Bois mort, souches pourries et arbrisseaux : du choix du vocabulaire et de la politique de l’emploi au CNRS

À l’occasion des 80 ans du CNRS, plusieurs messages sont passés sur le réseau Twitter, signalant l’absence de prises de position forte de personnalités scientifiques reconnues sur la politique de l’emploi de cette institution, ou encore le silence du président-directeur général sur ce point dans son discours de clôture[1]. Antoine Petit, en revanche, a déploré le problème du « bois mort ». Terme imagé, certes, qui a immédiatement entraîné des commentaires sur « l’élagage à venir ».

« Bois mort ». Je n’avais jamais entendu l’expression auparavant. Pour désigner des êtres humains, ou des collègues chercheurs ou chercheuses.

Arbre ironwood mort dans la forêt de Borneo

Je remercie MixlaMalice de nous avoir rappelé qu’il y avait un usage états-unien de cette expression et d’avoir pointé vers un billet paru il y a dix ans sur le blog d’une professeure de science femme, qui revenait le 21 janvier 2008 sur la notion, sa signification et son avenir supposé. Je traduis ce document avant de proposer une analyse sur son usage dans le contexte français actuel de la recherche.

Bois mort : la fin d’une époque ?

par Female Science Professor, 21 janvier 2008

 

Avec quelques collègues, j’ai récemment comparé mes notes à propos de quelques-unes des universités où nous avons été invité-e-s à donner des conférences. Une des choses dont nous avons parlé touchait au nombre des universitaires « bois mort » que nous y avons rencontrés. Nous nous sommes demandés (de manière clairement méchante) s’il y aurait toujours un nombre de branches mortes – si un nombre continu de branchages morts allait remplacer le bois mort parti à la retraite – ou si leur nombre allait finalement diminuer en raison d’un changement de critères de recrutement ou de promotion et de la diminution du nombre de postes permanent (tenure-tracked) dans les années 1980. Peut-être est-ce anti-vieux de poser la question, mais nous nous sommes demandé.e.s :

Y aura-t-il une période où il y aura substantiellement moins de professeurs « bois mort » ou y aura-t-il toujours un petit tas dans la plupart des départements universitaires ?

La plupart des départements, même les plus prestigieux d’entre eux, abritent un certain nombre d’universitaires « bois mort ». Typiquement, il s’agit de membres plus âgés, qui ont eu leur doctorat dans les années 1960-1970. En sciences [dures], la grande majorité d’entre eux sont des hommes blancs, en raison de la démographie universitaire à l’époque où ces professeurs montaient dans la hiérarchie universitaire. (Que celleux qui ne sont pas familièr.e.s avec le système universitaire US : il n’y a pas d’âge de retraite légal. Vous pouvez être un professeur éternellement si vous le souhaitez).

Par « bois mort », je ne désigne pas quelqu’un.e qui a un peu ralenti sa productivité de recherche avec le temps. Il y aura toujours des universitaires plus âgés qui font moins de recherche qu’il.elles n’en firent dans leur jeunesse – cela pourrait bien être mon cas un jour –  et il y a d’excellentes façons de contrebalance la distribution du service recherche-enseignement pour accommoder cela d’équitable manière.

Par « bois mort », j’entends quelqu’un qui n’a jamais été productif mais qui a avancé le long des échelons de la carrière à une période où les normes étaient différentes. Les professeurs « bois mort », selon nos normes actuelles, n’auraient pas atteint la position. Les procédures de recrutement étaient très différentes il y a 30 ans ; il y avait beaucoup plus d’emplois disponibles, au moins une partie du temps lors du recrutement de certains d’entre eux, et les critères pour le recrutement définitif (tenure) et les promotions suivantes n’étaient pas si contraignants

Il est évidemment impossible de savoir si certains professeurs considérés désormais « bois mort » auraient eu une carrière plus active si la culture et les normes avaient été différentes durant leur jeunesse universitaire. Et il est aussi difficile de savoir si ces universitaires auraient été plus actifs maintenant si les évaluations en vue de promotion avaient été faites avec davantage de rigueur. Néanmoins, étant donné la situation actuelle et considérant les dispositions touchant au recrutement et aux promotions, je fais l’hypothèse que le nombre d’universitaires « bois mort » va diminuer à l’avenir.

