“Quelque chose a changé dans cette si masculine République des Lettres”. Tribune

Academia reproduit un tribune publiée dans Le Monde daté du 8 mars 2024 sous le titre Violences sexuelles. « Ce qui se passe dans le milieu du cinéma se passe aussi ailleurs, à l’université, dans les écoles, dans l’édition ». Plusieurs membres de la rédaction en ont initié l’écriture ou en sont signataires. Academia, à la suite de Mediapart, documente depuis 2019 les violences faites aux femmes universitaires, du harcèlement ordinaire sur les listes professionnelles au meurtre, en passant par la prédation du travail, les violences sexistes & les agressions sexuelles, les viols, l’emprise, le harcèlement moral, le licenciement, les menaces de mort, le déni ou plutôt la maltraitance institutionnelle, et leurs effets, à commencer les atteintes à la santé physique et mentale, la censure, l’auto-exclusion jusqu’au suicide, soit plus de 250 billets décrivant la façon méthodique de nier atteintes majeures à l’égalité et à la sécurité des conditions de travail des femmes à l’université.

Collage féministe à Périgueux, France (2022). Crédit: Anthony Baratier, 2022.

Ce billet rend ainsi hommage à toutes celles qui ont pris la plume ou le clavier pour offrir à toutes et à tous des outils pour décrir et analyser les violences subies à l’intersection du genre, mais aussi de la race, du handicap, de la classe — et donner aux autres des moyens, y compris judiciaires, pour se défendre.

*
*   *

Toutes, nous les connaissons toutes, toutes ces histoires qui circulent quand même, en dépit du silence, entre chercheuses, entre enseignantes, entre étudiantes, entre éditrices, entre écrivaines, entre artistes, collègues, amies, à l’université, dans les maisons d’édition, dans les festivals de littérature, dans le monde des arts.  Des histoires comme on se donne des nouvelles des dernières victimes recensées,  des dernières injustices accomplies.

Jamais la Littérature n’a adouci les mœurs : dans les départements de Littérature, dans les laboratoires, dans les UFR,  mais aussi dans toute l’université, dans les bureaux des maisons d’édition, dans toutes les coulisses possibles de l’écriture littéraire et scientifique, dans les coulisses de la création. Dans les couples aussi. La condamnation du professeur émérite, spécialiste du lyrisme et poète, Jean-Michel Maulpoix [Prix Goncourt de poésie 2022, auteur Gallimard]  à dix-huit mois de prison avec sursis1 pour « préjudice » infligé à son épouse, rencontrée quand elle était étudiante,  chercheuse et enseignante en lettres, confirme que ni la Littérature, ni l’université, ne sauvent les femmes.

Depuis que nous sommes étudiantes, depuis que nous sommes doctorantes, depuis que nous sommes enseignantes, depuis que nous sommes assistantes d’édition, éditrices, écrivaines, chercheuses, artistes, depuis que nous sommes vacataires, précaires,  depuis que nous sommes jeunes ou vieilles.

À chaque étape, nous avons subi ou pris connaissance d’injustices, d’agressions, de viols, d’intimidations, de silences imposés, menaces, brutalités, opérations en tous genres qui rabaissent,  de vols de savoirs, de chantages, de destructions d’œuvres, même.

De l’impunité sous toutes ses formes.

De l’impunité, au résultat, de proclamés « Lettrés » ou « Diplômés » qui se comportent souvent comme des prédateurs, presque toujours comme des êtres supérieurs. 

On peut remplir des pages et des pages avec toutes ces histoires.

La hiérarchie se marie parfaitement avec sexisme et misogynie.

Il y a les insultes balancées par un poète institutionnel et il y a les ralentissements de carrière, les opérations de séduction misérables, à tous les âges, pour monnayer les postes, les contrats, les avancements.  

Mais alors, avec #Metoo, en littérature, à l’université, dans l’édition, rien n’a changé ? 

Rien n’a changé dans ce petit monde académique des Lettres, dans le milieu littéraire et éditorial qui cohabite avec lui dans l’amour des livres, de la science, des arts, dans l’université en entier ? Rien n’a changé dans ce pays dont le président, sans honte, à la télévision, soutient un présumé innocent violeur et agresseur multirécidiviste ?

Si. 

Quelque chose a changé dans cette si masculine République des Lettres.

Certaines histoires sont si fracassantes qu’elles en deviennent forcément publiques, spectaculairement. Il n’est plus possible de nier. Ce qui se passe dans le milieu du cinéma se passe aussi ailleurs… à l’université…dans les écoles, dans les maisons d’édition… dans le monde des arts… partout… ? Qui se souvient du féminicide d’Hélène Rytmann par le philosophe Louis Althusser ?

