Charline Avenel telle qu’en elle-même

Portrait d’une personnalité cardinale de la politique de l’Éducation nationale dirigée par Jean-Michel Blanquer et Pap Ndiaye, ministres d’Emmanuel Macron.

Wer als Fuchs ein Amt erschleicht, wird als Wolf regieren
(Qui tel un renard s’empare d’un office public, gouvernera tel un loup).
Karl Friedrich Kretschmann

  • par minimaliste13

Le 27 septembre 2018, la directrice de l’Institut d’Études Politiques de Paris (l’IEP, ou Sciences Po) organise son pot de départ. Dès l’été, elle avait prévenu ses collaboratrices et collaborateurs de son départ imminent : elle serait à compter d’octobre 2018 nommée rectrice de l’académie de Versailles, la plus grande circonscription scolaire et universitaire de France, dont dépend la scolarisation de plus d’un million d’élèves et d’étudiants. C Cette nomination ferait également d’elle la supérieure hiérarchique de près de cent mille agents de la fonction publique, majoritairement des enseignants mais aussi l’interlocutrice principale, côté Etat, de cinq des plus grandes universités de France.Lorsque les rumeurs sur cette nomination ont commencé à circuler, à l’été 2018, le monde de l’éducation s’en était ému. Le journal Le Monde a par exemple pudiquement noté qu’il

manquait quelques lignes à son CV pour lui permettre d’accéder à cette fonction”.

Quelques lignes effectivement. Voyons cela de plus près.

1. Avant le rectorat

Entrée Saint-Thomas d’Aquin, Rue des Saints-Pères de Science Po Paris. Crédit :
Fred Romero, 2015

Charline Avenel, car il s’agit d’elle, est diplômée de la section service public de Sciences Po — nous verrons qu’elle fera honneur à son diplôme — puis de la promotion Leopold Sédar Senghor de l’École Nationale d’Administration (l’ENA), où elle est camarade de promotion d’Emmanuel  Macron. En sortant de l’ENA, elle intègre la direction du du budget du ministère des Finances, où elle travaille de 2004 à 2007, notamment sous la direction de Pierre-Mathieu Duhamel1. Elle s’y occupera tout spécialement du budget de l’enseignement supérieur. En 2007, elle rejoint le cabinet ministériel de Valérie Pécresse, où elle est la collègue d’Amélie de Montchalin, comme conseillère budgétaire puis directrice de cabinet adjointe en charge des moyens, de l’évaluation et de la recherche, position qu’elle conservera lorsque Laurent Wauquiez aura remplacé Valérie Pécresse au poste de ministre. Pendant huit années, elle aura été en charge d’une manière ou d’une autre du budget de l’enseignement supérieur et de la recherche. Pendant les premières de ces huit années, celui-ci augmentera légèrement en euro constant avant de stagner. Ramené à l’augmentation du nombre d’étudiants sur la même période, il s’agit d’une stagnation à peu près totale.

Avec l’approche de l’alternance politique de 2012, Charline Avenel quitte les cabinets ministériels pour prendre la direction adjointe de l’Agence Nationale de la Recherche, dont Nicolas Sarkozy vient de confier la direction à la scientifique et élue UMP Pascale Briand. Elle y oeuvre “pour le développement du financement de la recherche sur projet”. Cette fois-ci, et pour la première fois de manière indubitable, l’action de Charline Avenel peut être mesurée. L’année où elle prend ses fonctions, le budget alloué par l’ANR aux projets de recherche s’élève à 556 millions d’euros. Lorsqu’elle quitte ses fonctions en 2014 et l’année suivante (dernière année où on peut penser que ses choix de direction ont eu un impact), il s’élevait à 414 puis 389 millions d’euros – soit une baisse de 30% en deux ans. Sous sa direction, la proportion des projets lauréats d’un soutien de l’ANR sera elle divisée par deux, passant de 20% à son arrivée à 10,6% à son départ.

En 2015, elle est nommée par Frédéric Mion, que Le Monde et L’Express présentent comme un des meilleurs amis d’Édouard Philippe, dans l’équipe de direction de l’IEP au poste de secrétaire générale. Elle restera cinq an à ce poste. Il est difficile, du moins pour l’auteur de ces lignes, de distinguer l’action de Charline Avenel à l’IEP de celle du reste de l’équipe dirigeante. Tout au moins peut-on dire qu’entre 2014 et 2021 (année de la démission de l’équipe de direction), les frais de scolarité de l’IEP ont augmenté nettement plus significativement que le budget de l’enseignement supérieur quand Charline Avenel en était la responsable pendant la présidence Sarkozy. Il serait probablement injuste de s’attarder sur le fait que Charline Avenel fut pendant quatre ans secrétaire générale d’un organisme, la Fondation nationale des sciences politiques, dont le président a démissionné après avoir été accusé de viols sur un mineur de sa famille (accusations qu’il a reconnues) mais il semble au moins approprié de noter que la phrase

“Elle a ensuite contribué, rue Saint-Guillaume, à « solder les séquelles de la grave crise que l’institut a traversée » après le décès de Richard Descoings, d’après Frédéric Mion, son actuel directeur”

tirée de l’article du Monde annonçant sa nomination et destinée à souligner sa compétence a très mal vieilli2.

