LVMH à Polytechnique (2) : huit mois de mobilisation

Ce texte est le second d’une série de deux billets relatant la mobilisation contre l’implantation de LVMH à l’École polytechnique. Son objectif est de retracer la chronologie de la mobilisation. Le premier billet documente, quant à lui, les principaux enjeux du projet et les stratégies des différentes parties.

La mobilisation que nous avons menée au sein du collectif “Polytechnique n’est pas à vendre” de mai 2022 à janvier 2023 s’est appuyée sur l’expérience acquise lors de la mobilisation précédente, de novembre 2019 à janvier 2022, contre une implantation similaire prévue par le géant fossile Total. Cette mobilisation avait pris de nombreuses formes : prises de parole publiques, tribunes, discussions avec les parties prenantes, regroupement d’informations sur le projet, demandes de documents administratifs, révélation au public d’informations gardées confidentielles sur le projet, préparation d’une note juridique, recours en justice (notamment contre le permis de construire). Un moment marquant de cette campagne avait été le dépôt d’une plainte contre Patrick Pouyanné (PDG de Total) pour des faits susceptibles de constituer une prise illégale d’intérêts.

Le projet porté par LVMH étant, par certains aspects, semblable à celui de Total, il nous a semblé naturel de nous inspirer en partie de la stratégie victorieuse qui avait mené à l’abandon de Total.

Chronologie simplifiée de la mobilisation contre l’implantation de LVMH

Mai-août 2022 : phase d’approche

Cette première partie de la mobilisation a été l’occasion de regrouper toutes les informations disponibles sur le projet d’implantation, afin de les analyser et de prendre position. Il nous est alors vite apparu que le projet était tout sauf conforme à l’intérêt général et aux besoins et missions de l’école. Le 25 mai, un ancien membre du bureau des élèves publie un article dans le journal des élèves, sous forme d’avertissement concernant la stratégie immobilière court-termiste de la présidence.

Il est important de noter que la mobilisation a notamment eu pour effet de ralentir le processus – notamment de concertation factice – imaginé par LVMH et la direction de l’école pour imposer le projet, et les forcer à en détailler les modalités de financement et les finalités scientifiques, ainsi qu’à sortir de la communication pure pour développer un projet plus concret et moins creux scientifiquement.

Les 29 juin et 4 juillet, la direction organise donc en urgence des réunions de présentation du projet, en présence de représentants de LVMH, respectivement pour les étudiants et les personnels. De nombreuses personnes dans l’assistance y expriment une méfiance ou une opposition au projet, qui est toujours très peu documenté pour le grand public. Quelques semaines plus tard, le 15 juillet, un article de Médiapart vient éclairer les liens d’intérêts qui lient le géant du luxe et l’École polytechnique : LVMH est déjà engagée dans un autre projet immobilier avec Polytechnique, cette fois concernant la rénovation du bâtiment historique de l’école à Paris, financée par l’entreprise. L’établissement dispose donc de peu de marge de manœuvre pour négocier correctement le nouveau projet à Palaiseau, d’autant plus que Jean-Baptiste Voisin, le directeur de la stratégie de LVMH qui est intervenu au nom de l’entreprise pour défendre le projet devant les étudiants, est également le secrétaire général de l’association des anciens de Polytechnique, une double casquette qu’il a préféré ne pas mentionner.

Septembre-novembre 2022 : la décision du CA en ligne de mire

Après avoir temporisé pendant l’été, la direction de Polytechnique semble bien décidée à faire voter la vente du terrain à LVMH par son CA. La rentrée étant un moment où étudiants comme enseignants sont très occupés, le timing est propice à un passage en force. Le vote est alors prévu lors du CA du 21 septembre. Mais devant une fronde croissante dénonçant l’absence de concertation et la rétention d’information, cette échéance est reportée à début octobre, et finalement au 8 novembre 2022.

Entre-temps, la mobilisation s’organise. Après une première mention du projet dans Le Monde le 6 septembre, une tribune de polytechniciens et jeunes anciens, publiée le 8 septembre, ancre la mobilisation dans son aspect écologiste.

Parallèlement, notre groupe de mobilisation met en place ses moyens de communication : un site Internet et un compte Twitter.

Le projet, ou plutôt l’ébauche de projet tant les éléments à disposition des représentants élus dans les instances sont parcellaires, passe devant plusieurs assemblées consultatives, qui ont su être vigilantes et ont rédigé à son propos des avis mitigés : Sénat des professeurs de Polytechnique le 9 septembre, Conseil académique de l’Institut polytechnique de Paris le 12 septembre.

Le 14 septembre, dans le journal des élèves, des étudiants dénoncent la stratégie de fuite en avant de la direction, réclament du temps de débat supplémentaire, et incitent leurs camarades à se saisir du sujet.

Le 21 septembre, le CA de Polytechnique comporte seulement un point d’information lacunaire sur le projet, la délibération étant donc reportée du 8 novembre. Les modalités concrètes du partenariat envisagé entre LVMH et l’IPP ne sont alors toujours pas connues. Cela montre qu’en septembre, le projet n’était pas encore prêt, alors même qu’il avait été question de le valider en urgence dès le mois de juin.

