Une relation d’une année universitaire… et d’un été

Sur une relation pédagogique abusive à l’UPEC

Une étudiante, qui a fait son Master à l’UPEC, raconte son expérience d’une relation pédagogique abusive et ses prolongements en trois épisodes. TW : mention de violences psychiques, suicide, VSS.

Campagne d’affichage Nous Toutes UPEC, 2021


Épisode 1. Une relation d’une année universitaire… et d’un été 

L’histoire commence au second semestre de 2019, quand j’étais en troisième année de licence. J’étais passionnée par ce que j’étudiais, j’avais fait un premier voyage à l’été 2019, entre ma deuxième et troisième année, dans la région qui est aujourd’hui mon terrain de thèse, et j’avais décidé de partager un premier état de mes observations avec l’enseignant qui était de loin le plus enthousiaste à l’égard de mes projets.

Un enseignant charismatique et maladroit

Mes échanges avec cet enseignant, qui était également le responsable de la formation que je suivais, sont devenus de plus en plus fréquents, nous évoquions la possibilité qu’il me co-encadre en master. En décembre de la même année, notre relation prend un tournant « amical » : il me contacte sur les réseaux sociaux en me disant qu’il avait pu comprendre que je ne n’étais pas rentrée chez ma famille à l’étranger pour les fêtes, il m’invitait à déjeuner chez lui le 25 décembre, nous étions que tous les deux. Après cette journée ensemble, il a insisté pour que nous fêtions mon anniversaire à la fin décembre, puis d’autres échanges et invitations nous ont gardés en contact en janvier en dehors des murs de l’université.

https://www.flickr.com/photos/stanzim/15642046309/in/photolist-pQezpB-22Y2Vsx-bLKwbv-cmhPL-23XteDF-dWVUtJ-b8Njga-rvxJXe-bkrNnB-4fvyh7-7vGsrz-rMkCpg-2avwnmD-dNZZRC-88pvc-imQsd2-c159Gs-BVRDC7-DUAKvQ-qEBVT3-8ACqR-SRbSUQ-4BLRVe-pVFWJn-qHsefh-CPujuj-264beQh-qtYTkY-bx7oPK-e7h9HG-99cunb-Px2bsL-DiA1Xa-dPMb1T-62yRDw-7sXgeL-QzhhUw-aW4Jtg-aH6nTe-2eX2W-Mz5riN-Y5nbqX-bgusS8-98R6d4-fhcQ8n-r2viLC-8YtngE-PJ7p2H-4dxUAy-2asVuWb/

Sunrise Snowy Shadow. Crédit: Stanley Zimny, 2014

Malgré le tournant que notre relation avait pris, à cette période il n’y a jamais eu de propos déplacés, d’insinuations ou tout autre geste qui aurait pu déclencher pour de bon le signal d’alerte. Au contraire, nous parlions de mes projets, de l’université, sans jamais sortir du rayon professionnel, bien que nous étions déjà dehors.

Actuellement sur mon terrain de thèse, l’idée de tenir un journal de terrain a fait émergé un univers de textes écrits lors de mes deux années de master, où j’éprouvais, pour la première fois, l’expérience de la recherche académique. Mes années de master ont été d’une production écrite intense, dont plus d’une centaine d’échanges par mail avec différentes interlocutrices et nombreuses réflexions élaborées sur les notes du téléphone. Toutefois, ces écrits ne racontent malheureusement pas mes recherches de master, mais si le vécu d’une relation abusive avec l’un de mes enseignants à la fin de ma licence à l’Université Paris-Est Créteil (UPEC), puis l’expérience d’une demande de saisine de la section disciplinaire contre l’enseignant en question lors que j’étais en master.

Cette décision de partage se justifie par plusieurs raisons, à commencer par des moments précis de mon vécu : lors que j’étais en pleine souffrance psychique, j’ai énormément cherché de textes partageant des expériences qui résonnaient avec la mienne, j’en ai très peu trouvé. Malheureusement ce n’est pas parce que j’étais la première à me retrouver là-dedans, car il suffit de s’y retrouver pour être mise au courant d’un nombre rageant d’histoires abusives entre enseignants et étudiantes1. D’après mes souvenirs, l’unique témoignage que j’ai croisé à l’époque racontait, entre autres, le suicide d’une doctorante à la suite d’une relation abusive avec son directeur de recherche2.