D’après l’intéressée elle-même et l’Élysée, après Pierre-Mathieu Duhamel, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez et Frédéric Mion, c’est une nouvelle personnalité politique de droite très proche de Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron qui propose un poste prestigieux à Charline Avenel : Jean-Michel Blanquer. Après son élimination au premier tour dans une circonscription législative détenue par la droite sans interruption depuis 1962, il est difficile de se souvenir de ce qu’une nomination suggérée par Blanquer à l’Élysée pouvait signifier en 2018 : c’était pourtant l’époque où l’hebdomadaire Le Point mettait Jean-Michel Blanquer en une avec en titre Le vice-président et où Nicolas Demorand parlait sur France Inter “d’un Blanquer” pour désigner l’archétype du ministre compétent que l’on a trouvé après une recherche active car on sait qu’il accomplira efficacement sa mission. C’est donc ce ministre en grâce entre tous au moment des faits qui contacte Charline Avenel, au plus tard à l’été 2018 selon la chronologie rapportée par Le Monde, pour qu’elle devienne rectrice de la plus importante académie de France bien qu’il manquât “quelques lignes à son CV”.

2. Tel un renard

Quelles lignes ? La compétences d’une énarque passée par les cabinets ministériels n’est-elle pas hors de doute ? « Pas de doutes sur ses compétences » écrit en tout cas en toute indépendance le journal Le Monde, en attribuant courageusement cette opinion aux « spécialistes du système éducatif » (avant de lister dans le même article une longue liste de “spécialistes du système éducatif” qui remettent pourtant justement en cause ses compétences). Alors ?

Pour se faire une idée, on peut comparer le CV retracé ci-dessus avec celui de Daniel Filâtre, qu’elle allait remplacer à ce poste. Celui-ci a été professeur certifié en sciences économiques et sociales, discipline qu’il a enseigné plusieurs années dans le secondaire. Il a ensuite soutenu un thèse de doctorat, devient enseignant dans le supérieur, maître de conférences (en 1992), soutient une habilitation à diriger les recherches (en 1997), devient professeur des universités (l’année suivante), dirige l’UFR et l’UMR à laquelle il appartient, assure la présidence de son universi é (de 2006 à 2012), travaille au cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (en 2012), est nommé recteur de l’académie de Grenoble (en 2013) avant de devenir recteur de l’académie de Versailles
en 2015, poste où il restera trois ans. Mais peut-être Daniel Filâtre est-il un cas exceptionnel ?

https://www.bienpublic.com/education/2022/03/16/nathalie-albert-moretti-quitte-l-academie-de-dijon-et-on-sait-qui-la-remplace

Nathalie Albert-Moretti, rectrice de l’académie de Dijon, le 1er septembre 2021 à Dijon. Photo LBP /Bertrand LHOTE

Alors parlons de Nathalie Albert-Moretti, qui fut nommée rectrice de l’académie de Dijon juste après la nomination de Charline Avenel à celle de Versailles. Elle soutient une thèse en 1998 — à une époque où Charline Avenel commence à peine ses études supérieures —, devient maître de conférences la même année puis professeur des universités en 2002 — quand Charline Avenel entre tout juste à l’ENA. Elle occupe diverses fonctions académiques et de direction à l’Université François Rabelais de Tours pendant huit ans dont celle de doyenne de la Faculté de Droit, Economie et Sciences sociales avant de devenir rectrice de l’académie de Dijon en 2019. Charline Avenel n’a pas la moindre expérience personnelle de l’enseignement et de la recherche, contrairement à ses deux collègues ou d’ailleurs à Jean-Michel Blanquer lui-même qui y ont fait de très belles carrières, et elle n’a alors eu aucune expérience de direction propre dans l’enseignement et la recherche3. Dans un entretien récent au Parisien, Charline Avenel elle-même s’en défendait.

« Toute ma vie a été dédiée à l’éducation, que ce soit au ministère des Finances au bureau éducation et enseignement supérieur, au cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur ou comme secrétaire générale de la fondation des Sciences politiques qui chapeaute Sciences-po ».

déclare-t-elle, ce qui est confondant de complaisance envers soi-même. Non seulement elle déforme son rôle à l’IEP, comme nous venons de le voir, mais gérer le budget de l’enseignement supérieur ne signifie pas « dédier sa vie à l’éducation », sans quoi par principe de symétrie je peux affirmer que « toute ma vie a été dédiée aux finances publiques » et revendiquer une nomination comme directeur général des Finances publiques puisque je gère le budget associé à mes projets de recherche. Même d’un pur point de vue ressources humaines, le nombre d’agents dont Charline Avenel est la supérieure hiérarchique après sa nomination comme rectrice est cent fois plus grand que le nombre d’employés dont elle avait la seule charge financière et juridique à l’IEP. Notons enfin que cette nomination à la tête de la plus grande académie de France est absolument stupéfiante de rapidité : un rapide coup d’oeil à la liste des recteurs et rectrices d’académie actuellement en poste montre qu’elles ont typiquement quinze à vingt ans d’expérience professionnelle de plus que Charline Avenel quand celle-ci fut nommée. Peut-être dira-t-on qu’elle avait particulièrement brillé et fait montre de talents exceptionnels dans sa carrière, justifiant un avancement tout aussi exceptionnellement rapide, mais il faudra alors expliquer de quels succès exceptionnels elle peut se prévaloir aux cabinets de Pécresse et Wauquiez, à l’ANR dont elle a diminué de moitié les financements et à Sciences Po qu’elle a quitté à la fin de l’année même où était révélé un scandale qui allait faire exploser l’équipe de direction.

