Ressentiments académiques

À quoi les ressentiments sont-ils bons ?
Quelques réflexions queer et féministes sur le militantisme à l’université


Tenir bon, tenir tête, être rabat-joie. Ìntroduction à la traduction

  • par Vanina Mozziconacci, maîtresse de conférences en philosophie, Université Paul Valéry Montpellier 3.

La rentrée académique est synonyme, pour plusieurs d’entre nous, d’appréhension, d’angoisses, de mal-être, de lassitude, et autres maux plus ou moins larvés. C’est pourquoi il m’a semblé pertinent de traduire1 quelques extraits d’un texte portant sur ces (re)sentiments2 et leur place dans nos mobilisations, au sujet desquelles il est nécessaire de reconnaître qu’elles ne sont pas uniquement traversées par des émotions dites « nobles » et/ou joyeuses. Si l’auteur conclut son article sur des pratiques de self-care (passages non traduits ici), ce texte m’inspire davantage des formes de conflictualités et de contre-attaques qui tendent à être « mal vues » car considérées comme étant des bassesses, des mesquineries ou des coups d’épée dans l’eau. En effet, à la lecture de ce texte, je ne peux m’empêcher de penser que face aux « violences académiques ordinaires3 », il faut parfois savoir suivre ses ressentiments : tenir bon lors des réunions pour installer et maintenir le malaise face à ceux et celles qui n’ont pas honte d’exploiter ou de brimer ; consigner par écrit (dans un RSST par exemple) avec acharnement même les injustices qui semblent sur le moment anecdotiques ; pratiquer le name and shame quand les mauvaises pratiques se répètent et persistent… bref, tout un tas de façons de « survivre au taf4 » qui n’ont pas l’éclat de la « belle colère » ou de la « joie militante », mais qui sont autant de façon de tirer le tapis sous les pieds et de faire trébucher au moins momentanément.

Extraits. […] L’article qui suit tisse ensemble deux fils de démonstration : l’un émerge des recherches scientifiques sur les affects politiques et l’autre provient des théorisations féministes et queer des émotions négatives. Je commencerai par considérer les façons dont la recherche a cadré l’utilité politique des émotions. Je repère deux tendances dans les travaux existants :

  1. les émotions négatives sont souvent utilisées pour opérer un diagnostic de problèmes politiques ; et
  2. les sentiments qui sont interprétés comme positifs et forts, tels que l’espoir ou l’optimisme, sont souvent perçus comme des ressources avec un potentiel politique, tandis que des sentiments faibles ou « mauvais », comme la dépression, la torpeur ou l’anxiété sont souvent écartés car considérés comme politiquement invalidants.

Le second fil de l’article est théorique : m’appuyant sur une vaste revue de littérature queer et féministe sur les affects, je défends l’idée selon laquelle nous, chercheuses, devrions nous défamiliariser des représentations du sens commun quant à ce que peuvent faire ou non les « émotions négatives ». En partant d’une lecture approfondie du travail de Cvetkovitch sur la dépression universitaire, je montrerai non seulement les limites de certains récits admis sur les liens entre affects et politique, mais également comment les ressentiments peuvent ouvrir la voie pour réparer et transformer.

Ressentir le néolibéralisme : les affects comme outil diagnostic

Cet article est inspiré par une question : en quoi les « mauvais sentiments » pourraient-ils être importants quand il est question de militantisme à l’université ? Peut-être que la façon la plus évidente de répondre à une telle question est de dire que les émotions négatives comptent parce qu’elles permettent un retour critique sur ce qu’il est en train de se produire dans la sphère politique. Observer des motifs de souffrance à travers différentes époques et parmi des groupes diversement positionnés pourrait être un enseignement utile pour les militantes quant à l’impact des réformes. Suivant cette compréhension des choses, l’affect constitue un diagnostic, et repérer la façon dont il se répartit peut nous aider à décrire un scénario politique. […]

Arbois, 2023. Crédit: Vanina M.

L’ensemble des travaux qui ont exploré les dynamiques politico-affectives de l’université contemporaine sont à présent bien connus […]5. Je ne cherche pas à répéter les tenants et les aboutissants de ces archives scientifiques dans leur intégralité. Je vais plutôt prendre quelques exemples que je considère comme représentatifs, en commençant par l’article de Vivienne Elizabeth et Barbara Grant (2013), qui aborde les façons dont la transformation néolibérale de l’université sont ressenties par les universitaires prises individuellement. Elizabeth et Grant (2013) ont créé des transcriptions poétiques à partir d’une étude empirique avec 19 universitaires pour explorer la façon dont l’ « esprit » de l’université a pu changer.  Leurs textes poétiques montrent la façon dont les effets du managérialisme et l’accent grandissant mis sur la productivité scientifique se répercutent différemment en fonction des positions occupées par les sujets au sein de l’université. Les universitaires se sont révélées « fragmentées et complexes » plutôt que stables et prévisibles, faisant l’expérience d’un ensemble de réponses « désordonnées et contradictoires » (p.127) face à ces changements. Toutefois, il apparaît clairement que le managérialisme affecte profondément, jusque dans leur chair » [gets under the skin]  les universitaires, qu’il « transforme l’expérience de soi, en les plaçant en contradiction avec elles-mêmes » (p.123).

