Être de bon ton

Rappel. Chapitre 1: vous avez appris deux ou trois choses intéressantes. Et d’ailleurs depuis vous vous dites que vous alliez scruter vos comportements – en commençant par les courriels.

L’exercice étant délicat, surtout quand vous avez des ordres à donner ou des recommandations à faire, il faut absolument comprendre que toutes  les marques de déférence disqualifient votre propos.

Donc, avant d’envoyer un courriel professionnel, vous *relisez* et *supprimez* les indices d’effacement, comme:

  • le conditionnel
  • les tournures longues.
    L’obséquiosité qu’elles manifestent vous placent dans une position de soumission
  • les adverbes qui servent à adoucir les phrases.

En commençant par supprimer “je peux me tromper mais…” (niveau débutant)

En adoptant la Kill Bill attitude (niveau avancé)

On sait qu’on a franchi un cap dans l’existence quand on arrive à être froide et désagréable avec des interlocuteurs pro en moins de 10 lignes sans montrer aucune marque d’émotion. “Bonjour vous avez fait de la merde voici une solution éventuelle cordialement”

Ou encore en écrivant la même chose avec élégance et politesse (niveau expert).

Ce qui nous permet de conclure avec un petit Bingo ESR

[NDLR: ce billet est le résultat d’un workshop intense. Je remercie ici tous et toutes les participantes de #FemmesESR]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.