Se défendre. Ou plutôt s’armer contre la pseudo-innocence universitaire

Sur une relation pédagogique abusive à l’UPEC

Une étudiante, qui a fait son Master à l’UPEC, raconte son expérience d’une relation pédagogique abusive et ses prolongements. Elle explique ici les raisons de sa prise d’écriture. TW : mention de violences psychiques, suicide, VSS. Lire l’épisode 1 et l’épisode 2.

Campagne d’affichage Nous Toutes UPEC, 2021


Épisode 3. Se défendre.
Ou plutôt s’armer contre la pseudo-innocence universitaire

Je suis sortie réellement meurtrie des démarches dont je vous ai fait part, d’autant plus que mon réseau de soutien a beaucoup évolué au cours de la procédure et, lorsque j’ai reçu la réponse rageante de l’UPEC, j’étais pratiquement seule. Ma situation est passée d’un foisonnement de messages et de gestes de soutien, lors que j’ai décidé de témoigner, à un énorme silence partagé uniquement avec deux ami.e.s qui s’étaient engagé.e.s dans l’affaire. Dans le processus traumatique, cette dernière situation, que j’ai vécue comme une forme d’abandon, a été l’une des étapes plus difficiles à surmonter. Allons à l’essentiel.

Faute d’assistance aux victimes dans les établissements — inexistante, il faut le dire — les personnes qui essaient de remplir ce vide en font également les frais. Il ne s’agit pas de leur métier, de leurs fonctions et, très souvent, elles n’ont pas les compétences pour répondre aux besoins en question.

https://www.flickr.com/photos/stanzim/15642046309/in/photolist-pQezpB-22Y2Vsx-bLKwbv-cmhPL-23XteDF-dWVUtJ-b8Njga-rvxJXe-bkrNnB-4fvyh7-7vGsrz-rMkCpg-2avwnmD-dNZZRC-88pvc-imQsd2-c159Gs-BVRDC7-DUAKvQ-qEBVT3-8ACqR-SRbSUQ-4BLRVe-pVFWJn-qHsefh-CPujuj-264beQh-qtYTkY-bx7oPK-e7h9HG-99cunb-Px2bsL-DiA1Xa-dPMb1T-62yRDw-7sXgeL-QzhhUw-aW4Jtg-aH6nTe-2eX2W-Mz5riN-Y5nbqX-bgusS8-98R6d4-fhcQ8n-r2viLC-8YtngE-PJ7p2H-4dxUAy-2asVuWb/

Sunrise Snowy Shadow. Crédit: Stanley Zimny, 2014

Dans mon cas, ma souffrance a été accueillie par un groupe d’enseignantes aux engagements variés. Le but initial de cet accueil n’était sûrement pas de se substituer à une prise en charge spécialisée, mais si de jouer le rôle qu’un groupe de soutien porte en son nom : soutien. En effet, quand nous traversons tout ce que j’ai décrit, nous doutons beaucoup et il est alors précieux d’avoir des formes de « rappel à l’ordre » bienveillants1. Le problème, c’est que quand nous n’avons pas de prise de charge, ces personnes, qui ne devraient être là qu’en soutien, finissent par jouer un rôle qui va au-delà de celui prévu initialement.

Il est particulièrement vrai pour les étudiantes qui n’ont pas de soutien familial ou qui sont éloignées de leurs proches. Il est tellement difficile de trouver une prise en charge adaptée que la situation fait boule de neige dévastatrice : nous n’arrivons pas à nous soigner, nous allons de pire en pire, et un problème qui était initialement de l’ordre de la santé mentale devient également un problème matériel ; et ces personnes, qui jouaient déjà un rôle thérapeutique, en nous écoutant et nous conseillant, commencent également à nous aider sur d’autres plans. Puis, si l’aide que nous trouvons chez ces personnes est bien plus efficace que celle que nous trouvons chez celles et ceux dont c’est la profession2, notre réaction naturelle est de chercher là où les paroles et les gestes semblent plus justes.

