Les précaires de la fac se rebellent, par Sandrine Chesnel (Grazia, 14 avril 2019)

Un article de a paru le 14 avril 2019 sur le site Grazia gratuitement accessible, qu’il est pas inutile de présenter sur Academia. En voici les premières lignes:

Plusieurs collectifs se mobilisent depuis janvier, pour dénoncer la situation des vacataires. Ces chargés de cours sont payés « à la tâche », le plus souvent plusieurs mois après les heures travaillées.

 

“C’est tout le système qui est foireux.” Julie (1), 29 ans, est en 3e année de doctorat de géographie dans l’est de la France. Elle ne mâche pas ses mots pour décrire le fonctionnement de l’université française. La doctorante est pourtant chanceuse, puisque son travail de recherche sur les jardins en ville est financé par une agence gouvernementale : pendant ses trois années passées à faire avancer la recherche dans sa faculté grâce à son travail de thèse, Julie aura touché un revenu mensuel équivalent au Smic. Revenu complété par des vacations, des heures de travaux dirigés pour des étudiants de licence : “24 heures de cours par-ci, 36 heures par-là, j’ai l’impression de boucher les trous des cours que les titulaires ne veulent pas faire. Surtout que je n’ai pas été formée à enseigner, et que je suis toujours payée plusieurs mois après avoir travaillé.” Julie est l’une des quelque 130 000 vacataires, ou “enseignants non permanents”, chargés de cours dans les facs.

Lire la suite sur “Les précaires de la fac se rebellent”, par Sandrine Chesnel (14 avril 2019)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.