Femmes philosophes : des tribunes aux recrutements

Un peu plus tôt cette année, les rédacteurs d’Academia, dont je ne suis plus, ont relayé la tribune d’un mathématicien et d’une mathématicienne s’opposant à la Position de l’INSMI sur la mobilité au recrutement en mathématiques qu’avait diffusée ès-qualités le directeur de l’Institut National des Sciences Mathématiques et de leurs Interaction.

Le directeur de l’INSMI, rappelant que le CNRS promeut depuis longtemps une politique de mobilité en mathématiques, selon laquelle MCF et CR ne peuvent normalement passer PR et DR que dans une autre unité de recherche[1], la défendait non sans recourir aux éléments de langage qui, de nos jours, permettent d’identifier à coup sûr un vrai chef : « meilleur niveau international », « s’épanouir, se renouveler et se maintenir au plus haut niveau international », « recrutement ouvert et compétitif », « des jeunes éléments parmi les plus dynamiques et productifs ». En conclusion, il entendait galvaniser ses troupes pour les inciter à poursuivre cette lutte héroïque : « La communauté mathématique doit maintenir sa vigilance et ses efforts pour maintenir, globalement et dans la durée, la mobilité académique. »

Olivier Garet, professeur à l’Université de Lorraine, et Barbara Schapira, maîtresse de conférences à l’Université de Rennes I, ont réagi en décrivant cette politique comme un « dogme » imposé d’en haut (le terme apparaît six fois dans leur tribune) qui, outre qu’il n’est pas adapté aux temps présents, serait en contradiction avec la politique d’égalité entre les sexes défendue par le CNRS. Ils écrivaient ainsi : «  L’âge moyen des collègues lors du passage rang B → rang A, bien plus bas en mathématiques que dans d’autres disciplines, est un handicap certain pour l’égalité de carrière entre les hommes et les femmes. Pour celles qui malgré tout sont parvenues à passer leur habilitation à diriger des recherches assez tôt, l’exigence de mobilité au passage rang B → rang A apparaît comme un deuxième handicap pour les femmes. […] Une politique de ressources humaines ne peut se prétendre égalitaire si elle ignore les inégalités de la société ambiante. » Leur tribune se concluait par des propositions concrètes : abandonner l’exigence — pardon, le « dogme » — de mobilité, promouvoir la promotion par rapprochement familial, faire du rapprochement familial un droit, transformer automatiquement les MCF HC HDR en PR.

Le moins qu’on puisse dire est que je ne souscris pas aux propositions concrètes d’Olivier Garet et de Barbara Schapira. En bref, les universitaires et les chercheuses ayant tout perdu fors l’honneur, il vaudrait mieux qu’elles y regardent à deux fois avant de s’amuser à le jeter lui aussi par-dessus bord. Le pouvoir d’achat que leur confère leur salaire s’est effondré (voir par exemple ici et ) et, à moins d’être des héritières, elles ne peuvent plus habiter la capitale comme le faisait la génération d’avant : chez les plus jeunes et quelques autres, les turbo-profs travaillent dans la capitale et habitent les marges du Royaume, et non le contraire. Elles n’ont aucun pouvoir politique et, même dans une discipline flamboyante comme la philosophie ou dans une discipline susceptible de fasciner ceux qui nous gouvernent comme l’économie, il n’y a plus rien qui ressemble à un authentique magistère intellectuel, mais seulement des simulacres dérisoires. Ce qui reste donc, et je me dis pour ma part que c’est l’essentiel, à condition toutefois de tenir bon, c’est l’honneur du travail fait selon les règles de l’art (faire un bon cours, écrire un bon papier, présenter un bon exposé, faire bien fonctionner un groupe). J’ai le sentiment que cet honneur-là disparaîtrait à son tour si des politiques de rapprochement familial s’en mêlaient.

Surtout, j’ai l’intuition que la meilleure défense des femmes universitaires et des chercheuses, ce sont des mesures luttant contre les biais qui favorisent les hommes, en s’opposant à ce que j’avais appelé le fonctionnement « clubbish » de l’université et de la recherche. Je désignais par là un ensemble de phénomènes analogues à ceux qu’on trouvait dans les clubs anglais du siècle dernier, et peut-être encore dans certains clubs aujourd’hui : les effets de réseaux sociaux dans les processus de cooptation (les femmes n’ont pas le temps de réseauter), l’intronisation par les mandarins de leurs fils spirituels (allez savoir pourquoi il y a rarement des filles spirituelles…), et de manière plus générale, évidemment, l’accaparement des positions de pouvoir par les hommes. Or, si ce fonctionnement clubbish existe bien, il me semble que l’exigence de mobilité est à sa manière une mesure luttant contre ce dernier, puisqu’elle permet de court-circuiter les réseaux locaux, les promotions par accointance et abouchement, l’évidence avec laquelle les collègues masculins sont considérés comme faisant l’affaire quand il s’agit d’être directeur d’un bidule chouette ou tout simplement promu au grade supérieur.

