École polytechnique : lettre ouverte pour un tournant écologique et social

Le 6 avril 2024, 590 personnes liées à l’École polytechnique ont adressé à la direction et au Conseil d’administration de l’établissement une lettre appelant à une prise en compte sincère et profonde des enjeux sociaux et écologiques actuels. Nous publions ici ce texte en intégralité.

Le 6 avril 2024, les membres de l’équipe de direction de l’École polytechnique, mais aussi les autres membres du Comité exécutif et du Conseil d’administration ont reçu un message inattendu, avec une lettre ouverte en pièce jointe. Rédigé par un collectif réunissant 590 élèves, ancien·nes élèves, chercheurs et chercheuses, enseignant·es et personnels, ce courrier demande à l’École polytechnique, et à toutes les personnes prenant part aux décisions stratégiques, de faire des questions sociales et environnementales une “colonne vertébrale”, un élément structurant dans leur réflexion et leur action.

Insistant sur l’objet social d’intérêt général de l’École polytechnique, sur ses leviers d’action importants et sur sa responsabilité comme école d’ingénieur·es historique et reconnue, les signataires formulent de revendications concrètes, parmi lesquelles :

  • l’adaptation de l’enseignement et de l’aménagement du campus,
  • l’arrêt des relations avec les entreprises les plus polluantes,
  • et la transparence sur les relations avec des partenaires privés.

Nous publions ci-dessous le contenu de cette lettre ouverte, dont le document original (avec les notes de bas de page) peut être lu ici.

Un article paru dans Libération le 12 avril nous apprend que ce document a fait l’objet d’une discussion lors du Comité exécutif de l’École polytechnique le 8 avril.

Le collectif “Polytechnique n’est pas à vendre” soutient les revendications des signataires de ce texte, et appelle la direction de l’École polytechnique à se saisir sincèrement des questions soulevées.


L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE DOIT SE TRANSFORMER EN PROFONDEUR POUR AGIR EN VUE D’UNE SOCIÉTÉ JUSTE ET RESPECTUEUSE DE L’ENVIRONNEMENT

Lettre ouverte aux membres du comité exécutif et du conseil d’administration de l’École polytechnique, au nom des 590 élèves, alumni, et personnel·les scientifiques de l’École signataires.

Madame, Monsieur,

La catastrophe écologique en cours nous impose de repenser en profondeur l’École polytechnique, sa formation et sa recherche. De nombreux·ses étudiant·es, chercheur·euses et membres de la direction se sont déjà engagé·es dans une réflexion profonde sur ces sujets. Nous appelons les membres du conseil d’administration et de la direction de l’École à soutenir ces efforts pour formuler une proposition ambitieuse visant à la restructuration de nos formations et de nos recherches.

Les rapports successifs du GIEC sur la crise climatique et de l’IPBES sur l’effondrement
de la biodiversité sont de plus en plus explicites. Nous devons changer radicalement, et le plus rapidement possible, nos modes de vie pour préserver les conditions d’une vie soutenable sur Terre et rendre notre société plus juste.

La direction de l’École s’est engagée à agir pour les « transitions sociétales et
écologiques » : il est nécessaire de multiplier les efforts dans cette direction, et de montrer que l’École peut se transformer radicalement pour être à la hauteur de ces enjeux.

UN TOURNANT À PRENDRE POUR L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE

L’identité de l’École polytechnique a été fondée comme une réponse aux grands défis
d’intérêt général. À ce titre, les questions sociales et environnementales doivent devenir la colonne vertébrale de l’École pour les années à venir, aussi bien au niveau des formations que de la recherche.

L’École doit devenir porte-parole des centaines de milliers de scientifiques qui alertent depuis des décennies sur la dangerosité de notre trajectoire. Elle doit embrasser l’appel de Klaus Hasselmann, prix Nobel de physique en 2021, à « agir très vite et sans délai en faveur des générations futures » et répondre au désespoir de Jean Jouzel face à la persistance du climatoscepticisme et à l’inertie des décideurs : « J’ai décrit les choses telles qu’elles sont face à un parterre de chefs d’entreprise, et j’ai reçu un accueil glacial. »

L’École a à cœur de dispenser une formation scientifique pluridisciplinaire, et c’est une grande force. Elle a donc les moyens de construire une pensée systémique. C’est une pluralité d’approches, sociologiques, économiques, biologiques, physiques, géologiques, mathématiques, historiques, culturelles et philosophiques, qui permet de comprendre le monde. L’École a la capacité d’enseigner à penser hors du cadre plutôt qu’à reproduire les schémas extractifs, productifs et techno-solutionnistes qui ont mené à la catastrophe environnementale et sociale actuelle. Elle doit se donner l’ambition de former des esprits capables d’identifier et réduire les impacts des activités humaines, pour respecter les limites physiques et biologiques de la planète.

Les efforts fournis pour insérer les défis socio-écologiques dans les cursus académiques et dans les thématiques de recherches doivent s’accompagner d’un questionnement plus général sur le système dans lequel l’École s’inscrit. Comment la recherche est-elle orientée ? Doit-on poursuivre la course à la renommée auprès des grands groupes ? Quel est le sens des classements internationaux qui ne mettent pas au premier plan la qualité et la pertinence de l’enseignement ? Pour que l’École serve véritablement l’intérêt général, ces paramètres doivent être remis en question.

