Survivre à la maltraitance institutionnelle

Sur une relation pédagogique abusive à l’UPEC

Une étudiante, qui a fait son Master à l’UPEC, raconte son expérience d’une relation pédagogique abusive et ses prolongements. Elle explique ici les raisons de sa prise d’écriture. TW : mention de violences psychiques, suicide, VSS.

Épisode 1. Une relation d’une année universitaire… et d’un été

Campagne d’affichage Nous Toutes UPEC, 2021


Épisode 2. Survivre à la maltraitance institutionnelle

Comme si l’été vécu en compagnie de l’enseignant avec qui j’ai eu une relation prétendue amoureuse n’avait pas suffi, la période qui a suivi notre rupture a été tout aussi difficile.

D’un côté, je ressentais un énorme besoin de comprendre ce que j’avais vécu. Les personnes autour de moi parlaient de rupture amoureuse, d’étapes du deuil, mais j’en avais déjà vécu d’autres et ce que je vivais-là ne correspondait ni à mes expériences ni aux schémas qu’on essayait de plaquer sur ma souffrance. Par manque de connaissances de ma part, de la part des professionnelles de santé en contact des étudiantes, de la part des camarades et même enseignants et autres fonctionnaires de l’université qui ont été mis au courant de l’histoire dans un premier temps, je me suis retrouvée à soigner un ulcère avec du sirop pour la toux.

De l’autre côté, lors que j’essayais d’affronter cet enseignant, lui parler de ma souffrance, des énormes contradictions entre ses gestes et ses paroles, à quoi étais-je confrontée à nouveau ? À l’enseignant charismatique qui me recevait dans son bureau et qui m’accordait du temps, de la gentillesse, qui s’intéressait à mes projets, et qui me proposait une « sincère » amitié [puis, bien sûr, il me demandait pardon, me disait qu’il ne s’agissait pas de moi, qu’il traversait un moment de sa vie où il avait besoin de se retrouver seul, et toutes ces phrases que nous connaissons déjà]. Dans les deux mois suivant la rupture, les allers-retours entre distance et proximité ont été nombreux, j’étais incapable de comprendre seule l’énorme jeu de manipulation dans lequel j’étais piégée. Puis, en décembre, j’ai décidé de m’éloigner de « notre » quartier et suis repartie au lieu où j’étais en Erasmus. Début janvier 2021, je lui ai envoyé un message où j’élaborais enfin les notions d’abus de pouvoir, de manipulation, d’objectification. Sa réponse évasive, qui m’accusait de ne pas accepter notre rupture, marque la dernière fois où nous avons échangé, et j’en suis profondément fière.

Cette prise de conscience m’a amenée à contacter, à la fin du mois de janvier de 2021, une enseignante – toujours de l’UPEC – dont la posture et les convictions m’avaient toujours inspiré confiance. À la suite de nos premiers échanges, j’ai décidé de faire une demande de saisine de la section disciplinaire.

C’est ici que je touche le fond !

https://www.flickr.com/photos/stanzim/15642046309/in/photolist-pQezpB-22Y2Vsx-bLKwbv-cmhPL-23XteDF-dWVUtJ-b8Njga-rvxJXe-bkrNnB-4fvyh7-7vGsrz-rMkCpg-2avwnmD-dNZZRC-88pvc-imQsd2-c159Gs-BVRDC7-DUAKvQ-qEBVT3-8ACqR-SRbSUQ-4BLRVe-pVFWJn-qHsefh-CPujuj-264beQh-qtYTkY-bx7oPK-e7h9HG-99cunb-Px2bsL-DiA1Xa-dPMb1T-62yRDw-7sXgeL-QzhhUw-aW4Jtg-aH6nTe-2eX2W-Mz5riN-Y5nbqX-bgusS8-98R6d4-fhcQ8n-r2viLC-8YtngE-PJ7p2H-4dxUAy-2asVuWb/

Sunrise Snowy Shadow. Crédit: Stanley Zimny, 2014

Lorsqu’on prend conscience de ce qui nous est arrivé et que l’on s’aperçoit que d’autres personnes de l’institution voient ce qu’on voit et que nous ne sommes pas seules, il est évident que notre envie de justice, notre envie de protéger celles qui arriveront après nous, prend le dessus. Puis, nous nous retrouvons face à des textes institutionnels sur les fautes professionnelles qui résonnent avec notre vécu. Même si nous sommes prévenues des problèmes qui règnent au sein des sections disciplinaires, les fautes professionnelles dont nous souhaitons faire part nous semblent tellement évidentes et viscérales que nous passons à croire réellement que notre parole sera prise en compte et changera quelque chose.

