Appel des universitaires italien·nes: cessez-le-feu immédiat et respect du droit humanitaire international à Gaza

Academia traduit l’appel en français des membres italien·nes de la communauté académique qui demandent le cessez-le feu immédiat et le respect du droit humanitaire international dans la bande de Gaza.

En tant que membres des communautés universitaires et des centres de recherche italiens, nous écrivons cette lettre au nom de la paix et de la justice, unis par la demande d’un arrêt immédiat de la guerre en cours contre Gaza. Nous pensons qu’il est de notre devoir individuel, communautaire et académique de nous dissocier des positions prises jusqu’à présent par le gouvernement de notre pays [l’Italie], et de prendre la responsabilité d’actions et de demandes pour contrer le niveau croissant de violence auquel nous assistons impuissant·es. Nous adressons cet appel à notre ministre des Affaires étrangères afin qu’il prenne des mesures pour exiger et soutenir un cessez-le-feu immédiat, la fourniture d’une aide humanitaire et la protection de l’ONU pour l’ensemble de la population palestinienne. Nous adressons cet appel au ministre des universités et de la recherche et à la Conférence des recteur·es des universités italiennes (CRUI), afin qu’iels amplifient nos voix et nos demandes, en se souvenant de la mission centrale de nos institutions universitaires, qui est de produire des connaissances et de respecter les droits humains.

En tant que membres de la communauté universitaire et de recherche italienne, nous sommes depuis de nombreuses années les témoin·es douloureux et les dénonciateur·rices de ce qui se passe en Palestine et en Israël, où, selon Amnesty International, un régime illégal d’oppression militaire et d’apartheid1 est en vigueur. Une fois de plus, nous sommes horrifié·es et bouleversé·es par le génocide qui se déroule à Gaza, défini à juste titre par l’écrivain Dominique Eddé comme “une abomination qui illustre bien la défaite sans nom de notre histoire moderne”2

Depuis trois semaines, suite aux actions brutales perpétrées par le Hamas le 7 octobre dernier, qui ont causé la mort de plus de 1400 personnes (pour la plupart des civils) et conduit à l’enlèvement de quelque 200 otages3,  nous assistons à des bombardements massifs et indiscriminés de l’armée israélienne contre la population de la bande de Gaza, ce qui équivaut à une punition collective contre une population sans défense emprisonnée dans un territoire d’un peu plus de 360 kilomètres carrés4. À l’heure où nous écrivons ces lignes, le bilan à Gaza dépasse les 9000 morts, dont 3760 enfants, environ 22 900 blessés et 1 400 000 personnes déplacées5. Selon l’ONU, environ 2000 personnes sont actuellement portées disparues, probablement piégées ou tuées sous les décombres6. Des quartiers résidentiels entiers, des hôpitaux, des écoles, des mosquées, des églises et des universités entières — l’université islamique et l’université Al-Azhar étant parmi les plus grandes et les plus renommées — ont été entièrement rasés7. Le gouvernement israélien a ordonné à plus d’un million d’habitant·es de la bande de Gaza de quitter leurs maisons en prévision d’une attaque terrestre, sachant qu’il n’y a pas d’échappatoire ni de moyen de sortir de la bande de Gaza. Nombre de ces personnes évacuées ont ensuite été bombardées dans les “zones de sécurité” du sud de la bande de Gaza, ce qui révèle une intention claire de nettoyage ethnique de la part du gouvernement israélien.

Source: Satellite image from Copernicus Sentinel-2, taken on Sept. 7, processed by Sentinel Hub. Damage analysis of Copernicus Sentinel-1 satellite data by Corey Scher of CUNY Graduate Center and Jamon Van Den Hoek of Oregon State University. Building footprints from Microsoft.
Credit: Daniel Wood/NPR, 9 novembre 2023

Cette situation a rendu encore plus grave et urgente la crise sanitaire et humanitaire dans la bande de Gaza, déjà intenable bien avant le 7 octobre 2023 en raison des 16 années d’embargo presque total et de siège illégal imposés par l’armée israélienne à Gaza8. Un siège et un embargo que le gouvernement israélien a renforcés depuis le 7 octobre, imposant un blocus total des biens essentiels à la survie tels que l’eau, le carburant, la nourriture et l’électricité9. Au milieu de cette catastrophe humanitaire et sanitaire sans précédent, même pour les Nations Unies et les organisations internationales, il est presque impossible de travailler pour soutenir la population civile. L’Association juive pour la paix a appelé toutes les “personnes de conscience à arrêter le génocide imminent des Palestiniens”. Dès le 25 octobre, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’elle n’était pas en mesure de distribuer du carburant et des fournitures médicales essentielles aux hôpitaux du nord de la bande de Gaza en raison de la poursuite des bombardements israéliens10. La quantité de secours et de produits de première nécessité qu’Israël a laissé passer à Gaza le 21 octobre était apparemment suffisante pour permettre à quelques hôpitaux et ambulances de fonctionner pendant un peu plus de 24 heures11. Selon l’UNICEF, “Gaza est devenu un cimetière pour des milliers d’enfants”12