Après avoir répété notre histoire de nombreuses fois, à des psychiatres, à des psychologues, mais aussi à des juristes, à des journalistes, à des collectifs, nous avons juste besoin de réconfort psychique, ce que nous trouvons chez ces personnes dont le soutien ne dépend pas d’un énième témoignage. Puis, au sein de ces groupes, certaines personnes tendent facilement à occuper une place d’écoute thérapeutique alors qu’elles sont elles-mêmes en souffrance psychique et qu’elles n’ont pas de prise en charge adaptée non plus. Malheureusement, ces dynamiques ne peuvent pas avoir un potentiel soignant pour très longtemps. Ces personnes, qui ne devraient occuper qu’une place de soutien, se retrouvent à faire beaucoup plus et arrivent logiquement à l’épuisement. De l’autre côté, nous, qui nous sommes trop appuyées sur ces relations, nous rendons bien compte qu’elles sont dysfonctionnelles. Le problème est que nous sommes « au fond du trou » à ce moment-là, et qu’il est difficile de ne pas en vouloir à ces personnes qui, certes, rompent ces relations dysfonctionnelles pour que nous soyons obligées à continuer à chercher de l’aide professionnelle adaptée, mais qui nous laissent par ailleurs dans une grande solitude face aux démarches qui nous ont rapprochées au départ.

De plus —  j’essaie de faire simple par souci de synthèse, mais dans la réalité des faits c’est encore plus complexe — il arrive aussi que ces dynamiques de substitution finissent par générer des tensions en raison des attentes créées et de l’épuisement ; et des relations de soutien, qui auraient probablement perduré dans le cadre d’un système fonctionnel sur le plan de la prise en charge, finissent par se dénouer. Alors si vous m’avez suivie jusqu’à ici, nous ne pouvons qu’attester que le système, tel qu’il organisé aujourd’hui, anéantit les étudiantes, car l’enchaînement des situations auxquelles elles sont confrontées les amènent à l’isolement et au silence ce à quoi le système vise finalement ? Ce qui me permet d’insister sur la nécessité certaine d’un dispositif efficace pour traiter ces situations.

En parlant du dysfonctionnement des dispositifs et de ses conséquences, je voudrais évoquer rapidement une question qui m’a été souvent posée en dehors du réseau de soutien, et qui me semble très représentative de l’absence totale de sensibilisation sur ces thématiques de la part des fonctionnaires de l’université que nous croisons tout au long de ces démarches. J’ai été questionnée sur mes sentiments pour cet enseignant – si je l’aimais, si je lui envoyais moi aussi des messages d’amour, si j’étais toujours amoureuse de lui après notre rupture. Je me disais à l’époque que je ne pouvais pas faire un cours de sociologie des émotions aux personnes qui me posaient ces questions, mais en réalité si, nous pouvons et nous devons. Il est évident que personne ne m’a forcée à rentrer dans un avion et à le rejoindre dans sa maison de campagne, je l’ai fait parce que j’avais envie de le faire, parce que je me sentais attachée à lui. Toutefois, l’envie, l’attachement, toutes les émotions que j’ai éprouvées, et celles que cet enseignant a éprouvées, ne tombent pas du ciel, elles sont construites de façon relationnelle. Si cette liaison a eu lieu, c’est parce qu’elle avait place pour avoir eu, c’est parce qu’elle a été nourrie durant des mois, à petit feu, à grandes attentions.

Cela semble évident une fois que nous en prenons conscience, pourtant cela ne l’était pas pour personnes qui ont traité ma demande de saisine de la section disciplinaire à l’UPEC.

De l’amour : innocence ou inconséquence universitaire ?

Pour se défendre, cet enseignant a pointé que nous étions tous les deux des adultes et qu’il arrive à des adultes de tomber amoureux malgré leurs intentions initiales3. Cet argument ne tient pas la route, mais essayons d’accepter que pour certaines personnes il fasse sens.

Alors, un scénario où un enseignant tombe amoureux d’une étudiante et entretient une relation avec cette étudiante sans pour autant avoir créé les conditions pour que cela arrive, nous acceptons qu’il soit concevable. Par contre, un deuxième scénario où un enseignant tombe amoureux de plusieurs étudiantes et entretient des relations avec ces étudiantes sans pour autant avoir créé les conditions pour que cela arrive, nous pouvons difficilement l’envisager, du moins si nous essayons de l’envisager avec du réalisme. Puis, un dernier scénario où un enseignant tombe amoureux de plusieurs étudiantes et entretient des relations avec ces étudiantes sans pour autant avoir créé les conditions pour que cela arrive, et en plus est entouré presque exclusivement d’étudiantes et d’ex-étudiant.e.s dans sa vie personnelle et, par pur hasard, tombe quotidiennement sur le profil d’une étudiante sur les réseaux sociaux où elle partage son travail de modèle de nu artistique… comment pouvons-nous le réaliser avec du bons sens ?

