Racisme systémique dans les sciences : nos réponses comptent

Plus de dix ans après la publication de On Being Included. Racism and Diversity in Institutional Life, de Sara Ahmed (Duke University, 2012), Academia continue son investigation du problème du racisme dans l’enseignement supérieur, qui touche autant les admissions à l’université en France que les sciences elles-mêmes. Suite à la décision de la Cour suprême des États-Unis de cesser d’exiger une politique égalitaire d’accès à l’enseignement supérieur sur des critères raciaux — qu’on appelle abusivement en français “discrimination poisitive” — Agustin Fuentes rappelle que l’ensemble de l’activité scientifique, de la recherche à la formation à la recherche, qui doit prendre à bras le corps la question des fondements racistes des théories et des pratiques savantes aux États-Unis  et ailleurs. 

Des quantités considérables de données et d’innombrables études réunies au cours de décennies de recherche scientifique établissent sans le moindre doute que les discriminations et les inégalités basées sur des critères raciaux (en d’autres termes, causés par le racisme) ont eu lieu par le passé et continuent encore aujourd’hui dans l’ensemble de la société aux États-Unis (on peut en dire autant de beaucoup d’autres pays). L’enseignement supérieur américain est l’un des lieux où le racisme a commencé à être documenté et continue de l’être encore, encore et toujours. Sans surprise, six des neuf juges de la Cour suprême des États-Unis ont récemment choisi de ne pas tenir compte de ces éléments factuels et de prôner l’admission dans les établissements d’enseignement supérieur « sans tenir compte des critères de race ».

Je dis « sans surprise » parce que les six juges en question ont maintes fois fait la démonstration que les positions et les convictions idéologiques qui leur sont propres les conduisent à rejeter la thèse bien étayée de l’existence d’un racisme systémique. Mais ce qui est profondément dérangeant, c’est que cette même approche idéologique consistant à ne pas tenir compte de résultats aussi manifestes est également répandue parmi nombre de scientifiques. Ne pas tenir compte volontairement de données facilement accessibles et d’analyses bien étayées ne devrait pas être le fait de personnes qui exercent un métier scientifique.

https://www.flickr.com/photos/winslownewjersey/13895058381/in/photolist-naRNL6-89poMz-ncUfdX-4P1QJn-89z2FG-GfFAjG-neTY81-wNvZGu-naRPMe-n5PHqd-GtfN8-8uEgv6-DiFt8W-a4CcUo-QeEvuJ-aD6WAx-5bhv1d-5bdcMK-2kFuXdn-5bhuSY-fzYqqM-2ngCLKC-wk6gBL-5bhuUj-2kHWjC7-ngWSLN-ZujdWr-2mrwDKd-2oceCJq-8aLoK9-fzYqzF-8BEBMX-nwpZ2q-4h1LkY-3cbTmt-4h1L6S-ncXnZS-Fttngy-55SSUJ-4h1L2u-55NFaR-a4CnwE-3cbUwZ-4h1LX7-4WPmbw-naSH11-3bnw8p-a4CjBU-f2wwwd-4gWGED

Princeton University flower show. Crédit: Gary Liu, 2014

Certains scientifiques estiment que le racisme systémique ne constitue pas en lui-même une menace majeure pour la science, mais que ce sont plutôt les efforts déployés par la communauté universitaire, les institutions scientifiques et les revues pour limiter les conséquences du racisme et pour mettre en place des structures antiracistes qui posent problème. De telles déclarations se retrouvent dans des articles, des éditoriaux, et des essais universitaires, soutenant la thèse selon laquelle c’est plutôt la lutte contre le racisme dans les sciences qui pose problème, et que la qualité et l’avenir de la recherche scientifique en pâtissent.

