Le CNRS et la parité en temps réel

Alors que le CNRS a annoncé la suppression de 50 postes au recrutement en 2019 – la majorité des postes “au concours” relevant désormais de la promotion interne – ce qui fait suite à une suppression de plus de 1200 postes de chercheurs et de chercheuses depuis 2007, le CNRS, à l’initiative d’Antoine Petit, prend enfin des mesures dignes d’un grand établissement de recherche, à savoir une formation des comités CoCNRS aux biais sexistes, et l’adjonction d’une référente et/ou d’un référent parité aux jurys de concours.

La parité homme-femme devrait se réaliser… dans 170 ans, par Clément Gras (2016)

Précisons en quelques lignes ces mesures, dont les autres jurys auraient la bonne idée de s’inspirer.

1. Un référent et/ou une référente “Parité en temps réel”

Cette ou ces personnes ont pour mission

  1. Faire des statistiques sexuées en temps réel pendant le comité et les annoncer au comité (nombre de candidates et de candidats ;pour les concours DR (ou les promotions): nombre des promouvables de la section, de la BAP; nombre d’admis à concourir; nombre d’admissibles: nombre d’admisEs)
  2. Faire des statistiques a posteriori avec une corrélation des candidatures sur les années précédentes : établir un document; indiquer le nombre de primo-candidatures, ainsi que le nombre de candidats ou de candidates qui se représentent
  3. S’assurer que tout est mis en œuvre pour éviter les biais de genre

2. Une formation aux stéréotypes

Son objectif est d’ “alerter et faire prendre conscience des associations implicites qui défavorisent les femmes”. L’autoformation est fortement recommandée et se base sur les modules suivants:

  1. Formation vidéo – European Research Council

2. Le test “Stéréotypes” du projet IMPLICIT (Harvard)

https://implicit.harvard.edu/implicit/Study?tid=-1

3. Le résumé du test de John et Jennifer

https://www.esa.org/esablog/research/better-a-john-than-a-jennifer/

Article original ici: “Science faculty’s subtle gender biases favor male students” Corinne A. Moss-Racusin, John F. Dovidio, Victoria L. Brescoll, Mark J. Graham, and Jo Handelsman PNAS October 9, 2012 109 (41) 16474-16479; https://doi.org/10.1073/pnas.1211286109Edited* by Shirley Tilghman, Princeton University, Princeton, NJ, and approved August 21, 2012 (received for review July 2, 2012)

Directoire du CNRS : Antoine Petit (PDG), Christophe Coudroy, Michel Mortier, Alain Schuhl. Cliché pris par un.e DU lors de lors de la dernière réunion annuelle des Directeur et directrices d’unité des UMR CNRS (21 janvier 2019)

Nous ne pouvons qu’approuver cette initiative – qui entend sensibiliser aux stéréotypes de genre et leur cruel effet sur les recrutements. Il est dommage que cette mesure prenne place à un moment de réduction drastique de l’emploi. On peut même penser que le CNRS, qui ne semble pas appliquer une politique paritaire dans ses instances (cf. Directoire), ne tirera aucun bénéfice structurel, alors que cela fait de nombreuses années que la mission “Pour la place des femmes au CNRS” documente les biais du recrutement et le renforcement de l’inégalité de genre.

Épilogue du 8 mars, journée internationale des droits de la femme

—————————- Message original —————————-
Objet:    Journée internationale pour les droits des femmes: message
d’Antoine Petit, PDG du CNRS
De:       “CNRS Communique Presidence” <infodircom.noreply@cnrs.fr>
Date:     Jeu 7 mars 2019 14:09
À:       “communication_presidence@services.cnrs.fr”
<communication_presidence@services.cnrs.fr>
————————————————————————–

Madame, Monsieur,
Chères et chers collègues,

La place des femmes au sein du CNRS est au coeur de mes priorités. Nous progressons en matière d’égalité entre les femmes et les hommes mais l’horizon de la parité est encore lointain !
Attirer plus de femmes dans les carrières scientifiques est indispensable. Leur permettre des carrières analogues à celles de leurs collègues masculins tout autant.
Nous avons déjà pris des mesures concrètes (parité dans les attributions des médailles du CNRS, promotion de chercheuses au prorata, au moins, du pourcentage de femmes promouvables).
Cette nécessaire prise de conscience passe aussi par des actions symboliques comme celle de quitter son poste de travail le 8 mars à 15h40, heure à partir de laquelle les femmes commencent à travailler gratuitement.
Mais il appartient bien sûr à chacun et chacune d’entre vous de s’associer à cette démarche.

Bien à vous tous et toutes.
Antoine Petit
Président-directeur général du CNRS

Ceci n’est pas un poisson d’avril. Ce qu’il l’est, c’est que le président du CNRS, en conséquence, a accordé une prime exceptionnelle de 23% du salaire annuel pour compenser les inégalités de salaire/promotion au CNRS. Une idée pour le 8 mars 2020?

En savoir plus:

 


3 réflexions sur « Le CNRS et la parité en temps réel »

  1. Pour en rajouter une couche sur le message du PDG pour le 8 mars, on a reçu ce matin cet email :

    “A la suite du préavis de grève déposé par les syndicats dans le cadre de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes.

    Nous sommes “invités” à recenser les personnels qui seront absents pour fait de grève.

    Je vous remercie de bien vouloir m’indiquer (au plus tard à 15h) si vous vous déclarez “absent pour fait de grève” ce jour.

    Pour information, ou pour mémoire, les agents grévistes se verront appliquer une retenue sur traitement pour fait de grève.

    La retenue effectuée sera d’une journée de rémunération même si cette grève est d’une durée moindre.”

    Donc on se déclare en grève à partir de 15h40 pour protester contre les salaires plus bas, et alors on nous enlève une journée de salaire. Magique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.