Sciences Po Grenoble : la clôture des mondes

À la suite de nombreuses alertes sur les réseaux sociaux d’une situation de plus en plus dégradée à l’IEP de Grenoble, Academia a enquêté. La situation de violence insitutionnelle est encore pire qu’imaginée.

Publication sur l’expérience d’un enseignant de Science Po, décembre 2022

Le 12 mars 2024, une action organisée à Sciences Po Paris a suscité une flambée médiatique. Le Premier ministre et sa ministre de l’Enseignement supérieur n’ont pas attendu d’en connaître pour vitupérer sur les réseaux sociaux et construire ainsi une menace fantôme. Au fil des heures et du travail d’enquête journalistique, il apparaît pourtant que la situation paraît beaucoup plus complexe que ne l’exprimaient les membres du gouvernement. La construction médiatique à laquelle Sylvie Rétailleau s’est empressée d’apporter son grain de sel n’est pas sans rappeler un triste épisode de sa peu glorieuse prédécesseuse. En effet, fin 2020, Frédérique Vidal avait agité le spectre d’un supposé « islamogauchisme » au sein de la recherche française, suscitant la consternation dans le monde de la recherche – et sur ce carnet. Non contente de son œuvre, au début de l’année 2021, Frédérique Vidal attisait les braises d’une crise interne à Sciences Po Grenoble, dont il a désormais été démontré qu’elle était largement liée à des errements dans les décisions de la direction de cet établissement. Un enseignant avait ajouté un peu de kérozène sur des braises fumantes l’année suivante.

Ces feux de paille médiatique fonctionnent à merveille pour imposer le silence sur ce qui est essentiel aujourd’hui dans l’enseignement supérieur : la dégradation continue des conditions d’emploi et de travail dans les universités. Pour preuve, au moment où la machine médiatique s’emballait autour de Sciences Po Paris, ces mêmes médias – jusqu’à la presse régionale – maintenait un silence de plomb sur la grève des agent·es de Sciences Po Grenoble, organisée ce même jour du 12 mars 2024. Seul l’AEF s’est brièvement fait l’écho de ces actions. La situation est pourtant un reflet des enjeux actuels autour de la souffrance au travail dans l’ESR. Dans un établissement qui se targue de son « ouverture aux mondes », selon le slogan que l’on retrouve sur le site internet de l’institut, l’action des personnels semble plutôt révéler la construction d’une épaisse clôture et d’une omerta sur des formes de management délétère. Cette mobilisation collective, dans un IEP dont la tradition n’est pas favorable (euphémisme) à la grève, devrait pourtant nous interpeller sur l’ampleur de la dégradation des conditions de travail dans l’ESR.

Un encadrement délétère aux conséquences lourdes pour les agent·es

Résultats Vos conditions de travail à l’IEP, 2022, p. 12

Cette grève des personnels fait suite à de nombreuses alertes portées au sein de l’établissement, parfois pour des situations de tensions extrêmes pour certains agents – dont plusieurs ont été contraints contre leur gré à quitter l’établissement, en raison de pressions hiérarchiques. Plusieurs témoignages convergent pour pointer des attitudes inappropriées et des soupçons de harcèlement moral provenant de la hiérarchie de l’établissement. Le CSA ministériel, tout comme l’Inspection santé et sécurité au travail du ministère de l’ESR, ont été alertés à plusieurs reprises. En décembre 2023, l’intersyndicale représentée dans l’établissement a réalisé une enquête sur l’organisation du travail. Les résultats révèlent l’ampleur des ravages d’un management délétère. Si les résultats peuvent être intégralement consultés, on peut en extraire quelques chiffres – ceux mis en exergue par l’intersyndicale :

  • « 51,6% du personnel considère que la parole est “rarement ou jamais” libre au sein de l’IEP ;
  • Plus de 60% des répondant·es considèrent que les instances démocratiques de l’IP sont empêchées d’agir, voire ne sont pas suffisamment informées pour remplir leurs rôles ;
  • Un quart des répondant·es eu un arrêt de travail lié à leurs conditions de travail (hors Covid19, grippe ou autres facteurs non-professionnels) depuis 2 ans ;
  • De trop nombreux témoignages, recueillies dans cette enquête, font état de « soupçons de harcèlement moral », de « management brutal », de « collègues en pleurs », de « représailles lorsque des avis sont exprimés », etc. »

