A69 : la conférence scientifique interrompue par les forces de l’ordre

Communiqué de presse de l’Atelier d’écologie politique et Scientifiques en rébellion du 22 octobre 2023.

Des membres de deux collectifs scientifiques, l’Atécopol et Scientifiques en rébellion, étaient présent·es au week-end de manifestation contre l’A69, pour rappeler le rejet de ce projet par la communauté scientifique. Dimanche, aux environs de 12h30, une conférence de l’Atécopol a débuté sur le terrain privé du rassemblement, devant environ 300 personnes. Un discours de 20 minutes était prévu visant à souligner la légitimité des opposant·es à ce projet au vu des enjeux climatiques et environnementaux. Ce discours devait être suivi par un échange de 40 minutes avec le public, et devait être clôturé par une intervention des Scientifiques en rébellion. Quelques minutes après le début de la conférence, alors que les scientifiques étaient en train de rappeler l’inadéquation de ce projet face aux trajectoires nécessaires pour respecter l’Accord de Paris, et d’expliciter leur positionnement critique face aux pratiques de compensation écologique sous le bruit croissant d’un hélicoptère de la gendarmerie, les forces de l’ordre ont décidé de donner l’assaut.

Les scientifiques sur place ont pu constater que les gendarmes mobiles, loin de se contenter de s’attaquer à la ZAD qui avait été installée la veille, ont usé abondamment de lanceurs de grenades lacrymogènes sur l’ensemble du site sur terrain privé, obligeant les scientifiques et leur public à se mettre à l’abri rapidement. Ces tirs ont également déclenché des départs de feux dans la paille des champs et sur une tente, heureusement éteints par des manifestant·es avant qu’ils ne deviennent potentiellement incontrôlables. Les forces de l’ordre ont également lancé des grenades lacrymogènes dans la zone du parking, gazant ainsi une foule comprenant des familles, des enfants et des personnes vulnérables essayant de quitter le site.

L’Atécopol et Scientifiques en rébellion expriment leur incompréhension et leur indignation quant à la violence et au moment choisi pour cette intervention : sans attendre le démontage du camp et le départ de la majorité des personnes venues pacifiquement écouter les conférences dominicales, ainsi que réfléchir et débattre ensemble sur les suites du mouvement.

L’Atécopol avait publié le 24 septembre une lettre ouverte exposant le consensus de ses 200 membres contre l’A69, dénonçant l’incohérence du projet sur le plan du climat et de la biodiversité. Le 4 octobre, Scientifiques en rébellion avait publié une lettre à Emmanuel Macron, rappelant également ces contradictions, qui avait été signée par près de 2000 scientifiques dont de nombreu·x·ses co-auteur·es du GIEC et membres d’institutions consultatives (Haut Conseil pour le climat et Conseil national pour la protection de la nature). Suite à ces prises de position, une délégation de scientifiques de l’Atécopol avait rencontré le 11 octobre Carole Delga et ses conseillers, soutiens du projet, pour leur rappeler les faits scientifiques essentiels à prendre en compte dans les décisions publiques.

*
*   *

Ci-dessous le discours que l’Atécopol avait prévu de prononcer :

Nous faisons partie d’un collectif de scientifiques, l’Atelier d’Ecologie Politique, ou Atécopol. Nous sommes actuellement 225 membres, toutes et tous scientifiques de la région toulousaine, et toutes et tous concerné·es par les enjeux écologiques. Nous représentons de nombreuses disciplines, avec un équilibre entre sciences humaines et sociales et sciences dures. Deux co-auteurs du GIEC font partie de notre collectif : Christophe Cassou et Jean-Baptiste Sallée.

Si certain·es parmi nous étaient déjà là en tant que citoyennes et citoyens lors de la grande marche d’Avril, il a fallu la grève de la faim des militant·es pour que nous rentrions dans la mêlée en tant que collectif de scientifiques. Nous souhaitons aujourd’hui saluer le courage de ces militantes et militants, qui nous ont mis en mouvement, mais nous les remercions aussi d’avoir arrêté, car nous avons besoin d’elles et d’eux vivantes et vivants, pour continuer la lutte contre ce projet.

Dans notre collectif, il est rare que nous demandions à l’ensemble de nos membres leur positionnement sur un point précis. Nous avons considéré que le dossier de l’A69 était suffisamment important pour que nous sondions explicitement le positionnement de tous nos membres. Et il y avait consensus. C’est cela qui nous a amené à publier une première lettre ouverte le 24 septembre, qui affichait le consensus des 200 scientifiques Toulousain·es contre l’A69. A notre étonnement, cette lettre ouverte a eu un fort écho. Elle résonnait dans l’actualité avec les annonces d’Emmanuel Macron sur la planification écologique, avec les annonces de Clément Beaune sur les autoroutes et la poursuite de l’A69, et avec les grèves de la faim des militantes et militants.

