« Merci à tous et à toutes ». Le message d’adieu de Thierry Coulhon

Academia apprend aujourd’hui le départ de Thierry Coulhon du Hcéres par décret présidentiel, courrier d’adieu et inquiétudes partagées dans Les Échos. Les présidences d’université, les directions d’UMR et de services apprécieront. Academia souhaite de nouveaux succès à Polytechnique n’est pas à vendre et continuera évidemment son travail d’information rigoureux sur les réseaux sociaux.
#ResistESR

Sujet :   [HCERES-CMS] Merci à toutes et
à tous
Date :    Tue, 26 Sep 2023 08:52:15 +0000
De :        HCERES – Présidence
Pour :    hceres-permanents@listes.hceres.frhceres-vacataires@listes.hceres.fr,hceres-cs@listes.hceres.fr, hceres-cms@listes.hceres.fr
Copie à :     Thierry Coulhon, STEPHANE LE BOULER, CAMILLE JANNIC
Chères et Chers collègues,
Un décret du Président de la République, publié ce jour au Journal officiel, a mis fin, à ma demande, à mes fonctions de Président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur. De nouvelles fonctions m’attendent à la tête de l’Institut Polytechnique de Paris.
Je veux d’abord vous dire combien j’ai été fier d’avoir pu travailler à vos côtés au cours de ces bientôt trois années et surtout je souhaite vous remercier, toutes et tous, de votre engagement au service de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.
Ces trois années ont été marquées par des transformations importantes du Hcéres, dans son organisation, mais aussi dans sa manière de faire et de travailler. Ces évolutions ont pu parfois vous surprendre et être sources d’inconfort, mais je crois que le rayonnement nouveau du Hcéres, vis-à-vis de nos partenaires comme vis-à-vis de la société, illustre combien elles étaient nécessaires.
Elles étaient nécessaires parce qu’alors que l’évaluation doit désormais constituer la pierre angulaire de tout système d’enseignement supérieur et de recherche, capable de se regarder lucidement pour s’améliorer, le Hcéres souffrait d’une double difficulté. Malgré des forces indéniables, il était à la fois absent du débat public, avec un effet peu discernable sur le système, et en même temps vécu comme une contrainte plus que comme un bénéfice.
Je crois que ces deux difficultés ont été largement dépassées. Grâce à nos efforts et surtout grâce à votre mobilisation, nous avons construit une évaluation simplifiée, intégrée, plus franche et plus utile aux établissements et aux organismes. Parallèlement, nous avons largement renforcé le lien avec les pouvoirs publics, et en premier lieu le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pour que nos travaux puissent alimenter sa relation avec les établissements, notamment dans le cadre du dialogue contractuel.
Simplifier l’évaluation n’a pas été une mince affaire (et ce n’est certainement pas terminé). A la fois parce que cela impliquait d’avoir un regard critique sur nos procédures internes, et chacun d’entre nous sait qu’il n’est jamais confortable de se remettre en question, mais également parce que cela supposait de construire une meilleure relation avec les instances d’évaluation spécialisées (la CTI et la CEFDG). Sur ces deux aspects, les progrès ont été considérables et les efforts en matière de coordination ont produit leurs premiers effets. Les référentiels d’évaluation se concentrent désormais sur l’essentiel, les calendriers d’évaluation sont mieux articulés, les données demandées aux établissements sont plus pertinentes et surtout, nous avons mis fin à cette absurdité consistant à demander plusieurs fois les mêmes informations aux établissements évalués.
Construire une évaluation intégrée aura été encore plus transformant. Dans une maison où, comme dans beaucoup d’organisations, la mauvaise habitude avait été prise de fonctionner en silos, sans se préoccuper particulièrement de ce que pouvaient dire les rapports produits par les départements voisins, cela aura été une petite révolution. L’exercice a été difficile, exigeant, évidemment source de tensions çà et là, mais le résultat est largement à la hauteur de l’ambition. Parallèlement à cet exercice de mise en cohérence de nos activités, la forme des rapports produits par le Hcéres a également fait l’objet d’améliorations pour qu’ils soient désormais plus acérés et expriment, sans concession, les forces et les faiblesses des établissements. 
Les premiers rapports publiés dans le cadre de la vague C donnent désormais une vision complète de la diversité des missions des établissements et surtout de l’articulation et des interactions entre ces dernières.
Aujourd’hui nous pouvons affirmer que les trois départements d’évaluation en charge des établissements, de la recherche et de la formation (DEE, DER, DEF) unissent opérationnellement leurs efforts dans un objectif commun et pour des productions articulées et coordonnées. Aujourd’hui encore le département d’évaluation des organismes, tout en s’attachant à améliorer leur évaluation propre, prend pleinement en compte leurs liens avec les établissements d’enseignement supérieur, ce qui contribue à une vision plus intégrée de l’écosystème.
