Manifeste des universitaires suisses pour la grève féministe du 14 juin 2019

Les femmes travaillant à l’université en Suisse se sont mise en grève le vendredi 14 juin 2019, rejoignant un formidable mouvement féministe qui a rassemblé plus de 500 000 personnes dans les manifestations.

À cette occasion, les universitaires ont publié un manifeste académique pour la grève féministe. Academia le reproduit en solidarité, en y adjoignant le texte circulaire publié par les femmes travaillant dans les départements de science politique.

Manifeste académique pour la grève féministe

Nous sommes des scientifiques de différentes disciplines et nous allons nous mettre en grève le 14 juin 2019. Les femmes* sont systématiquement et massivement sous-représentées au sein des universités et des hautes écoles spécialisées suisses. Cet état de fait a des conséquences fondamentales sur les processus de production et de transmission du savoir. Nous portons les revendications suivantes en lien avec notre environnement de travail :

  1. Jusqu’à ce que 50 pourcent des postes professoraux soient occupés par des femmes* dans toutes les disciplines, chaque université et haute école suisse doit pourvoir les postes professoraux nouvellement mis au concours par des femmes* à hauteur de 50 pourcent. Les femmes* ne doivent pas être renvoyées à des emplois moins bien dotés. Le même principe vaut pour tous les organes directeurs et postes académiques des hautes écoles et des universités.

  2. Nous exigeons un salaire égal pour un travail égal, sans distinction de genre. Pour cela les classifications salariales individuelles et les barèmes salariaux doivent être rendus transparents.

  3. Chaque poste professoral doit permettre le job sharing. Toutefois, le job sharing n’équivaut pas à fournir la même quantité de travail pour la moitié du salaire. Seule une réelle réduction de la charge de travail permet une meilleure compatibilité des activités professionnelles et extra-professionnelles.

  4. Au minimum 50% des postes faisant suite au doctorat et financés par les universités doivent être de durée indéterminée.

  5. L’enseignement et la recherche doivent être rémunérés à leur juste valeur. Le fait que les privat-docents doivent enseigner gratuitement afin de ne pas perdre leur titre doit être immédiatement aboli. Les titulaires de contrats d’enseignement et de mandats ne doivent pas avoir à attendre la fin du semestre pour recevoir leur rémunération.

  6. La parité de genre est requise au sein de chaque commission de recrutement, de chaque jury et de chaque organe décisionnel du Fonds national suisse FNS de la recherche scientifique, ce pour chaque discipline.

  7. Afin de garantir des procédures de recrutement équitables et une gestion du personnel sensible aux dimensions de genre, nous exigeons des formations continues obligatoires pour les personnes siégeant dans des commissions de recrutement ou qui occupent des fonctions de cadres.

  8. L’enseignement de même que les procédures administratives au sein des universités et hautes écoles suisses doivent être attentives aux questions de genre. Nous exigeons pour cela des mesures de sensibilisations adaptées aux fonctions de chaque groupe professionnel concerné au sein des hautes écoles et des universités suisses. L’enseignement doit sensibiliser à un usage de la langue prenant en compte les questions de genre.

  9. Nous appelons à des mesures globales pour une meilleure compatibilité des activités professionnelles et extra-professionnelles.

  10. La mobilité (notamment pour les mesures d’encouragement) doit être promue, mais ne doit pas constituer un impératif.

  11. Les obligations professionnelles régulières, telles que les réunions ou les séances administratives liées à l’institution doivent avoir lieu durant la semaine et se terminer à 17 heures.

  12. La vie familiale doit être rendue possible dans les universités et les hautes écoles et les familles doivent être soutenues. Nous exigeons l’introduction et le développement du congé parental, afin qu’un partage équitable des gardes d’enfants et des tâches éducatives soit réellement possible.

  13. La couverture légale et financière du congé parental doit également être assurée dans le cadre des projets financés par des fonds tiers. Le congé parental ne peut être déduit de la période de recherche définie pour le projet au détriment des chercheuses et chercheurs.

