Harcèlement à l’Université de Haute-Alsace : l’impunité à tous les étages

Les quotidiens L’Alsace et Dernières Nouvelles d’Alsace viennent de publier une enquête fouillée par Catherine Chenciner sur les défaillances des dispositifs de signalement à l’Université de Haute-Alsace, situation qui est « assez symptomatique de ce qui se passe au niveau national ». Le harcèlement moral est pourtant légalement répréhensible dans la fonction publique (Article L135-6 A du Code de la fonction publique).

Extraits.

Alors que la récente affaire Bertrand Pauvert1 professeur de droit public condamné pour harcèlement sexuel à l’encontre d’un étudiant, est dans toutes les mémoires à l’Université de Haute-Alsace (UHA) à Mulhouse, d’autres faits commencent à être dénoncés. Plusieurs membres du personnel décrivent ainsi, non sans émotion, un profond mal-être découlant de la dévalorisation systématique de leur travail, qu’il s’agisse de l’organisation de leurs cours ou de tâches administratives, devant leurs pairs ou les étudiants, de la part de collègues ou d’une hiérarchie directe. […] Des « violences morales » graves et répétées durant des mois, qui ont eu pour effet de leur faire perdre toute confiance en eux, de les « isoler », voire de les rendre malades. […].

Bien que l’UHA affirme avoir une tolérance zéro vis-à-vis des violences sexistes et sexuelles et mis en place, la réalité est bien autre. La défaillance de l’institution, aux procédures peu professionnelles, sans respect du principe de confidentialité, qu’Academia a déjà mis en évidence pour l’UPEC, représente une nouvelle atteinte pour les victimes. Selon ces témoins, non seulement saisir la cellule ne les a pas protégé·es, bien au contraire.

« Je demandais juste des conditions de travail normales »

« Depuis, rien n’a changé, c’est moi qui me suis cachée pour ne pas croiser mon harceleur, j’en suis devenue paranoïaque », confie Sophie. « On nous dit qu’on nous comprend, mais ça ne bouge pas », confirme un autre pour lequel cet « immobilisme » s’explique par « des jeux d’alliances et de pouvoir au sein de la chaîne hiérarchique où on se serre les coudes. »

Sophie conclut sombrement que, dans ces conditions, « la seule échappatoire, c’est partir ».

La mise en place d’un dispositif de signalement des actes de violence, de harcèlement et de discrimination est obligatoire depuis la loi sur la transformation de la fonction publique du 6 août 2019 (dans l’article 80 , complété par un plan national en 2021 ), néanmoins les universités gardent toute latitude pour s’organiser. « Il n’y a aucune directive contraignante sur la composition de ces cellules, ni de formation obligatoire à l’écoute, ce qui ajoute à la violence pour les victimes », confirme Camille, représentante du Clasches , collectif anti-sexiste de lutte contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur.[..] Plus largement, ces questions peuvent être portées dans les facultés par des volontaires sans compétence particulière, ni décharge de service leur permettant d’assumer ces tâches supplémentaires. En cela, selon le Clasches, la situation à l’UHA est « assez symptomatique de ce qui se passe au niveau national ».



Citer ce billet
Christelle Rabier (2024, 28 février). Harcèlement à l’Université de Haute-Alsace : l’impunité à tous les étages. Academia. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vxi6

  1. Sur l’affaire B. Pauvert, voir, sur Academia, « Si le viol est inévitable, détends-toi et profite ». Bertrand Pauvert, MCF de droit, condamné pour violence et harcèlement sexuel et sexiste, par Rue89, 24 juillet 2022. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.