Harcèlement et viols à l’Université : quelles solutions ? 

Update – 19 juin 2019

Le mois de mai dernier, Lenaïg Bredoux et Sophie Boutboul font paraître sur Médiapart trois articles importants : À l’Université, la parole se libère enfin ; L’université Paris-1 secouée par deux affaires de viol ; Les raisons de l’impunité à l’Université. Academia invite ses lecteurs à en prendre connaissance et à les faire connaître. Pour ma part, je souhaite en proposer une lecture particulière : celle d’une femme qui a pris conscience tardive – en post-doctorat – du sexisme universitaire, de ses mécanismes, du silence, passif et actif, dans lequel il est tenu, et ses conséquences sur la vie des femmes de sciences – et sur la science telle qu’elle se fait. Le harcèlement, qui plus est le harcèlement sexuel et le viol, représentent à mes yeux des outils pour faire taire les femmes, et ce tout au long de leur carrière. Il est donc heureux de voir un grand journal comme Mediapart s’y intéresser dans le sillage de l’affaire #Metoo, avec des partis-pris éditoriaux surprenants, mais intéressants. Les trois articles ouvrent ainsi la voie à une réflexion pratique : comment en finir avec les viols et le harcèlement à l’endroit des femmes?

Pourquoi publiciser des “affaires de mœurs” universitaires?

« Affaires de mœurs » : voilà comment sont souvent dévalorisées les cas de violences sexuelles faites aux femmes ou aux étudiant.e.s à l’Université. Les considérer non comme des chiens écrasés, mais comme la source de nombreux problèmes, voilà le choix que fait Mediapart, dans le sillage de l’affaire Baupin : « Cette enquête en trois volets a été menée durant plusieurs mois. Son sujet est d’intérêt public, posant une question majeure de société, celle des violences sexuelles au sein d’institutions structurées par des rapports hiérarchiques et des relations de pouvoir. C’est évidemment le cas du monde universitaire, de l’enseignement supérieur et de la recherche ».

Ce sont des articles importants par la profondeur de leur investigation ; par les choix éditoriaux qu’elles font à cette occasion et qu’elles rappellent en caveat conclusif :

« Après un premier article concernant le directeur d’un UFR de Paris-Diderot, Fethi Benslama, en décembre 2018, de nouvelles informations nous sont parvenues qui nous ont amenés à élargir notre enquête à plusieurs universités. Comme pour les autres lieux de pouvoir, au-delà des faits rapportés, nous avons cherché à comprendre comment les institutions les avaient gérés et, surtout, à savoir si la parole des victimes avait été entendue.

Dans cet ensemble de trois articles, près d’une dizaine de cas sont évoqués, dont cinq sont détaillés, relevant de circonstances très différentes. Certaines sanctions prises sont définitives, d’autres sont passibles de recours, quand d’autres n’ont pas encore été prononcées – ce sont simplement des procédures qui ont été déclenchées. Les faits sont extrêmement variables, d’un comportement inapproprié (manque de « distance requise ») à des plaintes pour viol. Certains cas font l’objet d’enquêtes pénales, d’autres non. Comme nous l’enjoint l’article 39 quinquies de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse (lire ici), nous avons respecté la demande d’anonymat des personnes ayant témoigné dans les procédures disciplinaires évoquées dans cette enquête. Nous leur avons donc attribué des prénoms d’emprunt. Mais elles ont toutes témoigné sous leur véritable identité dans le cadre des procédures citées, et nous avons vérifié la réalité de leurs témoignages remis dans ce cadre. Tous les cas évoqués concernent des personnages publics, personnalités reconnues du monde universitaire ou de la recherche, connues pour leurs travaux et leurs publications, ayant une visibilité et une notoriété incontestables, en situation d’encadrement dans le cadre de masters ou de thèses ou de projets de recherche, parfois à la tête de départements ou de laboratoires. Titulaires de la fonction publique, leurs responsabilités sont publiques.

C’est pourquoi nous avons choisi de les citer sous leur nom (mes italiques NDLR), tout en veillant au respect de la présomption d’innocence, en sollicitant leur témoignage dans un souci scrupuleux du  contradictoire. De plus, nombre d’entre eux intervenant dans les médias (dont Mediapart) dans leurs domaines de compétence, il aurait été incompréhensible que nous les citions sous leur nom s’agissant de leurs travaux et que nous les anonymisions quand il s’agit d’une enquête les concernant. Il va sans dire que ce choix ne vaut en aucun cas condamnation, et ce d’autant plus que la plupart d’entre eux contestent les faits.