  14. Les infrastructures pour la garde d’enfants au sein des hautes écoles et des universités doivent être renforcées. Un nombre suffisant de places de crèche à des prix abordables doit être garanti, de même qu’une offre suffisante d’espaces parents-enfants.

  15. Nous exigeons que les acquis pour lesquels le mouvement féministe s’est battu – comme la mise en place d’études genre dans les universités ainsi qu’au sein de différentes disciplines – soient étendus et non pas démantelés.

  16. Nous exigeons davantage de moyens pour la prévention et la répression du harcèlement sexuel au sein des institutions universitaires.

  17. L’instrument d’encouragement qui soutenait spécifiquement les femmes* en lien avec leur situation familiale aux niveaux doctoral et post-doctoral (Marie Heim-Vögtlin) a été aboli par le FNS au profit d’un format se réduisant à l’excellence à partir du niveau post-doctoral. Nous appelons à la création de nouveaux instruments d’encouragement et au renforcement des instruments existants, afin que les jeunes chercheuses et chercheurs indépendamment de leur situation familiale ou de leur genre et des réseaux professionnels liés au genre, bénéficient des mêmes perspectives professionnelles.

  18. Les coming out forcés, les imputations erronées de genre et les assignations de genre superflues doivent être combattues au sein des hautes écoles et des universités. Nous exigeons des adaptations administratives et institutionnelles pour les personnes non-binaires, trans et inter ; par ex. adaptations simplifiées ou suppression de l’indication de genre et toilettes non-genrées. Nous exigeons des formations à destination du personnel ainsi que des services compétents sur ces questions dans toute université et haute école.

  19. Les discriminations liées au genre et à l’identité de genre sont étroitement liées à d’autres types de discriminations telles que celles fondées sur la racialisation, la religion, les origines sociales ou géographiques, l’orientation sexuelle, l’âge ou le handicap. Nous demandons à ce que les discriminations liées au genre au sein des établissements de recherche soient combattues dans une perspective multidimensionnelle et intersectionnelle.

  20. Enfin, nous exigeons des mécanismes et des mesures de contrôle réels et contraignants pour mettre en œuvre l’égalité des genres.

Nous nous solidarisons avec le personnel non-académique des hautes écoles et des universités qui s’engage pour des conditions de travail meilleures et égalitaires, ainsi qu’avec les étudiant-e-s en grève. Nous soutenons par ailleurs toutes les autres revendications émises dans le cadre de la grève des femmes*.

Lettre circulaire des femmes dans les départements de science politique suisses

Chères et chers collègues,

En ce jour de grève des femmes*/grève féministe en Suisse, les collaboratrices* scientifiques des départements de science politique suisses ont rédigé la déclaration ci-dessous.

Veuillez également trouver le manifeste académique pour la grève féministe du 14 juin 2019 en Suisse disponible en ligne en français et en anglais.

***See below for the English version of the statement*

Chères collègues et chers collègues,

Aujourd’hui, les femmes* de Suisse font grève pour demander l’égalité entre homme* et femme* – Egalité. Point final!

Beaucoup d’entre nous qui travaillons au sein d’un département de science politique en Suisse participons à cette grève pour souligner la sous-représentation systématique et l’invisibilité des femmes*, les écarts salariaux entre hommes* et femmes*, la dévalorisation systématique de travail réalisé par les femmes*, la discrimination ou d’autres facettes des inégalités de genre.

La grève des femmes* offre une opportunité d’attirer votre attention sur la sous-représentation des femmes* sur notre lieu de travail, dans les départements de science politique. Au sommet de la hiérarchie académique la sous-représentation des femmes* est flagrante. Alors que les femmes* représentent plus de 50 pourcents des étudiant-e-s et environ 46 pourcents du corps intermédiaire, elles représentent seulement 27 pourcents des professeur-e-s – ceci variant entre 0 et 54 pourcents. Ce lien vous permet de voir les chiffres exacts par département en Suisse.