Au contraire, mes collègues – parmi lesquels l’un.e d’entre elleux pourrait bien gagner une médaille aux Jeux olympiques du cynisme – pensent qu’il y aura toujours un approvisionnement suffisant de bois mort nouveau parmi les rangs universitaires. Ces collègues pensent que, bien que le recrutement permanent est un processus encore terrifiant, la plupart des universitaires dans la plupart des institutions obtiennent un poste permanent. L’un.e d’entre elleux propose, toutefois, qu’une différence dans un avenir proche pourrait tenir au fait qu’il y aura plus de « bois mort» à l’échelon des associate professors [maîtres et maîtresses de conférences], faisant l’hypothèse que celleux qui parviennent enfin au recrutement permanent (tenure) ne retrouveront pas assez d’énergie dans les 4-6 ans après leur recrutement permanent pour atteindre la promotion suivante.

Il est trop tôt pour savoir quelle hypothèse est correcte, mais pas forcément beaucoup trop tôt.

 

Bois mort, élagage et gestion durable de la forêt

Il n’est pas inintéressant, dans ce texte – en dépit de son « jeunisme » et de sa critique explicite envers celleux que ces jeunes et brillants chercheurs et chercheuses considèrent presque comme des rebuts de l’université – on peut y lire un début de réflexion. Que veut dire « bois mort », en effet ? L’autrice en exclut d’emblée certain.e.s enseignant.e.s- chercheur.ses, celleux qui ont ralenti leur rythme de publication et qui, consciemment, font l’effort de compenser ce déséquilibre recherche-enseignement par davantage d’enseignement ; elle juge d’ailleurs qu’elle pourrait bien en prendre la pente. Comment savoir, qui, parmi ces vieilles et surtout ces vieux universitaires blanc.he. rencontré.e.s à l’occasion d’une intervention dans un autre Département, qui a choisi de – ou fini par –  faire le choix de l’enseignement sur la recherche ? Que sait-elle de leurs vies, leurs accidents de parcours, de leurs charges familiales, du syndrome de l’imposteur achevant de prendre le pas sur le reste ?

Car, à faire la distinction entre le « vrai bois mort » et le « bois mort » qui n’en est pas, on se rend bien vite compte de deux choses : d’une part, le métier d’universitaire ne réside pas uniquement, et certainement pas de façon permanente et continue, en une recherche qu’on souhaiterait qualifiée d’ “excellente”. D’abord, parce que sur ce chemin de l’excellence, peu sont appelé.e.s structurellement – puisqu’il s’agit bien de rassembler les ressources sur quelques-uns, bien plus souvent que sur quelques-unes. Ensuite, parce que le travail intellectuel n’est pas indépendant de la vie même et qu’il souffre, ou plutôt se nourrit, de moments de respiration. Parce qu’enfin, très peu d’hommes et de femmes font le choix de la « recherche pure » : en France, le CNRS construit une carrière en trompe-l’œil, en oblitérant partiellement la fertilité de l’enseignement ; qu’ensuite, par « recherche », il faut entendre de multiples choses – allant de l’engagement au sein d’un comité de rédaction à des jurys de recrutement – qui sont bien loin d’épuiser le triptyque recherche empirique-recherche bibliographique-publication. Parler de « bois mort », c’est bien méconnaître le travail de la recherche.

 

Un autre pan de la réflexion de Female Science Professor s’intéresse à la manière par laquelle le « bois mort » – dont elle acte qu’il existe – en est venu à coloniser une part non négligeable des Départements américains même les plus prestigieux. Elle se demande s’il s’agit du résultat d’un changement de normes de recrutement, les normes actuelles correspondant davantage à la “bonne recherche” ou d’autre chose – et, partant, si l’approvisionnement de ce « bois mort » va se tarir ou s’il va continuer.

Une des causes de l’apparition de collègues ne correspondant plus à la norme – juge-t-elle avec justesse – c’est d’abord le changement des normes de recrutement : ce qui était considéré comme suffisant ne l’est plus. Le changement de normes – ajouterai-je – pourrait venir du changement de critères de la qualité scientifique, mais il vient bien plus sûrement des changements des conditions du marché de l’emploi, notamment la diminution drastique d’emplois permanents pour les hommes et les femmes entrants dans la carrière universitaire ou l’érosion des promotions possibles. Toutefois, la vie continuera son œuvre, apportant son lot d’incertitudes sur les chercheurs et chercheuses permanentes, qui, s’il/elles ont survécu aux premières opérations d’élagage et d’arrachage des jeunes arbrisseaux, et partant, sans doute, quelques épisodes de « bois morts », si par cela, on entend une diminution temporaire du niveau (nombre/ qualité) des publications.

