Les corps des étudiant·es sont devenus une cible de l’État macronien

Il y a quelque temps Mediapart a rapporté 7 témoignages de fouille au corps en ou à nu des fins d’humiliation :

  1. Elias, doctorant en informatique
  2.  Léa*, 22 ans, étudiante en économie de l’environnement (remarques sexistes)
  3. Calliste, 19 ans, étudiant en droit
  4. Alice, 20 ans, étudiante en arts appliqués, seins nus, prise en photo
  5. Aymeric*, étudiant en journalisme
  6. Max*, non binaire, 2 fouilles (remarques “dégueulasses” humiliantes
  7. Paul*, 17 ans, lycéen en terminale, fouille dans le caleçon

Ces témoignages viennent s’ajouter aux dizaines d’autres, quelquefois relayés par Academia : violences en garde à vue, viols, violences gratuites lors d’évacuation, violences de groupes d’extrême-droite à l’endroit d’étudiant·es sans intervention policière cette fois… Les corps des étudiant·es deviennent une cible.

qui établissent que les étudiant·es sont devenus des ennemis publics pour l’État macronien.
Aujourd’hui un appel à soutien pour soutenir des étudiant·es convoqué·es par la police.

Que fait Sylvie Retailleau qui vient de fête ses un an dans le gouvernement ?



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 23 mai). Les corps des étudiant·es sont devenus une cible de l’État macronien. Academia. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajh0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.