Projet PLURIEL : La présidence de Lyon 2 communique mais n’informe pas ni ne convainc

Communiqué CGT Lyon 2, 17 juillet 2023

Depuis quelques semaines, les présidences de Lyon 1 et de Lyon 2 semblent engagées dans une bataille de communication et multiplient les AG à destination des personnels, pour le meilleur ou pour le pire.

Et pourtant, communiquer n’est pas informer, et encore moins convaincre : de l’aveu même de la Présidence de Lyon 2 à son CA, des discussions tripartites sont en cours avec le cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : hautement stratégiques, et sous la menace de voir les fonds de Shape-Med coupés, leur teneur demeure pourtant secrète.

  1. Surtout, pendant que les présidences lyonnaises et les autorités de tutelles à Paris jouent au mécano institutionnel avec nos vies professionnelles, des questions fondamentales restent sans réponse. Voici celles que la CGT Lyon 2 aurait aimé entendre à ces AG dites d’information :
    Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 a-t-il pour ambition d’améliorer les conditions de travail et d’études des personnels et étudiants, déjà très dégradées ?
  2. Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 comporte-t-il les garanties nécessaires à l’amélioration de la démocratie universitaire, déjà fort mise à mal ?
  3. Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 entraine-t-il une hausse de la subvention pour charges de service public par étudiants, c’est-à-dire une hausse des crédits ministériels récurrents ?
  4. Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 favorise-t-il l’augmentation relative du nombre de personnels titulaires, et donc une hausse du taux d’encadrement des étudiants par les personnels enseignants et administratifs, ainsi qu’une diminution de la précarité ?
  5. Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 envisage-t-il des mesures pour sauvegarder l’équilibre entre les disciplines, notamment pour que les Lettres et les Sciences Humaines et Sociales ne soient pas dominées par les Sciences de la nature ?
  6. Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 favorise-t-il l’« excellence » d’une petite minorité triée sur le volet ou bien a-t-il pour vocation de bénéficier à tout le monde de façon égalitaire ?
  7. Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 garantit-il le respect des acquis sociaux des personnels des deux établissements, et leur harmonisation par le haut ?
  8. Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 entraîne-t-il des coûts raisonnables, maîtrisés, et financés par le ministère ?
  9. Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 évite-t-il contrairement à la dernière fois de gaspiller l’argent public en cabinets de consultants ?
  10. Le projet de fusion entre Lyon 1 et Lyon 2 prévoit-il de donner des moyens supplémentaires aux organisations syndicales afin que celles-ci puissent exercer efficacement leur mission dans un établissement qui serait extrêmement étendu et multisite

Ce sont là les vraies questions auxquelles une présidence réellement volontaire dans l’information des personnels et étudiants pourrait utilement répondre.

Pour la CGT Lyon 2, les expériences de fusion ces dernières années en France prouvent qu’il n’est pas possible de répondre par l’affirmative à ces questions. Au contraire, partout les conditions de travail, d’études et de recherche se sont dégradées.

Par conséquent, pour la défense de nos collègues et de nos étudiants, nous nous opposons résolument à ce projet technocratique conçu pour satisfaire les grands patrons de la bureaucratie universitaire et « performer » dans un classement de Shangaï dont tout le monde s’accorde pourtant à reconnaître l’ineptie.

La CGT FERC Sup Lyon 2



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 23 juillet). Projet PLURIEL : La présidence de Lyon 2 communique mais n’informe pas ni ne convainc. Academia. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajhj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.