À Lyon 2, les CRS répriment les étudiant·es mobilisé·es et ferment l’université à coups de mesures antiterroristes

Academia publie une analyse collective qui approfondit les brèves publiées par  Le Progrès, LyonCapitaleLyonMag, LaTribune de Lyon et France-3 Rhône-Alpes. Après Laurent Bordes de l’UPPA, la présidence de Lyon-2 utilisera-t-elle les forces de l’ordre pour maintenir un ordre politique et social ((Avec le soutien explicite de l’UNI, organisation étudiante d’extrême-droite.))?

  • par des étudiant·es et personnels de Lyon 2

Le mardi 17 octobre 2023, les CRS ont évacué dans la plus grande incompréhension l’entièreté du campus des Berges du Rhône de l’université Lyon 2. Le déroulé des évènements ayant conduit à cette fermeture du campus laisse pantois…

Action pour inscrire les sans-facs : occupation du bâtiment de la présidence

Dans la matinée, les étudiant·es sans-facs et leurs soutiens ont commencé à occuper des locaux du bâtiment de la présidence de Lyon 2. Leur objectif était d’obtenir leur inscription dans la filière de leur choix. Après quelques heures d’occupation, la présidence a appelé les CRS, qui sont arrivés un peu avant 15h. Les étudiant·es mobilisé·es  ont dès lors accepté de sortir du bâtiment et du campus.

Ainsi, alors même que les sans-facs et leurs soutiens étaient sortis du campus, l’alarme incendie a été déclenchée sur demande des CRS, un peu après 15h, afin de faire évacuer tous les autres bâtiments du campus Berges du Rhône. À ce moment-là, les personnels et étudiant·es sont plein travail, sans se douter de ce qu’il se passe. À aucun moment les sans-facs n’ont gêné les autres activités qui se déroulaient sur le campus. L’alarme provoque alors la sortie massive et précipitée des personnels et étudiant·es qui découvrent la nuée de policiers casqués et équipés. Il y a alors peu d’informations, tout se fait dans la confusion la plus totale, créant une angoisse généralisée au vu de l’attentat terroriste d’Arras. Personne ne sait ce qu’il ne se passe ni ne connait les raisons de cette évacuation. Tout le monde sort du campus et les grilles se ferment. Sur demande, les personnels peuvent retourner chercher leurs affaires dans leurs bureaux.

Comble de l’ironie, les étudiant·es de Lyon 3 qui partagent un bâtiment avec Lyon 2 retournent en cours dans leur aile de bâtiment vers 15h45, alors que le flux de leurs voisins quitte le campus.

Résumons donc la situation : 50 CRS ont mis dehors, dans le calme, une trentaine d’ étudiant·es mobilisé·es, provoquant de manière superflue l’arrêt du travail et des études de milliers de personnels et d’ étudiant·es sur le campus des Berges du Rhône.

De l’application de mesures antiterroristes à la répression d’un mouvement social: où va-t-on à Lyon 2 ?

Un mail envoyé à 15h14 aux personnels de Lyon 2 par la présidence explique alors

« Pour des raisons de sécurité, le campus Berges du Rhônes est en cours d’évacuation et ne pourra rouvrir ses portes ce jour. Il convient de prendre toutes vos affaires avec vous. Nous vous invitons à consulter votre messagerie régulièrement pour vous tenir informé·es »

Ainsi, à 15h15, les personnels et étudiant·es ont été évacués de l’université laissés avec cette seule information….

C’est seulement à 18h06 qu’un mail a été envoyé expliquant les évènements ayant conduit à la fermeture du campus. Ce mail affirme aussi que l’évacuation totale du campus a été exigée par les CRS.

Depuis quand les flics ordonnent-il l’évacuation d’un campus dont la vie suit son cours… Que cherchaient-ils ?

