Bastions masculinistes: retour sur une recommandation du Conseil scientifique du CNRS

Avant-hier, au courrier Twitter, j’ai reçu la dernière recommandation du Conseil scientifique du CNRS. 

Conseil scientifique du CNRS

Vers la parité dans les manifestations scientifiques

À l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, le président du CNRS Antoine Petit a déclaré : « La place des femmes au sein du CNRS est au cœur de mes priorités. Nous progressons en matière d’égalité entre les femmes et les hommes mais l’horizon de la parité est encore lointain ! » Pour progresser en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, le Conseil scientifique du CNRS demande que le CNRS, ses laboratoires et ses personnels, ne s’associent qu’aux manifestations scientifiques où les femmes sont présentes à tous les niveaux (comité scientifique, comité d’organisation, conférences invitées), dans une proportion atteignant, ou dépassant celle de la discipline.

Dorothée BERTHOMIEU

Présidente du Conseil scientifique

Texte adopté à l’unanimité le 16 avril 2019

En sont destinataires la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, la Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, le P‐DG du CNRS, mais aussi une employée du CNRS – “Présidente” (sic “directrice)  de la mission pour la place des femmes au CNRS et les présidentes de deux associations, l’une bien connue, “Femmes et sciences” et l’autre visiblement sortie toute droite de la cuisse de Jupiter.

Immédiatement, la planète #ESR s’enflamme. Il faut dire que la veille, une question avait déjà fait chauffer la casserole.

“Rapport de 2011 à l’égalité f-h, je lis : “les h Maîtres de conférences et Professeurs des universités bénéficient d’un indice moyen de rémunération supérieur à celui de leurs collègues f de même grade.”, mais je n’arrive pas à comprendre pourquoi ?” (Tweet de Tiphaine, 23 avril)

On évoque alors l’entrée plus précoce des hommes dans l’échelon, une reconstruction différente des carrières à l’entrée dans le corps, l’attribution différentielle des primes, le sexiste général. Arrive même sur le tapis l’attribution des places d’internat aux seuls hommes – ou, dans les internats mixtes, le fait que ce sont les femmes qui assurent le maintien de la propreté et de l’hygiène (vaisselle)….

La recommandation du CNRS attise le feu qui couve depuis longtemps. Les informaticien-nes expliquent qu’il y en a marre d’enseigner entre hommes; les ami-e-s des matheuses (où les PU sont 10%), l’imposition de quota dans les comités de sélection les empêche de travailler en avril et mai. D’autres se déclarent gênées par l’idée de proportion – « si on prend l’histoire, on est à 50-50, mais les quotas nous empêchent d’avoir les nécessaires spécialistes » ; ce à quoi des vieilles (dont je suis) répondent “Vu le sexisme général, prenons ce qu’il y a à prendre”. Suit des apartés sur l’invisibilisation des femmes, la suppression des noms d’autrices sur les couvertures de livres, etc. [Autre billet en préparation]

Une question est cependant apparue touchant à la part que devaient représenter les femmes dans les instances indiquées par le Conseil scientifique.  Faut-il parler de parité ou de mixité? Le Conseil scientifique précise bien qu’il s’agit de repérer là où il y a sexisme et à y remédier “dans une proportion atteignant, ou dépassant celle de la discipline”. Mais selon la discipline, la proportion à dépasser, c’est à 10%, 25%, 33% ou 52%? Dispose-t-on de données un peu fiable sur la proportion des femmes par discipline, par statut – voire leur niveau de rémunération?

Emmanuelle Picard nous a alors soumis le résultat de son analyse, à partir d’une compilation de données sur “Les enseignants-chercheurs titulaires et stagiaires
par section du Conseil national des universités, corps et sexe” pour 2012-2013
. Le résultat s’apparente à une caricature, nous annonce-t-elle.

“Ratio femme/homme parmi les enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs titulaires et stagiaires par section du Conseil national des universités, par grade (Professeur.e.s des universités et maîtres.se.s de conférences) et rapport PU/MCF pour 2012-2013 (Source: Emmanuelle Picard et CNU)

« En anthropologie, on les aime jeunes et dominées »

Les résultats sont caricaturaux en effet et pour certains, attendus. Si on part de l’opinion, évoquée plus haut, que – « si on prend l’histoire, on est à 50-50 », on peut mesurer que la parité attendue est bien à 52% chez les MCF d’histoire antique et médiévale (mais 48%, chez les MCF d’histoire moderne et contemporaine, tandis qu’au grade PU, les femmes ne représentent plus qu’un tiers en médiévale et un quart en histoire moderne et contemporaine. On peut ainsi se demander si le Conseil scientifique du CNRS attend une parité différentielle entre MCF et PU.

