Nanterre solidaire de Nanterre

À la suite des révoltes qui ont éclaté après le décès par balle de Nahel M. lors d’un contrôle policier dans le quartier Pablo-Picasso de Nanterre, un collectif d’enseignant·es de l’université voisine veut faire entendre sa solidarité avec les habitants de la ville qui abrite leur établissement.

Le décès par balle de Nahel M. à la suite d’un contrôle policier s’est produit à quelques encablures de l’université qu’abrite la ville de Nanterre. Comme enseignant·es de cet établissement, nous avons en commun avec ses habitant.es plus qu’un territoire. Nous partageons aussi leur douleur et les mêmes inquiétudes sur le sort réservé aux quartiers populaires et aux jeunes qui y vivent. Les universitaires ne sont pas de purs esprits reclus dans leur campus : nous sommes au contact quotidien des centaines d’étudiant·es de tous milieux, que nous formons et préparons à la vie professionnelle. Nahel aurait pu être l’un d’entre eux. Nanterre ne peut être que solidaire de Nanterre.

Comme chercheuses et chercheurs, nous ne sommes pas étrangers aux événements en cours et nous avons aussi des choses à dire sur les réalités sociales qu’ils manifestent. L’université de Nanterre est un haut lieu de production de savoirs critiques dans les domaines du droit, des sciences humaines et sociales, des humanités. Les savoirs critiques ne sont certes pas de même nature que les discours militants. Ils sont avant tout le fruit d’une recherche rigoureuse et indépendante des pouvoirs constitués, qu’ils soient politiques, économiques ou religieux. C’est bien ce qui fait leur force critique : ils brisent les discours convenus et les conceptions dominantes de l’ordre social, ils remettent les choses à leur place au-delà des idées reçues.

Savoirs critiques et démocratie

Les savoirs critiques que nous développons avec bien d’autres universités ont à voir avec la démocratie et l’émancipation. Ils chassent les faux problèmes et les faux-semblants. Ils aident à mieux poser les termes des débats citoyens. C’est pourquoi ils sont aussi peu entendus quand ils ne sont pas carrément attaqués par les pouvoirs publics : ceux-ci n’ont pas toujours intérêt à dissiper les fantasmes sociaux qui font écran entre une société et sa vérité. L’un des meilleurs exemples est justement les quartiers populaires et les « violences urbaines ». Passés les premiers mots d’apaisement du pouvoir exécutif, leur cadrage politico-médiatique est demeuré presque inchangé depuis les émeutes de novembre 2005. Aussi suffisants qu’insuffisants, nombre de responsables politiques, de syndicats policiers et de médias fredonnent encore et toujours le même petit refrain : euphémisation du tir mortel du policier d’un côté et culpabilisation de la victime de l’autre ; dépolitisation des émeutes réduites à une explosion barbare de jeunes incultes, tout à la fois islamisés, obnubilés par la société de consommation et abrutis par les jeux vidéo et les réseaux sociaux.

Crédit: Valerie Dubois / Hans Lucas via AFP

En rupture avec ces clichés qui n’ont jamais rien fait d’autre que d’envenimer la situation, les savoirs critiques ont abondamment documenté et décortiqué tous ces phénomènes : qu’il s’agisse des effets désastreux de l’érosion des services publics, des politiques de relégation sociale et spatiale des classes populaires, de l’inanité et même de la nuisance des lois sécuritaires qui s’empilent depuis trois décennies et emmènent la France sur un chemin autoritaire. Qu’il s’agisse, encore, de l’inflation galopante des pouvoirs policiers et des violences qui vont avec, associée aux pratiques systémiques de discrimination raciale.

La jeunesse de ces quartiers, si souvent victime des violences et du racisme de la police, ne doit pas être abandonnée à sa solitude politique. L’on ne saurait s’étonner de la forme que prend sa révolte : étroitement liée à leurs conditions réelles d’existence, la révolte « des banlieues » vise les symboles de l’État et de leur ségrégation là où ils se trouvent, c’est-à-dire près de chez eux.