Ce que je viens de vous décrire, qui arrive à la limite du caricatural, ce sont les témoignages des autres étudiantes qui se sont ajoutés au mien, qui vont d’invitations à des soirées chez lui à du stalking (surveillance) sur les réseaux sociaux. Certes, il ne s’agit pas de « l’obsédé coupable » qui tape sur les fesses d’une étudiante devant tout un amphithéâtre — cela est arrivé à l’UPEC également — mais il s’agit de la caricature même du « garçon innocent » dont le comportement malsain devrait sauter aux yeux des collègues, ou bien, qui sautent aux yeux de certains collègues qui le voient entouré « d’amies étudiantes » depuis des années, mais qui ne se sont jamais manifestés4.

En parlant de se manifester, dans ces démarches il faut avoir aussi la force d’accepter que nous n’avons pas toutes fait le même chemin, et que certaines n’accepteront jamais une position de victime. Toutefois, comment appeler ces étudiantes qui n’ont pas été en mesure de faire un choix éclairé face aux messages « d’amour » ou les avances sexuelles de leurs enseignants ? A ce sujet, il est essentiel que les universités mettent en place des politiques de sensibilisation sur la notion de consentement, à l’image de ce que propose l’Université de Montréal. Sur leur site internet, il est expliqué clairement qu’il n’existe pas de consentement lors qu’une « activité de nature sexuelle a lieu entre un membre de la communauté étudiante et toute personne ayant un lien pédagogique ou d’autorité avec lui »5.

“Touche pas à ton étudiante” : du cadre professionnel à l’université

Dans le même sens, Nous Toutes UPEC, à la suite de cette histoire dont j’ai pu leur faire part à l’époque et du mouvement #MeTooFac de façon plus générale, a fait une campagne d’affichage, « Touche pas à ton étudiante », dans les locaux de l’université à la rentrée 2021. La création d’un outil de sensibilisation, l’outil « Safeprof », a suivi ces premières actions6. C’est un énorme pas, mais malheureusement il ne suffit pas, ce que le projet même de Nous Toutes UPEC souligne bien : il faut que l’université prenne ses responsabilités ((Je tiens à remercier la présidente de Nous Toutes UPEC pour le soutien à l’époque et pour la campagne de sensibilisation puissante et touchante rapidement mise en place après nos témoignages.)). Prendre ses responsabilités ne signifie pas seulement saisir la section disciplinaire et appliquer une sanction à la hauteur des faits, mais également, et peut-être surtout, créer un cadre clair en amont des faits [à l’image de ce que fait l’université citée]. Dans l’état actuel des choses, le flou des textes évoquant la déontologie ne sert qu’à laisser voie libre aux enseignants-chercheurs. La notion de « manquement déontologique » ne veut rien dire, c’est un terme générique qui peut servir à tout, mais qui ne sert malheureusement pas à protéger les étudiantes. Il est alors urgent de poser un cadre clair à ces relations qui sont au cœur même de l’enseignement supérieur : les relations pédagogiques.

Safeprof, UPEC

Se défendre. Ou plutôt s’armer

En attendant, il faudrait que nous puissions armer nos/nous étudiantes. C’est bien l’autre raison pour laquelle j’ai décidé d’écrire ce texte, pour partager des pistes qui découlent à la fois de mon expérience directe, mais également de toutes les histoires que j’ai pu lire, entendre, accompagner au cours de ces trois dernières années. En ce sens, il me semble important de vous dire que ce n’est pas parce que ma demande de saisine n’a « rien donné » que cela constitue la règle. L’institution n’était et n’est toujours pas prête à accueillir des histoires comme la mienne : l’université a encore du mal à sanctionner « l’obsédé coupable », imaginez bien « le garçon innocent », l’enseignant qui tombe « juste » amoureux de ses étudiantes.

Par contre, il faut savoir que les sections disciplinaires de différents établissements ne suivent pas toutes la même « politique » en matière de VSS, et il me semble que les cellules en charge d’accueillir les victimes devraient prendre cette donnée en compte pour mieux les orienter [en aidant les victimes, par exemple, à écrire des demandes bien circonstanciées de dépaysement de la saisine, c’est-à-dire de traitement par une autre section disciplinaire que celle de son établissement]. Enfin, ce n’est pas non plus parce que l’institution n’est pas prête à accueillir certains témoignages que ceux-ci ne doivent pas faire l’objet d’une lutte institutionnelle ; au contraire, la lutte commence toujours par-là. Il semble toutefois essentiel de se sentir suffisamment armée et bien suivie avant de s’y engager.