Cécile Poisson, nous voulons aujourd’hui te rendre hommage.

Cécile Poisson (1975-2023)

Pour que ta mémoire et ton souvenir nous aident à ne plus nous laisser violenter d’une manière ou d’une autre.

Au nom des femmes.

Cécile, tu étais enseignante-chercheuse en Lettres, spécialiste des mythes en littérature, sentinelle « Égalité » dans ton université.

Cette année, tu aurais eu 49 ans. 

Tu as été assassinée, le lundi 20 mars 2023, par un homme « cultivé », « diplômé », tout ce qu’il faut sur le CV, ton mari : un assassin surtout.

Ton féminicide a fracassé les murs en béton de l’université au sein de laquelle les femmes sont souvent agressées sexuellement, menacées de chantage, violentées d’une manière ou d’une autre, plagiées, discriminées, sous emprise, sans que leurs aîné.es toujours les soutiennent. 

Face à ces crimes, face à tous ces témoignages d’injustice, nous avons le sentiment que l’omerta règne en puissance2. Les agresseurs se font passer pour des victimes. Ainsi se poursuit la violence en refusant la reconnaissance.

Toutes, nous les connaissons ceux qui agissent pour le pire.

Si tu parles, t’es morte dans le milieu. Ta carrière est morte. Ta réputation est morte. Morte pour de vrai ou morte pour de faux, tu es morte.

Aujourd’hui, #noustoutes, nous signons sans peur, en notre seul nom,  un appel à l’organisation d’États-généraux pour les Femmes dans l’Université, dans l’Édition, dans la Littérature. Et nous appelons nos amies historiennes, philosophes, scientifiques, sociologues, artistes, à nous rejoindre : pour que #MetooUniversité, #MetooLittérature, #MetooPhilosophie #MetooArts, #MetooSciences,  inventent  un autre monde aussi : sans déni, sans injustice, sans prédation.

Premières signataires enseignant·es-chercheur·ses : Martine Delvaux, Université du Québec ; Camille Froidevaux-Metterie, Université de Reims ; Charlotte Lacoste, Collectif de lutte contre le harcèlement à l’Université (Cha-U.fr),Université de Lorraine; Marielle Macé, EHESS; Laure Murat, UCLA; Christine Planté, Université Lumière-Lyon2; Tiphaine Samoyault, EHESS; Gisèle Sapiro, EHESS; Jennifer Tamas, Rutgers University

Premières signataires Autrices: Marianne Alphant; Marie Darrieussecq [Prix Médicis 2013] ; Hélène Devynck [Impunité, 2013] ; Annie Ernaux, [Prix Nobel Littérature 2022] ; Liliane Giraudon; Leslie Kaplan; Kaoutar Harchi; Camille Kouchner [La Familia grande, 2021]; Lola Lafon; Léonora Miano [Prix Goncourt Lycéens 2006]; Nathalie Quintane; Lydie Salvayre [ Prix Goncourt 2014; Vanessa Springora [Le Consentement, 2020; Laura Vazquez [Prix Goncourt Poésie 2023] ; Alice Zeniter [Prix Goncourt Lycéens 2017]

Tribune à l’initiative de : Alice de Charentenay, Université Paris I; Dominique Dupart, autrice, Université de Lille; Aurélie Foglia, autrice, Université Sorbonne Nouvelle ; Marie Fontana, Paris, Lycée Lamartine ; Sophie Hache, Université de Lille; Christine Marcandier, Aix-Marseille Université; Magali Nachtergael, Université Bordeaux Montaigne ; Adrienne Petit, Université de Lille ; Emilie Picherot, Université de Lille; Lise Wajeman, Université Paris-Cité

Liste complète sous ce lien

Sur Academia

Parmi les billets récents



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2024, 8 mars). “Quelque chose a changé dans cette si masculine République des Lettres”. Tribune. Academia. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vznj

  1. Sur cette affaire effroyable, voir “Le Goncourt de poésie Jean-Michel Maulpoix condamné pour avoir frappé sa femme“, par Sarah Brethes, Mediapart, 27 février 2024 et Laure Helms, victime de violences conjugales : « Il faut garder les yeux ouverts et demander si tout va bien », Camille Balzinger, Rue89, 8 mars 2024. []
  2. Sur l’omerta, voir la série de billet “Omerta mode d’emploi” sur Academia. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.