Communiqué

Noémi Lévy-Aksu condamnée à 30 mois de prison par la justice turque

Communiqué de l’EHESS, 18 juin 2019

L’École des hautes études en sciences sociales a appris avec indignation, ce vendredi 14 juin 2019, la condamnation par la justice turque à 30 mois de prison de Noémi Lévy-Aksu, docteure de l’EHESS, historienne des pratiques policières et juridiques de l’Empire ottoman tardif, en raison de la signature de la pétition des « Universitaires pour la paix » dénonçant la violente répression frappant les civils kurdes.

Cette sentence inique représente une atteinte grave à ce socle démocratique que constitue la liberté d’expression. Elle s’inscrit surtout dans une répression collective et systématique des universitaires en Turquie. Plus du tiers des 2 212 universitaires signataires de la « Pétition pour la paix » ont d’ores et déjà fait l’objet de poursuites engagées par l’État turc pour « propagande terroriste » ou « insulte à la nation, à l’État et aux institutions ». 194 ont déjà été condamnés, dont 35 à une peine de prison ferme. C’est le cas de Füsun Üstel. Professeure (retraitée) de science politique à l’Université de Galatasaray, co-directrice d’une thèse en cours à l’EHESS, elle a été condamnée à 15 mois de prison sans sursis. C’est aussi le cas d’Ayşen Uysal, professeure de science politique limogée de l’université Dokuz Eylül d’Izmir, membre associée du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC), dont le procès est toujours en cours. Füsun Üstel a été incarcérée suite à son procès. Tuna Altınel, maître de conférences de l’Université Lyon 1 arrêté le mois dernier sous le prétexte de sa participation à une table ronde, est emprisonné sans avoir été jugé.

Il ne s’agit de rien de moins que d’une attaque en règle contre la liberté de penser et d’élaborer en toute indépendance des savoirs indispensables à l’existence d’un débat public et à la vie d’une société démocratique. C’est un nouveau symptôme particulièrement préoccupant d’une menace frappant aujourd’hui des pays aussi différents que le Brésil, la Hongrie ou la Pologne. La garantie démocratique que constitue la liberté académique ne saurait connaître de frontières. C’est dans la capacité des chercheuses et des chercheurs à confronter en permanence leurs réflexions à celles de leurs collègues étrangers, dans une communauté des savoirs à l’échelle internationale, qu’elle se fonde.

Ne nous y trompons pas : c’est notre liberté de citoyennes et de citoyens, ici et maintenant, que touchent au cœur ces nouvelles attaques.

Paris, le 18 juin 2019


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.