Pour les moins familiers, la section disciplinaire des enseignants-chercheurs et enseignants traite de toute faute disciplinaire définie de manière large comme une violation des obligations applicables à tout agent public ou des obligations spécifiques que leur imposent leur fonction : conflit d’intérêt, propos à caractère sexiste, manquement déontologique, etc. À l’issue d’une procédure disciplinaire, les sanctions peuvent aller d’un simple blâme à un licenciement. Dans les bulletins officiels du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, vous pouvez trouver les relevés des sanctions disciplinaires prononcées à l’encontre des enseignants affectés dans l’enseignement supérieur1. Mais attention, ils sont effrayants ! Les sanctions ne suivent aucune logique et, le pire, ne sont absolument pas à la hauteur des faits décrits, sans parler du nombre d’enseignants relaxés alors que les faits décrits sont graves.

Comme beaucoup d’autres, ma demande n’a rien changé, au contraire, elle a probablement confirmé à cet enseignant qu’il était/est dans son plein droit. Cela semble d’autant plus vrai qu’à la rentrée 2022, soit une année après la réponse de la présidence de l’UPEC à ma demande de saisine, l’enseignant est parti en détachement à l’étranger, mais bien évidemment pas seul : avec une étudiante fraîchement diplômée du master où il enseignait [relation exposée sur les réseaux sociaux car, encore une fois, il se sent dans son plein droit]. Le détachement après un petit « scandale » serait-il une pratique courante pour les enseignants de l’UPEC sanctionnés ?2.

Petits arrangements entre pairs

Mais si seulement cette histoire avait fait « scandale » ! Ce que j’ai raconté n’a pas seulement été silencieux, mais également silencié : ce que j’ai raconté n’a même pas été jugé par une section disciplinaire ! Pour justement éviter les bruits pour « pas grand-chose », la présidence de l’UPEC a mis en place une procédure « préliminaire », appelée joliment « enquête administrative » (cf. mail ci-dessous), où le service juridique recueille le témoignage oral de la victime, et celui de l’agresseur j’imagine, et les juge dignes, ou pas, d’une saisine de la section disciplinaire.

Extraits du mail de la présidence qui m’a été adressé à propos d’une rendez-vous pour une « enquête administrative »

Autrement dit, cette section disciplinaire dont j’ai tant parlé, je ne l’ai jamais vue, et ceci n’est pas une blague de mauvais goût.

Pour descendre encore plus bas, personne ne m’a jamais communiqué cette décision. Vers début octobre [c’est-à-dire environ 4 mois après cette rencontre avec le service juridique], j’ai dû me rendre à l’université pour récupérer un diplôme, et j’ai croisé par hasard la personne qui avait porté le dossier, qui m’a alors communiqué cette décision. On a également porté à ma connaissance une autre procédure made in UPEC : une réunion à porte close où cet enseignant se faisait tirer les oreilles par la présidence et la faculté, où il a dû signer un document en s’engageant à bien se tenir. Heureusement dans ce document l’UPEC ne précisait pas qu’il fallait également bien se tenir en cas de détachement dans un établissement à l’étranger !

Alors, voyons : je contacte cet enseignant avec plein d’enthousiasme pour qu’il m’oriente sur mon projet de master, je me retrouve avec des mots d’amour quelques mois plus tard ; ensuite, nous nous retrouvons ensemble pendant les vacances d’été, jusqu’à ce que la rentrée arrive et que « les mots d’amour » ne lui fassent plus sens ; enfin, je me retrouve dans un autre établissement pour échapper à cet enseignant. Est-il bien normal que les étudiantes doivent quitter leur établissement car certains enseignants les considèrent des proies et jouent à les chasser durant l’année universitaire pour ensuite en profiter pendant les vacances ? Si cela ne rentre pas dans ce que ces sections disciplinaires appellent « manquement déontologique », que pouvons-nous mettre là-dedans ? Peu de temps après cette réponse, avec un ami, nous avons rencontré une bénévole de CLASCHES, collectif qui a été par ailleurs d’une grande aide pour comprendre les subtilités de la procédure, pour lui faire part des dysfonctionnements au niveau du traitement des demandes de saisine de la section disciplinaire à l’UPEC. J’aurais sûrement pu entamer encore d’autres démarches, mais je n’avais tout simplement plus de forces.

Se soigner… ou plutôt se battre

Je souffrais d’une dépression depuis ce que j’avais vécu, qui s’est beaucoup aggravée avec les démarches entamées, et je sortais d’un parcours de la combattante pour trouver une prise en charge adaptée. Je compte à plus de dix les psychologues que j’ai vues en moins d’un an, qui étaient soit complétement dangereuses car sans aucune préparation pour traiter des histoires comme la mienne, soit bien préparées mais complètement inabordables financièrement pour une étudiante.

Une hospitalisation volontaire m’a permis d’avoir ensuite une bonne prise en charge gratuite, mais pour arriver là, il a quand même fallu passer par l’hôpital et par un médecin [homme] incapable d’accepter que l’épisode dépressif que je traversais trouvait sa source dans ce que je décrivais, et qui voyait dans ma dépression, et dans mes démarches, un besoin insurmontable d’attirer de l’attention – aussi appelé « histrionisme »3. Même à l’hôpital, où je me suis désespéramment rendue seule à la recherche d’aide, on a essayé de renverser la situation et de balancer la honte dans mon camp ! Heureusement par la suite je n’ai été suivie que par des professionnelles qui m’épargnaient de toute lecture sexiste de ma souffrance, et qui l’ont prise en charge avec beaucoup de bienveillance et professionnalisme.