En parallèle, nous avons écrit à Carole Delga pour lui demander un rendez-vous, qu’elle a accepté, et sur lequel nous reviendrons.

Au vu de ce premier consensus, nous nous sommes demandé·es si cette unanimité contre ce projet allait au-delà de notre collectif toulousain. Nous avons donc sollicité nos collègues du collectif “Scientifiques en rébellion”, qui ont écrit et diffusé une lettre ouverte à Emmanuel Macron, signée par plus de 2000 scientifiques. Cette lettre a été signée par des scientifiques de premier plan qui signent rarement des tribunes, et en particulier des co-auteurs et co-autrices du GIEC comme Valérie Masson-Delmotte, que nous remercions encore pour avoir apporté son soutien à cette lutte.

Force est donc de constater que nous sommes face à un véritable consensus scientifique sur le sujet.

Nous n’allons pas reprendre tous les arguments contre cette autoroute, qui ont déjà été très bien exprimés par les collectifs citoyens. Nous aimerions simplement insister sur trois points.

  1. Le premier concerne les émissions de CO2, l’imaginaire, et la vitesse. La France s’est engagée dans l’accord de Paris à réduire ses émissions de CO2. Rappelons que respecter l’accord de Paris nécessite une réduction des émissions comprises entre 3,5% et 6,5% par an au niveau mondial. Et si les pays riches contribuaient à la hauteur de leur responsabilité historique, cette réduction devrait même être supérieure en France. Un tel rythme ne peut être atteint sans sobriété ! Sans ralentir ! Sans changer nos imaginaires basés sur la vitesse, l’accélération, l’accumulation ! Les modes de pensée des 30 glorieuses ne sont plus adéquats face à l’urgence climatique. Nous avons besoin de rouler moins ! De ne monter dans nos voitures qu’à reculons ! Et d’avoir d’autres imaginaires que celui de la “bagnole” si chère à notre président. Une infrastructure qui va mécaniquement conduire à augmenter nos émissions de CO2 lors de sa construction et lors de son usage n’a donc pas de sens au vu de l’urgence climatique.
  2. La deuxième chose dont nous souhaiterions parler est de la compensation, qui est la seule chose que Carole Delga et le gouvernement ont accepté de discuter avec les collectifs.

Nous souhaiterions d’abord rappeler que la première cause d’atteintes à la biodiversité est le changement d’usage des terres. Donc tout nouveau projet d’artificialisation va à l’encontre de la protection du vivant, et rend plus difficile d’atteindre les objectifs fixés par le gouvernement en la matière.

Pour tout nouveau projet d’aménagement, le principe ERC (Eviter-Réduire-Compenser) doit s’appliquer. Et dans cet ordre de priorité : éviter d’abord. Atosca prétend qu’une partie des impacts ont été évités, mais le plus efficace, et de très loin, serait d’éviter le projet ! Autre argument d’Atosca : les dommages écologiques seraient compensés. Mais la compensation ne devrait intervenir qu’en tout dernier recours, pour des projets vraiment indispensables, et non cautionner de nouveaux droits à détruire.

Dans tous les cas, le moins qu’on puisse dire est que la communauté scientifique est critique sur cette notion de compensation. Les mesures de compensation sont basées sur un principe d’équivalence très contestable étant donnée la complexité des écosystèmes, et ne sont pas efficaces : le plus souvent la restauration d’écosystèmes est beaucoup trop lente et incomplète pour répondre à l’urgence écologique. De plus, les dommages créés par l’aménagement sont immédiats, certains, et vont durer. Les effets de la compensation sont tout le contraire : différés dans le temps, hypothétiques, et impossibles à garantir sur le long terme, d’autant plus dans le contexte du changement climatique.

Nous souhaiterions également parler des terres agricoles : la perte de terres agricoles est irréversible et non compensable. Pour “remplacer” ces terres, il faudrait soit consommer des espaces naturels, ce qui serait préjudiciable pour la biodiversité, soit retransformer un espace artificialisé en terre agricole, ce qui est totalement irréaliste car prendrait des dizaines d’années pour retrouver une qualité acceptable. Avec la dégradation des conditions climatiques, il faut s’attendre à ce que les rendements baissent nettement dans les décennies qui viennent. La transition de notre système agro-alimentaire vers un modèle durable nécessite des terres fertiles, mais aussi des paysan·nes : ce n’est pas du tout le moment de les exproprier.

