UPEC en faillite: quel avenir pour une université en banlieue?

Academia est alertée depuis plusieurs mois sur la situation désastreuse de l’UPEC, qui, de grande université de banlieue, pluridisciplinaire et reconnue, est en passe de devenir un symbole particulièrement spectaculaire de l’écroulement du service public universitaire, sous les coups conjugués d’un ministère darwinien, d’un gouvernement rapace et d’une présidence d’université notoirement incompétente, qui feint de croire qu’elle pourra encore amadouer l’État en exécutant ses plus basses œuvres. Dernière mesure en date décidée unilatéralement par le président : le gel de 80 à 100% des recrutements d’enseignant.es-chercheur.ses cette année.Un plan social qui ne dit pas son nom.

Après Paris Nord, Nantes, Rouen, Grenoble, voici un point de la rédaction d’Academia sur cette mise à mort silencieuse d’une université de la banlieue Est de Paris.

Mise à jour du 5 octobre 2023 : une pétition issue de l’Assemblée Générale de l’UPEC du 3 octobre 2023, AG appelée par l’intersyndicale CFDT-CGT-FO-FSU-Sud Éducation, peut être signée à l’adresse suivante : https://framaforms.org/petition-pas-de-facs-poubelles-pas-de-facs-delite-un-systeme-universitaire-de-qualite-pour-toutes-et


L’Université Paris Est-Créteil Val-de-Marne (Paris-XII ou UPEC) est en faillite. En 2022, elle a généré un déficit de 9 millions d’euros ; et la prévision pour 2023 est de -9,8 millions d’euros. Comme les universités sont des établissements en partie autonomes, si l’État ne leur alloue pas assez de moyens, elles doivent elles-mêmes prendre l’initiative de sortir du rouge, en trouvant des ressources ailleurs, ou en diminuant les dépenses. Et puisque 80% des dépenses sont des salaires, cela signifie quasi-automatiquement un plan social. Dans le cas de l’UPEC, pour espérer revenir à l’équilibre, il faudrait arrêter de remplacer tous les départs (à la retraite, en mutation,…) des enseignant·es et enseignant·es chercheur·ses pendant au moins trois ans.

Les différents sites de l'UPEC

80 km à vol d’oiseau entre les sites les plus loins : l’UPEC couvre tout l’Est parisien

C’est une grande université qui s’écroule : plus de 40 000 étudiant·es (sur les 65 000 que compte le Val-de-Marne. Pour une autre comparaison, il y a dans toute la France de l’ordre de 80 000 étudiant·es en CPGE) sur tout le territoire de l’Est de l’Île de France (Créteil, Bonneuil-sur-Marne, Vitry-sur-Seine, mais aussi Melun, Saint-Denis, Fontainebleau, Sénart, Livry-Gargan,…), 3000 agents et un budget total de 330 millions d’euros (soit le budget du département de l’Aube ou un sixième de celui du Val-de-Marne).

Et l’écroulement n’est pas un risque potentiel, il est bel et bien engagé, et même déjà à un stade avancé : d’ores et déjà, la situation à l’UPEC est devenue insupportable. Quelques exemples :

  • L’an dernier, il a fait tellement froid dans le bâtiment Pyramide (9°C à l’intérieur certains jours) que celui-ci a dû être vidé, et tous les cours qui devaient y avoir lieu ont été placés en distanciel contraint pendant trois semaines avant d’être déplacés dans d’autres bâtiments. Aucune solution n’existe pour l’instant, et les cours seront replacés en distanciel cet hiver.
  • L’université n’arrive pas à recruter les agents administratifs nécessaires à son fonctionnement, de sorte que le nombre de postes vacants est aujourd’hui gigantesque et rend le fonctionnement quotidien de l’établissement objectivement impossible.
  • Des cours de langues sont remplacés par des applications : des profs pour des cours d’anglais, c’est définitivement trop cher…
  • On envisage même d’envoyer les étudiant·es vers des formations privées car on n’a pas les moyens de mieux les encadrer.

Bref, l’effondrement d’une très grande université française est bien en cours, dans l’indifférence totale.

