Après le colloque de la honte à la Sorbonne, ignominie au Sénat

Update 8 novembre 2023

Après l’introduction par Jean-Michel Blanquer de Après la déconstruction, conclu par Thierry Coulhon en Sorbonne, c’est au tour de Marion Maréchal Le Pen et d’Éric Zemmour de conclure le colloque des Parents vigilants au Sénat.

Sans qu’aucun parlementaire n’y trouve à redire, bien au contraire.

« Parents vigilants au sénat, c’est non ! »

CAALAP (Coordination Antifasciste pour l’Affirmation des Libertés Académiques et Pédagogiques) a alerté il y a dix jours de la tenue d’un événement d’extrême-droite au Sénat, au projet délateur, qui vise à mettre en danger les professeur·es qui ne sont pas sur leur ligne xénophobe et raciste, sous couleur de “laïcité” et de “valeurs de la République”. Ainsi, après les mots d’accueil du sénateur élu au Conseil municipal de Marseille Stéphane Ravier, la personne qui ouvre le colloque a dénoncé le projet pédagogique d’une professeure de philosophie en classe préparatoire mettant en danger l’enseignante. Un mois après l’effroyable meurtre de Dominique Bernard, trois ans après celui de Samuel Paty, comment le Sénat peut-il accueillir cet événement comme si de rien n’était et sans que personne, dans l’institution, n’y trouve visiblement à redire ?

Programme du colloque de l’organisation d’extrême-droite qui se tient le samedi 4 novembre 2023, au Sénat

Dans son communiqué du 25 octobre 2023, Caalap précise

Nous apprenons l’organisation par Stéphane Ravier, sénateur NI, d’une rencontre avec les « parents vigilants » au Sénat le 4 novembre. Nous sommes consternés.

Cette association, apparentée au mouvement d’Eric Zemmour Reconquête, s’est notamment fait connaître par ses raids numériques contre des enseignant.es dont certain.es d’entre nous avons été directement victimes.

Les « parents vigilants » font partie des groupes qui nous mettent directement en danger en nous exposant (noms, adresses, photographies) sur les réseaux sociaux, à la merci d’individus potentiellement dangereux, comme en témoignent les menaces de mort reçues par plusieurs d’entre nous, d’autant plus inquiétantes qu’elles interviennent dans le contexte des deux assassinats de nos collègues Samuel Paty et Dominique Bernard.

La CAALAP demande au ministre de l’Éducation nationale de prendre ses responsabilités face à ce danger et de se saisir de cette occasion pour témoigner son soutien aux enseignant.es dépendant de son ministère en demandant l’annulation de cette rencontre avec un groupe dont les valeurs et les agissements s’opposent aux fondements de notre système démocratique et menacent ses représentant.es. La CAALAP s’adresse aussi aux parlementaires afin qu’ils se positionnent et affirment haut et fort leur opposition à cette rencontre.

Ce communiqué n’a reçu aucune réponse, y compris de la part de membres de la Commission Culture du Sénat, présidée par Laurent Lafon : l’éducation relève pourtant de sa compétence.

À la recherche de l’ennemi intérieur

Le colloque s’est donc tenu le 4 novembre, à l’initiative de Stéphane Ravier (Reconquête) et membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, aux compétences bien éloignées de l’éducation.

Au programme, rien de neuf par rapport aux paniques morales que la droite s’invente depuis plusieurs années : contre la “théorie du genre”, contre l’ “islamogauchisme”, contre le “wokisme”, etc. Plutôt que l’emploi enseignant  ou les libertés académiques, le grand endoctrinement à l’école et à l’université est au programme. Dans le carnaval des antiwokistes — business éditorial très lucratif pour le Figaro, comme vient de le rappeler Libération —, on trouve une normalienne d’Ulm auto-proclamée philosophie sur la base d’un doctorat en psychopathologie, un récipendiaire du Fonds Marianne via l’association Comme un et auteur de Woke Fiction, le délégué national de l’organisation étudiante d’extrême-droite UNI1, instrument apparent du projet politique du candidat député et président de Reconquête, l’autrice de La Théorie du genre. Mais aussi Stéphane Ravier, Marion Maréchal Le Pen et Éric Zemmour, qui lancent sur le dos des enseignant·es et des élèves, leur campagne européenne — et ainsi de relancer une carrière politique ratée sur la sécurité physique d’usager·es et de fonctionnaires de l’Éducation nationale2

Résultats du scrutin du 30 octobre 2023 sur l’écriture inclusive (Sénat)

La Haute chambre, il faut dire, venait de consacrer tous ses efforts à voter proposition de loi LR pour interdire l’utilisation du point médian et des néologismes inclusifs (sic). Ce n’est pas la première fois que l’on s’attaque aux libertés académiques dans l’enceinte du Sénat, et l’on se souvient encore que Laurent Lafon, président de la Commission Culture, avait aussi été à la manœuvre. « Plus terrifiant que le bruit des bottes, le silence des pantoufles » du Sénat quant au discours qui se déploie dans ses propres murs sur l’éducation nationale et l’université est très préoccupant.


Par le CAALAP


Sur Academia



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 5 novembre). Après le colloque de la honte à la Sorbonne, ignominie au Sénat. Academia. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajjg

  1. Voir, sur Academia, L’extrême droite à Université Côte d’Azur ou la faillite d’une présidence, 8 mars 2023. Voi aussi le commentaire de Verglion ci-dessous. []
  2. Pour mémoire, Face au “mépris” de la majorité et du RN, les syndicats enseignants claquent la porte de l’Assemblée, 21 septembre 2023. []

Une réflexion sur « Après le colloque de la honte à la Sorbonne, ignominie au Sénat »

  1. Il est à noter également la proximité de certains des intervenants avec l’Observatoire du décolonialisme comme Samuel Fitoussi et Bérénice Levet, co-organisatrice du colloque de janvier 2022. D’ailleurs leurs récents essais ont même été encensés par certains des fondateurs de l’Observatoire du décolonialisme, ce qui prouve ainsi la porosité entre la tendance néolaique (néologisme employé par Isabelle Kersimon notamment dans son ouvrage Les mots de la haine pour nommer les personnalités politiques et médiatiques s’autoproclamant défenseurs de la République et la Laicité mais défendant en vérité un identitarisme et employant le même vocabulaire que l’extrême droite) particulièrement incarnée par les enseignants-chercheurs et les chercheurs du dit observatoire. De plus, certains membres de l’Observatoire du décolonialisme, des signataires du Manifeste des 100 comme ce professeur d’histoire de l’art moderne chargé de la mission de préfiguration du Musée du Grand Siècle ou de participants au colloque de la Sorbonne en janvier 2022, dont Bérénice Levet, ont une proximité avec Philippe de Villiers .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.