3. « Nul ne peut être nommé recteur si…»

https://x.com/acversailles/status/1098517894898565120?s=20

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et Charline Avenel, rectrice de l’Académie de Versailles, 21 février 2019

Et puis il y a ce petit problème juridique. Lorsqu’elle organise son pot de départ à Sciences Po, l’article du Code de l’Éducation décrivant les conditions de nomination des recteurs commence par la phrase

« Nul ne peut être nommé recteur s’il n’est habilité à diriger des recherches »,

ce que n’est évidemment pas Charline Avenel4. qui n’est pas même titulaire d’un DEA ou d’un M2 recherche, à plus forte raison d’un doctorat ou d’une Habilitation à Diriger les Recherches. La raison de cette condition est assez claire : une rectrice ayant sous sa responsabilité hiérarchique des enseignants, y compris du supérieur, il est naturel qu’elle est une crédibilité suffisante dans le domaine de l’enseignement et de la recherche.

Certes, le Code de l’Éducation prévoit des exceptions à cette règle : peut être nommée rectrice une personne « ayant exercé les fonctions de secrétaire général de ministère ou de directeur d’administration centrale pendant au moins trois ans » ou « justifiant d’une expérience professionnelle de dix ans au moins dans les domaines de l’éducation, de l’enseignement, de la formation ou de la recherche » à condition toutefois que le nombre total de personnes bénéficiant de ces exceptions n’excèdent pas 20% du nombre total des recteurs en poste. Là encore, cette condition est parfaitement naturelle : on admet qu’il est possible d’avoir acquis une expertise dans le domaine de l’éducation, de l’enseignement et de la recherche si on peut justifier d’une expérience professionnelle substantielle dans ces domaines, au moins égale à celle d’un titulaire de l’Habilitation à Diriger des Recherches ou acquise dans un poste de direction à très haute responsabilité. Fin septembre 2018, la limite des 20% de recteurs non habilités est déjà atteinte, et nul·le ne peut donc être nommé recteur·ice s’iel n’est habilité· à diriger des recherches, point. Même si cette limite n’avait pas été atteinte, il est au minimum contestable que Charline Avenel puisse prétendre remplir l’une des deux conditions exceptionnelles. Elle n’a certainement pas exercé une fonction de directrice d’administration centrale pendant au moins trois ans, et il n’est pas clair qu’elle puisse prétendre remplir l’autre : il faudrait pour cela compter l’intégralité de son temps passé dans les cabinets ministériels comme une expérience professionnelle «dans les domaines de l’éducation, de l’enseignement, de la formation ou de la recherche» , ce qui semble ne pas respecter l’esprit du texte. Il ne manquait donc que «quelques lignes» au CV de Charline Avenel, certes. Il se trouve que c’était exactement les quatre lignes qui l’auraient autorisée à être nommée.

Rappelons qu’au moment où se déroule ces faits, la procédure pour être nommé maître de conférences dans une université française au premier septembre 2018 est la suivante. Il faut avoir enregistré une demande de qualification au plus tard en novembre 2017. Avoir soutenu un doctorat au plus tard en décembre 2017. Il faut avoir fait officiellement acte de candidature en avril 2018 et avoir déposé dans les temps un dossier de candidature complet, y compris le doctorat et la qualification. Il faut avoir été admis à poursuivre le concours, avoir passé une audition, avoir été classé premier à l’issu de cette audition par le comité de sélection et que ce classement ait  été confirmé par le conseil académique. Il faut enfin avoir accepté soi-même ce classement, en
juin 2018. Toute erreur, retard ou omission est irréparable. À ces conditions s’étalant sur plus de huit mois et à celles-ci seulement peut-on prétendre être nommé au premier septembre 2018 dans le corps d’échelon le plus bas des enseignants-chercheurs.

Charline Avenel a été nommée rectrice le 24 octobre 2018 par son ancien camarade de promotion, Emmanuel Macron, sur le rapport d’un des meilleurs amis de son ancien supérieur, Édouard Philippe. Comment est-ce possible, si on en croit le paragraphe précédent ? Parce que trois semaines avant sa nomination, les règles de nominations des recteurs sont substantiellement modifiées en Conseil des ministres, dans le sens d’un élargissement considérable des exceptions possibles : la condition d’expérience professionnelle est purement et simplement supprimée, ce qui me laisse penser que le gouvernement partageait mon appréciation qu’il était douteux que Charline Avenel la satisfasse, et le seuil limite des 20% des recteurs sans Habilitation à Diriger les Recherches est doublé. Le décret note que ces modifications “participent à la dynamisation du haut encadrement [des ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche] et à la diversification des profils correspondant à la variété des missions confiées au recteur d’académie”. L’article du
Monde du 4 octobre 2018 relatant cette évolution note que “plusieurs syndicats d’enseignant” de Sud au SGEN-CFDT s’étaient quant à eux opposés au nouveau texte.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Plaque_Square_Samuel_Paty_-_Paris_V_%28FR75%29_-_2022-01-16_-_1.jpg

Paris 5e. Crédit: Chab01, janvier 2022

4. Tel un loup

Quel fut le bilan de Charline Avenel à la tête de l’académie de Versailles et de la nouvelle dynamique impulsé par son nouveau profil ? En ce qui concerne la crise Covid et alors qu’elle était responsable d’établissements ayant hébergé des clusters précoces (en Essonne notamment), on sera indulgent en disant qu’il fut nul.