Proposer une autre direction demande beaucoup de courage, mais la complexité du
changement ne peut pas justifier le statu quo. Nous pouvons faire le choix de penser un nouveau monde pour les générations actuelles et à venir.

DES ACTIONS DE L’ÉCOLE À LIER AVEC SES ENGAGEMENTS ÉCOLOGIQUES

Pour assurer sa crédibilité et sa renommée, l’École doit mettre en cohérence ses engagements et ses actions. A ce titre, la mise en place prochaine d’un cours sur les questions environnementales va dans une bonne direction, et nous l’encourageons. Espérons que la création de ce cours permettra d’initier des réflexions à long terme, et que de telles initiatives se multiplieront.

Cependant, l’École continue d’accepter des partenariats avec des entreprises dénoncées par les scientifiques pour leurs activités néfastes, fonctionnant sur un modèle extractiviste et perpétuant la domination des pays développés. Nous ne pensons pas que ces partenariats permettront de rendre ces entreprises plus vertueuses tant que la fonction principale de celles-ci demeure l’accumulation de richesses. Assurons-nous donc de les choisir en phase avec nos valeurs.

Citons en particulier TotalEnergies, dont le président-directeur général siège au conseil d’administration de l’École, bien qu’il s’agisse d’une multinationale connue pour ses multiples « bombes carbone ». Ces projets d’extraction de combustibles fossiles, dont
les émissions potentielles dépassent le milliard de tonnes de CO2, sont contraires aux
recommandations du GIEC ou de l’Agence internationale de l’énergie. Mentionnons
également BNP Paribas et le Crédit Agricole, dans le top 10 mondial des financeurs de ces « bombes carbone ».

Ces entreprises justifient ces projets par la nécessité, entre autres, de financer les énergies alternatives avec les revenus des énergies fossiles. Cependant, de nombreux scientifiques et ONG pointent l’absence de mesures crédibles pour évoluer vers un modèle durable, voire une tendance à freiner le changement. En l’état, leur trajectoire est incompatible avec les engagements internationaux de l’État français. Certaines de ces entreprises sont même dénoncées pour leur communication volontairement trompeuse sur leurs engagements.

NOS DEMANDES POUR UNE TRANSFORMATION DE L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE

Pour être en cohérence avec l’ambition que l’École polytechnique doit se donner, il est nécessaire qu’elle se transforme en profondeur. Certaines mesures mises en place par l’École vont dans la bonne direction (plan climat, évolution de la formation des étudiant·es, formation du personnel administratif), et ces efforts doivent être poursuivis et intensifiés au regard des transformations à mener. Si un changement général de paradigme est nécessaire, avec une volonté étatique forte, l’École polytechnique garde tout de même un fort pouvoir qu’elle peut utiliser pour montrer que la transformation est possible.

Les premières mesures que nous souhaitons voir mises en place par l’École en cette année 2024 sont les suivantes :

1. Transformation de l’enseignement. Former à penser le changement au-delà de la seule perspective de l’innovation technologique. À plus court terme, inclure systématiquement des espaces de discussion, de débats informels et aborder des questionnements éthiques, politiques et écologiques avec des intervenant·es extérieur·es critiques et s’interroger sur le sens et la finalité de chaque enseignement.

2. Arrêt des relations avec les entreprises impliquées dans des « bombes carbone » : TotalEnergies, BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale, Amundi. Exclure du conseil d’administration tous les membres issus de ces entreprises. L’École doit donner un calendrier pour la fin de ces partenariats.

3. Transparence complète sur les partenariats de l’École avec les entreprises et les personnes privées. L’École doit rendre publique chaque année la liste des partenariats établis avec les entreprises et les personnes privées en détaillant les financements accordés, les contreparties, les engagements pris et la gouvernance associée. De nouveaux partenariats ne doivent pas être conclus avec des entreprises qui ne souhaiteraient pas voir ces informations diffusées. Mettre en place des mécanismes de prévention des conflits d’intérêt (notamment, rendre publiques les déclarations d’intérêts des membres de la direction et du conseil d’administration).

4. Formation obligatoire aux enjeux écologiques des membres du conseil d’administration, de même que les enseignant·es, chercheur·euses et services avant la fin 2024.

5. Aménagement du campus en cohérence avec l’objectif défini par la loi de zéro artificialisation nette des sols. Tout projet d’aménagement ou de cession d’un terrain à une entreprise privée doit être décidé de manière démocratique. Les rénovations et nouvelles constructions doivent viser en premier lieu la sobriété, tant dans la définition des besoins que dans les matériaux utilisés et l’énergie consommée (construction et utilisation des bâtiments).

La mise en place de ces propositions devra intégrer pleinement les élèves, les enseignant·es, les chercheur·euses et les personnel·les de l’École. Nous sommes prêt·es à être acteurs et actrices du changement aux côtés de la direction.

Respectueusement,

Élèves, alumni, enseignant·es et chercheur·euses signataires



Citer ce billet
Polytechnique n'est pas à vendre (2024, 16 avril). École polytechnique : lettre ouverte pour un tournant écologique et social. Academia. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w83s

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.