https://www.flickr.com/photos/stanzim/15642046309/in/photolist-pQezpB-22Y2Vsx-bLKwbv-cmhPL-23XteDF-dWVUtJ-b8Njga-rvxJXe-bkrNnB-4fvyh7-7vGsrz-rMkCpg-2avwnmD-dNZZRC-88pvc-imQsd2-c159Gs-BVRDC7-DUAKvQ-qEBVT3-8ACqR-SRbSUQ-4BLRVe-pVFWJn-qHsefh-CPujuj-264beQh-qtYTkY-bx7oPK-e7h9HG-99cunb-Px2bsL-DiA1Xa-dPMb1T-62yRDw-7sXgeL-QzhhUw-aW4Jtg-aH6nTe-2eX2W-Mz5riN-Y5nbqX-bgusS8-98R6d4-fhcQ8n-r2viLC-8YtngE-PJ7p2H-4dxUAy-2asVuWb/

Sunrise Snowy Shadow. Crédit:
Stanley Zimny, 2014

Alors j’écris tout d’abord face à ce texte, ce qu’il m’a provoqué à l’époque et la nécessité de faire autant de bruit qu’il faut pour que d’autres étudiantes et jeunes chercheuses ne perdent pas leur vie dans des histoires similaires. Puis, j’écris parce que malheureusement d’autres étudiantes cherchent et chercheront des témoignages comme j’ai cherché,  et je sais bien à quel point ils sont importants pour que l’on ne se sente pas seule, « la seule », et pour que l’on doute moins. Entre mon vécu en 2020/2021 et aujourd’hui, les témoignages en ligne sont désormais beaucoup plus nombreux, je me joins à ce mouvement.

Il est important aussi de comprendre pourquoi la plupart d’entre nous n’écrivons pas après nos expériences. L’expérience dont nous parlons n’est pas seulement le vécu précis de la relation abusive, mais également tout le parcours de prise de conscience. Autrement dit, c’est long, parfois très long, et parfois la prise de conscience n’arrive jamais. Nous ne faisons pas toutes le même chemin, et certaines victimes arrivent à se reconstruire par d’autres chemins que celui de la prise de conscience. Pour les autres, il n’est pas dit non plus que le temps de la prise de conscience sera accompagné ou succédé par le temps de l’écriture combative, et ce pour différentes raisons. Pour certaines, par exemple, l’enseignement supérieur est déjà derrière soi, et il n’est pas si évident de trouver les outils et les réseaux pour partager ce qui pourrait l’être3. Il est d’autant plus vrai que ces histoires abusives finissent par « virer » ou exfiltrer, le plus souvent par démission volontaire, la majorité de leurs victimes de l’université4

*
*   *

Toujours en janvier, dans une conversation à trois sur les réseaux sociaux, cet enseignant a invité une amie, qui à l’époque faisait son M1 sous sa direction, et moi, à passer tous les trois un weekend prolongé dans sa maison de campagne, qu’il ne souhaitait pas chauffer uniquement pour une personne, selon ses mots. Cette invitation nous a fait beaucoup parlé entre amies, mais la conclusion a été enfin qu’il s’agissait uniquement d’une maladresse [pour les personnes qui ne le connaissent pas et qui, par conséquent, ne connaissent pas son charisme, il est peut-être difficile de concevoir cet enchaînement de faits et les conclusions que nous en tirions].

Au début du second semestre, je suis partie en séjour Erasmus, mais très peu de temps après la crise sanitaire a fait son entrée, je me suis retrouvée confinée à l’étranger. J’apprends très vite, de sa part même, qu’il a invité deux de ses étudiantes à faire le confinement dans sa maison de campagne. Il a également invité sa fille et son gendre, qui par ailleurs se sont retrouvés, avec surprise et contrariété, confinés avec deux jeunes filles de leur âge dont le père était l’encadrant de master et le responsable de parcours.

Encore une fois, face à ces gestes, nous avions toujours un moment de doute sur ses intentions, puis nous tombions toujours sur la maladresse et sa volonté d’aider: aider des étudiantes qui auraient été confinées en peu de mètres carrés à Paris, aider une étudiante qui aurait passé le déjeuner de Noël seule, ainsi de suite. Enfin, durant le confinement, nos échanges à distance se sont intensifiés, ont changé de registre, jusqu’à ce que nous entamions une liaison amoureuse. Nous nous disions tous les deux surpris d’être arrivés là, mais j’imagine que les lectrices et les lecteurs de ce texte ne le sont point. À cette période, j’ai reçu des messages d’amour digne d’un très mauvais drama : il ne pouvait plus vivre sans moi, j’étais devenue sa raison de vivre.

Capture d’écran d’un des messages qui m’ont été envoyés par cet enseignant

Les frontières ont commencé à se réouvrir en mai, il fallait qu’on se rejoigne, nous avons décidé que je quitterai la ville où je faisais mon Erasmus pour le rejoindre dans sa maison de campagne début juin, où je passerais les examens de la fin de ma licence à distance. De son côté, sa fille et son gendre sont partis mi-mai, mais il a tout de même invité les deux étudiantes à rester avec lui jusqu’à mon arrivée.