Pour ce qui est des ressources humaines, les chiffres parlent d’eux-mêmes : lors des deux dernières rentrées qu’elle a eu la responsabilité de préparer, 70% et 55% des postes d’enseignant du premier degré ouverts pour l’académie de Versailles seront non pourvus, et ce, malgré des séances de job-dating désastreuses pour l’image du métier
d’enseignant5. Ces chiffres, qui se traduisent par autant de classes dont les élèves n’ont pas d’enseignants inquiètent-ils Charline Avenel ? Laissons-la répondre avec ses propres mots :

« Non. L’académie de Versailles, ce sont 102 000 personnels, en gros la taille de L’Oréal monde. On n’imagine pas une entreprise de cette taille qui n’aurait pas un delta frictionnel de personnes avec des contrats de plus courte durée ».

Vous voyez, tout va bien.

Pour le grand public, la première occasion d’entendre parler de Charline Avenel fut sans doute la tragédie qui a frappé Samuel Paty, enseignant d’histoire-géographie et d’enseignement moral et civique au collège du Bois-d’Aulne de Conflans-Sainte-Honorine atrocement assassiné le 16 octobre 2020 dans une attaque terroriste inspiré par des attaques virulents à son encontre venant de militants islamistes sur les réseaux sociaux.

Étant donné l’immense choc causé par cet assassinat au sein de la communauté nationale et enseignante, il est préférable à s’en tenir strictement aux faits. L’un de ces faits est que le rectorat déclare dans un communiqué de presse du 18 octobre 2020 que

“l’institution a toujours été en soutien total à l’égard de M. Paty. [Elle] lui a témoigné tout le soutien […] Le soutien de M. Paty, par sa hiérarchie, a été concret et constant”6.

Un autre de ces faits est que le rapport de l’inspecteur d’académie inspecteur
pédagogique régional (IA-IPR) référent laïcité dépêché par le rectorat et qui a rencontré Samuel Paty le 9 octobre 2020 ne fait mention d’aucun soutien que le rectorat aurait offert à Samuel Paty : au contraire, ce rapport note que « M. Paty a reconnu avoir fait une erreur » et que « [Samuel Paty] a été maladroit ».

https://twitter.com/acversailles/status/1471114752575348749?lang=fr

“Charline Avenel, rectrice de l’académie, s’est inscrite ce matin [sur Preau]. À votre tour !” @AcVersailles ,Twitter, 15 décembre 2021

En matière de « soutien concret et constant », il est beaucoup plus facilede trouver des traces par exemple de celui qu’elle offre à toutes les initiatives de communication politique de Jean-Michel Blanquer, qu’il s’agisse de Préau qu’elle décrit comme «l’Engagement du #GrenelleDeLEducation tenu» (tweet du 15 décembre 2021) ou des cordées de la réussite : «Charline Avenel était à l’@essec, avec @Nadia (sic)7 et @Montchalin où elle a rencontré les bénéficiaires des Cordées de la réussite. L’occasion de rappeler l’engagement de l’académie à doubler le nombre de bénéficiaires des Cordées »8.

En ce qui concerne la relation avec les enseignants, les agents du rectorat, les parents d’élèves et les élèves, il ne semble pas exagéré de dire qu’elles furent exécrables. Dans un article récent du Parisien, la référente académique d’un syndicat enseignant parle

“d’une tentation de plaquer une vision du management et de l’organisation du travail issus du privé […] La rectrice et certains dans son entourage avaient une méconnaissance de l’univers dans lequel ils travaillaient ou travaillent encore9.

Et pour cause.

Assurer “la défense des intérêts de la rectrice”. Fiche de poste pour la Direction des Affaires juridiques et administratives du Rectorat de Versailles, 11 mars 2021.

Peut-être finalement que l’académie de Versailles n’est pas tout à fait comme L’Oréal monde10. Des représentants élus des parents d’élèves se souviennent quant à eux de relations qui se dégradent, d’avoir été traités de “youtubeurs” par la rectrice pour avoir diffusé des communiqués vidéos alertant sur le nombre de postes non pourvus et d’une réunion ou la rectrice a refusé d’aborder le thème du harcèlement scolaire bien qu’il fut à l’ordre du jour. Cette réunion interrompue n’a pas été la seule occasion où Charline Avenel a mis prématurément un terme à une rencontre avec des parents sur le sujet : elle a aussi fait immédiatement demi-tour quand elle a découvert que trois mères d’élèves voilées participaient  avec elle à une rencontre entre acteurs du monde scolaire dans le cadre de la Journée de Lutte
contre le Harcèlement, arguant du fait que

« nous sommes sur le temps scolaires, à l’intérieur de l’école, les signes religieux ne sont pas admis »11.

