Université de Strasbourg : 3 ans de suspension pour Michael Langlois

Violences sexistes à la fac de Strasbourg : un universitaire interdit d’enseigner pendant trois ans,

  • par Maud Le Carpentier, Mediapart-Rue89 Strasbourg, 31 août 2023

La décision disciplinaire à l’égard du maître de conférences en théologie accusé par une dizaine d’étudiants de comportements déplacés, a été publiée. Des « fautes professionnelles » sont relevées mais « les faits reprochés de viol » et « de harcèlement sexuel » ont été écartés.

Extraits. Trois jours après la publication de cette enquête, le 10 février, le président de l’université de Strasbourg décidait de suspendre Michaël Langlois à titre conservatoire de toutes ses fonctions en tant qu’enseignant-chercheur. Et près d’un an et demi après les premiers signalements faits par le Clasches, la section disciplinaire a enfin rendu sa décision, le 18 août 2023.

Dans cette décision de la section disciplinaire, document de sept pages dans lequel le nom de l’auteur a été anonymisé, on peut lire que « les comportements et les pratiques pédagogiques problématiques et inappropriés de M. X. entre 2009 et 2014, en lien et dans le cadre de ses fonctions d’enseignant-chercheur, sont de nature à avoir des répercussions sur les usagers de la faculté de théologie protestante. Ces répercussions ont toujours cours, comme en attestent les contacts pris par des usagers auprès de la direction de la faculté ».

Les membres de la section disciplinaire écrivent également que « ces comportements et ces pratiques pédagogiques hors toute nécessité liée à l’enseignement et hors du strict cadre académique » étaient « répétées » et « contestables d’un point de vue déontologique, s’agissant de l’instauration et l’entretien actif de relations de proximité avec des étudiantes ». Ils relèvent « la tenue de propos assimilables à des propos à caractère sexiste et à connotation sexuelle », une « attitude de séduction avec les étudiantes » de la part de l’enseignant et une « imbrication vie privée et vie professionnelle ». (…)

La décision fait état de « malaise, de la gêne et d’un sentiment d’insécurité illustré par la stratégie mise en œuvre par plusieurs étudiantes plaignantes consistant à prévenir les nouvelles étudiantes du comportement de M. X et de s’en méfier ».

[L]es cinq membres de la section disciplinaire n’ont pas retenu « les faits reprochés de viol, de harcèlement sexuel, de proposition à caractère sexuel et d’emprise psychologique » ni « les témoignages à charge pour des faits reprochés de cette nature à M. X. dans le cadre de la sphère privée » sans s’en expliquer davantage.  (…)

Finalement, les membres de la section concluent que Michaël Langlois « a commis des fautes professionnelles en infraction avec ses obligations statutaires notamment de probité, portant atteinte à la dignité des fonctions des enseignants-chercheurs. L’atteinte à l’image et à la réputation de la faculté de théologie protestante et de l’Université de Strasbourg est en outre avérée dans le cadre de cette affaire, eu égard au retentissement médiatique qui l’ont entourée ».

Après un vote à la majorité, il a été décidé que Michaël Langlois « est interdit d’exercer toutes fonctions d’enseignement et ou de recherche dans l’établissement pendant une durée de trois ans avec privation de la totalité du traitement [de son salaire – ndlr] ».

Fait notable : la section disciplinaire écrit que Michaël Langlois « ne peut se prévaloir du fait que la dimension pastorale et humaine de la faculté peut justifier de tels comportements ».



Citer ce billet
Christelle Rabier (2023, 1 septembre). Université de Strasbourg : 3 ans de suspension pour Michael Langlois. Academia. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aji0

3 réflexions sur « Université de Strasbourg : 3 ans de suspension pour Michael Langlois »

  1. C’est parce que dans un cas, c’est un gars des églises traditionnelles et dans l’autre, un mec des églises charismatiques.

    • Oui! Relents de chasse aux sorcières! Relents de crucifixion et de cigüe!
      Mais Michael peut très bien se passer des universités car nous voulons entendre ce qu’il a à dire. C’est une interprétation lumineuse, populaire, de cette époque où chacun avait le droit de penser! Où des centaines de petits groupes écrivaient leurs propres textes, imaginaient leurs propres dieux!
      Il réconcilie aussi la grande tradition chrétienne avec la gnôse, osant même suggérer que le nouveau testament est peut-être l’oeuvre … d’écrivains Esséniens! Oh le vilain!

  2. Comme quoi!
    La FAC protège un homme condamné pour pedopornographie et condamne un autre pour atteinte à l’image de l’université alors qu’il n’y a rien de retenu contre lui! Vraiment je vomis cette université !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.