Menaces sur les libertés académiques à HEC

Ayant exprimé plusieurs fois son opinion sur les choix européens sur le conflit qui cible Gaza, Alberto Alemanno a fait l’objet d’une virulente campagne de la part d’étudiant·es déterminé·es, soit par des pressions sur la direction d’HEC, soit par une tribune des anciens d’HEC :

Alberto Alemanno

À HEC Paris, un professeur de droit, juriste, Alberto Alemanno, répand sur les réseaux sociaux un activisme virulent. Au dépens des valeurs même de l’établissement qui lui sert de carte de visite.

Depuis le 7 octobre, date du massacre de plus de 1200 civils, pogrom ayant conduit à une prise d’otages de 240 civils en Israël, ses prises de position publiques semblent chercher une posture provocatrice, empreinte de haine envers Israël. Il n’hésite pas à qualifier ce pays d’état “apartheid’ et coupable de “génocide” sans aucun fondement rigoureux, et invoque une “résistance” dont chacun sait qu’elle est l’alibi d’un projet d’élimination pure et simple des Juifs, et d’Israël.

Iels ajoutent :

D’innombrables mails ont été adressés à la direction, qui n’a toujours pas répondu. Ce silence vaudrait-il approbation ? Indifférence ? Mépris ? Ou tout simplement capitulation devant des professeurs militants en roue libre ?

Par son silence, HEC Paris cautionne la désinformation, la diffusion d’une idéologie exterminatrice, l’absence de nuances entre cause palestinienne légitime et prurit idéologique du Hamas ?

Nous demandons à Eloïc Peyrache, président d’HEC, de bien vouloir rompre avec ce silence et répondre à ces questions:

• Les positions de ce professeur sont-elles celles d’HEC ? Pouvez-vous nous confirmer qu’elles n’engagent que lui-même ?

• Quelles mesures pour préserver l’image de l’institution ?

• Sa vocation première est-elle toujours la transmission du savoir ?

• Comptez-vous prendre des mesures disciplinaires contre Monsieur Alemanno?

• Enfin, HEC peut-il préciser la nature de ses liens avec le Qatar, pays qui soutient et subventionne le Hamas ?

Extraits. “Interrogé par AEF info le 24 novembre sur l’intention d’HEC de prendre des mesures  disciplinaires à l’encontre de son professeur, la direction de la communication fait savoir qu’une “commission interne composée de personnalités qualifiées est en train d’analyser la situation” et “reviendra vers l’école dans les prochains jours”.

“Le 14 novembre, le professeur de droit d’HEC avait aussi reposté sur X une tribune écrite par des professeurs de l’université Harvard sur la liberté académique, adressée à la présidente de Harvard, Claudine Gay, et publiée sur le site medium. Ils y écrivent
notamment :

“En tant que professeurs à Harvard, nous avons été étonnés par les pressions exercées par des donateurs, des anciens étudiants et même des gens présents sur le campus, pour faire taire les enseignants, les étudiants et les personnels qui critiquent les actions de l’État d’Israël. Il est important de souligner le ton et la forme condescendante d’une grande partie des critiques qui vous ont été adressées, ainsi que le racisme pur et simple contenu dans certaines d’entre elles.”


Sur AEF



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 27 novembre). Menaces sur les libertés académiques à HEC. Academia. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajk1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.