Alors que s’est-il passé ? Comme toujours, plusieurs choses se combinent : tout d’abord, un faible engagement de l’État ; ensuite, une politique de différenciation entre établissements à la poursuite de l’excellence ; et enfin, une gestion court-termiste par la présidence de l’université.

Un faible engagement de l’État

Le cœur du problème et de la responsabilité reste du côté des financements de l’État. La France compte 500 000 étudiant·es de plus qu’en 2012 (soit +22%) et le budget ne suit pas : de fait, sur la même période, le nombre d’enseignant·es du supérieur a stagné.

Le gouvernement a trouvé un très bon moyen pour ne pas être comptable de sa politique : les universités sont autonomes, et doivent, avec la subvention que l’État leur consent, accueillir les étudiant·es dans les proportions décidées par le rectorat. Il est donc facile, quand, comme aujourd’hui, les effectifs étudiants croissent, de ne pas augmenter en conséquence les subventions : c’est le problème des universités de se débrouiller pour faire plus avec autant.

De temps en temps, pour soutenir sa politique, l’État peut décider de financer des dispositifs spécifiques : une université qui les met en œuvre aura un peu d’argent en plus. C’est ce qui s’est passé quand en 2019 la ministre a décidé de créer 950 places dans des IUT franciliens. On commence à comprendre la manœuvre, puisque c’est toujours la même : l’État passe son temps à contourner l’autonomie des universités en prenant des décisions qui les engagent, ou en fléchant des financements, qui ne sont donc accordés que si l’université fait ce que le payeur veut et sans jamais, néanmoins, que ces financements soient complets.

Plus une université est prise à la gorge financièrement, plus ces dispositifs sont tentants ; et c’est le cas de l’UPEC : elle est moins financée que la plupart des autres universités. La dotation par étudiant·e n’est que de 7000€/an, alors qu’elle est de 8000€/an/étudiant·e à Cergy, une autre université pluridsciplinaire avec santé en banlieue parisienne. Donc l’université a besoin du soutien de l’État pour tout, par exemple pour louer le bâtiment insalubre de La Pyramide. Mais ces dispositifs ne sont jamais gratuits : ils sont rarement complètement financés. Dans le cas du plan IUT par exemple, il n’était financé qu’à 80% de la masse salariale. Charge à l’université d’abonder et de financer le fonctionnement administratif — et puis aussi de trouver des salles, par exemple en louant un bâtiment à Moissy-Cramayel (ce qu’a fait l’UPEC pour accueillir trois départements d’un de ses IUT).

Différenciation des établissements

Pendant longtemps, le dogme autour duquel les services publics tournait était l’égalité formelle : on devait offrir un service de même ordre et de même qualité partout. On sait bien que ça n’a jamais été le cas et que des différences importantes de dotation ont toujours existé, mais l’objectif était très clairement affiché de donner partout les mêmes moyens pour faire la même chose. À tel point que faire accepter des politiques de soutien aux endroits en difficulté a été difficile : côté éducation nationale, par exemple, la création des Zones d’Éducation Prioritaires (ZEP, devenues REP) a été très difficile.

Dans l’enseignement supérieur et la recherche, les pouvoirs publics assument maintenant jusqu’à la caricature une politique de différenciation, dite «d’excellence» : il s’agit de donner plus de moyens aux établissements qui «réussissent» (sans se demander si peut-être ils «réussissent» — au regard de critères d’ailleurs profondément discutables — parce qu’ils ont plus de moyens dès le début). On se souvient qu’Antoine Petit, PDG du CNRS (nommé par le Président de la République), a pu vanter, au sujet de la LPR, «une loi darwiniste et inégalitaire», ce qu’on est censé trouver positif : on s’est beaucoup offusqué, dans les milieux universitaires de ce discours, mais au fond, Petit ne faisait que dire ce qui se fait tous les jours au ministère et dans les établissements, jusqu’à aujourd’hui. Le but est de distinguer entre les établissements, avec d’un côté, des établissements excellents, visibles de l’international, qui sont dans des classements et attirent des stars (là aussi, sans se demander pour quoi faire ?); et de l’autre, des établissements de proximité, qui font avant tout de l’aménagement du territoire.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:UPEC_passerelle.JPG

