Action des étudiant·es de Polytechnique lors du Forum des entreprises

Nous documentons ici une action organisée le 3 octobre 2023 par le collectif “DESOBEX” lors du forum des entreprises de l’École polytechnique et publions les discours prononcés à cette occasion.


Communiqué du collectif DESOBEX

Mardi 3 octobre 2023, l’École polytechnique organisait un forum des entreprises sur son campus. Pour cet événement annuel, plus de 150 entreprises des secteurs du conseil, de la finance et de l’industrie sont venues à la rencontre des étudiant·e·s afin de se faire connaître et recruter des stagiaires et futurs employé·e·s.

Forum des entreprises de l'École polytechnique

Forum des entreprises de l’École polytechnique – J. Barande pour École polytechnique (CC-BY-SA)

En fin de matinée, au milieu des stands des banques et cabinets de conseils, une trentaine d’étudiant·e·s de Polytechnique, d’alumni et d’élèves venu·e·s des établissements voisins se sont effrondé·e·s au sol pendant plusieurs minutes, afin de symboliser la destruction à laquelle participent la plupart des multinationales présentes sur le forum.

Lors d’une prise de parole de quelques minutes (reproduite ci-dessous), les étudiant·e·s ont dénoncé les nombreux liens entre leur établissement et des multinationales destructrices de la vie et responsables de l’exploitation de millions de personnes, incarnés par des chaires d’enseignement, des partenariats de recherche, du mécénat, des sièges au conseil d’administration ou le financement de la vie associative.

« En 2023, il est irresponsable pour un établissement scientifique d’accepter d’être financé par des entreprises dont l’activité principale conduit à aggraver la situation climatique ainsi que les inégalités, et de les légitimer en leur offrant une position privilégiée » a déclaré le porte-parole du collectif.

Le collectif dénonce en particulier les liens de l’École polytechnique avec TotalEnergies, comme le siège de Patrick Pouyanné, PDG de l’entreprise, au conseil d’administration de l’École. TotalEnergies continue de multiplier les nouveaux projets d’extraction de gaz et de pétrole, contre l’avis unanime des scientifiques et des défenseur·se·s des droits humains. Le collectif dénonce également les partenariats avec les banques qui financent ces projets écocidaires et antisociaux.

Le collectif dénonce les discours des entreprises sur leur responsabilité sociale et environnementale (RSE) dont le seul but est de servir leur stratégie marketing et de recrutement. Les étudiant·e·s appellent à redéfinir en profondeur les finalités des entreprises, pour dépasser la visée lucrative reposant sur l’exploitation.

Les étudiant·e·s appellent leur direction à mettre fin à tous ces partenariats avec les entreprises fossiles et leurs financeurs. Ils et elles en appellent également à la responsabilité de leurs camarades qu’ils et elles enjoignent à renoncer aux financements de ces entreprises pour les associations étudiantes.

Prise de parole des étudiant.e.s lors du forum des entreprises de l’École polytechnique – capture d’écran de la vidéo de l’action disponible sur Youtube


Discours prononcé par les étudiant·e·s :

Si nous nous effondrons ici, au milieu du forum de l’X, c’est pour rappeler les destructions auxquelles participent la plupart des entreprises venues nous recruter.

Nous sommes des étudiants et étudiantes de polytechnique, rejoints et rejointes par des alumni, et des élèves d’autres grandes écoles, et nous sommes révoltés de voir la place que viennent prendre dans notre vie étudiante ces entreprises dont les intérêts vont clairement à contre-sens de l’intérêt général.

Comment peut-on encore accepter d’être financé par Total, qui continue de multiplier les nouveaux projets pétroliers, comme le projet EACOP en Ouganda, à l’encontre des recommandations du GIEC ? Comment peut-on encore accepter des partenariats avec la BNP, la Société Générale ou le Crédit Agricole qui continuent de financer les projets les plus destructeurs ? Et comment peut-on encore accueillir LVMH ou L’Oréal, qui nous embauchent pour optimiser leurs algorithmes de ciblage publicitaires ?

 

Ces multinationales perpétuent un système qui permet l’exploitation de ressources et de personnes à l’autre bout du monde, à notre profit. Car, depuis notre microcosme de privilégiés occidentaux, avec les salaires qu’on nous propose, on est immunisés — pour l’instant. On a le privilège de garder notre confort et de ne pas ressentir toutes les dominations qu’on exerce sur les autres.

Ces entreprises ont intégré la cause sociale et environnementale à leur stratégie marketing et de recrutement, sans changer les règles du jeu qui poussent à des comportements fondamentalement délétères.

Après, si vous croyez à la sustainable and inclusive growth de la filière oil and gas de McKinsey, allez-y… Si vous voulez développer les avions verts ou roses, implémenter des énièmes algos d’optimisation sans baisser la production… Faites-vous plaisir.

Mais nous, n’y croyons pas.

 

Réduire. Non pas de dizaines de % mais de facteurs 10.

Essayons d’être honnêtes : est-ce que cela pourra vraiment se faire à coup d’optimisation technologique et d’innovation incrémentale ? Est-ce qu’il ne faudrait pas plutôt complètement remettre en question nos modèles de réussite?

Beaucoup de ces grands groupes poursuivent clairement la direction opposée.

Nous questionnons donc leur omniprésence dans notre univers étudiant, que ce se soit :

    • dans nos associations, qu’ils inondent de moyens en échange de visibilité ;
    • en orientant ce qui est enseigné dans les cours et projets qu’ils financent ;
    • dans les instances de gouvernance de l’école, jusqu’au conseil d’administration, où siège le patron d’un groupe pétrolier que nous ne citerons pas.

Réveillons-nous ! et prenons le temps de réfléchir !

 

À notre échelle, on n’a pas toutes les réponses, on est aussi en train de chercher nos voies : peut-être est-ce de travailler dans les collectivités locales, peut-être rejoindre des associations, peut-être travailler avec l’État pour concevoir des politiques qui ont du sens, peut-être repenser l’agriculture, peut-être s’engager dans des organisations militantes…

Nous invitons chacun et chacune d’entre nous à prendre le temps de réfléchir, se questionner ensemble, à s’ouvrir à d’autres personnes, rencontrer ces anciens et anciennes élèves aux initiatives multiples, des personnes d’autres domaines ou issues d’autres milieux qui ont tant à nous apprendre.

Ne nous laissons pas paralyser par l’anxiété ou la facilité, on a la chance de pouvoir choisir des alternatives joyeuses !

 

Vidéo complète de l’action disponible sur Youtube.

Image en bandeau : Die-in et discours lors du X-Forum, 3 octobre 2023. Capture d’écran, chaîne YouTube “Désobéissance civile à Polytechnique”.


Pour aller plus loin



Citer ce billet
Polytechnique n'est pas à vendre (2023, 5 octobre). Action des étudiant·es de Polytechnique lors du Forum des entreprises. Academia. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.