Meurtre de Nahel: motions de l’ESR

L’Association française de sociologie et la CGT EHESS viennent de prendre position publiquement, s’inquiétant de la montée de l’extrême-droite.


Sur les révoltes en cours dans les quartiers populaires

Motion de l’AG de l’Association française de sociologie du 6 juillet 2023

Le meurtre par la police la semaine dernière de Nahel, un jeune de 17 ans, livreur, racisé, habitant de Nanterre, a suscité un vif émoi dans la population. Cet assassinat a provoqué une colère légitime de la part de celles et ceux qui vivent au quotidien l’expérience croisée de différentes discriminations, la précarité, les violences de la part de l’État, et les restrictions de circulation par les contrôles policiers. Il a aussi donné lieu à une contre-mobilisation réactionnaire : une collecte en ligne a ainsi réuni plus d’un million d’euros pour soutenir le policier qui a tué Nahel ; l’extrême droite en a profité pour organiser des manifestations racistes dans plusieurs villes ; deux syndicats de police sont même allés jusqu’à développer un discours ouvertement factieux.

Ces événements nous amènent forcément à interroger le rôle des sciences sociales, alors que nous sommes réuni·e·s lors du 10ème congrès de l’Association Française de Sociologie, dont le thème, « intersections, circulations », résonne tout particulièrement avec cette actualité.

Les sciences sociales, et en particulier la sociologie, ont pour vocation d’analyser le monde et de proposer des explications, mais aussi de déconstruire les discours et les pratiques qui naturalisent et justifient les différentes dominations sociales imbriquées (racisme, sexisme et exploitation notamment).

Parce qu’elles jouent ce rôle, les sciences sociales sont particulièrement importantes, et c’est pourquoi il est d’autant plus préoccupant qu’elles soient aujourd’hui attaquées, dans un contexte de montée depuis plusieurs années de la répression et de l’autoritarisme, de la militarisation du maintien de l’ordre (notamment lors des révoltes de 2005 ou plus récemment lors du mouvement des Gilets jaunes, pour ne citer que ces deux exemples).

C’est pourquoi le congrès de l’AFS rassemblé en AG le jeudi 6 juillet 2023 apporte son soutien aux revendications légitimes qui émanent des quartiers populaires : vérité, justice et égalité. L’AFS dénonce les violences policières systémiques, s’indigne contre la « justice » expéditive et la répression judiciaire lourde à laquelle nous assistons depuis plusieurs jours, et s’inquiète de la montée de l’extrême-droite.

 

 

 

Marche pour Adama déplacée à République, paèrs l’interdiction de la préfecture du Voil d’Oise pour celle de Beaumont-sur-Oise

CGT EHESS. Nous faire entendre, 7 juillet 2023

La CGT EHESS s’associe au deuil et à la colère exprimés dans un communiqué signé par de nombreuses organisations syndicales, associations et organisations politiques, après le meurtre du jeune Nahel Merzouk par un policier à Nanterre le 27 juin (communiqué du 1 juillet 2023).

Déjà 5 morts après des refus d’obtempérer présumés depuis le début de l’année, dont Alhoussein Camara, 19 ans, tué il y a deux semaines au volant de sa voiture par la police à Angoulême alors qu’il se rendait au travail avant l’aube. Cette série de jeunes hommes racisés tués ou visés par la police – refus d’obtempérer ou pas – s’est allongée ces derniers jours : Mohamed B., jeune père de 27 ans, livreur à scooter, est mort d’une crise cardiaque à Marseille la nuit du 1er au 2 juillet, victime d’un tir de LBD, d’après le parquet ; Aimène Bahouh est dans le coma depuis le 30 juin, après avoir été visé par un tir d’agents du RAID mobilisés en Meurthe-et-Moselle alors qu’il ne faisait, d’après les premiers éléments de l’enquête, que passer à proximité en voiture.

Pendant ce temps, les très jeunes personnes massivement interpelées lors des nuits de révolte font l’objet de peines dites “exemplaires”, qui ne font que poursuivre la politique répressive que les quartiers populaires subissent depuis de nombreuses années.

Chacun·e peut le constater au quotidien, les discours réactionnaires et d’extrême droite, entraînant des passages à l’acte inédits, se font de plus en plus hégémoniques dans cette période, également marquée par la nomination d’un proche d’Eric Zemmour à la tête du Journal du Dimanche par l’empire Bolloré (la rédaction entame sa troisième semaine de grève). Dans cette logorrhée brutale, rien n’est dit sur la stigmatisation permanente des quartiers populaires, la situation économique et sociale délétère dans laquelle se trouvent nombre de nos concitoyens et concitoyennes, à Aubervilliers ou à Marseille notamment, causées en grande partie par le démantèlement des services publics. Rien n’est dit non plus sur le racisme systémique et sur le fait que certaines vies semblent avoir moins de valeur que d’autres.

La CGT EHESS tient à rappeler qu’à travers les attaques répétées contre ce que certain·es qualifient de “culture de l’excuse”, ce sont aussi les sciences sociales qui sont visées. Celles et ceux qui croient se sauver la mise en s’évertuant à séparer ce qu’ils voient comme le bon grain scientifique de l’ivraie militante jouent à un jeu dangereux : l’extrême-droite et ses allié·es (de plus en plus nombreux·ses) n’ont que faire de leurs gesticulations, car ce qui leur pose problème est le potentiel intrinsèquement critique des sciences sociales, quelles que soient les manières d’articuler le savant et le politique.

La crise démocratique dont l’aggravation et été mise au jour par le traitement répressif du mouvement contre la réforme des retraites se poursuit. Il devient urgent de nous faire entendre.

Dans l’immédiat, il vous est possible d’agir de plusieurs manières :

  1. Participer en masse aux rassemblements et marches organisés
    • le 8 juillet à 14h, à Persan Beaumont : marche Justice pour Adama (suivre les derniers développements)
    • le 14 juillet à 14h, à Nation : défilé internationaliste contre le projet de Loi Darmanin et contre le racisme
    • le 15 juillet, marches citoyennes (détails à venir)
  2. Contribuer aux cagnottes en soutien aux familles des victimes de violences policières
  3. Soutenir les salarié·es du JDD dont la victoire est assurée si nous nous mobilisons en masse

Le syndicat CGT FERC Sup EHESS – lien vers le communiqué



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 8 juillet). Meurtre de Nahel: motions de l’ESR. Academia. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajhf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.