Du côté des enseignant·es, le rectorat de Versailles de Charline Avenel a acquis une petite réputation nationale pour son traitement particulièrement sévère de l’interaction entre agrégation et doctorat. Expliquons ce point un peu technique. Après quatre années d’études et la validation de sa première année de Master, une excellente étudiante peut envisager pour sa seconde année de Master (et si la discipline s’y prête) ou bien de préparer l’agrégation, ou bien de se diriger vers la recherche en continuant éventuellement en doctorat après la deuxième année de Master. Beaucoup de facultés
recommandent à leurs étudiants et étudiantes envisageant le second parcours de commencer tout de même par passer l’agrégation : non seulement cela donne une sécurité professionnelle future — trouver un emploi dans l’enseignement supérieur ou la recherche est une tâche ardue, c’est le moins que l’on puisse dire — mais cela permet aussi d’assurer et d’approfondir ses connaissances disciplinaires générales avant de se frotter à la recherche contemporaine. Ajoutons que celles et ceux qui intègrent l’enseignement secondaire après l’agrégation et un doctorat sont des ensei-
gnants avec une expérience et une maîtrise de leur sujet exceptionnelles, ce qui dans une époque de pénurie généralisée d’enseignants qualifiés est un trésor à préserver. Il y a un petit problème pratique à régler : si on est reçu à l’agrégation l’année n, on reçoit en principe une affectation à la rentrée de la même année, ce qui est incompatible avec la poursuite d’étude décrite plus haut, et il faut donc demander un détachement pendant les années de doctorat et éventuellement de post-doctorat si on souhaite conserver le bénéfice de son agrégation pendant la période de recherche. Lorsque j’ai moi-même vécu cette étape, elle s’est déroulée de la manière suivante : une inspectrice m’a demandé quels étaient mes projets après l’agrégation, j’ai répondu que j’avais
commencé une carrière de recherche et que j’avais été recruté en post-doctorat. Elle m’a félicité et a accordé le détachement demandé.

https://twitter.com/CharlineAvenel/status/1493204203648475136

“#SNU 2022 : grosse énergie ce matin à Dourdan pour cette première journée avec @sarahelhairy. Centre et équipes d’exception, élus,  @acversailles et @prefet91 engagés”. Détail du tweet de @CharlineAvenel, 14 février 2022

Le rectorat de Versailles a pris la sinistre habitude de refuser le détachement aux jeunes docteurs demandant un prolongement pour post-doctorat — exactement comme je l’ai fait dans les circonstances décrites — et d’exercer un chantage sur eux assorti de menace s’ils ne se présentaient pas au premier septembre dans l’établissement où ils étaient affectés. Plus préoccupant encore, il a dans certaine discipline refusé ce détachement même pour les années de doctorat, sommant de choisir entre perdre le bénéfice de l’agrégation ou renoncer à faire une thèse. Au-delà de la cruauté gratuite envers celles et ceux qui sont par principe les plus brillants étudiant·es de leur génération, il faut souligner l’absurdité de cette politique dans le contexte actuel : elle ne peut que décourager et dégoûter les meilleur·es étudiant·es à envisager une carrière dans l’enseignement secondaire au moment même où nous manquons terriblement de vocation. Doit-on rappeler que cette académie qui fait perdre à des étudiants Bac+5, Bac+8 ou plus le bénéfice de leur concours d’enseignement échoue à pourvoir la moitié de ses postes malgré des vagues très médiatisées de recrutement de contractuels Bac+3 ? Mais peut-être Charline Avenel ne peut-elle pas comprendre la valeur de l’agrégation, d’une thèse de doctorat et d’une expérience de recherche pour former des enseignants de grande qualité, elle qui n’a jamais connu ni l’une, ni l’autre.

Charline Avenel s’est également distingué en signant — par délégation — en septembre 2022 l’arrêté de suspension de quatre mois de Kai Terada, enseignant de mathématiques au lycée Joliot-Curie de Nanterre puis l’arrêté de mutation “dans l’intérêt du service” au lycée Jean-Baptiste Poquelin de Saint-Germain-en-Laye. Le premier de ces arrêtés n’évoque aucun motif12. Le second note explicitement que

“le comportement et les propos de M. Kai TERADA […] ne sont pas constitutifs d’une faute de nature à justifier l’ouverture d’une procédure disciplinaire” mais “que [son] nom revient régulièrement comme participant activement à la dégradation du climat au sein de la communauté éducative” 

sans aucun élément factuel joint pour étayer ce propos.

https://www.snes.edu/agissons/soutien-a-kai-terada-contre-la-repression-journee-daction-le-11-octobre/

Manifestation de soutien à Kai Terada, 22 septembre 2022. Crédit: SNES, octobre 2022

La Ligue des droits de l’Homme s’était alors vivement émue de l’atteinte aux libertés syndicales représentée par une mutation dans l’intérêt du service d’un représentant syndical assortie d’aucune justification étayée par des éléments matériels13. Plus d’un an après les faits et malgré l’avis favorable de la Commission d’accès aux documents administratifs, le rectorat de Versailles refuse toujours de communiquer à Kai Terada le rapport de la mission d’enquête sur lequel il dit s’être appuyé pour décider d’une mutation dans l’intérêt du service. Charline Avenel est également signataire par délégation d’un courier informant Kai Terada de la “neutralisation” de sa demande de mutation au lycée Joliot-Curie de Nanterre, terme et procédure inconnus.

Le refus par Charline Avenel d’aborder avec les parents le sujet du harcèlement scolaire paraît rétrospectivement bien dommageable, puisque son rectorat a récemment défrayé la chronique lorsque BFM-TV puis Le Parisien ont diffusé des lettres du rectorat reprenant sèchement des parents faisant état de la détresse de leur enfant victime de harcèlement ou des enseignants demandant la protection fonctionnelle, c’est-à-dire les mesures de protection et d’assistance dues  par l’administration à un agent afin de le protéger des attaques dont il fait l’objet dans le cadre de ses fonctions, bien que celle-ci soit un droit. Dans le cas le plus médiatisé et le plus tragique, le rectorat sous l’autorité de Charline Avenel qualifie d’inacceptables les propos des parents et leur “remis[e] en cause” de l’institution , “réprouve de la façon la plus vive [leurs comportements]”, parle d’un “supposé harcèlement” et les menace de poursuites judiciaires s’ils n’adoptent pas “désormais une attitude constructive”.