Nous, les collaboratrices* scientifiques des départements de science politique suisses, dénonçons les inégalités qui persistent sur notre lieu de travail. Au-delà de raisons éthiques, notre contestation s’appuie sur des études qui ont montré que la sous-représentation de femmes* a des conséquences négatives pour les femmes* (von Hippel et al. 2015), pour le lieu de travail dans son ensemble (APSA Report on Women’s Advancement in Political Science 2004), la discipline (Dion et al. 2018), l’ambiance dans les cours et les séminaires (Hall and Sandler 1982, Britton 2016) et les étudiant-e-s (Hurtado 2001, Carrell et al. 2010).

C’est pourquoi nous demandons que les départements de science politique

  1. S’engagent pour une représentation paritaire des hommes* et femmes* à tous les niveaux hiérarchiques. Ceci implique de…
    • …renforcer la transparence en récoltant et diffusant des données sur la sous-représentation des femmes* dans les départements de science politique en Suisse.
    • …augmenter la visibilité des femmes* en science politique en promouvant leur travaux – ceci signifie par exemple de les les inviter à des conférences, workshops et séminaires.
    • …prendre au sérieux le phénomène de leaky pipeline et se battre contre ce phénomène – par exemple, en réévaluant les exigences de mobilité, en favorisant les publications à plusieurs auteur-e-s (hommes* et femmes*), en créant plus de postes avec possibilité de stabilisation, permanents et à temps partiel.
  2. Prennent au sérieux les demandes de la part de femmes* pour l’égalité salariale – non seulement pour les chercheuses mais aussi pour toutes les femmes* qui contribuent aux fonctionnements du département (i.e. administration, nettoyage, cuisine).

Nous souhaitons aussi porter votre attention aux demandes des femmes* dans l’académie ainsi qu’en dehors et nous sommes solidaires avec leurs demandes. Nous vous encourageons à partager ce message, à vous organiser et à participer à la Grève près de chez vous !

Les Femmes* de l’IEP proposent en post scriptum un modèle de message automatique que vous pouvez utiliser dans votre messagerie pour le 14 juin.

Meilleures salutations,

Les collaboratrices* scientifiques des départements de science politique suisses

Dear colleagues,

 

Today women* in Switzerland will go on strike for gender equality – Equality. Full. Stop!

Many of us working at political science departments across Switzerland join the strike to highlight the systematic underrepresentation and invisibility of women*, the persistent gender wage gap, the systematic devaluation of women*’s work, discrimination, and/or other faces of gender inequality.

We take this opportunity to draw your attention to the prevailing female* underrepresentation at our workplace, political science departments. The higher up on the university ladder, the lower the share of women*: While over 50 percent of students at Swiss political science departments are women*, we make up around 46 percent of the Mittelbau, and 27 percent of professors – the latter ranging from 0 to 54 percent (see here for the numbers and additional information).

We, the female* academic staff at Swiss political science departments, raise our voices against this persisting gender inequality in our workplace. In addition to normative reasons, our objection is informed by the magnitude of negative consequences that women*’s underrepresentation has for women* (von Hippel et al. 2015), the workplace as a whole (see, e.g., APSA Report on Women’s Advancement in Political Science 2004), the academic discipline (Dion et al. 2018), the classroom climate (see, e.g., Hall and Sandler 1982, Britton 2016) and students (Hurtado 2001, Carrell et al. 2010) alike.

That is why we demand…

  1. …that political science departments aim for equal representation of men* and women* at each career level within academia. This requires…

o   … getting to the bottom of and making transparent female* underrepresentation in political science through data collection.

o    … improving the visibility of female* political scientists – for example by promoting their work through inclusion in speaker series.

o    … tackling the leaky pipeline – for instance by reconsidering hiring criteria (e.g., lowering the importance of mobility, increasing the relevance of mixed-gender co-authorships) and creating more tenure-track, permanent, and part-time positions.

  1. …that political science departments take seriously the right to equal pay and the calls for appreciation of academic and departmental work from all women* involved in maintaining the departments’ proper functioning (e.g., academic, admin, cleaning, and kitchen staff).

We also draw your attention to and solidarize with the demands from women* inside and outside of academia alike. We encourage you to share this email, organize, and partake in strike activities near you!

Best,

Female* academic staff at Swiss political science departments


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.