De plus, l’escalade de la violence s’est étendue à la Cisjordanie, avec des violences et des agressions quotidiennes, de nombreuses victimes et l’expulsion de familles entières de leurs maisons et de leurs terres. Plusieurs rapports des Nations unies dénoncent la façon dont, depuis le 7 octobre, l’armée israélienne a attaqué plusieurs zones de Cisjordanie, causant la mort d’au moins 96 Palestinien·nes et en blessant environ 1800. Deux d’entre eux sont des enfants et de nombreux autres sont de jeunes adolescent·es13. En outre, 74 familles (environ 600 personnes) ont été expulsées de 13 communautés de bergers et de Bédouins dans les territoires palestiniens, six écoles et 1875 élèves ont été touché·es par les attaques14.

Il s’agit d’une violation flagrante du droit international et de la convention de Genève.

Dans tous les rapports mis à disposition par les Nations Unies et les nombreuses organisations humanitaires (par exemple Amnesty International et Human Rights Watch), il est souligné l’importance de considérer et de comprendre les déterminants et les antécédents de cette violence, qui se trouvent dans l’occupation illégale qu’Israël impose à la population palestinienne depuis plus de 75 ans, à travers une forme de ségrégation raciale et ethnique15. Comprendre et analyser ces déterminants est la seule façon de pouvoir en reconnaître les racines, de contrer l’escalade, d’espérer et d’exiger la paix et la sécurité pour toustes.

Il est essentiel de rappeler que la reconnaissance du contexte dans lequel s’inscrit cette dernière vague de violence ne signifie pas que l’on diminue la douleur et la souffrance des victimes israéliennes et palestiniennes. Il est possible et nécessaire de condamner les actions du Hamas tout en reconnaissant l’oppression historique, inhumaine et coloniale que subissent les Palestinien·nes depuis 75 ans. Comme l’a déclaré l’organisation pacifiste Jewish Voice for Peace16, l’escalade à laquelle nous assistons est un nouvel exemple de la façon dont les attaques coloniales et illégales perpétrées par Israël contre la population palestinienne mettent en danger la vie de toustes celleux qui vivent dans la région, qu’il s’agisse d’Israélien·nes ou de Palestinien·nes.

En tant qu’universitaires italien·nes, nous pensons qu’il est de notre devoir et de notre responsabilité d’agir et de contribuer à contrer ces escalades de violence et à soutenir les droits humains, la santé, la dignité et le bien-être. Nous sommes convaincu·es que la seule façon de promouvoir la coexistence pacifique est de travailler ensemble pour dénoncer et mettre fin au siège prolongé de Gaza et à l’occupation illégale (au regard du droit international) des territoires palestiniens.

Par conséquent,

  • Nous demandons instamment au ministre Antonio Tajani d’œuvrer diplomatiquement et publiquement pour le respect urgent du droit humanitaire international par toutes les parties, la condamnation des crimes de guerre et le cessez-le-feu immédiat, la fourniture d’une aide humanitaire et la protection de l’ONU pour l’ensemble de la population palestinienne.
  • Nous demandons à la ministre des universités et de la recherche, Anna Maria Bernini, de représenter publiquement nos demandes dans les forums institutionnels appropriés.
  • Enfin, nous lançons également un appel au CRUI et à chaque université, en leur demandant de ne pas se contenter de rester dans une douloureuse impuissance, mais d’agir avec toutes les actions nécessaires et possibles dans leurs contextes respectifs. En tant que chercheur·es, universitaires et membres du monde universitaire italien, nous sommes préoccupé·es par la diffusion de mesures restreignant la liberté de débat et décrédibilisant les appels à la fin de la violence. Nous appelons donc à réaffirmer notre engagement en faveur de la liberté d’expression, à garantir le droit des étudiant·es et des universitaires italien·nes à débattre et à promouvoir des moments de débat et de discussion au sein des universités. Nous demandons également une déclaration claire sur la nécessité pour les universités italiennes de procéder à l’interruption immédiate des collaborations avec les institutions universitaires et de recherche israéliennes jusqu’à ce que le respect du droit international et humanitaire soit rétabli, que les crimes contre la population civile palestinienne par l’armée israélienne cessent, et donc jusqu’à ce que des mesures soient prises pour mettre fin à l’occupation coloniale illégale des territoires palestiniens et au siège de Gaza17..