Mais attention, il ne fallait surtout pas qu’elles sachent que nous avions une liaison. La raison de ne pas leur dire la vérité : au moins l’une des étudiantes était amoureuse de lui, il le savait, mais ne voulait pas mettre cartes sur table car il ne souhaitait pas que leur relation devienne tendue alors qu’ils convivaient encore [mais il ne fallait pas que je m’inquiète, on leur dirait la vérité à la rentrée].

Dès mon arrivée chez lui début juin, une décharge de réalité : le décalage entre les sentiments et les attentes que ses messages décrivaient, et ce qu’il me transmettait et attendait de moi réellement, était frappant. Ce qu’il cherchait, comme il a probablement cherché/cherche dans tant d’autres étudiantes, était une jeune compagnie pour ses vacances, une jeune partenaire sexuelle, une jeune femme pour ses heures libres.

L’enseignement supérieur, un milieu comme les autres pour les relations abusives?

Alors, savez-vous quel est le plus gros problème dans ce que je vous raconte ? L’enseignement supérieur aujourd’hui, tel que ses règlements intérieurs sont pensés, met à disposition de ses enseignants un large choix de jeunes compagnies pour les vacances, de jeunes partenaires sexuelles, de jeunes femmes pour les heures libres. Nous pourrions penser qu’il se n’agit pas uniquement de l’enseignement supérieur, mais pensez-vous à d’autres milieux où des hommes en position dominante ont un large choix de jeunes femmes adultes, qui non seulement sont dans une position de dominée, mais qui par l’essence même de la relation en question sont amenées à faire confiance à l’autre, voire admirer, idéaliser la personne dominante en face ? Réfléchissons.

Pour revenir à l’histoire et à la suite de mon séjour dans sa maison de campagne, il est évident qu’un lien aussi passionnel construit sur plusieurs mois, sans parler de l’image que j’avais construite de cet enseignant sur plusieurs années en tant que son étudiante, ne pouvait pas être déconstruit du jour au lendemain.

Même si tout au fond de moi je ressentais bien le mensonge, la trappe, même si j’éprouvais dans mon corps le sentiment d’être prise pour un objet sexuel, je suis restée presque deux mois dans cette maison au milieu de nulle part à chercher l’erreur, à me remettre en question, à justifier ses « maladresses ». J’étais constamment malade, je dormais énormément, je n’ai pas passé mes examens de fin d’année chez lui comme prévu, je faisais des crises de pleurs sans savoir dire pourquoi, et à la fin du séjour j’ai dû entendre que nous avions passé un moment magique ensemble.

Puis, en juillet, lorsque j’étais encore chez lui, il est remonté quelques jours seul à Paris pour déménager de la maison où il vivait avec sa compagne, désormais ex-compagne. Il déménage dans mon quartier, à quelques minutes de chez moi, nous étions désormais « proches » pour le reste de l’année. Fin juillet, je suis partie travailler dans les Alpes, sans un sou en poche, car nous tenions beaucoup à notre image de couple adulte « équilibré » et partagions à parts égales les frais de nos vacances « magiques ». Après un mois à distance rempli de messages à nouveau très amoureux, où, vous imaginez bien, je plongeais dans la confusion la plus totale, il est venu passer quelques jours dans les Alpes, puis nous sommes rentrés ensemble à Paris.

En rentrant, la rentrée universitaire était arrivée et, sans aucune transition, il m’a communiqué qu’il s’était trompé sur ses sentiments et qu’il ne m’aimait pas.

Pour lire la suite “Survivre à la maltraitance institutionnelle”



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 27 août). Une relation d’une année universitaire… et d’un été. Academia. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://academia.hypotheses.org/51044

  1. Dans ce texte, je fais le choix de me référer aux enseignants toujours au masculin et aux étudiantes toujours au féminin. Cette configuration ne correspond pas seulement à la mienne, mais à l’écrasante majorité des cas signalés aux institutions d’enseignement supérieur. Si mon choix permet de mettre l’accent sur le caractère sexiste de ces agissements, il est important de rappeler que d’autres configurations existent et qu’elles doivent être également sanctionnées. []
  2. À ce sujet, voir l’Hommage à Scylla Paté, en thèse sur Pierre Bottero, Marchombres, le 3 février 2021. []
  3. Le profil de celles qui témoignent semble confirmer cela []
  4. Voir, par exemple, Emprise : Camille Zimmermann arrête sa thèse à l’Université de Lorraine, Academia, le 10 septembre 2020. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.