La passerelle de l’Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne (UPEC) à Créteil. Crédit: Guill37, 2012

Il semble que l’UPEC soit désormais considéré comme étant «tombée» dans cette deuxième catégorie : il faut plusieurs UPEC en Île-de-France, pour qu’il puisse y avoir un Paris-Saclay et un Sorbonne-Université. Dans ce cas, à quoi sert-il de faire de la recherche ? À quoi sert-il de se coordonner avec les autres universités d’Île-de-France, pour que toutes aient des spécialités de recherche qui coopèrent en réseau ? Le ministère de l’Enseignement Supérieur semble ne concevoir que les universités du centre, celles qui portent «la Recherche».

Gestion court-termiste

Mais justement, l’UPEC est une vraie université, au sens le plus fort : une très large palette disciplinaire, de la recherche,…

Or, sur les dernières années, la présidence de l’université a, volontairement ou pas et quoiqu’elle s’en défende, modifié le profil de l’université, en participant à plusieurs dispositifs gouvernementaux. À l’entendre, c’était uniquement gagnant : elle allait chercher de nouveaux financements puisque la subvention pour charges de service public stagnait, ce qui permettait d’ouvrir des nouveaux postes. Sauf que c’est plus compliqué. Voici juste quelques exemples de ces nouveaux financements auxquels l’UPEC a postulé :

  • Dispositif réussite en licence loi ORE : dans le sillage de ParcourSup, les universités ont pu obtenir des moyens fléchés pour les licences, permettant d’accueillir un public potentiellement plus fragile ;
  • Plan IUT : des moyens pour ouvrir des places en IUT ;
  • Réforme des études de santé : des postes ouverts pour les licences d’accès santé (L.AS), des licences de n’importe quelle discipline avec une mineure santé, permettant d’accéder aux études de santé à la fin de la première année ;
  • Et enfin l’apprentissage, présenté comme la poule aux œufs d’or. Aidées par l’État (directement et en exonérant de cotisations), des entreprises emploient des alternant.es, et une partie de leur taxe d’apprentissage va financer la formation. C’est un dispositif très court-termiste : tout le monde sait que le soutien de l’État (et donc l’intérêt des entreprises) va faiblir. Il a, à l’UPEC, majoritairement été mis en place dans les IUT.

Mis bout à bout, ces dispositifs ont ceci de commun de renforcer les licences, et d’une manière qui nécessite de trouver de l’argent ailleurs.

Mais à côté de cela, des pans entiers de l’université s’effondrent. Le plus marquant de ces effondrements reste l’Institut National Supérieur du Professorat et de l’Éducation, (Inspé), qui perd un tiers de ses étudiant·es en une année, sous le coup de la réforme permanente de la formation des enseignant·es, la crise de recrutement,…

Bref, sans que personne ne l’ait explicitement voulu, l’UPEC se transforme, et devient un énorme premier cycle, principalement technique, et qui fait de l’aménagement du territoire.

Par volonté ou par incompétence, l’UPEC perd son caractère universitaire et devient une université d’aménagement du territoire. Qu’on ne s’y trompe pas : Jean-Luc Dubois-Randé, le président de l’UPEC depuis cinq ans, a été conseiller ministériel. Il sait exactement ce que veut le ministère pour les universités de banlieue ; lui et son équipe n’auront fait qu’accompagner ce processus, avec une très grande naïveté ou un gigantesque cynisme, feignant de croire qu’en jouant le jeu du ministère sans trop protester, on finira bien par s’en sortir.

Et maintenant ?

Les présidents font ce qu’ils font toujours dans ces moments : agiter le spectre de la mise sous tutelle rectorale. «Comprenez bien, si on ne s’applique pas nous même des mesures d’austérité, c’est le rectorat qui le fera et ce sera pire», et on demande à la communauté un blanc-seing pour que des décisions soient prises par un tout petit groupe, qui ne rend compte à personne. Bref, on demande à la communauté de préférer que la présidence applique des mesures sans la consulter, plutôt que le rectorat n’applique les mêmes mesures sans consulter.