La présidence donne plusieurs justifications à cette intervention policière, notamment celle selon laquelle l’occupation « bloquait » dans leurs bureaux des personnels administratifs en gênant la circulation à proximité des portes.Ce qui aurait porté atteinte à leur « intégrité physique et psychique ». Or, on voit mal comment une occupation pourrait ne pas gêner…et dans le même temps les sans-facs et leurs soutiens ont affirmé leur volonté de laisser circuler les personnels. Leur ambition étant d’occuper les locaux, pas de bloquer des personnels dans leurs bureaux… En fait, c’est la présidence elle-même qui a posté des agents de sécurité empêchant la circulation. Elle invoque son devoir d’employeur de protéger la santé et la sécurité des travailleurs de l’université pour justifier la répression. Quelle ironie !

Cet argument de gêne de porte justifie-t-elle de faire débarquer 10 camions de CRS ? Des étudiant·es sans-facs ne méritent-iels pas un autre traitement qu’une réponse répressive ?

Un autre argument de la présidence pour justifier cette fermeture du campus est d’affirmer qu’un rassemblement de soutien à l’occupation était appelé à 18h30 dans le campus. Et alors ? Ces rassemblements sont régulièrement appelés à Lyon 2 depuis la rentrée, et se tiennent, sans pour autant déclencher l’arrivée de 10 camions de CRS.

Il est inadmissible d’assimiler des étudiant.e.s qui luttent à des terroristes. Appliquer des mesures Vigipirate à des sans-facs avec pour seul bardage des sacs de couchage et des mégaphones, c’est faire basculer dangereusement le curseur de la répression à la fac. C’est appliquer des mesures d’exception à une situation largement gérable par d’autres moyens… Par exemple augmenter ceux des UFR en souffrance, augmenter le nombre de postes pour les personnels et les places pour les étudiant·es .

Atteintes aux libertés sous prétexte de lutte antiterroriste

De plus, le manque d’information générale entourant l’évacuation a participé à créer un climat angoissant, suggérant qu’un évènement grave du type de ceux qu’on a connu récemment aurait pu justifier cette évacuation. C’est presque un mensonge par omission, le mail de 15h14 le montre très bien : on ne dit rien, on suggère, on laisse dans le flou du « pour des raisons de sécurité ».

  • Quelles sont ces mesures d’un nouveau genre qui consistent à utiliser l’alarme incendie pour faire évacuer un campus sur ordre des CRS ? C’est un détournement clair des devoir de l’employeur en matière de santé et de sécurité à des fins répressives.
  • Que se passe-t-il dans la tête d’une présidence qui joue sur de telles ambiguïtés, et utilise les outils de la lutte antiterroriste pour fermer son propre campus ?
  • Et comment se fait-il que les CRS aient le pouvoir de faire fermer un campus sur lequel les activités administratives et pédagogiques se déroulaient par ailleurs normalement ? Que veulent-ils dire lorsqu’ils nous chassent de nos lieux de travail et d’étude ?

C’est une grave atteinte aux libertés académiques : celle de poursuivre des activités d’enseignement et de recherche sans ingérence extérieure, celle des franchises universitaires qui font que ce ne sont pas les CRS qui peuvent imposer à une université de fermer. Les universités assurent la mission de service public d’enseignement supérieur et de la recherche, que les CRS ne peuvent pas interrompre à coup d’alarmes incendie. De plus, c’est une répression inadmissible des mouvements étudiants, qui franchit un nouveau cap avec l’application des mesures antiterroristes.

Ces évènements ne sont pas isolés, à Pau par exemple le même jour (17 octobre 2023), le président de l’université a interdit tout rassemblement contre la mise en place des frais d’inscription différenciés, prenant comme prétexte les mesures Vigipirate1.  C’est donc une utilisation honteuse et répétée desmoyens de l’antiterrorisme qui sont désormais déployés dans nos universités pour empêcher les mobilisations.

Voire même empêcher notre travail tout court.

Pour aller plus loin

  1. NDLR. Ce n’est pas sans rappeler les arrestations du campus Condorcet en janvier 2023 sur lesquelles avait déjà alerté Academia (La police interpelle au campus Condorcet. Revue de presse, 25 janvier 2023; Interpellations au campus Condorcet : un témoignage glaçant, 29 janvier 2023.) et lundi.am. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (28 octobre 2023). À Lyon 2, les CRS répriment les étudiant·es mobilisé·es et ferment l’université à coups de mesures antiterroristes. Academia. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajj8


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.