Nous pensons que ces actions sont impératives à la fois pour aider à restaurer les droits humains et la justice mondiale et pour ne pas continuer à être des spectateur·ices complices et silencieux·ses d’une tragédie humanitaire et de l’effacement du peuple palestinien.

3862 signataires en date du 9 novembre 2023 à 7h45.

Liste des signataires disponible ici.



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 12 novembre). Appel des universitaires italien·nes: cessez-le-feu immédiat et respect du droit humanitaire international à Gaza. Academia. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajjn

  1. Amnesty International,  Apartheid israeliano contro i palestinesi. []
  2. Dominique Eddé, La cieca compiacenza del mondo prepara solo nuovo odio. Il Manifesto, 01.11.12. []
  3. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA), https://www.ochaopt.org/data/casualties. []
  4. UN Chief Antonio Guterres, AlJazeera. https://www.aljazeera.com/tag/antonio-guterres/. []
  5. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, “Hostilities in the Gaza Strip and Israel – reported impact”, 2 novembre 2023. []
  6. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, “Hostilities in the Gaza Strip and Israel – reported impact”, 2 Novembre 2023; United Nations.Israel-Palestine: Gaza death toll passes 5,000 with no ceasefire in sight, 23 octobre 2023. []
  7. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, “Hostilities in the Gaza Strip and Israel – reported impact”, 2 Novembre 2023 ; WAFA, 2023 []
  8. World Health organization, WHO. Hospitals in the Gaza Strip at a breaking point, warns WHO, 12 octobre 2023 []
  9. World Health organization, WHO. As Gaza’s health system disintegrates, WHO calls for safe passage of fuel, supplies for health facilities , 24 octobre 2023 ; World Health organization, WHO. WHO pleads for immediate reversal of Gaza evacuation order to protect health and reduce suffering, 13 octobre 2023; World Health organization, WHO. Joint statement by UNDP, UNFPA, UNICEF, WFP and WHO on humanitarian supplies crossing into Gaza, 21 octobre 2023 ; United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA) Informing humanitarians worldwide 24/7 — a service provided by UN OCHA oPt Open Call for an Immediate Ceasefire in the Gaza Strip and Israel to Prevent a Humanitarian Catastrophe and Further Loss of Innocent Lives, 18 octobre 2023. []
  10. World Health organization, WHO. WHO pleads for immediate reversal of Gaza evacuation order to protect health and reduce suffering, 13 octobre 2023; World Health organization, WHO. Joint statement by UNDP, UNFPA, UNICEF, WFP and WHO on humanitarian supplies crossing into Gaza, 21 octobre 2023. []
  11. Action Aid, Aiuti umanitari a Gaza, ActionAid: “20 camion di aiuti sono insufficienti per oltre 2 milioni di persone”; United Nations. Israel-Palestine: Gaza death toll passes 5,000 with no ceasefire in sight, 23 octobre 2023. []
  12. Gaza has become a graveyard for thousands of children, 31/10/2023. []
  13. The United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East (UNRWA), Situation Report #17 on the situation in the Gaza Strip and the West Bank (including East Jerusalem),Monday, October 30, 2023 ;  United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA), The other mass displacement: while eyes are on Gaza, settlers advance on West Bank herders [EN/HE]. []
  14. The United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East (UNRWA), Situation Report #17 on the situation in the Gaza Strip and the West Bank (including East Jerusalem),Monday, October 30, 2023 ;  United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA), The other mass displacement: while eyes are on Gaza, settlers advance on West Bank herders [EN/HE]. []
  15. Amnesty International,  Apartheid israeliano contro i palestinesi.; United Nations,  UN expert urges immediate ceasefire and humanitarian access as Gaza health sector reaches “breaking point”  ; Ilan Pappé, La pulizia etnica della Palestina, Fazi Editore ;Wolfe, P. (2006). Settler Colonialism and the Elimination of the Native. Journal of genocide research, 8(4), 387-409. []
  16. Jewish Voice for Peace. Ceasefire Now, https://www.jewishvoiceforpeace.org/resource/ceasefire/ ; Jewish Voice for Peace https://www.jewishvoiceforpeace.org/2023/10/media-roundup-october-18-rally/ []
  17. NDLR: Les membres de la rédaction précisent qu’iels ne jugent pas que l’nterruption des relations avec les universités israëliennes soient une bonne chose. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.