D’autre part, il convient de dire aussi que la demande de saisine n’est pas le seul et unique moyen d’agir : nous avons de plus en plus de collectifs, tel que ME TOO FAC & LYCEE, qui publient des témoignages anonymes, des journalistes qui montent des dossiers sur la question auxquelles il est possible de contribuer, des associations dans lesquelles il est possible de s’engager, tel que l’Observatoire étudiant des violences sexuelles et sexistes dans l’enseignement supérieur, entre autres. Mais encore une fois, il convient à chacune de juger, à l’aide d’un.e psychothérapeute, si en mesure d’entamer des démarches, qu’il soit une demande de saisine, une plainte au commissariat, un témoignage anonyme, ou bien rien du tout, parce que très souvent « ne rien faire » a également un coût psychique.

Enfin, en parlant de mes démarches, je mets « rien donné » entre guillemets car évidemment c’est jamais « rien ». Nous pouvons être difficilement au fait de ce qui survient après nous, de comment notre histoire circule, de ce que les étudiantes en font, ce que les collègues en font également. Nos histoires continuent de vivre après nous, et je pense que garder cela en tête peut réellement nous aider à supporter l’échec.

Ensuite, il y a ce que nos démarches produisent dans le monde, mais il y a aussi ce qu’elles produisent chez nous. Chez moi, cette expérience a déclenché des prises de conscience que j’aurais probablement mis de nombreuses années pour déclencher autrement. Mais bien entendu, cela ne rend en rien ces histoires « des expériences de vie positives malgré tout », des « choses dont nous avons besoin pour nous fortifier », etc. Une étudiante ne devrait jamais passer par-là, même si cela lui apprend des choses à la fin ! Puis, j’en ai appris énormément, certes, mais j’ai appris également des choses que je ne souhaiterais pas devoir savoir. Je peux dire que je connais mieux mon milieu professionnel et quelques-unes de ses chausse-trappes, que j’ai appris à me protéger… Mais finalement, réfléchissons ensemble une dernière fois, il n’est pas problématique que nous devrions nous protéger autant dans un milieu d’enseignement ?

https://www.flickr.com/photos/stanzim/15642046309/in/photolist-pQezpB-22Y2Vsx-bLKwbv-cmhPL-23XteDF-dWVUtJ-b8Njga-rvxJXe-bkrNnB-4fvyh7-7vGsrz-rMkCpg-2avwnmD-dNZZRC-88pvc-imQsd2-c159Gs-BVRDC7-DUAKvQ-qEBVT3-8ACqR-SRbSUQ-4BLRVe-pVFWJn-qHsefh-CPujuj-264beQh-qtYTkY-bx7oPK-e7h9HG-99cunb-Px2bsL-DiA1Xa-dPMb1T-62yRDw-7sXgeL-QzhhUw-aW4Jtg-aH6nTe-2eX2W-Mz5riN-Y5nbqX-bgusS8-98R6d4-fhcQ8n-r2viLC-8YtngE-PJ7p2H-4dxUAy-2asVuWb/

Sunrise Snowy Shadow. Crédit:
Stanley Zimny, 2014

Academia remercie Nous Toutes UPEC pour la réflexion pédagogique et la communication percutante.

Pour aller plus loin

Cneser disciplinaire : plus d’un tiers des enseignants mis en cause dans des affaires de VSS sont relaxés, par Camille Cordonnier et Pauline Paillassa, AEF, 3 mars 2023

Sur Academia



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 31 août). Se défendre. Ou plutôt s’armer contre la pseudo-innocence universitaire. Academia. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajhy

  1. Des gens pour nous rappeler, par exemple, qu’il n’avait pas le droit, et que nous ne sommes pas « histrioniques ». []
  2. Qui ont l’air de ne pas nous comprendre et de ne pas pouvoir faire plus que nous prescrire des somnifères et des anxiolytiques « au besoin ». []
  3. NDLR. Un premier débat a eu lieu ici à l’occasion de la publication de l’article de Farah Deruelle, « La sexualité en colloque, une “parenthèse enchantée” » ? Violences et rituels professionnels à l’épreuve de l’égalité des carrières scientifiques», paru dans “Dire la sexualité”,  ed. Pierre Brasseur, Milena Jakšić,Cécile Thomé, Terrains & Travaux n°40, (1/ 2022), Huit questions sur les relations intimes et la séduction entre directeur·rice de thèse et doctorant·e, par Anne GE, 10 juillet 2022. []
  4. Les garçons innocents et l’obsédé coupable, par un collectif d’enseignantes-chercheuses, Academia, 10 décembre 2020. []
  5. À consulter sur le site de l’Université de Montréal. []
  6. Outil à consulter et à télécharger sur le site internet de Nous Toutes UPEC. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.