Quatre mois plus tard, l’enfant victime de harcèlement a mis fin à ses jours. Des parents ayant alerté sur le fait qu’un animateur périscolaire avait agressé sexuellement leur fille de onze ans sans que l’école ne suive la procédure appropriée ont reçu un courier identique, les mots “supposé harcèlement” ayant été remplacés par “supposés attouchements sexuels”.

Dans les jours qui ont suivi la première diffusion à grande échelle du courrier, la première ministre Élisabeth Borne a reconnuune défaillance sur le type de réponse adressée à des parents inquiets. C’est choquant”. Gabriel Attal, ministre de l’Éducation nationale, a parlé “d’une honte”.

Charline Avenel elle-même a déclaré au Parisien :

“j’ai été bouleversée en apprenant le décès de cet élève. Lorsque j’ai découvert il y a une semaine, dans la presse, l’existence de ce courrier, j’étais effondrée”.

Rappelons que le courier qu’elle a “découvert dans la presse” vient de ses propres services, sous son autorité directe. Elle ajoute “bien évidemment, aujourd’hui, je ne me défausse pas” mais précise que “ce courrier n’avait pas vocation à m’être communiqué”. L’envoi du courier, selon elle, s’inscrivait dans le cade d’une demande de protection fonctionnelle, or “en matière de protection fonctionnelle, c’est-à-dire l’assistance juridique et la prise en charge des frais d’avocat, un courrier de réprobation est adressé par le rectorat aux parents qui menacent un membre du corps enseignant”. Voilà qui est piquant quand on se souvient que les enseignants qui ont demandé une protection fonctionnelle ont été également sèchement réprimandés.

Notons que si on interprète littéralement ses propos, Charline Avenel semble affirmer que la procédure générale suivie par ses services était la bonne, c’est-à-dire que la forme générale du courrier était souhaitable et validée par elle, mais que dans ce cas précis, ce courrier n’aurait pas dû être envoyé. “Dans le cas présent, il n’y avait pas à envoyer un tel courrier à des parents en détresse” indique-t-elle. Mais cette ligne de défense est parfaitement auto-contradictoire, ou alors elle aggrave sa situation. Charline Avenel a raison sur un point : elle ne peut valider personnellement chaque courrier envoyé par son rectorat traitant de problème de harcèlement soulevé par des parents. Elle est en revanche la responsable en dernier ressort de la procédure à suivre dans une telle situation. Or, ce qu’elle-même semble dire, c’est que la procédure dont elle a la responsabilité directe a justement été suivie, mais que la personne chargée de cette procédure aurait dû — dans ce cas précis ! — comprendre qu’il fallait faire une exception à la procédure.

Pourquoi cette exception, si la procédure qu’elle a mise en place est la bonne ? Les parents de l’enfant harcelé mettent effectivement en cause l’institution dans leur courrier, de même que le père de l’élève agressée sexuellement met effectivement en cause l’institution dans le sien, et leur mise en cause du rectorat précède de quatre mois la décision tragique de leur enfant de mettre fin à ses jours. Quels éléments auraient bien pu justifier, dans ce cas précis, de faire une exception à la règle qu’elle revendique comme bonne ? Charline Avenel se rend-elle compte que sa défense,
outre charger une de ses subordonnées, ne fait qu’insister sur l’aspect totalement inapproprié des procédures qu’elle a mises en place ?

En résumé, Charline Avenel n’est selon elle responsable de rien. Elle a été “effondrée” quand elle a “découvert dans la presse” ce courrier mais en même temps, ce courrier était parfaitement approprié puisqu’il défendait les enseignants et elle a bien eu raison de mettre en place une telle procédure de protection de l’institution. Responsable de tout ce qu’elle juge bon, mais d’aucune erreur. C’est sans doute cela, “la dynamisation du haut encadrement des ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche” et “la variété des missions confiées au recteur d’académie”. Notons que Charline Avenel n’a pas eu les mêmes hésitations quand d’autres aspects inhérents à la fonction et aux responsabilités de rectrice ont été en jeu. Le 30 juillet 2020, Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal ont signé un arrêté “répartissant le montant global de la nouvelle bonification indiciaire” des “personnels exerçant des fonctions supérieures de direction, d’encadrement ou d’expertise”. À cette occasion, la prime annuelle de Charline Avenel a augmenté de 28%, passant de 7800€ à 10000€. Rien n’indique qu’elle ne se soit pas pas sentie concernée.

En conclusion de son interview relative au courrier reçu par les parents de l’enfant décédé, Charline Avenel affirme aussi que “c’est aujourd’hui inaudible, mais nous nous sommes caractérisés par une politique de prévention, d’écoute et d’actions très volontaristes [contre le harcèlement]”, ce qui est moins inaudible qu’en contradiction directe avec le témoignage des représentant·es de parents d’élèves cités plus haut, avec son brusque départ de le Journée contre le Harcèlement sous préexte de mères d’élèves voilées et avec les témoignages qui déferlent ces jours-ci. Dans un moment touchant d’empathie et d’exemplarité professionnelle quand on occupe un poste de direction, Charline Avenel déclare enfin “comprend[re] l’indignation [des parents]. Il est inadmissible qu’ils aient reçu un tel courrier”. Nous savons maintenant qu’au moins cinquante-cinq autres tels courriers ont été envoyés, avec les mêmes phrases copiées, les mêmes réprimandes et les mêmes menaces à peine voilées.

https://www.flickr.com/photos/yvelines/52179436045/in/photostream/

Inauguration du lycée Franco-Allemand de Buc. Crédit: Nicolas DUPREY/ CD 78

Il ne s’agit donc pas d’une défaillance, mais d’un système.