Ces rapports ont pu parfois surprendre certains établissements, souvent habitués à une évaluation plus complaisante. Cependant, ils ont suscité un vif intérêt dans notre écosystème, en particulier dans les ministères, mais aussi au-delà, et c’est relativement nouveau, auprès des collectivités locales. Cet « au-delà » concerne aussi notre rayonnement renforcé à l’international, qu’il s’agisse de notre implication au niveau européen ou des évaluations d’établissements ou de formations sur les autres continents par le DEI.
Nos travaux sont éclairés par les données produites, et pour la recherche spécifiquement par l’OST, mais aussi par des données mieux gérées et mieux organisées, grâce aux efforts du DND. Ils prennent aussi un relief nouveau en s’emparant de nouveaux enjeux : l’intégrité scientifique sous la houlette de l’Ofis, le développement durable et la transition écologique qui imprègnent désormais nos référentiels ainsi que l’ensemble des dimensions humaines de l’activité d’enseignement supérieur et de recherche.
Toutefois, malgré ces progrès et ces réussites, nous ne sommes pas encore au bout du chemin. Nous devons maintenant réussir à toucher la société et plus particulièrement les familles pour lesquelles le débat public de ces derniers mois a largement mis en évidence qu’elles avaient besoin d’une information fiable et précise sur la qualité des formations dispensées par les établissements d’enseignement supérieur, quel qu’en soit le statut. En la matière, le lancement de la préfiguration de l’Observatoire de l’Enseignement Supérieur (OES) devrait nous permettre d’éclairer plus largement la société.
Il serait injuste de résumer l’évaluation que nous menons à des référentiels, des données, des processus et des rapports. Il faut bien sûr des données et savoir les organiser au bénéfice de l’évaluation. Il faut bien sûr aussi des rapports. Mais l’évaluation menée par le Hcéres est avant tout qualitative et assurée par des femmes et des hommes : permanents du Hcéres, conseillers scientifiques ou encore experts, tous concourent à l’évaluation et au rayonnement du Hcéres, chacun dans son rôle. Mes expériences passées au sein d’une large diversité d’institutions universitaires me permettent de dire qu’au Hcéres, le lien entre administratifs et académiques fonctionne mieux qu’ailleurs. C’est une force précieuse et il faut la préserver. 
Parler des hommes et des femmes qui font vivre l’évaluation, c’est aussi parler de tous ceux qui interviennent au titre des fonctions supports et qui, sous la responsabilité du secrétariat général, ont contribué à doter le Hcéres d’une administration correspondant aux responsabilités et compétences d’une autorité publique indépendante. Précision des textes d’organisation, sécurité juridique, robustesse des procédures, solidité de la gestion budgétaire et comptable, qualité du dialogue social sont les caractéristiques attendues d’une autorité responsable. Nous avons beaucoup progressé sur ces registres et il faudra approfondir encore le travail, dans un contexte plus contraint s’agissant des ressources.
Encore trop souvent, le Hcéres est injustement critiqué, notamment sur les réseaux sociaux, par une partie de la communauté universitaire qui, en raison de notre fonctionnement par vagues, peine à percevoir les nombreuses transformations engagées. Cela doit nous rappeler qu’il est impératif que nous soyons résolument tournés vers l’extérieur, évidemment pour expliquer la manière dont nous travaillons, et surtout pour que l’évaluation réalisée au sein du Hcéres ne soit jamais statique. C’est ainsi que nous éviterons des controverses trop souvent infondées et inutiles. Beaucoup a été fait en matière de concertation des parties prenantes, notamment lors de la PFUE ou aussi, chaque année, pour ajuster nos référentiels, mais être tourné vers l’extérieur ne peut se résumer à des événements institutionnels, cela doit avant tout se traduire par une volonté et une exigence continues.
Vous l’aurez compris en lisant ces quelques lignes, je suis très fier de ce que nous avons accompli ensemble, convaincu qu’il reste encore beaucoup à faire pour donner à l’évaluation la place qu’elle doit occuper dans notre système d’enseignement supérieur et de recherche, mais surtout certain que le Haut Conseil est sur la bonne voie pour y parvenir.
Conformément aux textes qui nous régissent, Stéphane Le Bouler, Secrétaire général, assure désormais l’intérim des fonctions de Président. La désignation d’un nouveau président interviendra selon les procédures prévues par la Loi de programmation pour la recherche et par les textes organisant les autorités indépendantes. Le Président par intérim discutera à ce propos avec les pouvoirs publics et vous tiendra régulièrement informés.
Encore une fois, merci à toutes et à tous pour le travail accompli et pour les moments passés ensemble.
Très cordialement à chacune et à chacun d’entre vous,
Pr Thierry Coulhon

Pour aller plus loin

  • Le gouvernement chamboule la gouvernance de Polytechnique, par Marie-Christine Corbier, Les Échos, 25 septembre 2023


Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 26 septembre). « Merci à tous et à toutes ». Le message d’adieu de Thierry Coulhon. Academia. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajim

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.