Peu de doute subsiste pourtant : les études portant sur le racisme systémique dans les sciences sont solides. Par exemple, il est facile de trouver de la documentation et des analyses récentes sur l’occurrence, les modèles et les effets des discriminations systémiques en écologie et en biologie de l’évolution, en  biologie de la conservation, en géologie, en paléontologie, en santé publique, en génétique humaine, en chimie, en physique, et dans bien d’autres disciplines. Il existe des stéréotypes systémiques dans les cours d’introduction aux sciences, à la technologie, à l’ingénierie et aux mathématiques (STEM), des discriminations dans l’activité de publication scientifique, des inégalités pour ce qui touche au financement assuré par les National Institutes of Health , la National Science Foundation, et des comportements discriminatoires  sur les lieux de travail dans les STEM. Les Académies nationales des États-Unis ont récemment publié un rapport intitulé “Advancing Anti-Racism, Diversity, Equity, and Inclusion in STEM Organizations” (Faire progresser la lutte contre le racisme, la diversité, l’équité et l’inclusion dans les institutions de STEM) et la revue Nature a publié un numéro spécial sur le racisme dans les sciences. La situation est tellement claire et bien documentée que le biologiste Joseph Graves Jr. et ses collègues ont récemment affirmé dans la revue PNAS : « L’histoire de l’activité scientifique nous apprend que les sciences ont soutenu l’inégalité entre les sexes, les identités et les races. En outre, ses institutions ont cautionné, à l’endroit des racisées et des femmes, les discriminations, le harcèlement et les atteintes individuelle ».

L’omniprésence des données [en matière de racisme] dans tout le champ de la recherche scientifique devrait suggérer à tout chercheur, à toute chercheuse une réflexion : les discriminations et les inégalités fondées sur la race (racisme) sont présentes à un niveau significatif dans l’activité, dans le financement et dans l’enseignement des sciences. Compte tenu des données, des méthodologies utilisées, de la variété des analystes et du large spectre des domaines étudiés, il est pratiquement impossible, d’un point de vue statistique, que l’ensemble de ces chercheurs et chercheuses, de ces associations professionnelles, des revues à comité de lecture et des agences gouvernementales se trouvent complètement à côté de la plaque en ce qui concerne l’évaluation des données sur le racisme dans les sciences.

Alors, permettez-moi une suggestion à celles et ceux qui s’opposent aux mouvements antiracistes dans la science : Pourquoi ne pas faire exactement ce pour quoi les scientifiques disposent censément des qualifications requises ? Identifier les données et les analyses existantes, recueillir davantage de données, effectuer de nouvelles analyses, puis se demander comment reformuler les questions et les pratiques à partir d’une compréhension affinée de la dynamique des systèmes. Il existe un large éventail de chercheurs et chercheuses scientifiques qui mettent en commun leurs expertises afin d’évaluer la façon dont les systèmes et les dynamiques ont produit (et produisent encore) les inégalités actuelles. Il existe de multiples initiatives interdisciplinaires afin de déterminer comment modifier les systèmes actuels de manière à en améliorer les réalisations. Enfin — et c’est là un point important — des efforts considérables sont déployés pour partager ces analyses et ces connaissances scientifiques avec le grand public, afin que la société soit mieux à même de comprendre et d’expliquer pourquoi ne pas tenir compte des données sur les discriminations systémiques et rejeter des analyses scientifiques robustes représente un réel danger, mais aussi comment faire pour se prémunir [de ces effets délétères].

Les scientifiques qui décident de nier les réalités bien documentées du racisme et les efforts pour en réparer les dégâts soutiennent des individus et des organisations réactionnaires — qui les cooptent volontiers — aux États-Unis (et ailleurs), qui cherchent à gagner les suffrages de la population et des universitaires, afin de réaliser leur objectif : la suppression des droits durement acquis par les femmes, les personnes de couleur et les groupes marginalisés selon différents critères sociaux. Ce sont souvent les déclarations de ces scientifiques-là — qui se plaignent de la cancel culture et des contraintes qui pèsent sur leur liberté de s’opposer aux mesures de lutte contre le racisme avec grande vigueur — qu’instrumentalisent les extrémistes (même si ce n’est pas toujours avec le consentement desdits scientifiques) pour justifier la violence, à un niveau personnel et institutionnel.

Je devine que bien des gens vont continuer à contester ou ignorer les études et les commentaires auxquels j’ai fait référence ici et rejeter avec constance les thèses sur l’existence du racisme dans les sciences. Certain∙es vont qualifier de « woke » cet essai pour le discréditer et l’utiliser comme illustration de la manière dont la revue Science a cessé de suivre le chemin de la « vraie » science. Si être « woke » signifie examiner activement les données et les analyses disponibles et y répondre en examinant les contextes sociaux, les histoires et les processus qui les ont créés ou favorisés, alors être woke veut dire faire de la bonne science du 21e siècle — quelque chose que nous devrions tous et toutes chercher à faire.

Traduction Ch. Rabier ((Ch. Rabier remercie ses correspondants Twitter pour les précisions de traduction. Iels se reconnaîtront.))



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 24 juillet). Racisme systémique dans les sciences : nos réponses comptent. Academia. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajhk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.