Ce sentiment d’être en décalage avec soi-même chez les universitaires est également étudié par Rosalind Gill (2010) dans son chapitre « Briser le silence : les blessures invisibles de l’université néolibérale ». Gill caractérise ainsi son objectif :

« chercher à comprendre les liens entre les changements économiques et politiques, les transformations au travail et les expériences psychosociales » et « les façons dont on pourrait résister » (2010, p.230).

Elle décrit l’université actuelle comme étant saturée d’émotions négatives comme « l’épuisement, le stress, la surcharge…l’anxiété, la honte, l’agressivité, la peine, la culpabilité » (p.229) et d’effets somatiques tels que « des douleurs dorsales, des yeux fatigués, des troubles du sommeil » (p.232). […]

« Les émotions font des choses ». Les sentiments comme ressource politique

Pour appréhender la question de savoir comment les universitaires pourraient résister et remanier le néolibéralisme au sein de leur institution, je suggère que les militantes et les chercheuses doivent penser les émotions d’une façon qui complète le « modèle diagnostic » que j’ai introduit en début d’article. Si les expériences émotionnelles complexes doivent clairement être comprises comme influencées par les phénomènes politiques, elles pourraient aussi être appréhendées, de façon plus active, comme des forces qui guident l’élaboration des décisions et la pratique politiques. Comme l’a montré la chercheuse en études culturelles Sara Ahmed, « les émotions font des choses » et créent « l’effet même qui constitue les surfaces et les frontières des corps et des mondes » (2004, p.117). […]

Le reste de mon article pourrait être lu comme une réponse développée à l’article percutant de Kenway, Boden et Fahey (2014)6. Je m’accorde avec elles sur le point de départ, à savoir l’identification des pratiques critiques prédominantes qu’on trouve dans l’enseignement supérieur et la recherche, et je partage leur intérêt pour la description des façons existantes de rendre la vie universitaire plus vivable. Toutefois, le point clef sur lequel nos projets divergent est que Kenway, Boden et Fahey (2014) s’appliquent à cerner l’utilité politique de l’optimisme et de l’espoir, tandis que le mien porte sur des ressentis comme la dépression ou le burn out. Je suis d’accord avec ces autrices sur le fait que parmi les travailleuses de l’université, on ne manque ni de cynisme, ni d’hostilité, ni de désespoir ; et en même temps, c’est précisément pour cette raison que j’avance qu’il importe d’aller vers une plus grande compréhension de ces sentiments. D’après moi, les chercheuses qui s’intéressent au militantisme (ou les militantes qui voient la recherche comme leur gagne-pain) devraient capter les logiques potentielles et les possibilités mobilisatrices d’expériences affectives aussi répandues. En invitant à s’enquérir plus avant sur ces objets, je m’appuie sur les travaux de plusieurs chercheuses féministes et queer qui ont également réfléchi à l’agentivité potentielle contenu dans les émotions négatives ces dernières années7. […]

Considérations queer et féministes sur la politique des émotions négatives

pochoir sur le trottoir : vive la grève, avec une usine dont le feu sortant de la cheminée semble allumer un mégot

Lyon, août 2023. Crédit: Vanina M.

[…] Cet article s’élabore à partir d’un courant particulier des études culturelles queer et féministes qui ont exploré la politique des affects négatifs (Blackman, 2015 ; Ngai, 2005 ; Wiegman, 2014). Ces débats ont tenté de déboulonner le penchant en faveur des émotions positives dans le sens commun (Ahmed, 2010 ; Berlant, 2011 ; Halberstam, 2011) et de renouveler l’intérêt porté aux affects négatifs en tant qu’ils « offrent des possibilités productives de pratique politique et de transformation sociale » (Blackman, 2015, p.25).

D’une part, les chercheuses ont jeté une lumière plus critique sur les freins politiques que peuvent constituer des affects politiques positifs tels que la fierté et la positivité (Halberstam, 2005), le bonheur (Ahmed, 2010), l’amour (Kipnis, 2003) et l’optimisme (Berlant, 2011). Par exemple, Ahmed (2010) a critiqué la « promesse du bonheur » conventionnelle, en observant la façon dont les féministes, les personnes queer et les migrantes sont souvent renvoyées à des postures de trouble-fêtes et de rabat-joie qui en perturbent les conditions normatives. Elle a aussi un avis sceptique sur les formes (hétéronormatives, racistes et sexistes) de bonheur qui tendent à être promises. […]

Ces dernières années, un nombre important de travaux queer et féministes sur les affects ont exploré les possibilités et les potentialités de sentiments qui sont souvent codés comme « mauvais » tels que la honte (Halperin & Traub, 2009 ; Probyn, 2005), l’échec (Halberstam, 2011), la dépression (Cvetkovitch, 2012) et l’anxiété (Burford, 2015b). Plutôt que de proposer « des approches qui visent une domestication ou une rédemption des émotions négatives pour les convertir en quelque chose d’utile ou de positif » (Cvetkovitch, 2012, pp. 5-6), ces chercheuses ont cherché à voir quel potentiel pouvait sortir de la négativité elle-même. […]

tag avec une citation de deleuze sur un mur "je ne fréquente que des affreux"

Blois, août 2023. Crédit: Vanina M.