Et après ? Rien. L’université est en faillite et va devoir, d’une manière ou d’une autre, cesser de recruter, ce qui va accélérer encore son changement de profil. À la fin de la cure, que va-t-il rester ? Que du premier cycle, très loin du principe même d’université, qui est de produire et transmettre des connaissances de haut niveau.

Pour aller plus loin

Sur Academia



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 29 septembre). UPEC en faillite: quel avenir pour une université en banlieue? Academia. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajio

14 réflexions sur « UPEC en faillite: quel avenir pour une université en banlieue? »

  1. Affubler une tribune de cette nature d’un tel titre peut signifier un fort degré d’incompétence dans le domaine de la comptabilité publique et, dans ce cas, le reste du propos devient sujet à caution.
    Autre hypothèse : le choix du terme « faillite » est délibéré (en sachant qu’il est impropre) et vise à générer une affluence sur la page de ce site et des lectures du tract, avec le risque (assumé ?) d’accroître les problèmes évoqués, notamment la baisse d’attractivité de l’Upec en termes de recrutement de personnel administratif, d’enseignants et d’enseignants-chercheurs, voire d’étudiants. Saper la confiance dans l’Upec pour ensuite pouvoir s’égosiller « nous avions donc raison ! ». Quelle éthique…

    Sur le fond, on ne peut que constater et déplorer les problèmes financiers de l’Upec. Certains sont conjoncturels et exogènes (et, de ce fait, partagés par d’autres établissements), d’autres sont liés à des choix hasardeux de l’équipe de direction, c’est peu contestable.
    Néanmoins, ceux qui connaissent l’histoire de l’établissement depuis ces dix dernières années savent que les problèmes les plus graves décrits dans l’article ont été provoqués par l’élection de l’équipe d’Olivier Montagne et ses différents successeurs, leur refus de la fusion avec l’Université Paris-Est Marne-la Vallée et leur incapacité à penser une politique d’établissement globale et ambitieuse, puisque leur seule préoccupation était de ménager les baronnies facultaires construites au détriment du collectif et du service public d’enseignement et de recherche. Certains des responsables de ce fourvoiement sont sans doute à la source de cette tribune ; d’autres sont partis vers des cieux plus cléments ; d’autres, enfin, sont encore dans l’équipe de direction, leur agilité politique étant inversement proportionnelle à leur sens de l’intérêt général.
    Le pronostic en cas de rejet de la fusion (et de la restructuration de l’Upec dans ce nouvel ensemble) était justement ce qui se produit aujourd’hui : une université de périphérie, à tous points de vue, en difficulté permanente du fait de sa mise à l’écart des ensembles majeurs de l’ESR d’Île-de-France. Il y a eu une opportunité, qui a été manquée par l’accumulation de petits égoïsmes internes et par l’absence de leadership (et de vision) de l’équipe Montagne-Gervais et associés. Ce qui ne dédouane pas leurs successeurs mais relativise leur responsabilité. Il aurait fallu plus d’esprit de nuance pour l’écrire dans ce texte excessif.
    Et, finalement, qui pâti de la situation ? Les étudiants, la recherche, les personnels (toutes catégories confondues) et les partenaires (employeurs, territoire, etc.). Un naufrage au regard de ce qui était possible.

    • Le billet n’a pas d’ambition particulière, autre que de documenter des phénomènes présents dans tout l’ESR, sans prétendre à une exactitude scientifique dans l’expression, mais à une compréhension politique de la situation.
      En tout cas, l’équipe de rédaction ne prend pas parti en ce qui concerne les débats internes que vous relevez et les implications que vous supposez.