Toutes les personnes citées ont été interrogées soit de visu, soit par téléphone, soit par mail entre décembre 2018 et avril 2019.*

Les personnes ayant témoigné pour ce troisième volet de notre enquête ont requis l’anonymat, ce que nous avons respecté. Nous leur avons donc attribué des prénoms d’emprunt. Mais toutes celles dont les propos ont été cités dans l’article nous ont fourni des attestations en cas de procès.

Sauf mention contraire, toutes les personnes citées ont été interrogées ces derniers mois soit de visu, soit par téléphone, soit par mail.

Yann Le Drezen, après nous avoir renvoyé vers son avocate, a refusé de répondre à nos questions. Tout comme son conseil, indiquant seulement que l’enseignant« conteste fermement les faits qui lui sont reprochés ».

Contacté à plusieurs reprises par mail et par téléphone, Guillaume Gernez n’a pas donné suite aux sollicitations de Mediapart.

Ils bénéficient tous deux du droit à la présomption d’innocence, leur responsabilité n’ayant pas été établie »

 

Les précautions des journalistes ne sont donc pas oratoires. Elles abordent ce sujet – comme les autres affaires de harcèlement  – avec sérieux, en respectant scrupuleusement le cadre légal de la présomption d’innocence. Toutefois, elles mettent en avant à la fois la difficulté à lever un tabou à l’Université, qui pénalise lourdement les victimes. À ce titre, elles jugent que les parties en présence n’ont pas à être traitées de la même manière : par l’anonymat – comme le fait par exemple le CNESER lorsqu’il publie ses jugements au Bulletin officiel [1]. Au contraire, elles choisissent de nommer les personnes présumées innocentes ou condamnées, en leur qualité de fonctionnaires, et de protéger les victimes par la modification du nom, attendu que les journalistes ont pu vérifier leur témoignage porté en procédure. Aussi choisissent-elles – et c’est tout à leur honneur – de traiter le sujet pour ce qu’il doit être : un abus de pouvoir dans l’exercice d’une charge publique,

Il nous faut remercier ces journalistes pour avoir ainsi contribuer à l’eau du moulin d’Academia et de plusieurs associations et personnels universitaires qui s’efforcent de lever le tabou du harcèlement sexuel dans le cadre universitaire, ou – choix que je fais, du harcèlement tout court, jugeant que le harcèlement sexuel, voire le viol, ressort du même continuum que les formes de harcèlement et relève bien de l’exercice abusif d’une domination sociale. Sans faire un compte rendu des articles que vous êtes tous et toutes invitées à lire, nous souhaitons tout de même les analyser à la lumière des outils que les autrices évoquent pour mettre fin à des pratiques trop longtemps tues, qui ont abouti trop souvent à la mort académique de ses brillants éléments[2].

Informer

Si le viol et le harcèlement sexuel restent tabous à l’Université, c’est d’abord parce que l’information est rare. Quelques affaires ont certes défrayé la chronique, comme celle concernant Hervé Le Bras à l’EHESS, mais elles ont souvent été réduites au champ médiatique. Les accusations, les éventuelles sanctions ou relaxes, ne font guère l’objet d’une information interne au sein des universités, quand ces dernières ne se retranchent pas derrière les procédures judiciaires en cours pour refuser d’en informer la communauté universitaire.

Même si ces dernières années, l’information sur les instances et les procédures concernées en cas de saisine pour ce type de délit  – évolution qu’il faut mettre au crédit de l’action des militantes et des militants étudiants, parfois soutenus par les chargé-e-s de mission égalité homme-femme et lutte contre les discriminations, devenus obligatoires depuis la loi Fioraso du 22 juillet 2013 – étudiants, étudiantes et personnels peinent à comprendre qui informer, comment faire, et ce, sans devenir doublement victimes, de la personne harceleuse et des mesures de rétorsion – silence, menaces, disqualifications diverses – de la part des membres de l’Université.

Clarifier la gouvernance de l’université en matière de harcèlement et de comportements inappropriés est une première étape, qui s’adosse nécessairement à la formation des étudiant-e-s, des personnels et des membres des instances décisionnaires.