Dans certaines disciplines, c’est dramatique, 7% de PU en mathématiques – et ce, en dépit des efforts constants des collègues mathématiciennes – c’était connu. Ce qui l’était moins, c’est la place acquise par les femmes dans les disciplines du droit, mais leur exclusion relative de la science politique et de la sciences économiques, traditionnellement intégrées aux sciences humaines et sociales. Pourtant, nous avions republié ici l’analyse “Femmes et hommes en sociologie: deux sexes, un corps?, par Olivier Martin. La théologie fait mieux que la philosophie, en accueillant un quart de femmes en son sein contre un cinquième. Seule la section 11 “Langue et civilisations anglophones” considère en pratique que les femmes, qui représentent un peu plus de la moitié de la population française, sont dignes d’accéder au statut de professeure d’université à proportion.

Un indicateur particulièrement intéressant est le rapport ratio femme PU/MCF. On repère là les disciplines qui même relativement féminisées font en sorte de grandement limiter leur promotion. En l’absence de biais sexiste, le ratio devrait être à 1: ce n’est le cas dans aucune discipline – même si on peut saluer l’astrophysique ici. On repère là, sans doute, le machisme ESR pratique au sommet de son art.

Vous pourriez m’objectez, que faute de données longitudinales, il s’agit d’un effet plus démographique que sexiste. Toutefois, on peut en douter quand on regarder l’anthropologie, une des premières disciplines à avoir accueilli de nombreuses femmes en son sein, comme Germaine Tillion, par ex., du fait même de sa relative jeunesse et du faible nombre de postes universitaires à ses débuts[1]. Alors qu’au grade MCF, les femmes représentent 55%, à celui de PU, la proportion tombe à 18% – ce qui fait dire à une collègue, que dans certaines disciplines, on les recrute jeunes pour les services qu’elles rendent.

Pour avoir un tableau complet, nous attendons encore une mesure précise de l’évolution récente  des discriminations salariales – qui ne va pas vers une amélioration selon les éléments dont nous disposons. À la question sur quelle disciplines faut-il faire porter l’effort, on peut désormais répondre : sur l’Université entière, bastion masculiniste. Et en attendant la fin de la discrimination sexiste dans l’enseignement supérieur, toute recommandation est bonne à prendre : merci le Conseil scientifique du CNRS.

[1] Voir Hélène Charron Hélène, Les formes de l’illégitimité intellectuelle: les femmes dans les sciences sociales françaises, 1890 – 1940, Paris, CNRS Éditions, 2013 et  l’édition critique par Marianne Le Maire de Déborah Lifchitz et Denise Paulme, Lettres de Sanga: à André Schaeffner, Michel Leiris, Marcel Mauss, Georges Henri Rivière, Édition augmentée, Paris, CNRS Éditions, 2015

 

 

 

 


3 réflexions sur « Bastions masculinistes: retour sur une recommandation du Conseil scientifique du CNRS »

  1. Analyse très intéressante.
    Pour comprendre ce qui se passe entre recrutement MCF et PU il faudrait avoir les pourcentages des MCF HDR par discipline. Les données sont-elles disponibles en ligne ? Je ne les trouve pas au lien utilisé pour ces statistiques.

    • Je ne les ai pas, mais vais demander à l’équipe, notamment Emmanuelle Picard, qui connaît très bien les données disponibles. Deux remarques : il est fort possible qu’elles ne soient pas agrégées (mais disponibles par section CNU) – et nous n’avons pas le temps d’aller les chercher (si vous le faites, on publie).
      IL y a des chances que le ratio d’HDR soit assez largement fonction de la perspective d’être promu-e-s. Et donc pas si significatif que cela.

  2. « Les informaticien-nes expliquent qu’il y en a marre d’enseigner entre hommes »
    Pire : enseigner à des classes quasi exclusivement composées de jeunes hommes, avec (cela demande à être confirmé) une plus grande proportion de femmes parmi les enseignant·e·s que parmi les étudiant·e·s.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.