Comme le fait de refuser mois après mois l’accès à Kai Terada au rapport censé justifier sa mutation dans l’intérêt du service et la “neutralisation” de sa demande de mutation n’est un pas une défaillance, mais un système.

Comme le fait de refuser de parler avec des représentants des parents de harcèlement scolaire ou les traiter de “youtubeurs” n’est pas une défaillance, mais un système.

Comme le fait d’avoir renversé la charge de preuve pour Samuel Paty n’est pas une défaillance, mais un système.

Comme le fait de célébrer systématiquement et avec le plus grand écho médiatique les initiatives de quiconque  se trouve être en grâce dans le système de pouvoir de Macron n’est pas une défaillance, mais un système.

Comme le fait d’avoir imposé des pratiques hiérarchiques autoritaires et brutales, inadaptées à une institution dont Charline Avenel ignore du reste à peu près tout, avec comme résultat, année après année, une pénurie d’enseignants à tous les niveaux et des dizaines de milliers d’élèves qui se retrouvent privés d’enseignement pendant des semaines ou des mois n’est pas une défaillance, mais un système.

Du premier jour où elle a annoncé son départ de l’IEP jusqu’à son dernier jour au rectorat, Charline Avenel a tordu les procédures, imposé sa volonté par l’autorité brutale et l’intimidation, maltraiter les agents sous sa responsabilité. Chaque fois
que ses erreurs ont été grossières et catastrophiques – le cas de Samuel Paty, la gestion de la crise Covid, le harcèlement scolaire et son traitement par le rectorat, la suspension de Kai Terada, le recrutement des enseignants dans l’académie – elle s’et défaussée de ses responsabilités, s’est déclarée incompétente ou non concernée, ou alors s’est félicitée elle-même de ses réalisations.

C’est une personne fondamentalement incompétente qui a été promue par volonté politique à la tête d’une institution remplissant un service public d’une importance vitale pour des millions de citoyennes et citoyens et qui a dirigé cette institution avec l’impéritie prévue par les acteur·ices concerné·ces dès les premières rumeurs de sa possible nomination. Un renard qui s’est emparé par ruse d’un office public, et qui a ensuite gouverné en loup.

Mais soyons juste, et pour rétablir de l’équité dans ce portrait à charge, laissons la parole à Charline Avenel, diplômée rappelons-le de la section service public de l’IEP, et permettons-lui d’offrir sa propre appréciation de la situation :

“J’aime penser l’avenir et le faire advenir. J’aime faire et j’ai le goût du résultat. J’ai eu la joie d’être entrepreneuse de politiques publiques éducatives, et vais dorénavant poursuivre cet engagement au service de l’éducation, avec un tempérament qui est le mien : entreprendre”

 

5. Après le rectorat

Charline Avenel a quitté le rectorat de l’académie de Versailles. Après avoir sans succès brigué la présidence de la Fédération Française de Football (sic), elle a pris la direction générale du groupe Ionis, une société commerciale à but lucratif de gestion d’établissements supérieurs privés14. Elle aura donc alterné toute sa carrière entre des postes où elle a au minimum accompagné et souvent accentué par ses propres actions la dégradation du service public d’enseignement et de recherche du supérieur — à la direction du budget, au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, à l’ANR, au rectorat de Versailles — et des postes de direction dans des établissements d’enseignement supérieur privé concurrent direct de ce service public (l’IEP et Ionis).

Essai infructueux de dépôt de marque “Masters double compétence” à l’INPI en 2010

Quel est le modèle pédagogique (et entrepreunarial) des écoles du groupe Ionis ? Comme le dit un ancien élève élogieux qui y a passé “clairement une superbe année” dans un article en ligne vantant son école : “pas de cours, pas de profs, pas d’examen”.

Effectivement, Epitech a un coût, d’environ 8000€ par année” mais “la diversité présente est superbe, un jour on peut avoir un passionné de cryptomonnaie comme Hasheur qui nous fait une conférence sur la blockchain [et] un autre une self-entrepreneuse comme Magalie Berdah qui explique comment gérer ses réseaux sociaux15.

Sur Internet, on trouve des avis qui ne sont pas seulement involontairement critiques. Un étudiant écrit

“En résumé, Epitech souffre de plusieurs problèmes majeurs, notamment un coût excessif, des locaux en mauvais état, un manque de personnel encadrant, des évaluations injustes, du favoritisme et une déception générale parmi les étudiants”.

Dans son article L’enseignement supérieur à but lucratif en France à l’aune des porosités public/privé : un état des lieux, Aurélien Casta note que les écoles du groupe Ionis insistent sur leur site sur la possibilité de financement public — via l’aide au logement, par exemple — et ou de prêts-étudiants contractés au près de banques commerciales ce qui laisse penser que les écoles de ce groupe assurent leur rentabilité bien réelle grâce à un modèle

“de financement reposant à la fois sur les contributions des étudiants et de leurs familles, leur endettement auprès des banques commerciales, mais aussi sur une série de fonds socialisés relevant traditionnellement des services de l’Etat, des collectivités locales, de la sécurité sociale et de la formation continue”.