Depuis dix ans, il est bien clair – aux États-Unis et en Europe – que la diminution des postes permanents et le rôle du financement sur projets, au détriment de la dotation globale, ont des effets délétères sur le bien-être des personnels, sur l’augmentation de la fraude scientifique et n’ont pas d’impact significativement positif sur la recherche et l’innovation. De fait, faute de mesure des ressources humaines, nous n’avons qu’une idée imparfaite, mais assez cohérente, du caractère contre-productif des « politiques d’excellence ». On est à bon droit de penser qu’à force que concentrer des ressources toujours plus maigres sur quelques personnes ou collectifs, c’est bien l’ensemble de la recherche et de l’enseignement supérieur français qui est fragilisé. Les alertes, en matière d’épuisement au travail, affluent, davantage à l’Université qu’au CNRS il est vrai [2]. A contrario, l’attention pourrait être davantage portée sur les conditions de travail, équitables et de bonne qualité, pour les hommes et les femmes, à différentes étapes de la vie personnelle et professionnelle, en limitant au maximum les formes de discriminations. Une façon simple – et moins coûteuse humainement – de faire cela est de transformer les postes temporaires en postes permanents. Pour reprendre l’image du « bois mort », il n’est pas inutile de penser que la

https://www.flickr.com/photos/37149125@N04/21791172203/in/photolist-zcBsiz-jAQTa6-y3Gip-Lo5NH-5UAaXx-AaH8MJ-oErPKH-dstHif-4vRmWc-2dXKb7x-9C8Hq9-qSxjGp-WT8cTZ-2aacWSt-ppMEju-oZFAwq-KbyR5i-CPi6Jg-241dScm-gTDGJ8-8PxUU3-WZmi7c-nBqpu1-TFqEyL-SW11qs-egySn3-PZ9fRH-MGdomd-RcQrGz-cjepvJ-Tox4MP-W13Fiy-SC9HgP-Teakzf-YjEgji-STUjuu-29XXjWd-U5ELkT-2fgXbed-h1JeGR-2dXK9YR-91d66M-egtaaF-a6CCMV-fEnaoy-gaAGf1-7MjDwF-98QYNA-aqFVbf-4Jva9d

Vieille souche, par Philippe Rouzet (2015)

recherche est une forêt, dont la bonne gestion suppose désormais de faire place à suffisamment de liberté, pour laisser croître des jeunes arbres d’essences variées, les laisser grandir jusqu’à la maturité, en enrichissant le sol de feuilles et de branchages.

 

On en vient alors à se demander par quel mystère le P.-D.G. du CNRS s’inquiète-t-il de « bois mort », si ce n’est pour prophétiser un approvisionnement à court terme. Nous avions déjà remarqué sur ce blog qu’Antoine Petit n’était pas hostile à un certain usage de la communication visant à passer sous silence des choix discutables de l’emploi scientifique sous couleur de favoriser la parité homme-femme. Parler, en 2019, de « bois mort » sans remarquer que l’organisme choisit de supprimer les postes des hommes et des femmes entrants dans le corps, tout en maintenant quasi intact la possibilité de promotion, pourrait bien représenter une nouvelle fois l’arbre qui cache la forêt : ne traduirait-il pas un réel aveuglement sur l’effet drastique et terrible qu’auront les changements radicaux des modalités de recrutement.  Cela n’entraîne-t-il pas, immanquablement, des disparités assez cruelles dans l’évolution professionnelle ?  Plus d’arbrisseaux, mais du bois mort en perspective ? N’est-il pas temps de se débarrasser d’un certain nombre de souches pourries idéologiques, qui ne manqueront pas d’avoir rapidement des effets délétères sur une institution dont le Collège célébrait il y a peu les 80 ans ?

Liens :

[1] Par exemple, https://twitter.com/JeremieNaudeFR/status/1114486331634274306; ou https://twitter.com/amaury_upmc/status/1114543518851194882.

[2] Par exemple, les témoignages de Catherine Rideau-Kikuchi (https://twitter.com/CathKikuchi/status/1114573216998096897) ou de Camille Peugny (https://twitter.com/cpeugny/status/1115295537987715072) – ou plus ancien, celui de deux enseignants-chercheurs de l’Université de Tours (https://academia.hypotheses.org/3615).


1 réflexion sur « Bois mort, souches pourries et arbrisseaux : du choix du vocabulaire et de la politique de l’emploi au CNRS »

  1. Ping : Rapports des groupes de travail LPPR : synthèse et analyse – Docs en stock : dans les coulisses de la démocratie universitaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.