      • Merci pour votre réponse, dont je prends bonne note. Vous m’accorderez que, pour “documenter” et comprendre, il eût fallu identifier plusieurs sources d’information, recouper et mettre en perspective sur la durée. Quant à ne pas prendre parti, votre billet le fait de facto en reprenant l’argumentaire des opposants à l’équipe actuelle. Enfin, sur les phénomènes qui pénalisent l’ESR tant qu’aucun collègue n’évoquera les petites compromissions des universitaires plus souvent préoccupés par leurs intérêts particuliers que par le service public (à l’Upec cela vaut pour les deux parties, chacun faisant assez bien son affaire des leviers à sa disposition : primes, promotions, etc.), on passera à côté de l’essentiel du problème. Accabler les gouvernements quels qu’ils soient sans faire le ménage des mauvaises pratiques en interne semble assez vain. Bonne continuation néanmoins.

      • Bonjour,
        Ma réponse n’a pas été validée ? Il est vrai qu’elle parlait de rigueur méthodologique, d’éthique universitaire et de l’imposture de la “neutralité” du texte… Inutile de dire que je ne suis pas surpris : il faut faire silence sur les petits arrangements en faveur des intérêts personnels des universitaires, a fortiori quand on se veut l’opposition syndicale exemplaire.
        Bonne journée, néanmoins.

  2. Ping : La Universidad de Créteil en completa asfixia presupuestaria ante la afluencia de estudiantes - Notiulti

  3. Ping : L'université de Créteil en pleine asphyxie budgétaire face à l'afflux d'étudiants - Nouvelles Du Monde

  4. Bonjour, Merci pour cet article. Pourriez-vous développer la dimension d’université d’aménagement du territoire ? Je comprends bien qu’elle a un côté repoussoir ici et traduit surtout le désengagement de l’Etat et une ambition universitaire rabaissée, détournée… ? Faites-vous le même constat pour une université comme celle d’Évry notamment ? Je serais vivement preneur d’un échange direct sur la question. Merci !

  5. Mon fils vient d’intégrer sa première année de Las a l’UPC de Créteil. Je m’inquiète pour cette. Première année qui n’est pas la plus simple, d’autant qu’il a choisi cette université pour intégrer L’upec de fontainebleau l’année prochaine.

  6. L’article, anonyme, est très à charge et dans la posture. Il n’insiste que sur la dimension aménagement du territoire. Activité qui fait par ailleurs honneur à tous les établissements investis dans cette mission. Aucune information communiquée aux lecteurs sur le très haut niveau de la recherche de l’upec (classements internationaux notamment), sur de nombreux succès de l’établissement et ses projets. Un article à charge, en somme. Les chiffres sur le montant de la subvention sont faux. Ce site, que je suis avec intérêt, publie en général des articles mieux informés et plus éclairants. Simon Gilbert vpca de l’upec.

    • Vous dites que les chiffres sont faux. Soit, pouvez vous donner un lien vers des chiffres corrects dans ce cas ? Ce sont des comptes publics après tout, et après avoir jeté un coup d’oeil rapide aux budgets des années précédentes, j’ai l’impression que c’est même pire que ce qui est écrit dans l’article. Quand on compare avec la Sorbonne, on voit la différence (subvention pour charge de service public presque 150% supérieure, pour un corps d’étudiant plutôt 50% plus grand). Mon université est plus petite, mais a elle aussi un financement par étudiant beaucoup plus élevé.

    • Comme membre fondatrice de la rédaction d’Academia, je précise que l’article n’est pas anonyme ; il est signé collectivement – ce qui est très différent.
      Pour le reste : il n’y aucun doute sur la grande qualité des enseignant-es-chercheurs-ses. La question porte sur les conditions de travail et d’études. En tant que VPCA, vous semblez tout ignorer de ces éléments, alors même que vous connaissez le budget. N’y voyez-vous pas un problème ?
      Je précise que l’Université bénéficie d’un droit de réponse si vous le souhaitez. Les centaines de lecteurs et lectrices qui ont pris connaissance de ce billet le liront avec attention et grand intérêt.

  7. Article d’une justesse époustouflante. Un véritable plaidoyer pour l’égalité dans les études supérieures, chemin inverse de celui que prend la France malheureusement, à l’instar d’autres pays. Étant enseignante à l’Upec depuis 18 ans je souscris à chacun de ces propos.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.