LVMH à Polytechnique (1) : enjeux et coulisses

Ce texte est le premier d’une série de deux billets relatant la mobilisation contre l’implantation de LVMH à l’École polytechnique. Son objectif est d’expliquer les principaux enjeux du projet et les stratégies des différentes parties. Le second billet retrace, quant à lui, la chronologie de la mobilisation.

Le 23 janvier 2023, le groupe de luxe LVMH a annoncé renoncer à son projet d’implantation sur le campus de l’École polytechnique, à Palaiseau. Une annonce fracassante, qui a eu lieu un an, presque jour pour jour, après l’abandon d’un projet similaire par le groupe pétrolier Total.

Dans ces deux projets, il était prévu qu’une parcelle de terrain située sur le campus de Polytechnique soit vendue par l’État aux entreprises afin qu’elles puissent y construire un bâtiment pour y accueillir plusieurs centaines de leurs employés. Dans les deux cas, le projet a été initié dans la plus grande opacité et a fait l’objet d’une forte contestation de la part d’une partie du personnel ainsi que des étudiants et anciens élèves de l’établissement, regroupés au sein du collectif “Polytechnique n’est pas à vendre”.

Membres de ce collectif, nous souhaitons revenir avec un peu de recul sur les éléments-clés de cette mobilisation et ses conséquences. Nous espérons que ce récit pourra nourrir des luttes à venir dans le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Nous commencerons par présenter le projet de LVMH et ses enjeux. Nous expliquerons ensuite les principales raisons qui nous ont conduits à nous y opposer. Enfin, nous examinerons les conséquences locales de cette mobilisation victorieuse ainsi que les enseignements que nous en tirons pour l’enseignement supérieur en général.

Un abandon du foncier de l’État au bénéfice du privé

L’opération immobilière envisagée consistait à vendre (et non louer) une parcelle de terrain de 35000 m² à LVMH, au nord-est du campus de l’Institut polytechnique de Paris (IPP), regroupant l’École polytechnique, l’ENSTA, Télécom Paris, Télécom SudParis et l’ENSAE (voir la carte ci-dessous).

Les quatre emplacements proposés par l’EPAPS à LVMH

“Gaïa” est le nom de code choisi par l’entreprise de luxe pour désigner son projet, consistant à acheter cette parcelle et à y implanter un bâtiment dédié au “luxe durable et digital”. Dans un premier temps, constatant la forte opposition au projet similaire de Total, LVMH a préféré observer la situation sans annoncer ses intentions, bien que des tractations confidentielles étaient déjà en cours. Ce n’est qu’en juillet 2021 que Bernard Arnault a évoqué pour la première fois publiquement l’idée d’implanter un centre de recherche sur le plateau de Saclay, prenant bien soin dans son ballon d’essai de ne pas préciser que l’emplacement envisagé se situait précisément sur le campus de Polytechnique. Ainsi, LVMH prétendait officiellement étudier plusieurs emplacements, même si celui sur le campus de Polytechnique était en réalité le seul sérieusement envisagé et faisant l’objet d’une étude architecturale poussée. De même, les premières communications laissent un certain flou sur l’objet réel du bâtiment et les activités qu’il est censé héberger.

Apprenant de la déroute de Total en janvier 2022, LVMH est consciente que son implantation – impliquant la vente définitive d’un terrain estimé à 15 millions d’euros – sera sujette à débats. Afin d’améliorer l’acceptabilité de son projet, et poussée en ce sens par la direction de l’établissement, l’entreprise propose donc un partenariat de recherche scientifique avec l’Institut polytechnique de Paris. Sur le papier, la vente du terrain et la signature du partenariat de recherche étaient indépendantes, la première devant être validée par le CA de Polytechnique tandis que la seconde s’adressait à celui de l’IPP.

Sur quels sujets portait le partenariat de recherche ? Avant tout sur ceux qui servent les intérêts des “maisons” de LVMH : suppression du plastique d’origine fossile dans le packaging des produits, amélioration de l’empreinte environnementale de la production du cuir (notamment de la tannerie), développement de nouvelles matières durables pour la mode et la maroquinerie, métavers pour l’essai virtuel de bracelets de luxe, et agroécologie (pour les vins et spiritueux). Notons qu’en raison de la faible connaissance par LVMH de l’écosystème de recherche du plateau de Saclay, ce sont des chercheurs des écoles de l’IPP qui seront mis à contribution pour trouver des sujets de recherche pouvant intéresser le groupe de luxe.

Concrètement, LVMH s’engageait à mettre sur la table 10 millions d’euros répartis sur 7 ans, la moitié finançant des partenariats de recherche choisis par LVMH, l’autre moitié en mécénat pur. Une fois déduite la réduction fiscale à laquelle ouvre le mécénat d’entreprise, cela représente un coût réel inférieur à 300 000 euros par an1.

Pourquoi s’opposer à ce projet ?

Pour le collectif “Polytechnique n’est pas à vendre”, cette opération n’était pas conforme à la mission et aux besoins de l’École polytechnique.

