Libertés universitaires en danger. Une conférence sur le droit international en Palestine interdite par l’Université Lyon 2

Le syndicat Solidaires étudiant-es Lyon a fait parvenir à la rédaction d’Académia l’article ci-dessous, suite à la double interdiction – l’une décidée par la présidente de l’université Lyon 2, l’autre par la préfète du Rhône – de la conférence que ce syndicat entendait organiser avec le collectif Palestine69 dans les locaux de l’université, puis à la Bourse du travail.

Outre les enjeux importants en termes de libertés universitaires que le communiqué retranscrit bien, on notera la formule particulièrement inquiétante pour la liberté d’expression employée par la préfète dans son arrêté, pour qui “la conférence ‘Gaza. Crimes de guerre, crimes contre l’humanité, génocide ? Israël au tribunal !’ organisée le 1er février 2024 à la Bourse du Travail à Lyon 03 constitue, par son objet même, un trouble à l’ordre public“.

Le 1er février 2024, le syndicat Solidaires étudiant-es Lyon et le collectif Palestine69 organisaient une conférence visant à informer la communauté universitaire de Lyon sur les décisions juridictionnelles rendues en droit international concernant la situation actuelle en Palestine. Celle-ci devait se tenir à l’Université Lumière – Lyon 2. Cette conférence devait être animée par Maitre Gilles Devers, avocat au barreau de Lyon et spécialiste du droit international, qui a déposé la plainte contre Israël pour génocide et crimes de guerre devant la Cour Pénale Internationale avec plus de 500 avocat-es.

Malgré de nombreux échanges entre le syndicat et l’Université en amont de la conférence, cette dernière a été annulée par la présidence le 30 janvier dernier « pour des raisons de sécurité ».

Cette annulation, en réalité une interdiction, a été faite à la demande de la préfecture, suite à une campagne de dénigrement menée par le CRIF, d’interventions du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et du Rassemblement national de la jeunesse (RNJ) du Rhône. 

A l’heure où la Cour Internationale de Justice, devant un risque sérieux de crime de génocide, demande à l’État d’Israël de « suspendre immédiatement ses opérations militaires à et contre Gaza », cette interdiction est une nouvelle atteinte aux libertés universitaires. Qu’une université cède au chantage de personnalités politiques et de la préfecture est très préoccupant.

Les universités sont des lieux de production de savoirs et doivent demeurer des lieux de libre expression sur tous les sujets, y compris la situation au Proche-Orient. Il ne revient ni aux élu-es politiques, ni à l’autorité préfectorale de définir, directement ou par le biais d’interdictions, ce qui peut ou non être débattu, exposé ou enseigné, dans le respect de la loi, dans les enceintes universitaires ou par les universitaires.

Ces pressions ne sont pas nouvelles, l’offensive de Laurent Wauquiez qui affirme que «  le maintien de cette conférence dans l’enceinte de votre établissement aurait tout d’une provocation » s’inscrit dans une longue lignée d’attaques des libertés universitaires de la part du président de la Région Auvergne Rhône-Alpes, telles que la suspension des financements de l’IEP Grenoble en 2021, et n’est pas sans rappeler la campagne contre « l’islamo-gauchisme » de Frédérique Vidal. 

Aujourd’hui, ce sont les libertés d’expression sur la Palestine qui sont le fruit de nombreuses attaques (lire notamment le manifeste du Comité pour la liberté d’expression scientifique et d’action de solidarité académique avec la Palestine), mais ce ne sont ni les premières ni les dernières, en réalité, c’est l’indépendance même de l’Université qui est attaquée.

C’est pourquoi nous avons décidé de contester la décision au tribunal administratif en déposant un référé auprès du Tribunal administratif de Lyon le 30 janvier 2024.

Que l’Université Lyon 2 décide, par le biais de son avocat, de défendre la décision de la préfecture (elle-même non représentée à l’audience) en relayant les calomnies de l’extrême-droite est scandaleux. En effet, lors de l’audience du 30 janvier à laquelle nous étions présent-es, l’avocat de l’université a plaidé que cette « conférence n’aura pas pour but d’informer », au motif que « l’avocat qui prendra la parole lors de cette réunion est perçu comme l’avocat du Hamas », et qu’il aurait « une implication directe dans le conflit israélo-palestinien ».

Ces déclarations ne sont pas dignes d’une université qui se veut lieu de savoirs, et sont incohérentes avec ses actions préalables puisqu’elle discutait encore le lundi 29 janvier avec notre organisation syndicale d’une diffusion interne en direct de la conférence à l’aide du logiciel de visioconférence « ubicast  ».

Réfuter le contenu pédagogique de cette conférence sur le droit international est en outre contraire au positionnement du Conseil d’Administration de l’Université Lyon 2 qui a adopté le 26 janvier 2024 une motion appelant « l’État français à faire tout son possible pour que les mesures d’urgence prononcées par la Cour Internationale de Justice (CIJ) à l’encontre de l’Etat d’Israël soient mises en œuvre » .

Comment appeler l’État à agir si le simple fait d’informer la communauté universitaire du contenu des procédures internationales de justice est interdit ?

C’est pourquoi Solidaires Étudiant-es Lyon et le Collectif Palestine 69 ont décidé de déplacer le contenu de cette conférence à la Bourse du Travail le 1er février, dans une salle deux fois plus grande qu’initialement prévue. À nouveau, la préfecture a fait interdire la conférence, publiant un arrêté révoltant, dont les considérants relèvent bien davantage du procès d’intention politique que d’éléments factuellement étayés.

Nous voulons ici réaffirmer que les libertés académiques et syndicales sont essentielles dans une société démocratique et à l’existence même des Universités comme lieux de construction et de mise en question des connaissances. Nous alertons contre la dégradation générale de ces droits et libertés, par les pressions de plus en plus fréquentes de personnalités politiques dans le champ universitaire, mais aussi par la précarisation des conditions de travail dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Nous réitérons notre appel à un cessez-le-feu permanent et immédiat à Gaza et en Cisjordanie ainsi qu’à la fin de l’occupation et de la colonisation.

Nous continuerons d’œuvrer pour imposer à l’État français de faire tout son possible pour que les mesures prononcées par la Cour Internationale de Justice à l’encontre de l’Etat d’Israël soient mises en œuvre, et à tout faire pour faciliter la traduction devant la Cour Pénale Internationale de l’ensemble des personnes coupables d’avoir ordonné, exécuté ou de n’avoir pas empêché, alors qu’il était en leur pouvoir de le faire, la violation des droits fondamentaux et la commission de crimes de guerre et/ou de crimes contre l’Humanité.

Solidaires étudiant-es Lyon


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (16 février 2024). Libertés universitaires en danger. Une conférence sur le droit international en Palestine interdite par l’Université Lyon 2. Academia. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vuxu


2 réflexions sur « Libertés universitaires en danger. Une conférence sur le droit international en Palestine interdite par l’Université Lyon 2 »

  1. Ping : Articles et interventions médiatiques sur la censure universitaire : – CLES

  2. Ping : Communiqués et tribunes sur les faits de censure : – CLES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.