Sur les événements récents en Palestine occupée

En solidarité avec le peuple palestinien, et avec les universitaires qui subissent des attaques inqualifiables lorsqu’iels dénoncent le projet colonial destructeur d’Israël, Academia traduit la déclaration de la JLSA de la City University of New York (CUNY), publiée le mardi 10 octobre 2023.

Déclaration de l’Association des étudiant∙es en droit juifves de CUNY

10 octobre, 2023

En cette période de renouveau et d’introspection, et alors que nous commençons l’année 5784, nous, étudiant∙es juifves de la faculté de droit de CUNY, entendons exprimer notre solidarité inconditionnelle au peuple palestinien dans leur lutte légitime pour l’auto-détermination. Nous envoyons ce message, profondément touché∙es par le deuil des vies qui ont été perdues. Nous sommes fermement convaincus que le sionisme — en tant qu’idéologie politique fondée sur l’usurpation et la destruction — conduit à mettre en danger à la fois les juifves et les Palestinien∙nes, même si ses partisan∙es ne ciblent que ces derniers.

Dans son analyse des combats anticoloniaux dans le monde, Frantz Fanon écrit,

« Nous nous révoltons  simplement parce que, pour de nombreuses raisons, nous ne pouvons plus respirer ».

C’est le cas pour le peuple palestinien qui, depuis plusieurs générations, suffoque sous le jougs funeste du projet sioniste. La démarche de colonisation de peuplement, promue par des antisémites au sein de l’empire britannique de l’après-Première guerre mondiale, a mis plusieurs décennies de brutalité ininterrompue à prendre forme. En 1948, les milices sionistes ont déchaîné une campagne de terreur caractérisée par les meurtres de masse et les violences sexuelles systématiques, rasant plus de 500 villages et forçant plus de 750 000 Palestinien∙es à quitter leur terre natale.

Aujourd’hui, près de 6 millions de Palestinien∙nes sont reconnu∙es comme réfugié∙es par les Nations unies, parmi lesquel∙les 1,5 millions sont entassé∙es dans les camps de réfugié∙es de la Palestine occupée et des pays voisins. En Cisjordanie, la prolifération continue de colonies illégales a fait progresser un régime d’ apartheid, qui dote les colons juifves de droits politiques et économiques tandis que les Palestinien∙nes sont sujet∙tes à la surveillance incessante, au harcèlement à la violence et à l’intimidation.

Parallèlement, les 2 millions d’habitant∙es de Gaza se trouvent privés même  à l’accès aux ressources les plus élémentaires, comme l’électricté et l’eau potable, puisqu’Israël exerce un contrôle quasi-total sur les frontières et l’économie du territoire. À la lumière de ces éléments, les organisations humanitaires internationales ont ont régulièrement qualifié Gaza de « prison à ciel ouvert la plus grande du monde ». Ces derniers jours, les avions de combat israëliens — pour la plupart de fabrication américaine – ont bombardé Gaza aveuglément, rasant des quartiers entiers et massacrant des centaines  d’hommes, de femmes et d’enfants.

Nous reconnaissons donc que le peuple palestinien oppose aune résistance à la cruauté du projet sioniste et, ce faisant, fait face aux puissants États du monde. Bien que les le droit international précise que tous les peuples ont le droit à l’auto-détermination, la communauté internationale n’a fait qu’aider Israël à priver les Palestinien∙nes  de ce droit. Les efforts diplomatiques soutenus par les Occidentaux, à l’instar des accords d’Oslo, se sont avérés n’être guère plus que de ridicules opérations de propagande, et les institutions comme l’ONU, ont constamment fait preuve d’un manque de volonté et/ou de capacité à tenir Israël pour responsable des agissements manifestant son mépris flagrant pour le droit international.

Puisqu’Israël a toute massacrer les opposant∙es, ainsi qu’il l’a fait lors de la Grande marche du retour en 2018, la campagne Boycott, Divestment and Sanctions (BDS) conduite par les Palestinien∙nes— visant à gripper les rouages financiers de l’occupation – a été taxée d’ « antisémite » par les politiciens et les médias occidentaux. Dans la continuité des ces attaques malhonnêtes, 37 États  et plusieurs pays européens ont adopté des politiques anti-BDS. L’ensemble de ces facteurs contribue à la situation profondément désespérée de la Palestine occupée.

Puisqu’aucune forme de résistance palestinienne ne trouve justification aux yeux des sionistes, il n’est pas surprenant que l’administration de CUNY ait encore une fois fait le choix de diaboliser les organisateur∙ices étudiant∙es qui exigent de mettre fin à la l’occupation illégale d’Israël. Quelques mois plus tôt, le Conseil d’administration (Board of Trustees) a diffamé  la femme qui a prononcé le discours d’ouverture de la faculté de droit de CUNY jugeant qu’elle portait un « discours de hainte » alors qu’elle avait simplement identifé la suprémacie blance et l’extraction coloniale comme des éléments fondateurs de tous les projets coloniaux — y compris l’usurpation des terres palestiniennes par Israël ou la terreur policière systémique contre les communautés noires et racisées aux États-Unis.

Il est clair, par conséquent, que l’administration de CUNY ne s’exprime pas au nom de sa population étudiante, composée en grande partie de New Yorkais∙es issu∙es de la classe ouvrière et de personnes racisé∙es (people of color). En tant qu’étudiant∙es juifves d’une faculté dont la devise est « Le droit au service des besoins humains » (law in the service of human needs), nous continuerons de faire advenir tikkun olam – la réparation du monde. Cela implique nécessairement notre soutien indéfectible au peuple palestinien dans sa résistance de plusieurs décennies contre la brutalité sioniste, comme à nos condisciplines qui, courageusement, font avancer cette cause.

En solidarité,

CUNY Jewish Law Students Association

 



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 14 octobre). Sur les événements récents en Palestine occupée. Academia. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajj3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.