Du Québec. Déclaration sur la liberté académique dans le contexte du conflit israélo-palestinien

Déclaration de la Fédération Québécois des professeurs et des professeures d’université sur la liberté académique
dans le contexte du conflit israélo-palestinien

Oct 27, 2023

Le Conseil fédéral de la FQPPU rappelle l’importance fondamentale de la liberté académique en milieu universitaire. Cette liberté comprend le droit de mener des recherches et des réflexions critiques dans une quête honnête de la connaissance, à l’abri de la censure institutionnelle, y compris celle du gouvernement.

Le Conseil fédéral de la FQPPU reconnaît qu’échapper à la censure politique et institutionnelle est d’une importance cruciale en temps de guerre et de conflit, alors que les écrits et propos des chercheurs·euses peuvent contribuer à rectifier ce que véhiculent les campagnes de désinformation.

Le Conseil fédéral de la FQPPU soutient les initiatives antiracistes et décoloniales dans les établissements d’enseignement et s’oppose à l’antisémitisme, à l’islamophobie et au racisme anti-palestinien, ainsi qu’à toutes les autres formes de racisme et de haine.

Il s’oppose fermement à ce que le corps professoral soit exposé au sectarisme ou à la haine dans les salles de classe et sur les campus. Il exige que les administrations des universités garantissent la sécurité de toutes et de tous les universitaires pris·es pour cible en raison de leurs recherches, de leurs enseignements ou de leur engagement politique; et qu’elles mettent en œuvre les mesures nécessaires pour assurer leur protection.

Considérant l’actualité récente, le Conseil fédéral de la FQPPU reconnaît que les pressions exercées, notamment par des élu·es ou des administrateurs·trices, contre les universitaires qui soutiennent la cause palestinienne ont un effet dissuasif sur les libertés universitaires du corps professoral dans son ensemble, tant dans les salles de classe, les recherches que dans les politiques institutionnelles. Toutes les formes de répression à l’endroit des universitaires qui se positionnent sur la question palestinienne, quelle que soit leur position, doivent être activement combattues, et les chercheurs·euses et enseignant·es universitaires ne doivent en aucun cas subir du harcèlement, des menaces ou de l’intimidation en raison de la nature de leur travail.


Sur Academia


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.