En effet, nous pensons que les établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche doivent gérer intelligemment leur réserve foncière en vue de satisfaire des besoins futurs dans l’exercice de leur mission (logements pour les étudiants, locaux d’enseignement, laboratoires de recherche publics, etc.), au lieu de vendre leurs terrains à des entreprises privées. Si le terrain avait été vendu à LVMH, le géant du luxe aurait pu utiliser le terrain comme bon lui semblait à l’avenir. La mise en place prévue d’un “Comité stratégique” incluant des représentants de l’IPP ne garantissait en rien un engagement pérenne de LVMH dans l’effort de recherche au-delà des 7 ans initialement prévus.

De plus, le lien ainsi créé entre une multinationale et des établissements du supérieur se traduirait nécessairement par une association de fait entre leurs images. Comme Total avait tenté de le faire avant elle, LVMH aurait pu utiliser la réputation scientifique de l’École polytechnique en communiquant sur la recherche menée dans son centre de recherche. En outre, le risque d’association était exacerbé par l’importance de l’emprise foncière du projet (35000 m², soit presque autant que la superficie de l’ENSTA, autre école membre de l’IPP). Aucune autre entreprise n’aurait pu obtenir un terrain de taille comparable, ce qui aurait fait de LVMH un partenaire privilégié de l’École polytechnique pour les décennies à venir. De manière générale, le risque réputationnel pour les écoles d’ingénieurs du plateau de Saclay a été largement sous-estimé, voire nié.

Le partenariat scientifique proposé, pour sa part, était d’une grande faiblesse doublée d’un greenwashing manifeste, et consistait en un amoncellement maladroit de petits problèmes techniques rencontrés par LVMH dans ses chaînes de production actuelles, loin des problématiques de recherche des laboratoires présents sur le campus. Quoi qu’il en soit, les volontés de collaboration scientifique affichées par LVMH ne nécessitaient en rien la vente du terrain au cœur du campus de l’École polytechnique et peuvent voir le jour sans que l’entreprise ne s’installe sur le campus. De nombreuses autres entreprises ont des projets de recherche en commun avec des équipes des laboratoires de l’établissement et, fort heureusement, cela ne se traduit pas à chaque fois par une implantation d’un bâtiment de l’entreprise sur le campus.

Enfin, le collectif de mobilisation a regretté l’opacité et le manque de sincérité avec lesquels le projet a été imposé : concertation factice avec les élus bien après les tractations ayant dessiné les contours du projet, échanges confidentiels entre LVMH et l’association des élèves pour tester l’acceptabilité du projet selon différentes modalités, passage dans les instances au pas de charge, examen par les instances consultatives en l’absence de documents finalisés, signature d’un accord de non-divulgation – aux clauses elles-mêmes secrètes – entre l’École polytechnique et LVMH, envoi de documents aux administrateurs la veille du CA, pression de la direction contre la circulation des informations… Les conditions d’un examen éclairé et démocratique par la communauté universitaire et les représentants élus n’étaient pas réunies, à l’inverse de la transparence qu’on est en droit d’attendre de la part d’un établissement public.

Plus de détails concernant le projet et nos revendications sont présents sur notre site.

C’est fort de ces convictions que le collectif “Polytechnique n’est pas à vendre” a décidé de s’opposer à la vente du terrain et à l’implantation de LVMH sur le campus. Cette mobilisation, qui s’est étalée sur huit mois, fait l’objet d’un récit détaillé dans notre second billet dédié. Elle s’est terminée par une victoire en janvier 2023, avec l’annonce du renoncement de LVMH.

Une victoire aux multiples implications

L’abandon du projet par LVMH a été un revers stratégique majeur pour le président sortant de l’École polytechnique, Éric Labaye. Étant le principal moteur du projet du côté de l’École et ayant déjà essuyé l’échec similaire de l’implantation de Total, il est sorti affaibli de cette séquence.

Le projet de l’école, mais aussi de l’État, avait été jusque-là de vendre à la découpe, notamment au privé, les rares terrains constructibles restants sur le campus de l’Institut polytechnique de Paris. Dans cette optique, les terrains concernés, auparavant affectés à l’usage de l’École polytechnique, avaient été transférés il y a une dizaine d’années à l’EPAPS (Établissement public d’aménagement Paris-Saclay), chargé de les revendre d’ici 2030, ce qui a privé l’école du contrôle réel de son campus. L’École polytechnique dispose cependant d’un droit de veto jusqu’en 2029 concernant les opérations foncières réalisées par l’EPAPS – d’où une nécessaire délibération de son conseil d’administration sur le dossier LVMH. Après 2029, le droit de veto devrait expirer, et l’EPAPS pourrait vendre les parcelles restantes sans consulter l’École polytechnique.