Former ; s’informer

Il faut ici saluer le remarquable travail accompli par Clasches, Collectif contre le harcèlement dans l’enseignement supérieur, qui apparaît désormais comme un interlocuteur privilégié pour les victimes de comportements sexuels délictueux au sein de l’Université. Animée par des universitaires bénévoles et anonymes, comme le rappelle Mediapart. Le collectif a été créé en 2002, à la suite de l’affaire Hervé Le Bras très médiatisée ; pourtant, il a connu une très longue traversée du désert : « On a le sentiment que cela bouge enfin. Il y a quelques années, on partait perdants sur tous les dossiers, ou presque ; aujourd’hui, on accompagne des victimes, on est reconnu comme interlocuteurs, on obtient l’ouverture de procédures disciplinaires ». Doté d’un site très bien fait, Clasches représente la ressource première des victimes ou des témoins de harcèlement.

https://clasches.fr/

Site web de Clashes, collectif de lutte contre le harcèlement dans l’enseignement supérieur (https://clasches.fr/)

La formation au sein des Universités s’appuie désormais sur les chargé-e-s de mission, qui se sont coordonnées en réseau – Conférence Permanente des chargé.e.s de mission Egalité et Diversité (CPED) – qui invitent des conférences sur le sujet et financent des formations sur le harcèlement. Notons toutefois que ces actions sont prioritairement organisées à la demande et pour les étudiants et les étudiants, nettement moins par et pour les personnels.  L’article de Médiapart signale ainsi d’autres associations qui contribuent par des formations ou répondent aux demandes des universités, comme l’Association contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT). On connaît aussi les Salopettes de l’ENS de Lyon, par exemple, dont nous avons fait suivre les “Conseils aux hommes universitaires”

Alerter

« Îlots de vigilance » : tel est le terme heureux emprunté par Mediapart à Philippe Liotard, maître de conférences à Lyon-I et membre de la CPED, pour qualifier le rôle attentif de personnels et d’étudiants dans la protection des victimes et la poursuite disciplinaire à l’endroit des hommes et des femmes harceleurs présumé-e-s. Nombreux et nombreuses sommes-nous à avoir interprété en ce sens le rôle du comité de thèse – jusqu’à assigner une direction de thèse dans une autre université dans les cas les plus graves. Une action peut émaner des directions ou les Conseils d’UMR ; les médiateurs ou médiatrices peuvent aussi représenter des interlocuteurs ou interlocutrices précieuses. Mais tous et toutes ne sont pas fiables au même titre, puisqu’ils ou elles sont engagées assez diversement dans leur mission, faute de règles claires et d’usages installés encadrant leur action dans ce domaine. Aussi est-il conseillé de commencer par échanger avec Clasches afin d’obtenir une meilleure entrée dans les arcanes d’une institution bien trop protectrice d’elle-même.

Rappelons ici l’analyse lucide proposée en 2005 par Coline Cardi, Delphine Naudier et Geneviève Pruvost

« Ces trois rapports (classe, sexe, race) sociaux ont en commun de fonctionner à l’université sur le mode de la dénégation  au sens freudien du terme. La dénégation consiste en effet à se défendre d’une représentation, d’un désir, tout en reconnaissant l’existence de ce désir, à la différence du déni qui part d’un refoulement total, sans conscience de la représentation niée. Les universitaires se disent ainsi neutres dans leur évaluation au nom de l’objectivité des compétences scientifiques, tout en admettant qu’il existe bien ça et là des abus de pouvoir et des scandales dans le recrutement et la pédagogie, que ce soit dans la préférence de candidats masculins ou la protection d’enseignants qui proposent une version abusive de la libido sciendi. C’est ce qu’on pourrait aussi appeler communément le « double discours ». Dans cette perspective, l’université, dans son fonctionnement, paraît plus proche de la dénégation que du déni  qui consisterait à nier complètement discrimination, sexisme ou abus de pouvoir dans l’institution académique »[1].

.

Reste à chacun et à chacune d’entre nous le devoir d’être le plus vigilant.e possible et de protéger étudiant.e.s et collègues.Nous sommes toutes ou quelqu’un-e-s du moins dépositaires d’histoires difficiles : des mots, des gestes, des attitudes, telles celles qui ont été recensées dans #Payetafac,quand il ne s’agit pas d’harcèlement caractérisé. Faire le choix de se taire, de ne pas défendre les jeunes et moins jeunes collègues et de les protéger contre ce type de comportement est le mécanisme principal de leur perpétuation.

Documenter/ Se protéger

Précisons qu’en cas de faits qualifiés de problématiques par une victime, il est très utile de notifier les faits, en précisant les circonstances (lieu, date, heure), le nom des témoins, ainsi que des attestations desdits témoins des mots prononcés ou des gestes imposés[4]. Ce rapport facilitera l’instruction en cas de poursuites disciplinaires ou pénales.

