Pendant ce temps là, dans le monde parallèle des managers de l’ESR…

Update. Communiqué de France Universités, 6 septembre 2023

Le 29 août, AEF Suprecherche nous apprend que des managers de l’ESR se sont réuni·es à Nantes.

Source : https://vpr3sup2023.sciencesconf.org/data/pages/Prog_VPRV_Nantes_2023_V_20.pdf 10h15 -12h30. Table ronde d’ouverture. Animateur : Olivier Grasset, vice-président recherche et science ouverte, Nantes Université. Guillaume Gellé, président de France Universités, président Reims Champagne-Ardenne. Philippe Mauguin, président d’INRAE. Antoine Petit, président du CNRS. Didier Samuel, président d’INSERM. Bruno Sportisse, président d’INRIA.

Programme du Colloque du réseau des vice-présidentes et vice-présidents recherche et valorisation

En ouverture, une table ronde de plusieurs dirigeants (pas de ·e) d’EPST (et de France Université) qu’on pourra résumer :

Petit (PDG CNRS). il faut plus de sous

Samuel (PDG Inserm). Il faut aussi de meilleures conditions de travail

Gellé (Président France Université). Il faut plus de sous !

Sportisse (Inria).  En fait la vraie question, c’est d’avancer collectivement avec l’état dans la durée et dans la confiance

De son côté Mauguin (Inrae) est aussi assez à l’ouest puisqu’il a l’air de croire que si nous perdons nos emplois scientifiques c’est à cause d’un “match international” (?) et non d’un manque de financement de la recherche..

La ministre a promptement répondu puisque le lendemain en clôture du congrès de France Universités elle a pu annoncer :

Si le budget pour 2024 du MESR sera “en augmentation”, il ne permettra pas de couvrir toutes les mesures récemment annoncées que ce soit en 2023 ou en 2024, notamment la hausse du point d’indice des fonctionnaires”

Par conséquent, “il vous sera demandé de contribuer sur ces deux années avec un effort que je sais difficile et qui sera travaillé pour chaque établissement avec le ministère”

Pire : le gouvernement annonce reprendre les maigres crédits qu’il nous reste.

Bonne #pasderentrée à tous et à toutes !

Pour aller plus loin


Financement des universités : faute de compensation, les mesures Guerini aggraveront la situation des établissements et de leurs étudiants

Dans son discours prononcé au Congrès de France Universités, le 30 août 2023, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Sylvie Retailleau, a évoqué des mesures dont il y a tout lieu de craindre, derrière « l’absence de miracle » annoncé, qu’elles ne dégradent un peu plus la situation de l’Enseignement supérieur et la Recherche français.

France Universités apprécie l’exercice de sincérité de la ministre devant les présidentes et présidents d’université. Les mesures annoncées par le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Stanislas Guerini, étaient indispensables et sont à saluer. Une partie de ces mesures n’a néanmoins pas été compensée en 2022 et ne semble l’être que partiellement pour 2023 et 2024. L’exemple de la double revalorisation du point d’indice est éclairant.

Plus précisément, le montant pour 2024 de ces mesures, estimées à 400 millions d’euros, auxquelles s’ajoutent le contexte inflationniste et les surcoûts importants liés à l’énergie, ne peut être absorbé par les établissements sans altérer, à court comme à long terme, l’accueil et la formation des étudiants, la recherche et l’innovation, et les projets de décarbonation des campus voulus par le Président de la République.

C’est un signal négatif qui est envoyé à notre jeunesse, à l’heure où le gouvernement a lancé un chantier important de la réforme des aides sociales, dans lequel France Universités est pleinement engagée. Cela place également le gouvernement en contradiction avec ses propres préconisations sur les enjeux de la réindustrialisation verte de nos territoires, de la transition écologique ou du développement des grands programmes de recherche et d’innovation, alors que notre pays se bat pour rester attractif dans la compétition internationale.

France Universités regrette que le gouvernement peine à se convaincre que l’Enseignement supérieur et la Recherche constituent un investissement pour la jeunesse et le pays tout entier, et non une variable d’ajustement. France Universités demande donc que, dans le cadre de la discussion parlementaire sur le Projet de loi de finances 2024, l’État finance a minima les mesures qu’il décide et ne les laisse pas à la charge des universités.

 



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 4 septembre). Pendant ce temps là, dans le monde parallèle des managers de l’ESR… Academia. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aji4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.