Ce calendrier resserré, qui impose à l’École de vendre au pas de course les dernières parcelles disponibles de son campus, met l’établissement en position défavorable pour négocier avec des entreprises souhaitant acheter des terrains. LVMH était bien au courant de ce rapport de force et a tenté d’user à plein de ce sentiment d’urgence, main dans la main avec l’EPAPS, au point de faire miroiter la construction d’un “centre commercial” si la vente à LVMH ne se réalisait pas, pour inciter l’école à accepter le projet d’implantation malgré ses défauts. Cette stratégie nécessitait pour LVMH une bonne connaissance des enjeux fonciers actuels de l’École polytechnique, qui a pu lui être apportée par Jean-Baptiste Voisin, directeur de la stratégie chez LVMH exerçant également depuis plusieurs années la fonction bénévole de secrétaire général de l’association des anciens de Polytechnique (AX), un conflit d’intérêts patent.

De son côté, la direction de l’école avait inventé, pour sauver l’implantation de Total en lui donnant un semblant de cadre, le concept de “Parc d’innovation”, censé englober les terrains au nord-est du campus ayant vocation à être vendus à des entreprises privées. Ce nom est calqué sur le modèle de l’“Innovation park” de l’EPFL, souvent cité en exemple, mais ce n’est qu’une apparence : à Lausanne, les locaux sont seulement loués à des acteurs privés, et non vendus. Après l’abandon de Total, cette notion a continué à être mobilisée pour donner l’impression que l’avenir de ces terrains était déjà entièrement déterminé et que l’implantation de LVMH devait en être la première étape.

Cette fuite en avant s’est heurtée à une opposition importante de la communauté universitaire, dénonçant un projet sans intérêt pour l’établissement et qui l’éloigne de sa mission. L’échec de l’implantation de LVMH, après celui de Total, donne l’occasion à l’État de reprendre la main et de mettre fin à la dilapidation de ses actifs stratégiques, notamment fonciers. Nous avons, à ce sujet, rédigé une note d’analyse sur l’avenir du foncier stratégique de Polytechnique, appuyée sur de nombreux rapports.

Ce que cette affaire dit de l’état de l’ESR

Au-delà de cette victoire, que dit cette affaire de l’état de notre service public d’enseignement supérieur et de recherche ?

Tout d’abord, il est symptomatique d’une sous-dotation financière chronique. Les universités, mais aussi la plupart des grandes écoles publiques, voient leur dotation publique rapportée au nombre d’étudiants baisser d’année en année – y compris pour un établissement comme l’École polytechnique, bien que la dotation publique par étudiant y reste largement plus élevée que dans les universités. Cette évolution récente, couplée à l’autonomisation forcée des établissements (loi LRU de 2007), conduit l’État à exiger d’eux une quête toujours plus intense de ressources propres, notamment auprès du secteur privé. Le dernier président de l’École polytechnique, Éric Labaye, avait d’ailleurs été nommé dans l’espoir que son carnet d’adresses permettrait d’attirer de nouveaux financements privés pour l’établissement. C’est à l’aune de ces bouleversements qu’il convient d’apprécier la volonté, y compris pour des établissements privilégiés comme l’École polytechnique, de trouver des fonds privés quoi qu’il en coûte, dans une fuite en avant où les besoins des étudiants et la qualité de la recherche deviennent secondaires. La dépendance financière et politique de l’ESR public vis-à-vis du privé s’en trouve renforcée.

De plus, la manière dont ce projet a été imposé par la direction de l’École polytechnique, contre l’avis des étudiants et personnels, largement défavorable, met en perspective des mutations récentes et importantes dans la gouvernance des établissements publics du supérieur. La multiplication des statuts dérogatoires, comme celui de “Grand établissement” que revêt l’École polytechnique ou celui d’“établissement public expérimental” pour l’Institut polytechnique de Paris, concentre toujours plus les pouvoirs de décision entre un petit nombre de personnes en outre non élues, dont on exige de moins en moins une connexion forte et récente avec le monde académique. La transparence, préalable à une démocratie universitaire efficace et pluraliste, n’en est que plus souvent et profondément bafouée.

Nous appelons toutes les personnes souhaitant préserver un enseignement supérieur et une recherche publics au service du plus grand nombre à lancer ou rejoindre des mobilisations semblables. Elles peuvent mener à des victoires décisives pour l’avenir des établissements et de leurs écosystèmes.

Vous trouverez de plus amples informations sur le projet (analyses, revendications, documents administratifs, revue de presse) sur :

https://gaia.polytechniquenestpasavendre.fr/

Lire notre second billet : “LVMH à Polytechnique : huit mois de mobilisation”

Image en bandeau : L’École polytechnique, vue du lac. CC-BY-SA, École polytechnique – J.Barande / Institut Polytechnique de Paris, 20 mai 2020.



Citer ce billet
Polytechnique n'est pas à vendre (2023, 19 septembre). LVMH à Polytechnique (1) : enjeux et coulisses. Academia. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajig

  1. Les 5 millions d’euros de recherche partenariale constituent une dépense de R&D choisie et orientée par l’entreprise dans son propre intérêt. Quant aux 5 millions d’euros de mécénat répartis sur 7 ans, ils ouvrent le droit à une déduction fiscale de 60 %, et sont donc en grande partie financés par l’État. Notons que l’École polytechnique et LVMH ont entretenu le flou sur la répartition des apports financiers entre les deux types de financement. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.