UPDATE – 19 juin 2019

Le harcèlement a des effets insoupçonnés pour la victime qui découvre le phénomène pour la première fois, tant sur sa santé mentale – anxiété, insomnies, etc. – que sociaux.  Ce qui est intéressant toutefois, c’est que si l’interaction toxique est arrêtée à temps, ces effets secondaires cessent de manière quasi immédiate. Dans le cas contraire, l’instabilité d’humeur que le harcèlement cause a des conséquences que vous ne mesurez souvent pas. L’irritabilité – ou même plus simplement les marques de résistances – trouvent une interprétation sexiste psychologisante. La victime harcelée devient ainsi la source de problèmes que ses collègues souhaitent éviter ; partant, il/elles qualifient la victime de personnalité problématique, etc.

En ayant conscience des effets inconscients ou mal perçus, la victime doit impérativement se protéger. C’est ici que l’arrêt maladie a des vertus insoupçonnées. Se mettre en arrêt maladie est souvent insupportable pour des personnes qui identifient correctement la source du problème, sont soucieuses du travail collectif et des responsabilités qui leur incombent et du fait qu’un arrêt va pénaliser soit les étudiants et les étudiantes, soit les collègues que la victime veut elle-même protéger. Toutefois, l’arrêt est la meilleure façon de faire cesser la relation toxique (pour la victime) et lui permettre de se restaurer au sens plein du terme, tout en lui permettant de préparer une solution – attendu que c’est le harceleur ou la harceleuse qui est la cause du problème.

Qui plus est – point important – les faits de harcèlement sont rarement qualifiés comme tels s’il n’y a pas d’arrêt maladie. Cela semble absurde – mais c’est le résultat d’une expérience partagée, non mesurée, mais réelle.

Enfin – dernier effet vertueux – l’arrêt-maladie peut représenter un signal non nécessaire, mais suffisant pour l’institution ou les collègues de décider de s’emparer du problème et y mettre un terme.Même si ces effets ne sont pas tous automatiques, ils sont néanmoins attestés. L’arrêt-maladie est ainsi le principal outil devant le harcèlement sexuel et participe, avec certitude à sa documentation.  (fin du UPDATE – 19 juin 2019)

Le cas particulier du registre Hygiène et sécurité

Si un personnel est victime – étudiant.e, doctorant.e, homme ou femme agent contractuel ou titulaire – ce dossier aussi précis que possible peut-être porté sur le registre Hygiène et sécurité de l’Université dont dépend l’étudiant ou l’étudiante ou le personnel ; ou encore du CNRS, registre qui est notifié au Comité Hygiène, sécurité, conditions de travail (CHSCT) des instances concernées, que préside le ou la présidente de l’Université ou de l’EPST concernée.

Pour le CNRS, on peut normalement localiser ce registre dans chaque UMR et un registre général à la Délégation régionale pour le CNRS. Les faits les plus graves, comme par exemple ceux qui entraînent la mise en œuvre d’un droit de retrait, doivent être notés dans ce registre régional qui n’est accessible qu’aux représentants du personnel. Toutefois, la remontée des registres est loin d’être systématique. Normalement c’est à l’assistant de prévention de s’en charger mais il n’y a guère de contrôle ; quand il y a un.e assistant.e de prévention, la personne peut être seule à gérer plusieurs registres. Aussi, par souci d’efficacité,  est-il conseillé à la personne qui inscrit quelque chose au registre de scanner ou photographier la page et d’en adresser copie soi-même aux représentants du personnel auprès du CHSCT.

Pour l’Université, on trouve des registres à la Présidence, à la Bibliothèque universitaire, dans les facultés, etc. Ils sont systématiquement consultés en CHSCT, et notifiés à l’autorité administrative à qui le Comité fait des recommandations. Le ou la supérieure hiérarchique du personnel victime est en obligation de signer pour prouver qu’il ou elle a pris connaissance de toute inscription au registre et y indiquer les moyens mis en œuvre pour résoudre le problème.

Deux obstacles conduisent ainsi à limiter la portée : le CHSCT peine quelquefois à émettre des recommandations claires, notamment en raison d’éventuels conflits internes entre catégories de personnel ; plus problématique, l’autorité administrative tient rarement compte de ces alertes ou des recommandations. Plus généralement, la méconnaissance générale des personnels et des cadres conduit à un mésusage ou un usage très insuffisant de cet outil unique pour alerter Universités ou EPST de soucis graves et répétés. Il convient donc de le manier avec précaution, tout en banalisant son usage.

