Retour sur un recrutement

Suivant les exemples de Célia Keren et Caroline Muller, et après discussion avec plusieurs rédactrices d’Academia, il a pu sembler utile de mettre à disposition les textes de l’audition que j’ai passé, avec succès, le 15 mai 2018, à l’université de Franche-Comté, pour un poste en histoire contemporaine. Il y à, je pense, deux raisons principales.

La première est que Besançon a décidé, depuis quelques temps déjà, d’inclure dans les auditions une « mise en situation professionnelle sous forme d’un exercice pédagogique ». Il s’agit de réaliser un exposé de 10 minutes sur l’un des thèmes des enseignements de L2 et L3 Histoire, dans le cadre de la préparation d’un CM de deux heures. Le thème est à choisir parmi une liste de cinq cours, transmise quinze jours environ avant l’audition[1]. Il est précisé aux candidat.e.s qu’au cours de cet exposé devront être présentés la problématique du cours, les débats historiographiques afférents, une bibliographie de cinq titres maximum, le plan du cours et de deux à cinq documents qui seraient présentés aux étudiants. Mon exposé était appuyé sur un syllabus, distribué au jury, et un diaporama, qui reprenait les mêmes documents. L’expérience a semblé intéressante à celles et ceux avec qui j’ai pu en parler : mettre ces documents à disposition est un bon moyen d’attirer l’attention sur une initiative qui paraît aller dans le bon sens (mais je suis un peu juge et partie…)

La seconde raison concerne la seconde partie de l’exposé, plus classique, où il s’agit de présenter en 10 min comment les recherches actuelles et futures du candidat pourront s’insérer dans les axes de recherche du laboratoire, et dans les perspectives de la fiche de poste. En joignant ladite fiche de poste, mon « CV analytique » et mon texte d’audition, je laisse aux lecteur.rice.s les travaux pratiques, et le soin de jouer au détective (à l’historien !), pour retrouver la stratégie rhétorique employée[2], analyser ce qui est dit[3] et expliquer mon recrutement[4]. Pour toute une série de raisons, il me semble avoir adopté des tactiques très distinctes de celles de Célia Keren, à partir d’une trajectoire qui elle n’est pas d’esprit radicalement différent – l’usinage académique étant ce qu’il est.

Mais je la rejoins sur l’esprit qu’il faut avoir : si j’ai été recruté, c’est peut-être avant tout parce que j’y suis allé détendu et (donc) souriant, puisque persuadé de n’avoir aucune chance et d’être là pour apprendre – c’était l’unique audition de ma première campagne, et je n’avais pu faire qu’une seule audition blanche (complètement ratée d’ailleurs). Jean-Claude Duss peut être votre meilleur allié…


[1]          Dans le cas présent, la liste était : Démocratie et République en France (1789-1947) ; Empires coloniaux et décolonisations dans le monde (XIXe-XXe siècles) ; Croissance et développement dans le monde au vingtième siècle ; Violences globales et guerres-monde (XIXe-XXe siècles) ; Histoire sociale et culturelle comparée de l’Europe occidentale : Allemagne, Italie, Royaume-Uni (1850-1950).

[2]          La composition du jury est trouvable sur le wiki-audition hébergé par l’AFHE. Aucun de ses membres de m’était alors personnellement connu – si ce n’est, pour vraiment tout dire, que j’ai assisté au séminaire de l’un d’entre eux lorsque j’étais en première année de master.

[3]          Et, surtout, ce qui ne l’est pas… mais qui est connu tout de même du jury, qui a au moins lu la première page du CV.

[4]          En particulier sur un poste d’histoire générale alors que, historien des sciences expérimentales, mes centres d’intérêt ne passionnent pas spontanément des foules de collègues, on le devine…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.