Frais d’inscription et liberté de manifester : stratégie du choc à Pau

Il y a quelques mois, nous lancions l’alerte à propos de la transformation progressive des présidents d’université en “préfets au petit pied”. Loin de comprendre la responsabilité éminente qui est la leur, nos président·es semblent en effet devenus incapables de concevoir aujourd’hui, sur les campus, un ordre public universitaire qui ne soit pas le triste décalque des pratiques préfectorales en matière sécuritaire et de répression des oppositions politiques légitimes.

Site Web de l’université de Pau (représentant un campus vide, mais un “campus dans la cité”)

Le président de l’université de Pau, Laurent Bordes, confirme malheureusement cette tendance. Ce 17 octobre en fin d’après-midi, arguant des franchises universitaires qui lui confèrent la charge du maintien de l’ordre sur le campus, il a décidé d’interdire un rassemblement d’étudiant·es et de personnels. Un rassemblement contre… il faut s’arrêter un instant et se frotter les yeux pour le croire : un rassemblement contre… la mise en place, à l’université de Pau, des «frais d’inscription différenciés» !

Laurent Bordes, mathématicien, président de l’UPPA 2020-2024

De : president@univ-pau.fr
Date : 17/10/2023 16:36 (GMT+01:00)
À : syndicats@univ-pau.fr, solidairesetudiant.e.s.pau@gmail.com, mouvement 22 mars <mouvement.22.mars@gmail.com>

Objet : rassemblement demain à 11h devant la Présidence

Madame, Monsieur

Vous avez organisé et annoncé sur les réseaux sociaux un rassemblement ce mercredi 18 octobre 2023 à 11 heures devant la Présidence sur la question des frais d’inscription différenciés.

Comme vous le savez, suite à l’attaque à caractère terroriste qui s’est produite à Arras le 13 octobre 2023, la Première ministre a décidé d’élever la posture du plan Vigipirate sur l’ensemble du territoire national au niveau « Urgence attentat ». En conséquence, je suis de fait dans l’obligation de mettre en place sans délai un certain nombre de mesures de prévention et de protection afin d’assurer la sécurité des personnes et des biens, parmi lesquelles “la restriction voire l’interdiction des activités aux abords des installations et bâtiments” (termes du bulletin d’alerte Vigipirate du 13 octobre). Par ailleurs, dans une lettre du 16 octobre, la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche demande expressément aux chefs d’établissement d’étendre cette mesure aux rassemblements en fonction de la menace.

En tant que responsable du maintien de l’ordre et de la sécurité dans l’enceinte de l’établissement (article L.712-2 du code de l’éducation) et en raison de l’importance et de l’imminence de la menace, j’ai décidé d’interdire le rassemblement que vous avez projeté. Aussi, je vous demande d’en prendre acte et d’annoncer cette annulation via les mêmes canaux de diffusion que ceux utilisés pour le promouvoir (réseaux sociaux, affichage, mails, etc.)

Les autorités sont informées de cette décision.

L. Bordes
Président de l’UPPA

L’interdiction de tout rassemblement sur un campus à propos d’une question proprement interne à l’université et sous prétexte de Vigipirate : voilà une manière simple et efficace de neutraliser la contestation contre cette mesure universitaire raciste qui consiste, rappelons-le, à appliquer à une partie des étudiant·es extra européen·nes des frais d’accès à l’université d’un montant largement supérieur à ceux applicables aux ressortissant·es européen·nes.

Insistons un peu : cette interdiction de rassemblement est une mesure terrifiante dans ce qu’elle dit du président de l’université de Pau et de ses positions sur l’Université conçue comme un lieu de libertés dont il devrait, au contraire être le premier gardien. Est-ce de la bêtise ? Est-ce une perte de tout repère quant à ses fonctions d’universitaire ?  Est-ce un défaut de culture et de références historiques en matière de libertés publiques ? Est-ce une petite montée d’autoritarisme, telle que nombre de présidents d’université en connaissent régulièrement depuis la LRU ? Est-ce un peu de tout cela pris ensemble ? La question que nous posions il y a quelques mois à propos du président de l’université de Nice se pose à nouveau, de manière plus spectaculaire encore : comment, en fait, un collègue, certainement bon dans son domaine de spécialité académique, peut-il sombrer dans des décisions aussi caricaturales et des argumentations aussi grossières dès qu’il sort de sa spécialité ? Qu’est-ce rend possible de telles dissociations chez nos présidents d’établissement ? Comment peuvent-ils projeter des réflexions fines, subtiles, étayées lorsqu’ils se trouvent sur le terrain scientifique et, dans le même temps, sombrer dans les pratiques les plus indignes de l’intelligence dès qu’ils se placent sur le terrain administratif ?

Encore un petit effort, Laurent Bordes, et vous franchirez le seuil suivant : si la menace sécuritaire est telle qu’un minuscule rassemblement d’universitaires à Pau contre les frais d’inscription différenciés doive être interdit, alors vous fermerez bientôt les établissements aussi. Tou·tes ces étudiant·es remuant·es que l’on réunit dans des amphis bondés au moment même où le gouvernement «élève la posture du plan Vigipirate», n’est-ce pas excessivement dangereux, au fond ?

Tout comme la mesure préfectorale d’interdiction de distribution de repas dans le Nord de Paris a été suspendue hier par le juge administratif, il ne fait aucun doute que cette décision du président Bordes est illégale et qu’un référé-liberté aurait prospéré… si on lui avait laissé le temps de prospérer. En interdisant la veille à 16h36 un rassemblement pour le lendemain à 11h, le président a annihilé toute intervention en urgence du juge. Aucun référé n’est plus possible, et nous devons donc le croire sur paroles : se réunir sur le campus de l’université de Pau pour protester contre les frais d’inscription différenciés entre étudiant·es selon leur nationalité, c’est un danger pour la sécurité publique. Peut-être même est-ce la preuve qu’il y a, parmi les personnels et les étudiant·es de Pau, de dangereux terroristes en puissance.

Fermez le ban, rentrez dans vos amphis ou connectez-vous sur Zoom. Et rendez votre rapport Hcéres.

Affiche, 2008



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 18 octobre). Frais d’inscription et liberté de manifester : stratégie du choc à Pau. Academia. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajj6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.