lieu alors qu’aucun signe de trouble à l’ordre public ne se manifestait et après une nuit d’occupation sans incident. Nous dénonçons avec force la répression et la criminalisation des mouvements sociaux.

Nous sommes solidaires de nos étudiant·es ainsi traité·es alors qu’ils et elles protestent pacifiquement contre des massacres de civil·es et se soulèvent pour le respect des droits humains les plus élémentaires. Quelles que soient nos divergences d’opinion et d’analyse sur la guerre en Palestine et en Israël, nous sommes uni·es pour condamner ce climat délétère où il semble aussi inaudible de condamner les massacres du Hamas et ceux perpétrés par l’armée israélienne. L’indispensable solidarité vis-à-vis des victimes gazaouies n’empêche en rien notre réprobation sans ambiguïté de toute forme d’antisémitisme.

Nos établissements sont des espaces de dialogue, de débat et de diffusion de la connaissance. Autoriser la force publique à pénétrer dans l’enceinte d’une université ne saurait être envisagé qu’en dernier recours, en cas de trouble grave ou d’atteinte à la sécurité des personnes. Nous ne saurions rester silencieux et silencieuses devant la répression policière d’un mouvement étudiant d’envergure mondiale et tenons à maintenir vivante une certaine idée de l’Université comme sanctuaire dédié à la diffusion du savoir et à l’exercice de la discussion collective. Un sanctuaire non pas fermé mais ouvert sur le monde qui souffre au contact de ses soubresauts et forme des esprits critiques, libres et engagés.

Lyon, le 6 mai 2024

Signataires : Lahouari Addi, Julien Barroche, Jérôme Blanc, Gregory Bligh, Amélie Blom, Maya Collombon, Daniel Coronel Crespo, Clément Coste, Philippe Corcuff, Stéphane Corcuff, Charlotte Dolez, Laurent Douzou, Grégory Dufaud, Chloé Gaboriaux, Sandrine Garcia, Isabelle Garcin-Marrou, Carl Holland, Julio Huaco Rosas, Dorna Javan, Emmanuel Jousse, Agnès Labrousse, Catherine Lacaze, Loïck Legreneur, Gwenola Le Naour, Rémy Madinier, Harold Mazoyer, Aurore Portet, Marion Pulce, Jean-Michel Rampon, Cécile Robert, Haoues Seniguer, Théo Sabadel, Samadia Sadouni, Nicolas Sigoillot, Jean Solchany, Aubin Tantot, Laurent Thiong-Kay, Christian Velud.

 



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2024, 4 mai). Soutien à la liberté d’expression et de mobilisation des étudiant·es. Motions et communiqués. Academia. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10sxb

  1. “Madame, Monsieur, Sur décision du rectorat, le centre Sorbonne sera fermé ce lundi 29 avril après-midi. La bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS) sera également fermée. Si vous aviez des enseignements prévus en ce lieu, dans le respect de la liberté pédagogique et en lien avec la direction de votre composante, nous vous invitons à contacter vos étudiants afin de leur indiquer les éventuelles modalités de réorganisation. —  Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne”. Mail reçu le 29/4 à 14:01. []

Une réflexion sur « Soutien à la liberté d’expression et de mobilisation des étudiant·es. Motions et communiqués »

  1. Les “syndicats” et associations d’étudiants avaient la possibilité de contester ab initio la réforme du contentieux disciplinaire des étudiants opérée par la loi de transformation de la fonction publique, ce qu’ils n’ont pas fait, notamment par une QPC. L’importance pratique pour eux de cette réforme va se manifester très concrètement, puisque ce n’est plus le CNESER disciplinaire qui doit traiter en appel des sanctions infligées aux étudiants, mais les juridictions administratives de droit commun, à commencer par les TA (tribunaux administratifs). Et il est bien évident que ce n’est pas la même chose que d’être jugé en appel par des représentants des enseignants du supérieur et des étudiants ou par des juges administratifs de droit commun, moins imprégnés des usages et principes universitaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.