Dissonance du CNRS sur le soutien à l’édition scientifique périodique : triste nouvelle pour les revues associatives

Academia republie —avec l’accord de l’autrice et des auteurs — l’article par dans Géomorphologie : relief, processus, environnement (2023)
  • par Armelle Decaulne, Denis Mercier, Serge Suanez et Vincent Viel

Depuis 2018, la science ouverte est une priorité dans la recherche française, de façon à, d’une part, faciliter l’accès aux contenus scientifiques financés par des appels à projets sur fonds publics, et d’autre part soutenir les modèles économiques d’édition sans frais de publication pour les auteurs (modèle « diamant »). Le multilinguisme est également favorisé. Notre revue, Géomorphologie : relief, processus, environnement répond à cette volonté d’accès ouvert. Grâce à son hébergement éditorial sur la plateforme OpenEdition, tous les textes et illustrations publiés sont en accès libre. Le format html des contenus est lisible par quiconque ayant un accès Internet. Les versions pdf des articles publiés sont accessibles aux seuls abonnés à la revue, via une cotisation au Groupe Français de Géomorphologie ; les auteurs sont libres de partager les fichiers pdf de leurs travaux publiés dans Géomorphologie : relief, processus, environnement.

Tous les deux ans, l’Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) du CNRS lance sa campagne de subventions aux revues relevant de ses champs d’expertise disciplinaires (sections 31 à 40 du Comité national du CNRS). En 2022, lors de la dernière campagne, l’InSHS est le seul des dix instituts du CNRS à avoir maintenu ce système d’attribution de subventions aux revues. Le comité éditorial de Géomorphologie : relief, processus, environnement a soumis un dossier à l’été 2022, comme il le faisait lors des campagnes précédentes. Ce dossier a été évalué très favorablement par les membres de la section 31 lors de la session d’automne, relevant ses points forts : (i) bilinguisme, (ii) absence de barrière mobile assurant son accès libre, (iii) référencement au DOAJ, (iv) attribution de DOI, (v) limite temporelle du mandat du poste de rédacteur-en-chef, (vi) procédure d’évaluation des manuscrits en aveugle, mais pointe des éléments de fragilité, comme (i) l’intégralité du travail d’édition, bénévole, à la charge du comité de rédaction en l’absence d’un secrétaire d’édition mis à disposition par le CNRS, et (ii) l’équilibre économique précaire en dehors de la subvention demandée à l’InSHS.

Au printemps 2023, l’InSHS nous a informé de la non reconduction de son soutien pour les 2 ans à venir du fait de la “pratique d’un facteur d’impact”.

https://www.flickr.com/photos/indysidhu88/30698148987/in/photolist-NLG3bP-cZVfz-U7MjFS-qvA6Yg-Jv85wN-p4r3b1-4JLutb-azo6KJ-uVQaD-2hUa2EE-hyXqVq-2o7tPG2-HyDj1K-2owjznE-6TqWxk-8Y1Awb-5EWY7d-d3Bu2U-8HmRfR-cbiHb-C35Uid-aC7qj1-3ApGm2-dCdBU3-2hymp8H-7PDUnD-cMCp2N-kyw3C-2kpVF1c-b3J1pr-pVvSng-s81z69-2cpbeYB-dPhi9K-TvgpUp-86EDjo-2hxSLQf-2h7Pjnf-2nWNJ9X-2jDbfGd-UL7g4r-P9aKsy-KrEE13-247YGAq-UFdLuU-bQvjkH-7FMz5y-bdENq-KqHfij-Ex2SAP

Dissonance, by Indy Sidhu

Au-delà de la mauvaise nouvelle financière pour la revue, c’est le reproche nous étant adressé qui nous interpelle. Selon le directeur adjoint scientifique science ouverte, édition scientifique et données de Recherche, le CNRS étant signataire de la Déclaration de San-Francisco sur l’évaluation de la recherche (DORA), la pratique bibliométrique de Géomorphologie : relief, processus, environnement est en cause… avec un facteur d’impact qui peine à dépasser 0,65 depuis 2008.

Le facteur d’impact, outre ses critiques comme indicateur de qualité dans l’évaluation de la recherche et des chercheurs dont nous sommes tous conscients, constitue une mesure indirecte de la visibilité ou de la notoriété d’une revue. Dans un effort pour améliorer l’attractivité de la revue Géomorphologie : relief, processus, environnement auprès de la communauté nationale et internationale des géomorphologues, le processus de demande d’attribution d’un facteur d’impact avait été entrepris en 2005, répondant ainsi aux invectives des tutelles à cette époque. Ce déploiement d’énergie, totalement bénévole, est dorénavant mis à mal, alors que le CNRS prône l’excellence scientifique de ses chercheurs, récompense des individus qui font rayonner leur domaine de recherche. Quelle est la proportion de récipiendaires des différentes médailles du CNRS publiant dans des revues sans facteur d’impact ET en science ouverte gratuite ? Quelle proportion des récipiendaires des prix Nobel français ?

La position ferme du service de soutien aux revues quant à la présence du facteur d’impact de notre revue est d’autant plus étonnante que tous les autres critères, en particulier relatifs à la science ouverte, sont acquis pour Géomorphologie : relief, processus, environnement. Notre effort d’attractivité est ainsi sanctionné. Dans une récente information, Alain Schuhl, directeur général délégué à la science au CNRS, mentionne qu’en 2020, un montant de 3 millions d’euros a été réglé par le CNRS pour les seuls frais de traitement des articles (article processing charge – APC), dus dans les nombreuses revues internationales fondées sur un système auteur-payeur, en particulier dans le groupe Springer Nature. De « grosses » revues comme Scientific Reports demandent 2090 € d’APC en 2023 ; c’est 5190 € pour Nature Communications. Monsieur Schuhl insiste sur la nécessité « d’enrayer cette dérive », car « l’accès ouvert ne saurait se réduire au fait de payer pour être publié », pratique qui favorise l’édition prédatrice. Pour autant, Géomorphologie : relief, processus, environnement n’est pas soutenu dans son activité éditoriale.

La situation financière précaire dans laquelle se trouve dorénavant Géomorphologie : relief, processus, environnement est partagée par de nombreuses revues associatives.

Devant ces contradictions du CNRS, les revues scientifiques associatives sont fragilisées et ne peuvent compter pour continuer à vivre que sur le bénévolat, leurs adhérents et la recherche de nouveaux financements (chronophage pour les bénévoles déjà bien occupés dans toutes les autres tâches professionnelles) ou sont vouées à disparaître du paysage éditorial scientifique français.

C’est un triste constat.



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 17 novembre). Dissonance du CNRS sur le soutien à l’édition scientifique périodique : triste nouvelle pour les revues associatives. Academia. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajjp

Une réflexion sur « Dissonance du CNRS sur le soutien à l’édition scientifique périodique : triste nouvelle pour les revues associatives »

  1. “Le facteur d’impact, outre ses critiques comme indicateur de qualité dans l’évaluation de la recherche et des chercheurs dont nous sommes tous conscients, constitue une mesure indirecte de la visibilité ou de la notoriété d’une revue.”

    Les statistiques deviennent donc le critère essentiel pour évaluer la “production scientifique” en singeant les pratiques bien rodées du marketing. Où va-t-on? ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.