La vigilance doit d’abord être le fait de l’employeur. Mediapart a enquêté auprès des présidences d’Université. Les journalistes ont ainsi mis en exergue la démarche de Jean-Luc Chappey, vice-président en charge des ressources (finances et personnels) de l’Université de Paris-1, décrit sa démarche d’enquête – mise en place d’une cellule d’écoute, audition d’étudiant-e-s concerné-e-s, à mesure que des noms sont évoquées  – avant sa saisine de la section disciplinaire, qui émane du Conseil d’Administration, afin de prononcer une sanction disciplinaire.

Sanctionner

Une victime peut porter plainte et ainsi saisir la justice. Toutefois l’Université a un droit de police disciplinaire et peut prononcer des sanctions à l’endroit des étudiants ou des personnels ayant agi en son sein : c’est la démarche qui nous intéresse ici.

La présidence de l’Université, en cas de saisine, peut faire le choix de faire instruire une procédure disciplinaire. Les articles de Médiapart le soulignent : c’est souvent là – en son cœur – que pèchent les organismes d’enseignement supérieur et de recherche : absence de saisine, et même de réponse en cas de saisine. Les exemples mentionnés par Médiapart, parisiens pour l’essentiel – CNRS, Ined, INRIA, Sorbonne-Université, Paris-1, Paris-8 – ne doivent pas masquer les inégalités de considération sur l’ensemble du territoire, pas plus que quelques affaires défrayant la chronique parisienne ne doivent laisser juger de leur caractère exceptionnel ; qui plus est, ce qui semble de mieux en mieux documenté pour les relations étudiants-personnels ne l’est pas du tout au sein du corps. Bien au contraire, un effort très important reste à mener et il serait judicieux que les candidat-e-s au renouvellement des présidences en cours affichent une volonté politique claire à cet endroit.

Les présidences se saisissent bien plus souvent la section disciplinaire du Conseil d’administration, pour des faits de plagiat, ou de triche aux examens. C’est à cette même section à qui incombe le prononcé d’une sanction à l’encontre des hommes ou des femmes concernés par les accusations de harcèlement. L’article de Médiapart soulève, avec les propos de Delila Allam, vice-présidente du conseil d’administration de Paris-1, l’inadaptation de la section disciplinaire émanant de cette  instance pour le cas de viol dont est accusé Yann Le Drezen : « On s’interroge sur l’adéquation entre la gravité des faits et le résultat. La section disciplinaire qui juge d’habitude des faits de l’ordre du plagiat ne paraît pas adaptée aux violences sexuelles ». Chappey lui-même regrette, dans le cas du géographe, que « les membres de la commission n’ont sans doute pas utilisé à bon escient les mesures disciplinaires disponibles ».

Quelles sont ces sanctions ? Selon ce que nous pouvons lire dans les procédures jugées au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER), qui sert d’instance d’appel des poursuites disciplinaires[5], elles vont de la dégradation d’échelon, de la suspension – avec ou sans retrait de traitement – pour plusieurs mois ou plusieurs années à la révocation pure et simple.

En pratique, la procédure présente plusieurs problèmes, que relèvent les journalistes de Mediapart.

Les victimes ne participent pas à la procédure : elles peuvent être citées, mais pas nécessairement ; dans un cas, leur présence assistée d’un ou d’une avocate a conduit à annuler la procédure pour « vice de forme ». En conséquence, elles ne sont pas informées de l’avancement de la procédure ou de la sanction, et encore moins dédommagées. En ce sens, les procédures disciplinaires sont injustes et inefficaces pour les victimes[6].

Ce sont les pairs qui instruisent les affaires et qui jugent des agresseurs : le grade de professeur requérant la présence de personnes du même grade, à l’exception d’autres corps.

Par ailleurs, l’ensemble de la chaîne disciplinaire présente de sérieuses failles en matière de formation aux questions touchant le harcèlement et à la matière juridique afférente. Mediapart relate – comme nous l’avions fait par le passé – le laxisme du CNESER pour les affaires de harcèlement, ses décisions incohérentes, voire incompétentes – conduisant à l’annulation de certaines décisions en Conseil d’État en raison de plusieurs « erreurs de droit ».