Au parcours de la combattante pour trouver une prise en charge adaptée, s’ajoutait le parcours de la combattante pour avoir ma place dans une démarche que j’avais moi-même entamée.

Victimes : témoins ou sujets ?

Ma demande aurait dû être d’abord transmise à la cellule stop violences de l’UPEC, qui a pour mission d’orienter les victimes et de transmettre les signalements à la présidence pour une suite telle qu’une saisine de la section disciplinaire. Cette cellule n’était pas encore vraiment fonctionnelle à l’époque4, c’est donc une personne de la direction de la faculté qui s’est chargée de porter le dossier, y compris en effectuant un travail de recueil d’autres témoignages avant la transmission à la présidence.

Avec de la distance, je vois à quel point il est essentiel qu’un dispositif spécifique traite ces demandes. Je suis reconnaissante à la personne qui s’est donné la charge de porter le dossier, je sais bien que peu de personnes l’auraient fait à sa place, depuis sa place. Je ne cherche point à lui jeter la pierre, mais plutôt à attirer l’attention sur des dysfonctionnements qui, malgré les bonnes intentions, finissent par prendre le dessus et rajouter du traumatisme au traumatisme. Dans ces démarches, il est essentiel de donner aux victimes la centralité qu’elles en ont dans les faits5.  J’ai éprouvé la frustration de me voir exclue des démarches que j’avais décidé d’engager, considérant que cette décision, il faut peut-être le répéter, représente une charge mentale telle qu’elle peut sérieusement toucher notre santé.

Je regrette également pour les étudiantes qui m’ont rejointe par la suite, avec des témoignages, certes, moins chargés, mais qui méritaient également d’être tenues au courant. Sans que je sois consultée, sans même que je sois mise au courant, l’affaire a été clôturée avec l’enseignant au bureau de la présidence, en présence de la personne qui avait porté le dossier, entre pairs. Je comprends les enjeux de représentativité, les enjeux de pouvoir, notre parole n’avait pas le même poids que celle de la personne ayant porté le dossier – et c’est bien le problème. Cela souligne les relations abusives entre enseignants et étudiantes : notre parole n’a pas le même poids, nous ne pouvons pas nous défendre à pied d’égalité.

Puis, je ne me suis pas seulement sentie mise à l’écart, en ayant ma place cantonnée à un témoignage, sans savoir comment les choses avançaient, mais j’ai été également soumise aux temporalités d’une personne qui n’avait tout naturellement pas le temps compte tenu de sa position — y compris pour nous tenir au courant du refus de notre demande.

Pour cette raison et bien d’autres, nous avons urgemment besoin de cellules fonctionnelles au sein des universités, en mesure de recueillir les témoignages de façon confidentielle, de monter la demande de saisine avec les étudiantes dans des temporalités justes pour leur santé psychique, puis de les consulter s’il faut et de les tenir informées autant qu’il faut ;  des cellules également capables d’orienter vers une prise en charge adaptée6 ; et enfin en mesure d’aider les étudiantes avec des solutions réelles d’assistance y compris matérielles7.

Pour lire la suite. Épisode 3→



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 29 août). Survivre à la maltraitance institutionnelle. Academia. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajhx

  1. Voir, par exemple, celui de 2022 : Bulletin officiel n° 22 du 2 juin 2022 – Sanctions disciplinaires. NDLR. Academia chronique régulièrement ces “sanctions” disciplinaires, dans la collection Vice de forme ? et à l’index Sanctions disciplinaires. []
  2. À ce sujet, voir le  communiqué de presse Violences sexistes et sexuelles à l’UPEC : un enseignant-chercheur sanctionné… et aussitôt détaché du collectif CLASCHES, 23 mars 2021, republié sur Academia. []
  3. Oui, il s’agit bien d’une hospitalisation au XXIe siècle ! []
  4. Je ne sais pas ce qu’il y en est aujourd’hui. []
  5. Si elles le souhaitent, bien entendu []
  6. Et réellement adaptée, non pas la psychologue du CROUS dont on ignore les compétences vers laquelle l’on envoie les étudiantes uniquement parce que c’est l’orientation facile. []
  7. Dans le cadre d’une dépression grave, par exemple, des étudiantes salariées ayant des contrats précaires, dont ceux proposés par l’université, se retrouvent en général sans source de revenus. []

Une réflexion sur « Survivre à la maltraitance institutionnelle »

  1. ça fout la rage de voir que malgré les précédents, rien ne change à l’Université, ou en pire :/
    Tout mon soutien.
    Votre courage m’inspire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.