Rappelons que cette perte de terres agricoles ira bien au-delà des 250 ha environ détruits par le chantier. En effet, il faut s’attendre à une urbanisation importante autour des deux échangeurs en pleine campagne de Villeneuve les Lavaur et Puylaurens (comme c’est le cas autour de Baziège avec la ZAC du Rivel et l’entrepôt géant de LIDL).

  1. Enfin, le troisième point sur lequel nous aimerions insister, c’est sur l’A69 en tant que symbole. L’A69, c’est le symbole de ce qu’il ne faut plus faire.  En effet, s’il est impossible de stopper un projet délétère, socialement injuste et peu légitime dans une démocratie pilotée par des hommes et femmes que nous espérons de conviction humaniste, quel espoir peut-on encore avoir pour relever les défis autrement plus importants qui nous attendent ?

Nous souhaiterions également aujourd’hui revenir sur notre entrevue avec Carole Delga et sur ce que cette rencontre nous a inspiré. C’est le mercredi 11 octobre, à l’Hôtel de Région, que sept membres du collectif ont échangé avec elle et deux de ses conseillers pendant plus d’une heure.

Nous lui avons fait part de notre incompréhension face à l’obstination à poursuivre à toute force les travaux d’un projet controversé, sans aucune prise en compte des arguments déployés par le milieu scientifique. Nous lui avons expliqué que l’A69 n’est plus seulement un projet local d’aménagement, mais un symbole de la volonté ou pas d’opérer un changement de trajectoire, une bifurcation indispensable. Nous avons rappelé que l’Occitanie est une région particulièrement exposée au changement climatique et à ses aléas. Ces canicules, ces sécheresses, ces pénuries d’eau, ces baisses de rendement agricoles ne sont-elles donc toujours pas suffisantes pour induire un changement de logiciel chez nos dirigeantes et dirigeants ? Nous l’avons également questionnée sur la cohérence entre le projet d’infrastructure de l’A69 et les objectifs de baisse des émissions de gaz à effet de serre inscrits dans la loi, la fameuse Stratégie Nationale Bas Carbone.

Carole Delga a déploré le manque d’infrastructures dans le sud du Tarn et a déclaré assumer en conscience et en connaissance le choix de soutenir le projet sur la base de nécessités démographiques et économiques primant sur les critères environnementaux. Nous n’avons pu que rappeler combien ce choix verrouille le territoire dans des pratiques et des activités non durables, incompatibles avec les transformations économiques et sociales nécessaires pour limiter les risques climatiques et renforcer la résilience des milieux de vie. Mais Carole Delga nous a affirmé “ne pas croire que les choix politiques doivent toujours adhérer aux conclusions scientifiques”.

Elle a martelé l’argument du “désenclavement” des populations et des activités pour assurer le développement territorial, sans aucune considération pour les études qui appréhendent cela avec beaucoup plus de réserve, voire qui soulignent, à l’inverse de l’effet recherché, les risques avérés d’un renforcement de Toulouse au détriment des territoires ruraux et des villes moyennes.

Nous pensons qu’il y a d’autres moyens qu’une autoroute pour mieux répartir la croissance démographique entre la métropole toulousaine et les territoires voisins, pour réduire les inégalités sociales et lutter contre le sentiment d’abandon de certains territoires. Ils seront d’autant plus efficaces s’ils n’amplifient pas la catastrophe écologique en cours, porteuse de désespoir et d’accélération des inégalités.

Au terme de cette réunion, nous avons pu vraiment constater que la présidente de la Région et ses collaborateurs n’ont visiblement pas pris la mesure des menaces et des risques environnementaux et sociaux, largement documentés par l’état des connaissances scientifiques.

Pour terminer, nous souhaiterions partager avec vous notre inquiétude sur les relations entre scientifiques et politiques [cette partie reprend certaines des réflexions développées dans ce texte publié aujourd’hui] . Car le cas de Carole Delga n’est pas isolé. Une petite musique commence à se faire entendre dans l’espace public autour des questions écologiques. Elle est portée par diverses personnalités politiques, certain·es élu·es et une partie des commentateurs qui leur emboîtent le pas.

Ainsi, de façon volontairement fracassante, Laurent Wauquiez a annoncé  sortir du dispositif « zéro artificialisation nette ». Dénonçant une loi « ruralicide » provoquant une « mise sous cloche » qui menacerait « toute forme d’avenir », il a justifié ainsi de se soustraire à toute obligation face à un problème environnemental majeur.

Dans une tribune récente, Jean-Luc Moudenc a mis en opposition la légitimité des élus locaux et les « autorités « environnementales » qui désormais s’imposeraient à eux. Il estime que « notre démocratie naît de la délibération libre de l’intérêt commun par le peuple, et pas des “vérités” scientifiques d’un jour ».

