Liberté académique en Allemagne: Déclaration de l’Association allemande d’anthropologie sociale et culturelle (GASCA)

Stellungnahme des Vorstands zur Wissenschaftsfreiheit in Deutschland

12 février 2024

En tant que comité exécutif de la Société allemande d’anthropologie sociale et culturelle (GASCA), nous souhaitons vous faire part de notre profonde inquiétude quant au fait que les chercheur·es travaillant en Allemagne voient leurs droits fondamentaux à la liberté académique et à la liberté d’expression de plus en plus restreints. La recherche et les échanges universitaires internationaux risquent d’être compromis si des chercheur·ses renommé·es qui travaillent à l’échelle internationale et qui viennent en Allemagne avec leurs engagements et des convictions politiques sont empêché·s de poursuivre librement leurs travaux ou de faire des déclarations publiques en Allemagne.

Nous insistons sur la nécessité absolue de combattre l’antisémitisme, le racisme et l’islamophobie en Allemagne et dans le monde. Toutefois, cet objectif ne peut être atteint par la surveillance des universitaires, de leur travail universitaire ou des déclarations qu’iels font en tant que personnes privées, comme cela a été porté à notre attention dans plusieurs cas en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Nous sommes préoccupé·es par le fait que des universitaires, en particulier celleux qui viennent en Allemagne de contextes où les discussions politiques sont menées différemment, et/ou celleux qui ont un emploi non-permanent, doivent craindre pour leur réputation ou se sentent limité·es dans leur liberté d’expression lorsqu’iels commentent le conflit israélo-palestinien. Les différends relatifs à ce conflit ne peuvent être compris exclusivement au prisme des théories critiques de l’antisémitisme. Il est nécessaire et légitime de prendre en compte les dimensions historiques, politiques, religieuses, culturelles, économiques, ethniques et nationalistes du conflit. La marginalisation des universitaires qui exercent leur liberté académique et leur liberté d’opinion, telles qu’elles sont inscrites dans la loi fondamentale allemande, ne doit pas devenir le véhicule par lequel les débats sont façonnés dans ce pays ; au contraire, ces actes de marginalisation empêchent les débats nécessaires.

La terreur, la guerre et la destruction en Israël/Palestine, ainsi que les souffrances incommensurables de toutes les parties, ont provoqué une intensification du positionnement politique et une polarisation du débat public. Cela est particulièrement vrai pour les débats sur les plateformes de médias sociaux telles que Facebook et X (anciennement Twitter). Ces intensifications peuvent devenir problématiques si elles réduisent des discussions complexes à quelques caractères et sont instrumentalisées pour des attaques simplistes, souvent tendancieuses. Nous voyons notre sphère publique façonnée par des jugements réducteurs de dynamiques conflictuelles socialement complexes et des accusations d’antisémitisme sans discernement qui conduisent de plus en plus à la rupture des conversations. C’est pourquoi nous insistons sur le fait que l’une des tâches essentielles des universités, des instituts de recherche et des institutions culturelles doit être le maintien d’espaces pour que des discussions difficiles puissent avoir lieu dans des moments sociaux très polarisés. Ces tâches sont liées à la responsabilité de prendre position contre toutes les formes d’antisémitisme, de racisme et d’islamophobie, qui détruisent les fondements de la coexistence et de la coopération démocratiques. Si les universités et les instituts de recherche ne parviennent pas à cultiver des espaces de discussion, y compris des discussions où nous pouvons être en désaccord les uns avec les autres, et s’ils ne peuvent pas contrer les condamnations hâtives par des débats ouverts, ils contribuent à détruire la confiance des publics démocratiques et font le jeu du populisme extrémiste.

Nous sommes profondément préoccupé·es par les attaques dont font l’objet en Allemagne des intellectuel·les renommé·es et internationalement respecté·es tel·les que Masha Gessen et Ghassan Hage. En tant qu’anthropologues sociaux et culturels en Allemagne, nous sommes convaincu·es que les débats dans les cercles universitaires et de la société civile doivent renouveler leur engagement en faveur de la discussion, de la dissidence et de la coopération au-delà des différences afin de permettre des changements constants de perspective et de remettre en question les certitudes épistémiques et politiques. Nous exhortons les universités et les instituts de recherche à s’engager à construire et à entretenir des espaces de discussion et de rencontre qui accueillent la pluralité et la contradiction. Ce n’est que dans ces espaces que des points de vue diversifiés, soigneusement raisonnés et empiriquement fondés peuvent être développés et mutuellement critiqués, afin que nous puissions apprendre les un·es des autres.

Voir aussi

Tribune. Pour la défense de la liberté académique en Suisse

 



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2024, 4 mars). Liberté académique en Allemagne: Déclaration de l’Association allemande d’anthropologie sociale et culturelle (GASCA). Academia. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vy3k

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.