Justice pour Nahel, justice pour les quartiers populaires

Enfin, Nanterre est solidaire de Nanterre, car nous ne voulons pas travailler et enseigner sur un campus qui serait complètement déconnecté de la ville, avec d’un côté une jeunesse précarisée et soumise à la violence policière et de l’autre une jeunesse qui aurait accédé aux études. Notre histoire est celle d’une grande université de banlieue populaire qui, depuis la révolte de Mai-68, a épousé les mouvements d’émancipation de la jeunesse, notamment populaire.

L’université n’est pas qu’un lieu de production et de transmission des savoirs réservés à la communauté des étudiants, enseignants-chercheurs et personnels administratifs. C’est aussi un espace de libre discussion publique ouvert vers son dehors : notre université n’a pas de murs et à peine plus de deux km séparent notre campus de la cité Pablo Picasso où Nahel a grandi et a été tué. Elle peut et se doit d’accueillir représentants et militants politiques et syndicaux, d’associations de quartiers et de familles de victimes qui le souhaiteront. Elle l’a déjà fait par le passé et peut le refaire à l’avenir. Pour donner chair à une solidarité qui ne saurait se contenter de belles paroles. Pour accompagner la famille de Nahel dans sa lutte pour la justice, dont on sait déjà qu’elle sera longue et éprouvante. Pour que cette justice soit aussi celle rendue aux quartiers populaires.

Les enseignant·es de l’université Paris Nanterre qui n’ont pas signé cette tribune et souhaiteraient le faire peuvent se reporter à ce lien : https://framaforms.org/nanterre-solidaire-de-nanterre-1689142450

Les 80 premiers signataires

  • Arnault Skornicki
  • Marielle Debos, maîtresse de conférences
  • Charlotte GIRARD
  • Lionel Zevounou
  • Anne Le Huérou
  • Christophe VOILLIOT
  • Colas Duflo
  • Flore Coulouma
  • Adrien Frenay
  • Emmanuel Renault
  • Claire Deligny
  • Martina Ronci
  • Eric Millard
  • Stéphane Haber
  • Gabriel Faraud
  • Laurent Bonelli
  • Simona TERSIGNI
  • Loïc Grobol
  • Christophe Couderc
  • Anne-Marie Pailhès
  • Christian Berner
  • Rose DUCHARME
  • Benoît Tadié
  • Judith REVEL
  • Charlotte Gould
  • Cécile Birks
  • Béatrice Ménard
  • Fabrice Moulin (MCF, Nanterre)
  • Cécile Barth-Rabot
  • Baptiste Bonnefoy
  • Delia Guijarro Arribas
  • Sarah Dichy-Malherme
  • Guillaume Peureux
  • WI Hyojeong
  • Daniel Mosmant
  • Laurence VANOFLEN
  • Sylvie ROBIC
  • Diana BURGOS-VIGNA
  • Lola Isidro
  • Natacha Espinosa
  • Jacques MARTINEAU
  • Jean-Michel Chahsiche
  • Christophe Le Digol
  • Laurent Triboulet
  • Marie Janot Caminade
  • Francis Démier
  • Elsa Marsande
  • Christophe MILESCHI
  • Mathilde Zederman
  • Anemona Constantin
  • Vincent Beaubois
  • Alexandra Oeser
  • Nicolas Tardits
  • Delphine Griveaud
  • Elena Mejias
  • Pierre Baghdad
  • Simonet Maud
  • Sabine Fortino – MCF en sociologie UPN
  • Bertrand Marina
  • Ambre Tissot
  • Juliette FROGER-LEFEBVRE
  • Pierre SAUVETRE
  • Alina Popescu
  • Thomas Kirszbaum , enseignant à Paris Nanterre et chercheur associé au Ceraps
  • Myriam Ahnich
  • Nicolas Duthoit
  • Simone Spera
  • Isabelle Gouarné
  • Ewa Tartakowsky
  • Georges Karouzakis
  • Nicolas Schapira
  • Mathilde Beaufils
  • Gérôme Truc
  • Sylvie Aprile
  • Frédéric Dufaux , Géographe
  • Santiago Arias
  • VictorViolier
  • Marc BELISSA  MCF émérite Histoire moderne
  • Annick Lacroix

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (14 juillet 2023). Nanterre solidaire de Nanterre. Academia. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajhi


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.