Il est vrai que la catastrophe écologique heurte de plein fouet les vieilles habitudes de l’aménagement du territoire et du développement économique. Dans ce contexte, les élu.es et une partie de la population peuvent avoir le sentiment que « l’écologie » voire « les scientifiques » viennent remettre en cause la volonté du peuple et donc « notre démocratie ». Une telle réaction est une tentation de nombreu·x·ses autres représentant·es politiques aujourd’hui. C’est également l’argument des élus du Tarn qui défendent le chantier de l’autoroute A69 au motif que celle-ci respecterait « l’État de droit ». De telles déclarations pourraient se multiplier dans un espace public émaillé par les luttes environnementales. Il faut donc être conscient des dangereuses pentes glissantes qu’elles empruntent.

En effet, jouer « la démocratie » contre les alertes scientifiques est doublement problématique. D’une part, cette rhétorique est dangereuse. D’autre part, elle repose sur une conception de la démocratie étriquée, car dépouillée de son héritage humaniste.

D’abord, elle est dangereuse parce qu’elle ouvre la porte à un populisme radical. Elle érige une prétendue « volonté du peuple » en équivalent de la Justice absolue, comme si rien ne pouvait s’opposer au diktat du Peuple, pas même la raison, pas même la dignité. Ce type de populisme nourrit de surcroît un anti-intellectualisme problématique : nous voyons déjà certains élus traiter les connaissances scientifiques comme des opinions comme les autres. Cela alimente la défiance des citoyennes et citoyens envers les institutions du savoir, et, au fond, met en danger ce qui assure la santé d’une démocratie : la capacité des citoyens et citoyennes à mener une délibération éclairée par un socle minimal de connaissances partagées et par l’éducation à la réflexion raisonnée. Personne ne veut d’une démocratie dans laquelle 10 tweets conspirationnistes apportent autant au débat public qu’un rapport du GIEC, et c’est pourtant ce spectre que laissent entrevoir les déclarations qui opposent science et opinion publique.

Deuxièmement, la conception de la démocratie que ces déclarations sous-tendent pose un problème de taille : elle est fausse, ou du moins non représentative de l’esprit démocratique hérité des philosophies humanistes. En effet, ce serait faire un lourd contresens sur les fondements de la démocratie moderne que de considérer que seule la volonté du peuple, ou les lois élaborées par ses représentante.s, peuvent déterminer ce qui est légitime ou non. En effet, dans nos sociétés démocratiques, il n’y a pas une mais plusieurs légitimités qui s’entrelacent en permanence : bien sûr celle du peuple – par le vote, l’élection, l’activité parlementaire –  mais aussi celle du droit, celle de la raison ou encore celle de l’éthique humaniste. Les mouvements pour l’abolition de l’esclavage, pour le vote des femmes, contre la peine de mort ou pour le droit à l’avortement ne tenaient pas leur légitimité de l’avis majoritaire.

Aujourd’hui, ce que la science nous dit qu’il ne faut pas faire afin de préserver l’habitabilité de notre planète peut aller à l’encontre de l’avis d’élu·es ou de certaines franges de la population. Doit-on pour autant sacrifier l’humanité et le reste du vivant au motif que « la majorité l’emporte » ? Doit-on reléguer les alertes sur l’incommensurable gravité de la dérive climatique au rang de simples opinions minoritaires ? Les sciences ne doivent et ne peuvent bien évidemment pas déterminer l’action publique. En revanche, ne pas considérer les connaissances incontestables sur les menaces majeures qui nous guettent comme des guides solides pour la décision relèverait d’un aveuglement suicidaire.

Rappelons à ce propos que lorsque les enjeux sont clairement posés, la « volonté du peuple » semble tenir compte de l’information scientifique. La Convention Citoyenne pour le Climat nous a ainsi montré que la démocratie, tenue dans des conditions de délibération éclairée, ne consistait pas à scier la branche sur laquelle nous sommes assis. De nombreuses enquêtes nous le disent également : les citoyennes et citoyens sont prêtes et prêts à accepter des changements radicaux de leurs modes de vie, et des pertes de certains « conforts », à condition que les efforts soient ressentis comme nécessaires, équitablement répartis, et appuyés par la puissance publique. Les travaux scientifiques assurent de la nécessité d’une transformation écologique d’envergure, mais il appartient désormais aux élu·es de prendre en charge la justice sociale et le volontarisme politique.

Ainsi, nous considérons que la lutte contre l’A69 tient sa légitimité de nobles idéaux et de l’humanisme qui ont alimenté de nombreuses luttes avant celle-ci.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (28 octobre 2023). A69 : la conférence scientifique interrompue par les forces de l’ordre. Academia. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajja


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.