Le 28 septembre, sur la base d’informations tout aussi insuffisantes, le Conseil d’administration de l’IPP est amené à délibérer sur l’opportunité du partenariat scientifique, indépendamment de la vente foncière. Après un vote positif sur le versant partenarial du projet, la direction de l’école a alors un dernier grand objectif pour finaliser le projet : obtenir un vote favorable du CA de Polytechnique le 8 novembre sur cet aspect foncier.

Le 30 septembre paraît un nouvel article dans le journal des élèves, appelant à une nouvelle stratégie immobilière et évoquant une consultation à venir des élèves ingénieurs de l’école par leurs représentants. Ce sondage aura lieu quelques semaines plus tard, du 19 au 25 octobre. Dès le 26 octobre, les résultats tombent, montrant une forte opposition des élèves à l’implantation de LVMH sur leur campus.

Sans doute pour tenter un contre-feu, l’association des anciens élèves de Polytechnique (l’“AX”) lance, dès le 21 octobre, son propre sondage auprès de ses adhérents, qui sont majoritairement des anciens élèves n’étudiant plus à Polytechnique (souvent depuis plusieurs décennies). Après avoir fait la publicité du projet d’implantation de LVMH, ce sondage pose une unique question portant sur l’approbation des partenariats public-privé en toute généralité – et non sur le cas d’espèce du partenariat avec LVMH. Devant le scandale évident que pose cette insincérité, trois questions portant cette fois sur l’implantation de LVMH à proprement parler sont posées quelques jours plus tard. L’AX se servira ensuite des résultats de ces deux sondages pour promouvoir le projet tout en se prétendant “neutre”, le 4 novembre, soit quelques jours avant le CA fatidique.

Le 27 octobre, le JTX, association étudiante qui réalise des clips et des projections auprès des élèves, projette un clip parodique engagé contre le projet.

Le 2 novembre, l’association La Sphinx, membre du collectif de mobilisation, dépose un recours au Tribunal administratif de Versailles contre la délibération du CA de l’PP du 28 septembre ayant validé l’aspect partenarial.

Le 7 novembre, la veille du CA, les représentants du personnel au CA de Polytechnique interrogent leurs mandants par un sondage. 57 % des répondants sont opposés à l’implantation, contre 30 % favorables. L’association La Sphinx décide de consulter un avocat pour connaître les risques juridiques que la délibération envisagée ferait peser sur l’établissement. Cet audit juridique est transmis aux administrateurs le soir précédant le CA.

Le 8 novembre, lors du CA exceptionnel dédié uniquement au projet d’implantation de LVMH, la délibération rencontre une opposition très inhabituelle pour cette instance d’ordinaire feutrée : plusieurs représentants élus critiquent le projet (greenwashing, dilapidation du foncier, absence de stratégie, opposition entre luxe et intérêt général, manque d’informations et de transparence). Le projet est adopté, avec néanmoins 4 votes contre et 1 abstention, soit la délibération la plus mal adoptée depuis plus de cinq ans. Le soir même, dans un mail à l’ensemble des personnes travaillant sur le site de l’école, le président de Polytechnique, Éric Labaye, se félicite de ce vote majoritairement favorable et indique que le projet pourra donc voir le jour.

Une troisième phase de la mobilisation s’ouvre alors.

Novembre 2022-Janvier 2023 : suivi du dossier et procédures juridiques

Cette nouvelle période qui s’ouvre est la plus difficile pour le collectif de mobilisation : il s’agit de continuer à mobiliser sur le campus, et à convaincre que le vote du CA ne scelle pas encore le destin du projet. Il était de toute façon certain que cette délibération serait adoptée, étant donné la composition du CA extrêmement favorable à la direction. La plupart des personnes ayant montré leur opposition au projet sont, à ce moment crucial, tentées de baisser les bras, alors que c’est précisément le moment où se joue la victoire de façon décisive.

Le collectif de mobilisation continue donc ses travaux, notamment en analysant la délibération du CA de l’X du 8 novembre qui autorise la vente du terrain public à LVMH. Cela amène l’association La Sphinx à déposer, le 9 janvier 2023, un second recours au Tribunal administratif de Versailles sur cette seconde délibération.

Quel a été l’effet respectif de l’opposition politique des étudiants ou personnels, des recours juridiques, des différents sondages, ou encore du vote raté du CA, sur l’issue de l’affaire ? Il sera difficile de le savoir.

Toujours est-il que le 13 janvier, Bernard Arnault en personne prend sa plus belle plume pour signifier l’abandon du projet d’implantation. Une décision rendue publique le 21 janvier.

Lire notre premier billet : “LVMH à Polytechnique : enjeux et coulisses”

Image en bandeau : L’École polytechnique et l’Ensta, vues du ciel. En haut à droite de l’image, la parcelle triangulaire visée par LVMH. CC-BY-SA, École polytechnique – J.Barande / Institut Polytechnique de Paris, 26 juin 2013.



Citer ce billet
Polytechnique n'est pas à vendre (2023, 19 septembre). LVMH à Polytechnique (2) : huit mois de mobilisation. Academia. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajih

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.