La guerre aux universités est déclarée

1 milliard d’euros : c’est le montant que va récupérer le gouvernement sur le budget de l’enseignement supérieur, en sommant les universités de “faire le tri dans leurs formations” et de repousser leurs investissements en matière de rénovation énergétique des bâtiments. Soit la somme accordée en plus sur le budget 2023. En demand

Après le cri d’alarme de France Universités au sujet des mesures de pouvoir d’achat et des augmentations du prix de l’énergie non compensées par l’État alors que l’inflation galope, les démissions collectives des fonctions administratives empêchant toute rentrée dans de nombreux départements universitaires (Rouen, Nantes, Paris Cité, Brest, Créteil, Tarbes, etc.), l’alerte santé et sécurité à Université Grenoble-Alpes, la sonnette d’alarme tirée par l’Assocation des directions de laboratoires (ADL) au sujet du Hcéres ou par des responsables de Départements sur la part majoritaire de l’emploi non-titulaire pour assurer les enseignements, les expulsions locatives brutales des étudiant·es logé·es par le CROUS, récemment dénoncées par la Fondation Abbé Pierre, la mise à l’arrêt administrative du CNRS avec la mise en oeuvre dysfonctionnelle de Notilus, après les multiples attaques contre les sciences humaines et sociales, qualifiés d’ “islamogauchisteou de “wokistes” y compris par la Ministre Vidal elle-même, et les attaques perlées de l’extrême-droite depuis plusieurs années, on ne peut comprendre la dernière déclaration de Sylvie Retailleau sur le ponctionnement des fonds de roulement universitaire que pour ce qu’elle est : une nouvelle déclaration de guerre.

S’agit-il de mettre en œuvre le programme néolibéral de privatisation du secteur de l’enseignement supérieur dévoilé dans les MacronLeaks ? De fermer des départements entiers de sciences critiques (sciences humaines et sociales, études environnementales ou climatiques), sous le feu de procès-baillons ou du courroux du président de la République lui-même ? D’achever une politique de darwinisme social consistant à affamer les plus modestes ? Sans doute tout cela et plus encore.

Nous entrons en résistance.

#ResistESR


“Le gouvernement somme les universités de mieux gérer leurs fonds et de contribuer à réduire la dette publique”

  • par Soazig Le Nevé, Le Monde, 9 septembre 2023

Extraits. Les universités recèleraient-elles quelques richesses cachées ? L’idée, distillée fin 2022 au début de la crise énergétique, quand les factures se sont envolées, a été réitérée par la ministre de l’enseignement supérieur, vendredi 8 septembre. Devant la presse, Sylvie Retailleau a chiffré à 1 milliard d’euros « l’argent public qui dort » dans les fonds de roulement des établissements.

Ces fonds constituent pour chacune des soixante-douze universités une réserve financière consacrée aux investissements tels que l’achat de gros équipements pédagogiques ou la rénovation de bâtiments. En pratique, les sommes détenues sont largement convoitées par l’Etat pour financer la majeure partie des mesures liées au pouvoir d’achat des fonctionnaires. […]

« Ce montant ne peut être absorbé par les établissements sans altérer, à court comme à long terme, l’accueil et la formation des étudiants, la recherche et l’innovation et les projets de décarbonation des campus voulus par le président de la République », ont-ils prévenu. France Universités s’étonne que les établissements soient perçus comme « une variable d’ajustement » par un gouvernement qui « peine à se convaincre que l’enseignement supérieur et la recherche constituent un investissement pour la jeunesse et le pays tout entier ».

Les propos de la ministre entrent en résonance avec ceux, très fermes, tenus par Emmanuel Macron quelques jours plus tôt. Face au youtubeur Hugo Travers, le 4 septembre, il avait clairement indiqué que les universités n’étaient pas une priorité budgétaire, car elles n’avaient tout bonnement « pas de problèmes de moyens ». Prenant le contre-pied de plusieurs recherches, telle celle du Conseil d’analyse économique publiée fin 2021 qui actait un sous-financement continuel de l’enseignement supérieur depuis les années 2010, le chef de l’Etat avait même tenu comptables les universités d’ « une forme de gâchis collectif », estimant qu’ « avec leur budget,[elles] doivent faire beaucoup mieux ».

tiré de La réforme Macron de l’université par Stéphane Beaud & Mathias Millet , le 20 février 2018

Emmanuel Macron avait esquissé des pistes : l’instauration de frais d’inscription différenciés en faisant « davantage contribuer ceux qui ont le plus de moyens »,en particulier les étudiants étrangers « fils de milliardaires américains, africains, asiatiques » ; la « réallocation complète des choses » dans le cadre de formations qui « depuis des années ne diplôment quasiment pas ».Les universités doivent « avoir le courage de dire “on ne laisse pas ouvertes des formations parce qu’on a des profs sur ces formations” », avait lancé le président.

Invitée à réagir sur ces points, Sylvie Retailleau a rappelé que les frais d’inscription ne correspondent pas aux seuls frais, modiques, pour entrer en licence ou en master, « mais aussi[à ceux pratiqués à l’entrée des] nombreux diplômes d’établissement »,nettement plus élevés, dans le cadre de la formation tout au long de la vie. L’heure est désormais à la diversification des « ressources propres »des établissements pour « prévoir le futur » : « Il faut prendre le taureau par les cornes et réfléchir à leur modèle économique. »

Quant à l’offre de formations universitaires, elle est sans cesse réévaluée par les équipes d’enseignants-chercheurs. « Ils peuvent moduler les capacités d’accueil suivant des critères de réussite et d’insertion professionnelle », illustre Sylvie Retailleau. Les contrats d’objectifs, de moyens et de performance que signent les établissements avec le ministère sont précisément « un outil pour accompagner ces démarches d’adaptation » pouvant mener à des « suppressions ou substitutions de places ». Si une filière vient à fermer, une solution existe pour les enseignants concernés, car « beaucoup[d’autres] filières veulent améliorer leur taux d’encadrement »,assure-t-elle. […]

Très attendue sur la réforme des bourses étudiantes, dont seul un premier train de mesures d’un montant de 500 millions d’euros entre en application en cette rentrée (35 000 nouveaux boursiers, augmentation de toutes les bourses de 37 euros à 127 euros pour atteindre entre 145 euros à 633 euros mensuels), Sylvie Retailleau a annoncé que le dossier serait désormais cogéré avec Aurore Bergé, ministre des solidarités et de la famille. […]


Pour aller plus loin



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 10 septembre). La guerre aux universités est déclarée. Academia. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajib

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.