Étant une épouvantable positiviste, je crois en tout état de cause que chacune d’entre nous doit confronter ses intuitions à des faits et à des bilans quantitatifs. Ainsi, il me semble qu’avant de s’opposer à l’exigence de mobilité au nom des femmes, il faudrait disposer d’études systématiques montrant que, à l’université et dans la recherche, les femmes pâtissent de l’exigence de mobilité plus qu’elles n’en bénéficient. En d’autres termes, il ne suffit pas de constater que les Professeures sont terriblement rares en mathématiques alors qu’il y a dans cette discipline une exigence de mobilité, il faut montrer que la seconde de ces choses est corrélée à la première, voire qu’elle en est la cause. Il est vrai que, au vu de ce qu’on sait par ailleurs, cette corrélation est assez vraisemblable, mais à condition toutefois de souligner, ce que font d’ailleurs Olivier Garet et Barbara Schapira, que, en mathématiques, la promotion de MCF ou CR à PR ou DR se fait quand on est jeune, c’est-à-dire, concrètement, à un âge où un certain nombre de femmes en viennent à faire naître des enfants puis à s’en occuper, puisque c’est là qu’est la cause à proprement parler. Ce qui est dire que, en mathématiques, on pourrait avoir une politique plus égalitaire entre les hommes et les femmes sans renoncer à l’exigence de mobilité, mais en s’attachant à débusquer et à désamorcer le mythe des « jeunes météores », que Catherine Marry a repéré en biologie mais qui est encore plus prégnant en mathématiques et qui me semble être le véritable problème.

Ce qui est aussi dire qu’une étude systématique montrerait peut-être bien que, dans une discipline comme la philosophie, dans laquelle la promotion de MCF ou CR à PR ou DR se fait plus tardivement qu’en mathématiques, ce qui lisse les phénomènes liés à la promotion des jeunes météores, les problèmes que poserait pour l’égalité des carrières féminines et masculines l’introduction d’une exigence de mobilité seraient moindres que ceux que posent actuellement les recrutements locaux, si, comme je le pense, ces derniers sont liés au fonctionnement clubbish. À ce point, je vais donner des verges pour qu’on me batte : n’ayant pas le courage de faire une étude systématique de ce genre, je me contenterais de livrer à la sagacité de ma lectrice quelques faits, dont je pense qu’ils sont suggestifs, même s’ils ne sont pas démonstratifs.

Une lointaine conséquence de la loi Faure est qu’il y a deux UFR de philosophie dans Paris intra muros, l’UFR de Paris 1 et l’UFR de Paris 4, qui se trouvent être quantitativement les deux plus grosses UFR de la discipline, et qui ont le même statut en termes de réputation académique. L’UFR de Paris 1 a de surcroît la réputation d’être politiquement progressiste, on y signe des appels, y compris quand il s’agit de dénoncer l’invisibilisation des femmes dans la discipline, mais on n’y proscrit pas la promotion locale. L’UFR de Paris 4 a en revanche la réputation d’être politiquement conservatrice, les hommes y portent la cravate, y compris quand ils ne sont que MCF, mais on y proscrit la promotion locale. Dans ces conditions, grâce au suivi des recrutements mis en place sur Academia depuis sept ans déjà, on a quelques éléments pour évaluer les effets de la promotion locale sur la féminisation du corps des Professeurs. Ces éléments, en ce qui concerne le passage MCF-PR, sont les suivants :

— À Paris 1, sur les 6 postes de PR qui ont été ouverts depuis 2013, 5 ont été attribués à des hommes ; 3 de ces hommes étaient des candidats locaux au sens traditionnel du terme ; si on étend la définition du localisme jusqu’à l’appliquer à des candidats qui étaient associés à une des unités de recherche de l’UFR ou qui avaient été MCF à Paris 1 dans les trois années précédentes, les 5 hommes classés premiers sur 6 étaient des candidats locaux ; l’unique femme élue n’avait en revanche rien de local.

— À Paris 4, sur les 7 postes de PR qui ont été ouverts depuis 2013, 4 ont été attribués à des hommes ; aucun n’était local au sens traditionnel du terme ; si on étend la définition du localisme jusqu’à l’appliquer à des candidats qui étaient associés à une des unités de recherche de l’UFR ou qui y avaient été MCF à Paris 4 dans les trois années précédentes, 2 de ces 4 hommes étaient des candidats locaux ; les trois femmes élues n’avaient en revanche rien de local.

Ces éléments ne sont pas démonstratifs : les chiffres ne sont pas assez importants pour être significatifs, d’autant que, partant d’une situation où il n’y avait aucune femme Professeur à Paris 4, il y avait une petite pression pour, tout de même, en recruter quelques-unes. Ils suggèrent néanmoins que la question de la dés-invisibilisation des femmes à l’université, comme la méthode pour Descartes, consiste peut-être plus en pratique qu’en théorie : une ou deux règles simples appliquées par tous et par toutes, y compris par ceux et celles qui signent des tribunes pour dénoncer l’invisibilisation des femmes en philosophie, auraient plus d’effet dans la vraie vie que les grands mots des tribunes en question.

[1] Comme le remarquent Olivier Garet et Barbara Schapira, il y a là une définition du localisme qui conduit à ne pas qualifier de « local » le recrutement dans une même université d’un candidat qui changerait d’unité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.