Cette dégradation des conditions de travail semble étroitement liée à la mise en œuvre d’un « nouveau projet d’établissement » et d’une stratégie de management délétère depuis la rentrée 2021. Encore ici, l’omerta semble régner dans l’établissement, puisque l’information sur ce projet paraît bien lacunaire. De fait, alors qu’une agence (dont les liens d’intérêts avec l’établissement semblent étroits) a été grassement payée pour préparer ce projet d’établissement, les personnels de l’IEP n’ont pas eu connaissance du rapport consécutif à cette consultation autrement que par un powerpoint… Est-ce ainsi que l’on forme les étudiant·es dans un institut d’études politiques ?

Externaliser : précarisation et exclusion des personnels de « première ligne »

Depuis la rentrée de janvier, la mobilisation se concentre sur une mesure spécifique de ce projet d’établissement : l’externalisation du nettoyage dans l’établissement, ce qui conduirait à exclure de la communauté de travail de l’IEP les agents qui étaient jusqu’alors en charge du nettoyage1. Comme l’ont exprimé des représentants du personnel de trois autres IEP (Lille, Lyon, Rennes) dans un communiqué de soutien à la grève du 12 mars à Grenoble :

« Refuser l’externalisation des agents de nettoyage est une manière d’affirmer que le travail de ces agents n’est pas une marchandise, qu’ils et elles ont le droit de ne pas s’user par une intensification du travail sur des horaires indécents, qu’ils et elles ont le droit d’être payés à la même date que les agents qui travaillent dans l’établissement, et qu’ils et elles ont le droit de ne pas dépendre d’entreprises prêtes à les affecter subitement dans d’autres lieux de travail. En refusant cette externalisation, nous savons que vous affirmez aussi la pleine appartenance des personnels les plus précaires à un collectif de travail contre la fermeture aux mondes que représente l’externalisation. Un institut d’études politiques n’a jamais fonctionné, ne fonctionne pas et ne fonctionnera jamais sans l’implication des agents les plus précaires. »

Les informations dont nous disposons indiquent que les élus au Comité social d’administration de l’IEP n’ont pas adopté un avis favorable à cette externalisation, contrairement à ce qu’a laissé entendre la direction dans une communication à la presse régionale – le Dauphiné Libéré n’a pas jugé utile de vérifier ses informations en donnant la parole aux premiers intéressés. La direction de l’IEP a également communiqué en avançant un argument : celui du plafond d’emploi, qui serait atteint au sein de l’établissement et justifierait de supprimer des postes d’agents de catégorie C afin de permettre la création d’un poste de catégorie A. Non seulement l’argument d’externaliser les agents au bas de l’échelle pour privilégier les plus aisés témoigne d’une singulière conception de ce qu’est un collectif de travail dans l’ESR, mais cet argument s’est trouvé invalidé… En effet, les administrateurs de l’établissement ont constaté que ce plafond d’emploi n’était pas atteint.

C’est probablement face au refus d’entendre une pétition largement signée dans l’établissement et face aux arguments discutables de la direction que se sont mobilisés les étudiant·es de l’IEP. Ces derniers entrent en mobilisation à partir de mi-février, en organisant notamment une journée de blocage le 21 février, ou encore en intervenant vivement lors de la cérémonie de remisedes diplômes le 16 mars 2024.

La répression aveugle, symptôme de l’omerta et de la fermeture aux mondes

Depuis plusieurs mois, la direction de l’IEP de Grenoble semble concevoir ses relations avec les étudiant·es par un prisme toujours plus disciplinaire. Déjà, suite à « l’affaire de l’IEP », les élu·es étudiant·es avaient été amenés en conseil de discipline collectivement. Les dix-huit étudiant·es concerné·es avaient presque tous été acquittés. Cet échec n’avait pourtant pas interrompu la spirale répressive : à l’automne 2023, deux étudiant·es ont été exclus pour deux ans, en raison d’une intervention critique lors d’une conférence de la DGSE au sein de leur établissement. Début mars 2024, ce sont six étudiant·es qui étaient traduits devant le conseil de discipline, pour un sit-in…