Le docteur en sociologie conclut

“premièrement, que l’enseignement supérieur à but lucratif se finance, se qualifie et se légitime à partir des porosités public/privé induites ou tolérées par les législations existant, en France, depuis plusieurs décennies. L’essor de ces groupes reposerait ainsi moins sur un effacement de la puissance publique que sur la capacité des enseignements technique et libre à mobiliser cette dernière pour servir des intérêts particuliers”.

Quelle meilleure personne pour incarner cette porosité public/privé et pour exploiter la puissance publique au service d’intérêts particuliers que Charline Avenel ?

Ne nous inquiétons pas pour l’IEP. Depuis le départ de Charline Avenel et la démission entachée de scandale de son directeur, Sciences Po est dirigé par Mathias Vicherat, qui était jusqu’alors secrétaire général de Danone, poste où il avait remplacé Emmanuelle Wargon quand elle est entrée au gouvernement. Comme Emmanuel Macron et Charline Avenel, c’est un énarque de la promotion Leopold Sédar Senghor.

Quant à l’académie de Versailles, son nouveau recteur est Étienne Champion. Il est agrégé d’histoire et a fait des études doctorales. Bien qu’il ait écrit une courte monographie historique, sa biographie officielle suggère qu’il n’est pas titulaire d’un doctorat. Il n’a pas d’Habilitation à Diriger les Recherches. Avant sa nomination, il était directeur de cabinet adjoint d’Élisabeth Borne. C’est un énarque. De la promotion Leopold Sédar Senghor.

Capture de la présentation du recteur de l’Académie de Versailles, octobre 2023


Sources citées



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 1 octobre). Charline Avenel telle qu’en elle-même. Academia. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajip

  1. Lui-même diplômé de l’IEP et de l’ENA, ancien membre des cabinets d’Alain Juppé et Édouard Balladur, élu UMP, brièvement secrétaire général du groupe LVMH et relation de Thierry Gaubert et Ziad Takkiedine au moment où ceux-ci organisent les rétrocommissions des contrats de vente d’armes pour financer la campagne d’Édouard Balladur. []
  2. Charline Avenel était-elle au courant des accusations portées contre Olivier Duhamel lorsqu’elle a quitté l’IEP ? Le rapport de l’Inspection Générale de l’Éducation, du Sport et de la Recherche note qu’à partir de la prise de fonction d’Olivier Duhamel en mai 2016, celui-ci a organisé “un rendez-vous hebdomadaire avec [la] secrétaire général[e]” (Charline Avenel, donc) et des “déjeuners réguliers [avec] des membres du COMEX” (dont elle était membre) “très conviviaux” et “répond[ant] toujours au même rituel : une présentation par chaque convive de son
    parcours personnel et professionnel”. Ce même rapport note que lors de la reconduction de l’équipe de direction – dont Charline Avenel – au printemps 2018, “certains membres de la communauté étaient bien informés” de ces accusations, dont au moins un membre du COMEX. []
  3. C’est Christine Musselin qui a occupé cette fonction à l’IEP quand Charline Avenel y travaillait. []
  4. Précisons que l’Habilitation à Diriger des Recherches est le diplôme le plus élevé de l’enseignement supérieur français. Il n’y a pas de durée légale pour la préparer et l’obtenir mais il est rare voir exceptionnel qu’elle soit  obtenue en moins de sept ans d’activité de recherche ininterrompue. []
  5. et qui n’auront qu’un succès mitigé, malgré l’annonce sur le site du rectorat de 600 recrutements en 2022, le SNES n’en a dénombre que 159, à comparer avec les plus de mille postes non pourvus rien que parmi les enseignants du premier degré []
  6. Le communiqué original n’est plus accessible à l’URL indiquée, reprise par de très nombreux médias. []
  7. Il s’agit de @NadiaHai78, alors Ministre déléguée chargée de la Ville, et non de @Nadia, apparemment une voyageuse texane. []
  8. Tweet du 09/10/2020 []
  9. C’est moi qui souligne. []
  10. D’ailleurs, Charline Avenel semble encore moins qualifiée pour juger de ce qu’est L’Oréal Monde que pour être rectrice. []
  11. C’est une position très contestable : d’après le récit que Le Parisien a fait des événements, aucune des trois mères n’étaient en position d’animation ou n’exerçaient une activité d’enseignement, et c’est seulement dans ce cas que l’obligation de neutralité religieuse s’applique même selon le vade-mecum sur la laïcité à l’école du ministère ; la loi du 15 mars 2004 ne mentionne elle que les élèves. []
  12. Sans doute pour cette raison, cet arrêté est annulé par le ministère de l’Éducation nationale le 26 septembre
    2022. []
  13. Source: Lettre de la Ligue des droits de l’Homme, 21/10/2022. []
  14. Qui n’a pas hésité à déposer la marque “Masters Double compétence” avant de se faire recaler. []
  15. Magali Berdah est la créatrice de Shauna Events, une agence de marketing d’influence pour les personnalités de la téléréalité. Elle a été invitée par Marlène Schiappe à l’Élysée en décembre 2021 et a travaillé pour Brigitte Macron et avec Gabriel Attal. En 2019, elle a été condamnée à un an de prison avec sursis et cinq ans d’interdiction de gérer une société pour abus de faiblesse et sa compagnie a de nombreux ennuis avec la justice et le fisc. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.