Dernière chose : l’information des communautés universitaires des sanctions prises à l’endroit des hommes et des femmes jugés responsables de harcèlement est encore insuffisante. Pourtant, il y a fort à parier qu’une communication efficace aurait un double effet favorable : encourager les étudiants, étudiantes et personnels de considérer que l’Université est bien le lieu de règlement de ces problèmes de harcèlement ; et convaincre ceux et celles qui se laisseraient trop facilement aller à un comportement intolérable des sanctions effectives qu’ils ou elles encourent et restreindre leurs ardeurs. Le choix de mesures conservatoires, comme la publication des noms des condamnés – comme le propose Mediapart – participera aussi du caractère public de la condamnation. Ainsi on pourra mettre fin à la zone de non-droit qu’est encore l’Université. Car – un article de Human Geography de 2019 le rappelle fort opportunément – « Il est temps de reconnaître comment les carrières masculines tirent bénéfice d’harceler (sexuellement) les femmes à l’Université » (mes parenthèses, NDLR).

À quelques jours de la clôture du scrutin du CNESER, il n’est pas inutile de s’enquérir auprès des candidats et des candidates, ou par la lecture de leur profession de foi, quelles listes mettent l’accent sur des mesures concrètes et efficaces en matière de harcèlement. Et de voter en connaissance de cause.

 

 

Liens

articles Médiapart :

Autres Articles

[1] Voir la chronique « Vice de forme ? » sur ce blog.

[2] L’article de Natalie Zemon Davis en propose une analyse nuancée de plus longue durée : Natalie Zemon Davis, « Les femmes et le monde des Annales », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 02 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/traces/6902 ; DOI : 10.4000/traces.6902

[3] Cardi Coline, Naudier Delphine, Pruvost Geneviève, « Les rapports sociaux de sexe à l’université : au cœur d’une triple dénégation », L’Homme & la Société, 2005/4 (n° 158), p. 49-73. DOI : 10.3917/lhs.158.0049. URL : https://www.cairn.info/revue-l-homme-et-la-societe-2005-4-page-49.htm

[4] Spécialiste de gestion des faits de harcèlement à caractère raciste, Marie Dasylva (@napilicaio sur Twitter) donne nombre d’excellents conseils à l’occasion de ses fils #JeudiSurvieauTaf, qui s’appliquent bien au harcèlement professionnel et/ ou harcèlement sexuel. Je la remercie, ainsi que Sylvie Kleiman-Lafon d’avoir suggéré la partie sur “Se protéger” et l’arrêt-maladie.

[5] Voir la chronique « Vice de forme ? » sur Academia.

[6] Pour une synthèse sur le (dys)fonctionnement des sections disciplinaires jusqu’en 2008, voir Hamel Christelle, « Le traitement du harcèlement sexuel et des discriminations à l’université. La France n’est toujours pas en conformité avec le droit européen ! », Mouvements, 2008/3 (n° 55-56), p. 34-45. DOI : 10.3917/mouv.055.0034. URL : https://www.cairn.info/revue-mouvements-2008-3-page-34.htm


2 réflexions sur « Harcèlement et viols à l’Université : quelles solutions ?  »

  1. Mediapart publie ce 6 juillet 2019 un nouvelle article : https://www.mediapart.fr/journal/france/050719/violences-sexuelles-l-universite-le-gouvernement-ameliore-un-peu-la-loi
    Deux points (en attendant le billet):
    – les victimes pourront (enfin être assisté-e-s d’un-e avocat-e) dans les procédures qui les concernent en matière de harcèlement
    – le gouvernement souhaitait que le CNESER disciplinaire soit “professionnalisé” par une présidence assurée par un conseiller d’Etat. Les syndicats ont rédigé une motion à l’encontre, de peur de laisser la porte ouverte au loup politique.

  2. Merci pour cet article qui fait bien de rappeler que le harcèlement sexuel ne doit pas être ignoré et qu’il y a des solutions.
    Malheureusement, l’Université fonctionne très bien dans le silence vis-à-vis de ce qui ne va pas. Pire encore, ceux et celles qui souffrent ont parfois intérêt à se taire s’ils ne veulent pas se mettre les mauvaises personnes à dos. En somme, selon moi, le harcèlement sexuel envers les femmes rencontrera des “vraies” sanctions et une attention décuplée si l’on parvient à casser cette manière de fonctionner de l’Université, où les rapports de domination s’ancrent avec tant de facilité pour différentes raisons (importance du “prestige symbolique”, autorité de la figure du professeur, carriérisme et opportunisme à tous les étages, culture de la neutralité de la recherche, etc.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.