Dans cette quête fiévreuse de la sanction, la spirale semble bien engagée depuis plusieurs mois, si bien que l’on peine à comprendre la rationalité de pratiques qui semblent dépasser toutes les limites. En avril dernier, lors des mobilisations contre la réforme des retraites, plusieurs témoins extérieurs à l’établissement disent avoir assisté à une scène au cours de laquelle une personne en responsabilité dans l’IEP portait des coups à des étudiant·es. Malgré les témoignages répétées et convergents, l’agent concerné semble avoir poursuivi son travail dans l’établissement sans être jamais inquiété. La direction semble avoir complaisamment classé ce dossier. Autre affaire : depuis début 2023 et jusqu’à ces derniers jours, plusieurs alertes concernent des photographies réalisées par une personne en responsabilité dans l’IEP, qui multiplierait les prises d’images d’étudiant·es et du personnel, à l’intérieur et à l’extérieur de l’établissement, sans leur accord, à des fins de surveillance et de sanctions. La direction de l’IEP aurait été informée et n’aurait pas condamnée ces pratiques.

Intervention des étudiant·es lors de la remise de diplômes du 16 mars 2024. Credit: anony.

Un palier a encore été franchi dans la matinée du 21 mars 2024, lorsque trois étudiant·es ont été sanctionné·es – ou, selon la novlangue applicable à ce cas d’espèce, exposé·es à des « mesures d’éloignement » en raison du danger qu’ils représenteraient pour l’établissement (sic). Ils sont interdits d’accéder à leur lieu d’études pour une durée de trente jours. Que leur est-il reproché ? Les motivations sont floues : elles oscillent entre le reproche d’une simple prise de parole en assemblée générale et le reproche d’avoir participé à un blocage de l’entrée de l’établissement… alors même que les étudiant·es ne sont pas rentré·es dans l’établissement lors de leurs journées d’action. Fait troublant, alors même que les personnels n’étaient pas informés de ces sanctions à l’encontre de ces étudiant·es, l’UNI adressait déjà son communiqué d’approbation et de soutien à la direction de l’IEP. Qui, au sein de la hiérarchie de l’IEP de Grenoble, a fourni ces informations à l’extrême-droite étudiante ?

Quoiqu’il en soit, ni l’UNI ni la direction de cet IEP ne craignent le ridicule, puisque, parmi les étudiant·es sanctionné·es, il a rapidement été établi que certains n’étaient pas présents à Grenoble au moment des faits qui leur étaient reprochés. La mobilisation des étudiant·es et des personnels a ainsi contraint la direction à reculer dans sa stratégie répressive, en annulant certaines sanctions… mais, sans crainte de s’enferrer dans le ridicule, elle s’obstine à maintenir les autres en sanctionnant ainsi des prises de paroles (réelles ou supposées) des étudiant·es concerné·es.

Briser le silence et les clôtures des mondes

Interpellés par les organisations syndicales le 7 mars 2024, les élus locaux restent encore silencieux, à l’exception des députées Rachel Kéké et Elisa Martin, qui sont allées apporter leur soutien à l’occasion d’un rassemblement devant l’IEP, le 8 mars 20242 Quid du reste du personnel politique local, dont une partie est issu de cet établissement ? Quid de Monsieur le Maire de Grenoble, Éric Piolle, qui a fait le choix de mener des stages « en immersion » auprès des professions de « première ligne » dans les services publics? Celui-ci n’a pas encore répondu présent pour défendre les agents de l’IEP : qui l’interpellera ?

Dans un établissement où les agent·es témoignent au quotidien de leurs craintes de « représailles » s’ils osent prendre la parole, la journée de grève du 12 mars constituait un événement. Face à cela, nous pouvons déplorer que la presse nationale comme régionale reste silencieuse et continue de remettre des pièces dans la machine à créer des paniques morales fondées sur des bribes d’informations. Les conditions de travail dans l’enseignement supérieur – et même dans les IEP – s’effondrent, et le monde politique et médiatique continuent de regarder ailleurs.

Sur Academia



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2024, 20 mars). Sciences Po Grenoble : la clôture des mondes. Academia. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1xm

  1. Voir le résultat de l’enquête sous ce lien. []
  2. NDLR. L’élu local Simon Billouet indique en commentaire avoir apporté son soutien dès le 22 février 2024. []

Une réflexion sur « Sciences Po Grenoble : la clôture des mondes »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.