L’éducation nationale du 93 en lutte : forces et enseignements d’une mobilisation en cours

La rédaction d’Académia n’a pas encore beaucoup évoqué l’extraordinaire mobilisation en cours pour l’enseignement public en Seine-Saint-Denis, si ce n’est pour signaler l’existence d’une caisse de solidarité pour les grévistes.

Pourtant, la situation dans laquelle est laissé le service public de l’éducation nationale dans ce département est un scandale gigantesque, qui n’est jamais que l’autre face de l’affaire Oudéa-Castéra ou, si l’on préfère, le revers répugnant mais visiblement accepté du tri social à l’œuvre dans l’accès à l’éducation en France – ce que les personnels de Seine-Saint-Denis ont immédiatement pointé, d’ailleurs, en organisant l’une de leurs premières manifestations de février près du collège Stanislas.

II apparaît désormais très clair qu’on voit se construire dans cette mobilisation en Seine-Saint-Denis des formes de lutte qui pourraient servir de modèle à l’ensemble des mobilisations dans les services publics paupérisés, en premier lieu dans nos services publics universitaires étonnamment silencieux ces derniers mois face aux gels de postes, aux coups de rabots budgétaires, à la précarisation et aux ségrégations croissantes entre étudiant·es et établissements.

Bref retour, donc, sur quelques éléments de cette mobilisation en cours, qui, ce 27 mars, tient depuis un mois.

La lutte des personnels de l’éducation nationale et des parents d’élève de Seine-Saint-Denis a désormais pris une tournure historique dans ce département, à tel point que le souvenir de 1998 resurgit : jeudi 7 mars 2024, à la deuxième semaine de mobilisation, la grève a été majoritaire dans les écoles et les établissements du département (45 % dans le 1er degré, 60 % dans le 2nd degré) ; les piquets de grève, les initiatives des élèves et des parents d’élèves, les AG de villes et les réunions publiques se sont multipliées et massifiées ; et 4 500 manifestant·es du 93 ont défilé en direction du ministère de l’éducation nationale, rue de Grenelle. Mardi 19 mars, iels étaient près de 5000 en tête de la manifestation parisienne pour la défense de la fonction publique.

Visuel de l’intersyndicale, 26 mars 2024

Cette lutte contre l’insuffisance des postes et des moyens et l’augmentation générale des formes de tris entre les élèves s’articule autour d’une question simple : où est l’égalité des chances pour les enfants si vivre dans le 93, c’est vivre des conditions d’éducation différentes des autres départements ?

Elle présente trois caractéristiques principales :

  • des revendications locales très précises, mais, tout en même temps, non séparées d’un discours de dénonciation de l’effondrement national du service public et, tout particulièrement, du principe d’égalité devant l’éducation ;
  • une mobilisation qui associe tant les personnels que les parents – et donc aussi les élèves ;
  • une très grande palette d’actions différentes menées, avec un rythme non monotone.

Chiffrement des doléances

Pour ce qui concerne le premier point, l’un des éléments les plus originaux de cette mobilisation vient du fait qu’elle prend appui sur des doléances chiffrées, au terme d’un important travail d’état des lieux et de recueil des revendications des écoles et établissements du 93 mené par l’intersyndicale Éducation CGT-FUS-SUD-CNT.

Les données collectées sont effectivement terribles, et la force de la mobilisation est de pouvoir prendre appui dessus : les élèves perdent en moyenne un an de cours sur leur scolarité en raison des non-remplacements ; il faudrait 20 collèges de plus en Seine-Saint-Denis, pour avoir des collèges à taille humaine et des classes non surchargées ; dans les 859 écoles primaires (maternelles et élémentaires), 1 professeur·e des écoles et 2 AESH manquent en moyenne par établissement ; etc.

Pancarte, manifestation du 19 mars 2024 (photo : Gilles Martinet)

Diversité de la palette des actions menées

L’autre élément notable de cette mobilisation est la diversité de la palette des actions menées, y compris incluant les parents d’élèves et les élèves.

Si l’on reprend le fil des dernières semaines :

La semaine du 4 au 10 mars a été marquée par une scansion très dense d’actions, sans crainte de la dispersion :

  • Mercredi 6 mars : collèges déserts, les élèves restent chez eux
  • Jeudi 7 mars : grève et manifestation au ministère
  • Vendredi 8 mars : grève féministe pour l’égalité réelle entre femmes et hommes
  • Samedi 9 mars, 11h : manifestations locales dans tout le département, à l’initiative des assemblées réunissant parents et personnels

Banderole, manifestation du 14 mars 2024 (photo : Gilles Martinet)

La semaine du 11 fut du même ordre :

  • Jeudi 14 mars : journée massive de grève et de manifestations en direction de la DSDEN, de la préfecture et du département à Bobigny
  • Vendredi 15 mars : initiative de la FCPE 93 d’une journée d’écoles, collèges et lycées déserts
  • Samedi 16 mars : 16 mars : manifestations locales, à l’initiative des assemblées réunissant parents et personnels, qui auront lieu dans tout le département.

De même pour la semaine du 18 mars, pour laquelle l’assemblée générale du 93 appelle à la grève reconductible :

  • Mardi 19 mars : manifestation en direction du ministère de la fonction publique
  • Mercredi 20 mars : accrochage de banderoles au-dessus du périphérique à toutes les portes menant au 93
  • Jeudi 21 mars : manifestation en direction de Matignon
  • Vendredi 22 mars : actions locales, soirées de soutiens
  • Samedi 23 mars : réunions publiques, manifestations,
  • Dimanche 24 mars : manifestation de parents, élèves et enseignant·es en direction de la préfecture à Bobigny

Des kits de mobilisation sont en place, comme ici et , des réunions d’information avec les parents d’élève sont organisées, des podcasts audio sont montés. Le combat mené est donc particulièrement dense. Et le ministère continue de faire l’autruche.

Côté ESR, une tribune de solidarité avec les personnes mobilisées en Seine-Saint-Denis est parue le 26 mars ; et l’information sur la caisse de soutien aux grévistes circule depuis plusieurs jours sur les différentes listes syndicales des universités. C’est sûr que le sujet doit nous parler : la défense du service public de l’éducation et la dénonciation de la rupture croissante d’égalité dans l’accès à celui-ci, il semblerait que ce soit un petit sujet chez nous aussi.

Bandeau : Affiches de Fred Sochard en soutien à la lutte


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (28 mars 2024). L’éducation nationale du 93 en lutte : forces et enseignements d’une mobilisation en cours. Academia. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4cd


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.