Racisme dans les écoles de journalisme : l’inaction

Academia reproduit des extraits d’un excellent article de Margaux Houcine sur le racisme ordinaire dans les écoles de journalisme, car il pointe des processus à l’œuvre plus généralement à l’université. Moqueries quotidiennes à l’endroit des personnes, mobilisation de stéréotypes, absence de sanctions, sanctions trop faibles — et promotion des élèves responsables de comportements et de discours racistes —, irresponsabilité des institutions en toute connaissance de cause et resposnabilisation des étudiantes vicitimes. Un article vraiment éclairant.

Le 3 juillet 2018, Libération publiait un article intitulé « La rédaction de Libé est-elle blanche ? », après un selfie publié sur Twitter.

Enquête : Entre déni et inaction, le racisme s’ancre dans les écoles de journalisme,

  • par Margaux Houcine, GuitiNews, 16 mai 2023

Extraits. Insultes, stéréotypes, humiliations… Là où les journalistes de demain se forment aux questions sociales, politiques et économiques, les clichés racistes persistent, et les promotions restent en majorité blanches. Dans les écoles de journalisme, les femmes racisé·e·s subissent la double peine.

Le 21 mars dernier, des journalistes signent une tribune dans Libération pour déplorer le manque de diversité raciale dans les médias, créant ainsi la première association de journalistes non-blancs : l’AJAR, pour Association des journalistes antiracistes et racisé·es.

Quelques jours après sa création, l’association publie une suite de messages sur Twitter. Des journalistes et étudiants en journalisme issus de diverses formations racontent les insultes ou remarques racistes prononcées par des camarades ou des enseignant·e·s. Cas isolés ou répandus ?

A l’École de journalisme de Sciences Po (EDJ), le racisme se manifeste sous couvert de moqueries selon les étudiant·e·s rencontré·es. Seule femme racisée de la promotion de l’IUT de Lannion, [Annabelle] dit avoir subir du racisme ordinaire pendant sa première année d’étude. (…) Après qu’une de ses camarades aie prévenu l’équipe enseignante en joignant des captures d’écran d’autres messages d’insultes sexistes, l’équipe pédagogique organise une réunion de classe et prononce un avertissement oral. Malgré les alertes concernant des propos sexistes lancées par les jeunes femmes, l’étudiant en question n’a pas été écarté de l’établissement. « Il a eu trois ou quatre avertissements (oraux), et aujourd’hui il a les meilleurs stages de la promotion », soupire l’ancienne étudiante.

Sandy Montañola, maîtresse de conférences et responsable du BUT Journalisme de l’IUT de Lannion (une des 14 écoles reconnues par la profession, accessible en post-bac), explique avoir eu des retours sur des comportements sexistes et homophobes, mais jamais racistes.

« Pourquoi les gens ne sont pas exclus ? C’est très simple. Moi, je ne peux pas virer quelqu’un de moi-même. Si quelqu’un subit une remarque sexiste ou raciste, il y a la cellule harcèlement [NDLR : mise en place dans chaque établissement public, et déléguée à l’université de Rennes dans le cas de l’IUT de Lannion], pour ne pas que ce soit géré en interne. Ces gens vont mettre en place une enquête pour vérifier. Cette enquête doit être demandée par quelqu’un. Pour ce cas-là, aucune étudiante n’a souhaité porter ce dossier, ni transmettre des éléments concrets qui permettraient de saisir une cellule. Donc on a transmis tous les éléments, mais si personne ne porte la demande, il ne va rien se passer ».

Une absence de poursuite, souvent par peur des représailles et de l’impact dans les vies étudiantes et professionnelles des jeunes journalistes.

En 2019, alors que Manon* étudie en Erasmus dans le cadre de l’Académie ESJ (cursus de préparation aux écoles, mis en place par l’école de journalisme de Lille), elle suit de loin une conversation de classe sur Messenger dans laquelle un étudiant envoie des messages racistes envers une étudiante noire de la promotion. En revenant de son Erasmus, avec trois autres personnes racisées, elle prévient la direction, qui l’assure, «prendra des mesures».

« Ce mec-là, dans cinq ans, c’est mon rédacteur en chef ».

Quelques mois plus tard, et ce, malgré ces quatre signalements, l’étudiant est admis en master à l’ESJ Lille, sans qu’aucune sanction ne voit le jour.

« Ce qui me choque au-delà des faits racistes, c’est que tout le monde voit, mais personne ne dit rien, s’agace Manon.

Je leur ai dit : vous ne vous en rendez pas compte, mais ce mec-là, dans cinq ans, c’est mon rédacteur en chef ». 

En 2017, Christelle Murhula est la seule étudiante noire de toute l’école de l’Institut Pratique de Journalisme (IPJ). « J’avais cette présomption de militantisme à chaque fois que je choisissais des sujets ». Lors d’un entretien, un membre de l’équipe pédagogique de l’IPJ dira même à une autre étudiante racisée que si elle choisit une thématique en lien avec le genre ou la race, elle aura des points en moins.

Alors que le système éducatif français creuse de plus en plus les inégalités socio-économiques, les écoles de journalisme ne sont pas épargnées. Si les jeunes journalistes racisé·e·s sont aussi peu dans les écoles, c’est aussi car les concours et l’accès à la profession restent complexes. « Les écoles et les rédactions se cachent beaucoup dans La Chance au concours », affirme Christelle Murhula, journaliste indépendante et ancienne étudiante de l’IPJ.

Dans son témoignage concernant ses années d’études à l’ESJ Lille où elle a subi du racisme de la part de camarades de classe, la journaliste Nassira El Moaddem écrit : « Des initiatives comme La Chance Media ou la classe prépa Égalité des chances de l’ESJ Lille et du Bondy Blog existent depuis dix ans et c’est heureux, mais force est de constater qu’il faut aller plus loin ». (…)

C’est un état des lieux partagés par toutes et tous : le manque de diversité dans le milieu du journalisme ne date pas d’hier. En 2014 déjà, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA, aujourd’hui devenu l’ARCOM) alertait dans son rapport annuel que les personnes perçues comme « non-blanches » représentaient seulement 14% des personnes sur les écrans télévisés. En 2021 et après de très faibles variations, ce chiffre reste inchangé.

Pour lire l’intégralité de l’article →

https://www.liberation.fr/checknews/2018/07/03/la-redaction-de-libe-est-elle-blanche_1662546/

En janvier 2015, Ta-Nehisi Coates, journaliste noir américain, écrit sur l’après «Charlie«, pour «The Atlantic». Il demande à parler à un journaliste maghrébin à «Libé». Il n’y en avait qu’un, pigiste. Photo: Une partie de la rédaction de «Libération» sur la terrasse du 11 rue Béranger à Paris, le 17 novembre 2015. Photo Marc Chaumeil pour Libération)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.