Dr Valentine tend un miroir à la direction (masculine) de son labo

https://x.com/AValentin11/status/1730296666144518520?s=20



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 6 décembre). Dr Valentine tend un miroir à la direction (masculine) de son labo. Academia. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajk9

Une réflexion sur « Dr Valentine tend un miroir à la direction (masculine) de son labo »

  1. Bonjour !

    Voilà une transcription des images (hors GIF).

    ———

    En ce moment, le grand sujet du labo, c’est le moindre volume de publication et le plus faible taux d’HDR de femmes par rapport aux hommes.

    La direction (masculine) se demande si les femmes s’autocensurent.

    Cette même direction propose des encouragements, du mentoring…

    C’est gentil.

    Mais.

    La part des femmes dans les recrutements est plutôt meilleure ces dernières années. Et lors du concours, pas d’auto-censure.

    Alors la bonne question est : qu’est-ce qui fait dans ce labo qu’entre le recrutement et l’âge moyen de l’HDR nous apprenons à nous auto-censurer ?

    On me dit que nous avons pris plus de responsabilités dans les composantes d’enseignement.

    C’est vrai.

    Donc c’est de notre faute. Nous sommes trop timides, trop maternelles, bref, pas faîtes pour la recherche.

    Ce discours ne va pas diminuer l’auto-censure.

    Seulement voilà.

    Entre collègues femmes, on se cause.

    Et dans la plupart des cas, on a pris des responsabilités en enseignement parce qu’on avait du mal à s’intégrer au labo.

    Et/ou parce que les collègues hommes ne prennent pas ces responsabilités car ils sont très occupés au labo à publier et écrire leurs HDR.

    Alors le discours « les femmes devraient se bouger plus » me rend très très chafouine.

    Avant de nous mettre tout sur le dos, occupez-vous de votre entre-soi masculin, de vos comportements toxiques, de vos petites remarques, de vos remises en question de nos compétences.

    J’ai vu des collègues femmes partir en dépression, en burn-out, faire des crises d’angoisse, rongées entre autres par la culpabilité de ne pas performer, dans une ambiance toxique où les petites remarques assassines et le ton paternaliste, quelquefois très violent, sont la norme.

    Mais les gars ne voient rien, ils sont trop occupés à mesure leur gros h-index.

    Fin du thread et gif de conclusion évident. [On en a gros]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.