Conclusion : alors, à quoi bon les ressentiments ?

Mon propos tout au long de cet article a été de montrer que les chercheuses critiques dans l’enseignement supérieur ont tendance à proposer des récits particuliers au sujet du militantisme universitaire, récits qui reproduisent certaines habitudes de pensée au sujet des capacités transformatrices des pratiques affectives. Dans leurs analyses sur les changements du contexte de travail académique et sur ce qui devrait être fait en réaction, ces chercheuses tendent à distinguer les émotions particulières qui pourraient déboucher sur des pratiques politiques d’autres émotions qui augureraient l’inverse. Souvent, les émotions « fortes », par exemple la colère ou l’espoir, sont perçues avec une valeur politique significative, tandis que les affects qui sont vus comme résultant de la précarité présente – tels que la dépression – sont appréhendés comme peu susceptibles d’engager une transformation. Dans la mesure où certains sentiments sont caractérisés communément comme peu utiles politiquement, ceux-ci donnent les moyens de ce que la théoricienne queer Annamarie Jagose (2011) pourrait appeler une opportunité « bienvenue car improbable » (p.518) pour repenser la relation entre émotions et politique. Mon but dans cet article a été d’interrompre le sens commun critique pour poser la question de l’utilité des mauvais sentiments.

Je voudrais revenir à l’étincelle à l’origine de ce texte – à savoir la discussion de la démonstration de Kenway, Boden et Fahey (2014) pour préserver des instances d’ « espaces d’espoir » au sein de l’université néolibérale. Je suis d’accord avec les autrices pour dire que l’espoir est une ressource politique importante pour les militantes universitaires. Toutefois, je crois que nous devons rester curieuses quant à l’autre extrémité du spectre affectif également. S’il peut être contre-intuitif de considérer la dépression comme recelant un potentiel d’agentivité, cet article a montré qu’une façon queer d’y penser pouvait être féconde. Le présent texte ne cherche pas à défendre le fait qu’il faudrait se sentir mal ; j’ai plutôt cherché à explorer ce qui pourrait se produire si des concepts issus du  « tournant négatif » [negative turn] dans la théorie queer et féministe entraient en contact avec des explications émanant de la politique des affects. De telles approches pourraient nous inviter à repositionner le travail affectivo-politique à l’université dans des directions plus désordonnées et multidirectionnelles. Par exemple, nous pourrions remettre en question des compréhensions figées quant à ce que les énergies politiques des mauvais sentiments peuvent être, ou comprendre que, souvent, l’espoir et le désespoir « restent entrelacés » (Cvetkovich, 2012, p.2). La pertinence de ce modèle théorique queer féministe vient du trouble qu’il instille dans les façons communes d’identifier les pratiques ou affects politiques qui ouvrent la voie à des actions au présent.

Références bibliographiques citées



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 5 septembre). Ressentiments académiques. Academia. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aji7

  1. Je remercie chaleureusement James Burford de m’avoir autorisée à traduire gracieusement son texte. J’ai fait le choix du féminin neutre (generic she) pour le texte en français, suivant certaines pratiques en études féministes et plus largement dans la recherche contemporaine anglophone. Par exemple, activists, qui pourrait désigner des femmes et des hommes, est traduit par militantes. []
  2. Dans le présent texte, feeling(s) peut être traduit par émotions, sentiments voire ressentis en fonction du contexte. Bad feelings peut être traduit par ressentiments, émotions négatives ou encore sentiments mauvais. Comme on le verra, le terme est en réalité plus large que ces équivalents en français et peut renvoyer à des humeurs voire à des troubles de l’humeur puisqu’il est peut aussi bien être associé à la honte qu’à l’épuisement ou à la dépression. []
  3. Intitulé d’un dossier récent de la revue Mouvements (2023). []
  4. Les stratégies évoquées ici s’inspirent en effet de l’ouvrage de Marie Dasylva paru en 2022 aux éditions Daronnes. []
  5. NDLT : Pour la longue liste bibliographique à laquelle cela renvoie, voir le texte original, p. 79-80. []
  6. NDLT: L’article de Kenway, Boden et Fahey, auquel répond le présent texte, part de l’idée empruntée à Raymond Williams selon laquelle « être réellement radical, c’est rendre l’espoir possible plutôt que le désespoir convaincant ». Ce point de départ conduit les autrices à penser et à imaginer des ressources pour cultiver l’espoir au sein de l’espace académique, aussi bien pour en inventer que pour repérer dès aujourd’hui « de petits espaces au sein de l’université dans lesquels, en dépit des conditions oppressives, les universitaires parviennent malgré tout à trouver différentes formes de satisfactions ‘à l’ancienne’, et même du plaisir, dans leurs mondes professionnels » (p. 261). []
  7. NDLT : voir bibliographie dans le texte original. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.